C’est le premier report de concert que l’on fait un 29 février. Profitez-en bien, car ce sera le seul avant AU MOINS 2024 ! Quoi de mieux qu’un groupe exceptionnel pour une date exceptionnelle ? Ce sont les frangins de Palaye Royale qu’on a retrouvé à la Maroquinerie. La première chose flagrante ce soir, c’est en arrivant à la salle. Nous n’avions jamais vu une file d’attente aussi longue devant la Maroquinerie, et ce, malgré la pluie ! Cela change du concert de la veille…

– Charming Liars –

La première partie de ce soir était très convaincante, qu’on se le dise dès maintenant. Sous ses faux airs de Brendon Urie, Kiliyan Maguire se donne en spectacle. Vêtu d’une veste noire clinquante, les petits pas de danse et le déhanché du chanteur rappellent évidemment le frontman iconique de Panic! At The Disco. Dès le premier titre Alive, on ne parle déjà plus d’une inspiration mais presque d’une imitation ! Cela étant dit, le groupe va arriver à emporter tout le public dans son univers avec une floppée de titres comme Insomnia ou Time to Start. Le groupe rappellera qu’ils viennent de Los Angeles mais se sont formés à Londres. Kiliyan donne un petit rendez-vous à leur merch (plutôt joli) de les rejoindre dès la fin du show et jusqu’à la fin de la soirée. Le groupe terminera par Soul et Like A Drug, les morceaux phares du groupe puisque le public s’est mis à reprendre à tue-tête ces deux derniers titres. À la fin du concert de Palaye Royale, le hall pour sortir de la salle sera encombré et il sera difficile de ressortir de la salle tant il y aura de monde autour de Charming Liars et de leur merch. C’est toutefois une très bonne nouvelle pour le groupe qui a clairement cartonné ce soir !

Mon seul regret? Ne pas avoir entendu leur reprise d’Elton John !

Le groupe dégage vraiment quelque chose et les morceaux sont à la fois doux et catchy comme il faut. Le groupe est NRJ-ifiable comme jamais. La dernière fois que je pensais à cela pour un groupe, c’était pour The Faim. Au final, on les retrouve sur les canaux hertziens français (et pourtant, nous ne sommes pas réputés pour diffuser du rock en France !)

Attendez encore un peu, et vous verrez Charming Liars débarquer sur les radios françaises. Vous l’aurez lu ici avant tout le monde !

Setlist :

Alive
Ocean
Insomnia
Golden state
Time to Start
Soul
Like a Drug

-Palaye Royale-

Avant de parler de Palaye Royale, il faut faire une mention toute particulière à « Kazooman » et au public. Un groupe de fans du groupe vers l’avant du public interprétait à tue-tête des hits de My Chemical Romance, repris en choeur par toute la salle. On sent toujours la forte influence du groupe qui  célèbre son grand retour cette année et qui a tant inspiré Palaye Royale. Un peu après, une jeune fille est montée sur les épaules d’une autre pour interpréter divers titres du groupe… au kazoo ! D’ailleurs, plus tard dans le set, Sebastian (guitare) interpellera la jeune fille en s’amusant d’entendre un kazoo sur l’un de ses titres.

Allez, le public est bon enfant, et tout le monde s’amuse (sauf la personne qui a vomi dans les premiers rangs entre temps…), mais il est temps de laisser la place aux rockstars de la soirée. Fond de scène avec un gros « BASTARDS » lumineux en fond de scène façon éclairage de cirque (comme la dernière fois) et intro sur Blood de My Chemical Romance (évidemment), c’est le début du spectacle !

Le groupe débutera le show avec l’une de ces nouvelles chansons Fucking With My Head. Pour l’occasion, Remington (chant) arrivera sur scène dans la même tenue que dans le clip du titre, c’est-à-dire avec une simple veste de costume, sans rien en dessous, pour le plus grand plaisir de ses fans. Le jeune frontman est maquillé avec des larmes rouges et noires sur son visage. Bien plus marquées et présentes que la dernière fois, on comprendra peut-être le pourquoi de ce maquillage par la suite…

Avant Teenage Heartbreak Queen, Remington demandera à l’Assemblée s’ils ont déjà eu le coeur brisé. Le public s’est empressé de lever la main en criant, ce à quoi Remington a rapidement répliqué qu’il faudrait mieux se taire et ne pas en être fier, d’un ton assez froid.  Pour cause, sa copine de toujours venait de rompre avec lui quelques jours avant la date parisienne. Terriblement affecté, on sentait bien que Remington, et donc le moral global du groupe, n’était pas au beau fixe. L’ambiance était tout de même explosive, mais on sentait tout de même la différence par rapport à la fois précédente.

Remington descendra dans le public pour interpréter Ma Chérie, dédiée à son ex-copine.  Toute la foule s’est assise autour de lui pour interpréter en acoustique le morceau. L’occasion pour nous de voir le batteur sur le devant de la scène, loin de ses fûts et proche de l’avant de la scène, à s’amuser avec le premier rang pendant ce temps là. Après le titre, Sebastian demanda à tout le public de dire en coeur « I Love You Remington », en guise de soutien moral face à l’épreuve que le chanteur traverse en ce moment.

Le concert ne durera d’ailleurs qu’une petite heure contraire à l’heure et demie proposée lors du Point Ephémère. D’ailleurs, la photo de couverture esquissait des sourires de tous les membres du groupe, ce qui n’était pas trop au rendez-vous ce soir, malheureusement.

Nous avons eu enfin le droit à deux titres au rappel. Remington revient rapidement sur scène dans un accoutrement différent : torse nu et en kilt, qui provient de leur collection de vêtements, pour la plupart imaginés par Emerson, comme à la belle époque. Mr. Doctor Man et Get Higher furent les doses d’adrénaline finales dont nous, ainsi que le groupe, avions besoin. Tout est bien qui finit bien (même si ce fut trop court !)

Au final, Palaye Royale confirme qu’ils ont leur place bien méritée sur la scène du rock indépendant malgré un set plus court et bien moins enjoué que la fois précédente… Peut-on vraiment en vouloir à ce groupe dont le leader charismatique a été victime d’une violente rupture d’amour ? Il ne fait aucun doute que leur prochain passage sera plus radieux, et dans une salle plus grande qui pourra accueillir décemment tout le monde, car on était très serrés ce soir à la Maroquinerie ! Rendez vous au Trabendo pour la prochaine étape, ce sera amplement mérité !

Palaye Royale ont déjà tout des grands : un visuel impeccable (le merch est une pure tuerie !), des mélodies rentre-dedans et une voix unique au chant. Il ne fait absolument aucun doute que Palaye Royale va continuer de faire parler d’eux à l’avenir, et c’est tant mieux ! En attendant de les retrouver en live, leur prochain album The Bastards sortira le 1er mai. On a déjà pu y jeter une oreille… On vous en reparle au mois de mai, mais sachez déjà qu’il est très bon !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :