Alors que le Download Festival s’est tout juste terminé, il est déjà l’heure de repartir sur scène. Mais pas n’importe laquelle puisqu’on parle aujourd’hui d’une scène sur l’eau : Le Petit Bain. On avait déjà parlé de cette salle en fin d’année dernière avec Amaranthe. Nous y revoici enfin pour célébrer le grand retour d’Of Mice & Men suite à une triste annulation du groupe en octobre 2016 : la maladie du frontman Austin Carlile avait pris le dessus (et l’a malheureusement toujours), empêchant ainsi au groupe de poursuivre sa tournée, laissant Crown The Empire en tête d’affiche lors de cette soirée (ce n’était pas pour nous déplaire, mais on aurait bien aimé savoir Austin en bonne santé et profiter aussi du concert d’Of Mice…)

Quoi qu’il en soit, après 45 minutes de retard environ, on entre enfin dans Le Petit Bain pour une soirée… Hors-du-commun !

– The Devil Wears Prada – 20h-20h30 –

POSITION SUPER SAIYAN !

C’est Mike Hranica et sa bande qui ont la lourde tâche d’ouvrir cette soirée post-Download. On repère d’ailleurs dans le public quelques aficionados du concert qui ont encore leurs bracelets de la veille/des trois jours mais qui ont gardé un peu d’énergie pour mettre des coups dans le public ! En effet, le public ne lésine pas sur les pogos puisqu’ils commencent dès le début du set de The Devil Wears Prada. A croire que les gens n’étaient pas fatigués de leur festival du week-end et qu’ils en redemandaient encore et toujours plus ! Cela fait plaisir à voir ! Ce premier concert de mise en bouche bien qu’assez court ne laisse présager que du bon pour MIW et OM&M qui arrivent derrière ! The Devil Wears Prada a tout donné sur le temps qu’il avait, en présentant ces nouveaux morceaux comme To The Key Of Evergreen sans négliger les classiques comme Mammoth : le tout en seulement une demi-heure ! 

Peut être que The Devil Wears Prada ont réussi à mettre Le Petit Bain à mal au point de le faire sombrer… Jack, Rose, attention, on va vous rejoindre prochainement….

– Motionless In White – 21h-21h20?25?30? –

HA-HA-HA !

Dans le genre Loi de Murphy, Motionless In White étaient plutôt bon hier. La loi du pessimisme était bien parmi nous pour gâcher totalement le concert de Chris Cerulli et sa bande, pourtant très attendu hier soir : le public était aussi bien venus pour Motionless In White que pour Of Mice & Men. Le groupe qui n’avait pas joué depuis octobre 2011 (!!!) dans la capitale parisienne n’est probablement pas prête de revenir, ou du moins pas au petit bain ! 

Tout commença avec des retards dûs à divers problèmes techniques. Lorsque le set commence enfin, la guitare principale ne fonctionne pas… Quelques minutes après, c’est au tour de la basse de céder, puis du chant… (même s’il va continuer de chanter un peu sans micro, ce qui est impressionnant même si la salle est assez petite) Devant tant de soucis, Chris décide de laisser un temps mort aux techniciens et de laisser son batteur nous offrir un solo de batterie sans micro ni rien.

ça va faire tout no… – TA GUEULE !

C’est rock’n’roll ! A la fin du solo, le concert peut reprendre… Jusqu’à ce que ce soient au tour des lumières de s’éteindre, ne laissant qu’une petite lumière blanche de front sur tout le groupe… Le groupe le prend avec humour en saluant le manque de chance et les problèmes techniques qui n’en finissent pas… Mais le retard accumulé est déjà trop important, et le set se voit écourté… On aura donc eu un set assez particulier de la part de Motionless In White qui avait pourtant dans sa besace un nouvel album « Graveyard Shift » avec des titres incroyables comme Eternally Yours ou Rats  (avec un air de Marilyn Manson de plus en plus évident!)! Il avait d’ailleurs été choisi par les lecteurs d’Altpress comme l’un des 5 albums de 2017 à ne pas manquer ! Espérons que la première partie mystère de Marilyn Manson en novembre soit Motionless In White, ce serait une belle revanche sur cette date parisienne massacrée !

Vu que le Petit Bain est une salle difficile pour les photographes (lumières dans l’objectif, projecteurs orientés de façon assez connes) et que notre photographe professionnel n’a pas assumé aprèsle Download, nous l’avons remplacés au pied levé, mais bon, sans son talent, ni même sans lumières pendant le set, il était assez compliqué de tirer de jolis clichés…

On plaint du coup les fans venus pour le groupe qui ont du être vraiment déçu… Un remboursement (partiel) du billet aurait presque pu avoir lieu tellement le concert s’est déroulé dans de mauvaises conditions. A la base, la setlist indiquait 3×3 morceaux + 2 rappels, et nous avons eu le droit à ceci à la place :

  • 570
  • Abigail
  • Drums solo (ouais, une performance inédite à tous leurs lives, on peut au moins se réjouir de cela!)
  • Rats
  • Eternally Yours
  • Unstoppable
  • Immaculate Misconception

– Of Mice & Men- 21h55 – 22h50 –

Les revoilà enfin ! 8 mois que l’on attendait le retour d’Of Mice & Men après leur annulation au Trabendo en octobre. On avait peur que cette date vire elle aussi à la catastrophe vu le cataclysme qu’il y a eu sur l’heure précédente et le retard déjà accumulé. On croise les doigts pour que tous les soucis techniques soient réglés… 

C’est donc à 21h55 qu’arrivent les quatre comparses d’Of Mice And Men, avec l’ex-guitariste devenu guitariste-chanteur : Aaron Pauley, suite au départ d’Austin Carlile souffrant du syndrome de Marfan. Le concert ouvre sur un puissant Bones Exposed et là… C’est génial ! C’est juste parfait ! L’énergie est là, la voix d’Aaron fait aussi bien le boulot dans les chants clair (comme il les faisait déjà avant) mais aussi dans les screams d’une justesse et d’une puissance impeccable ! On voit tout de même que l’Homme se concentre sur la guitare et ses deux types de voix pendant le concert pour ne pas faire de fausses notes. Cette nouvelle formation est encore récente mais fait déjà des merveilles ! Après un Would You Still Be There il est l’heure pour le groupe de proposer les deux titres proposés par la nouvelle formation, à savoir Unbreakable et Back To Me. Au final, ces deux morceaux sont très efficaces et aussi surprenant que quand nous les avions découvert en version studio. S’enchaîneront ensuite encore 6 titres dans la plus grosse des folies du public complètement hystérique à pogoter à tout va dans toute la fosse « basse » du Petit Bain. C’est à coup de Pain (d’ailleurs très convaincant malgré le fait que la voix d’Austin soit relativement marquée sur ce titre), You Make Me Sick et quelques autres classiques du groupe que nous allons tous pogoter sans bouder notre plaisir. Un ultime rappel aura lieu après seulement 3/4 d’heure de concert avec un The Depths qui viendra clôturer le concert en beauté. Dommage qu’il manquait de confettis, lance-flammes ou autre jets de fumée car il y a beaucoup de moment où les titres l’auraient permis et où le résultat aurait été explosif. 

 

Setlist :

  • Bones Exposed
  • Would You Still Be There
  • Unbreakable
  • Back To Me
  • Public Service Announcement
  • Never Giving Up
  • Broken Generation
  • Pain
  • You Make Me Sick
  • The Flood
  • You’re Not Alone
  • Rappel : The Depths

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :