Ne faites pas que jeter un oeil aux photos et au live-report, jetez-y aussi une oreille avec la setlist tout en musique à droite ->

Il est désormais l’heure de célébrer la grande messe du heavy-metal ! Mes petits loups, préparez-vous, car le heavy metal a résonné dans toutes nos cathédrales ce jeudi soir. Une parfaite introduction pour Halloween !

– Kissin Dynamite : 18h10-18h50 –

Kissin' Dynamite @ Bataclan Photographe © Romain Keller pour Error404

Alors que l’ouverture des portes s’est effectuée à 18h, Kissin’ Dynamite, groupe de glam-metal américain, a entamé les festivités seulement 10 minutes après l’ouverture. Dynamites sur la scène, machine à fumée, le glam metal de KD va tout donner ce soir ! Le chanteur, Hannes, parle plutôt bien français et échangera à de nombreuses reprises avec le public. Première date de la tournée, le groupe est déjà aux anges pendant que le public arrivera tout au long du show. Il n’hésitera pas à remercier entre chaque chanson le public d’être venu si nombreux ce soir et qu’il s’agit déjà du meilleur concert de sa vie. Hannes sort rapidement pendant que les musiciens délivrent une presque ultime chanson, avant d’en finir sur le retour d’Hannes vêtu d’une cape de roi et d’une couronne.  À la fin du concert, le groupe salua la foule en faisant une pyramide humaine, chanteur en haut bien évidemment. Un salut ma foi, fort original ! Exagération, exhubération, les codes du glam metal auront su nous mettre en appétit pour la suite avec des titres efficaces tels que I’ve Got The Fire tiré du dernier album « Ectasy » sorti en juillet dernier. S’il avait commencé avec seulement trois rangs, il finira avec un Bataclan presque rempli, le temps d’accueillir les derniers retardataires et de préparer le terrain au dance-metal suédois d’Amaranthe.

– Amaranthe : 19h10-20h –

Amaranthe @ Bataclan Photographe © Romain Keller pour Error404

Le groupe suédois est de retour sur scène en pleine forme. Nouvel album sorti une semaine avant le concert, nouveau chanteur clair, prêt à envoyer la sauce ! D’ailleurs, Helix, le nouvel album du groupe est selon moi le meilleur que le groupe ait produit, alors allez vite y jeter une oreille si ce n’est pas fait ! C’est donc avec Nils Molin, nouveau chanteur clair du groupe, que la tournée a cette fois lieu. Même si celui-ci ne participe pas encore dans l’écriture des chansons (cf Interview avec Olof), il s’est totalement approprié les anciennes chansons et leur donne une nouvelle jeunesse. C’est aussi lui qui viendra discuter avec le public à multiples reprises. Il montre déjà une grande confiance et une intégration totale dans le line-up. Les headbangs des deux chanteurs, Nils et Henrik (chant scream) et de la chanteuse Elize (chant clair féminin) vont à foison et le groupe viendra défendre en grande majorité Helix, qui regorge déjà de nombreux hits : InfernoGG6 (la meilleure de l’album !)365, sans oublier les classiques Hunger, Amaranthine en solo par Elize, Drop Dead Cynical en solo par Henrik ou bien encore Digital World qui ont fait les débuts du groupe. Un set intensif avec un éclairage qui partait dans tous les sens et dans toutes les couleurs au moindre riff ou scream un peu trop violent.

Malgré tout, et même si Amaranthe est vraiment un groupe génial à écouter en album (l’un de mes préférés), j’ai toujours une sensation bizarre à la fin de leurs concerts, comme un sentiment d’inaccompli, d’inachevé… Le groupe se veut très electro sur le fond, mais dans la forme les membres du groupe passent leur temps à headbanguer plutôt que de sauter et courir partout et inciter le public à faire de même. Peut-être est-ce le fait que toute la partie electro est en piste enregistrée derrière les instruments et n’est pas du tout jouée en live. Idem pour certains screams un peu trop poussés d’Elize qui sont sur enregistrement. On a ce petit côté « superficiel » dans la forme qui gâche un peu le fond, et c’est dommage !

Cela n’en reste néanmoins pas pour autant un must-see pour tous les fans de metal electro ! (preuve en est avec nos reports de 2016 et 2017)

– Powerwolf : 20h30-22h30 –

Powerwolf @ Bataclan Photographe © Romain Keller pour Error404

« Mes amis, êtes vous-prêts pour la grande messe du Heavy-Metal ? ». Première date de la tournée des allemands de Powerwolf et c’est devant nos yeux ébahis que nous découvrions la scénographie du Bataclan pour le concert. Un micro sur pied en forme d’épée, un synthétiseur en forme de racine et d’arbres, idem pour les parties surélevées de la scène. Après une entrée sur Lupus Daemonis, c’est avec Fire and Forgive, première piste du dernier album du groupe et la fameuse Army Of The Night que le concert débutera.

Attila Dorn (chant) nous prouvera une nouvelle fois que sa langue française est bien maîtrisée en nous parlant très souvent en français pendant le concert en nous parlant très souvent. C’est notamment sur Incense & Iron qu’il viendra nous bénir, amis du heavy metal par une lampe d’encens qu’il agitera à la volée sur scène. Attila a une voix vraiment impressionnante en live et le son est vraiment très bon ce soir. Le concert sera impeccable techniquement d’un bout à l’autre et les fans comblés.

Powerwolf @ Bataclan Photographe © Romain Keller pour Error404
Un élu dans la foule ?

D’ailleurs, on s’est posé plusieurs fois une question avec Romain, notre ami photographe sur le show, mais le pit était éclairé par endroits aléatoires plusieurs fois pendant plusieurs chansons. Un peu à la façon des « élus » dans le pit. Alors que la salle était plongée entièrement dans le noir (notamment sur Army Of The Night mais pas seulement), des spots désignaient quelques spectateurs dans toute la salle avec des spots lumineux. Pourquoi pas ? Après, allez donc trouver une explication à cela… Vous avez trois heures !

 

Qui dit nouvelle tournée, dit nouvelle setlist. C’est donc à Paris que nous aurons le droit pour la première fois à Killers With The Cross, Where the Wild Wolves Have Gone et Stossgebet pour la première fois en live ! D’ailleurs, c’est l’occasion de sortir une grande croix de LED pour la première des nouvelles chansons en fond de scène, puis de changer le fond de scène sur Where The Wild Wolves Have Gone. Au final, le changement de rideau/décor en fond de scène aura lieu à trois reprises durant le concert, pour des ambiances différentes nous faisons progresser toujours un peu plus dans cette

À la fin tout le monde criait Attila (jolie transition pour le report qui arrivera en début de semaine prochaine d’ailleurs ;-)) et Powerwolf pour avoir le droit à un rappel de qualité : Sanctified With Dynamite, Coleus Sanctus et l’ultime titre Werewolves of Armenia. Si le show était déjà excellent lors de leur passage au Download cet été, ce Bataclan archi sold-out n’a pas fait dans la demi-mesure et la Grande Messe du Heavy Metal a été célébrée dans les meilleures conditions qu’il soit. On retrouvera la tournée entière de Kissin’ Dynamite, Amaranthe et Powerwolf pour 10 nouvelles dates dans toute la France ! C’est rare de voir des groupes internationaux fouler les petites salles provinciales, alors on espère vivement que tous les petits metalheads que nous sommes iront soutenir toutes ces dates pour inciter les promoteurs à faire cela plus souvent, comme c’est déjà le cas en Angleterre ou en Allemagne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :