Quoi de mieux pour célébrer le printemps qu’un bon petit concert dans une salle intime? C’est donc direction l’International que nous nous dirigeons en ce vendredi 22 mars. Eh non, peut-être vous êtes-vous induits en erreur, pensant aller en excursion en Normandie à la lecture d’un tel titre trompeur. Mais c’est dans Paris-même que se déroule cette soirée, qui sera en effet l’occasion d’un voyage musical à l’internationale avec ces trois groupes venus d’horizons différents.

– LED BY LANTERNS –

Led by lanterns L'international - Error 404 - Juliette Plachez (1 sur 44)

19h40 sonne, et … oubliez tout de suite vos couverts. Ce n’est certainement pas l’heure du souper chez votre mamie, mais plutôt celle du début de ce concert. Nous commençons tout d’abord en compagnie d’un groupe de rock alternatif britannique fraîchement recomposé , du nom de Led By Lanterns. C’est d’ailleurs avec une telle énergie que démarre le set que nous pourrions nous croire en Australie. En effet, en l’espace de quelques minutes seulement, ce n’est non plus à un public que nous avons affaire, si ce n’est à des kangourous .

Pourtant, la majorité des gens s’y trouvant ne semble pas connaître le groupe, mis à part le premier rang dont la voix résonne jusque dans le micro tendu par Shaun Hill (vocaliste). La suite s’annonce particulièrement prometteuse puisque les anglais décident de nous régaler avec une nouvelle chanson assez dansante intitulée Disconnected, qu’ils n’ont même pas encore enregistré en studio (rassurez-vous, cela ne saurait tarder!)

Les titres s’enchaînent tandis que les fans s’époumonent sur ces derniers, laissant de grands sourires sur le visage des membres du groupe. Mais bien vite, voilà qu’un moment de pure émotion fait son apparition lorsque les premières notes de Recovery retentissent. Dans la plus grande obscurité de la salle, une lumière jaillit toutefois dans le cœur du public. Serait-ce donc là le pouvoir de leur lanterne que d’allumer une lueur d’espoir à travers leur musique? Il semblerait que ce soit le cas.

Une courte pause s’en suit, durant laquelle les anglais expriment leur affection et  gratitude pour leur ami et merch guy Simon, qui leur apporte une grande dose de bonne humeur tout au long de cette tournée. Puis, en guise de touche finale, le groupe décide d’interpréter Alive, qui, sans l’ombre d’un doute, nous ramène bien vite à une atmosphère ‘vivante‘ et bondée d’énergie, de quoi finir ce début de soirée en beauté avec les acclamations d’un public enflammé.

Nous profitons de la pause qui nous est accordée pendant l’entracte pour aller interroger le groupe à propos des petites croix fluorescentes que nous avons pu observer sur scène, et sur lesquelles il y avait écrit « JUMP ». En effet, la scène étant extrêmement petite, nous faisons face aux dangers du métier à concourir pour savoir qui sautera le plus haut, malgré les risques de se cogner contre le bas plafond. MIRACLE CEPENDANT, les britanniques nous ont révélé que la technique des stickers a fonctionné mieux que prévu… à condition d’oublier les nombreuses fois où Shaun et Chris Lanterns (guitariste) se sont littéralement percutés.

SETLIST

  • Composure
  • Disconnected
  • Smoke Screen
  • New Rules
  • Recovery
  • Alive

– SUN ARCANA –

Sun arcana L'international - Error 404 - Juliette Plachez

Il est maintenant 20h30, et toujours dans la lancée des petits groupes de rock alternatif, place maintenant à Sun Arcana. A notre agréable surprise, les clichés sur l’Angleterre ne semblent pas s’appliquer ce soir. En effet, bien loin de nous amener une vague de pluie, c’est plutôt dans une atmosphère vaguement mystérieuse que nous nous trouvons emportés, colorée toutefois par une dose de ‘soleil‘ présente à la fois dans la voix rauque de Tom Harper-Ward (vocaliste) mais également dans les couleurs chaudes utilisées pour éclairer la scène. Serait-ce néanmoins suffisant pour réchauffer le cœur du public?

Bien loin de faire trembler la salle, ce dernier semble plutôt calme et statique. Mais…plus pour longtemps. Effectivement, nous assistons à présent à la collision d’une puissance instrumentale féroce, à celle d’une émotion intense, dont le choc est similaire à un raz-de-marée. C’est notamment le cas lorsque la voix grave du chanteur s’envole soudainement le long d’une large gamme d’aigus qui, à de nombreuses reprises, nous rappelle un peu Muse.

Le temps d’un instant, on aurait dit que la tempête était passée, et que nous nous dirigeons à présent vers de nouveaux horizons plus doux. Que diriez-vous d’embarquer pour une ballade? HA! Vous y avez-cru, vous? Parce que nous, oui, et nous avons bien entendu accepté cette proposition… avant de nous rendre compte que cette paisible rivière nous emportait en réalité vers de puissants horizons inconnus. Lorsque le groupe entame Let Me Down, de manière si calme et différente des précédents morceaux, qui aurait pu se douter que nous allions bien vite nous retrouver au cœur d’un refrain tourbillonnant qui nous entraîne loin des rivages? (Let me down? More like… Let me DROWN dans une mer d’émotions, oui).

Wonderful, quelle façon de terminer ce set de manière ‘merveilleuse’, n’est-ce pas? C’est avec un enthousiasme apparent que le public se mêle au groupe pour cette dernière chanson. Il semblerait que Sun Arcana a vraiment su convaincre la foule puisque avant même qu’ils ne terminent, nous pouvons déjà entendre une masse de compliments quant à la voix impressionnante du vocaliste qui n’a laissé personne de marbre.

Comme quoi, les rayons de soleil anglais ont pu briser l’accueil glacial d’un public peu réceptif, et ainsi parvenir à destination, malgré un trajet peu mouvementé. Enfin…ce trajet peu mouvementé ne les concerne pas car croyez-moi, Sun Arcana s’est cogné la tête à de nombreuses reprises. On vous avait pourtant dit de faire attention !!! Par conséquent, nous attribuons 1 point pour l’efficacité de Led By Lanterns et 0 pour le manque d’attention de Sun Arcana vis-à-vis du plafond. N’ayez crainte cependant, la prochaine fois, ce sera la bonne, alors, ne lâchez rien !

Sun arcana L'international - Error 404 - Juliette Plachez

SETLIST

  • Fracture
  • Thru the Night
  • Sleep Talking
  • Let me Down
  • Hard to be Around
  • When I Turn Cold
  • Wonderful

– NORMANDIE –

Normandie L'international - Error 404 - Juliette Plachez (33 sur 44)

Voilà à présent que la salle plonge dans une obscurité absolue. 21h30 au cadran. Il est désormais l’heure d’accueillir Normandie, un groupe suédois dont l’excellence ne semble plus à prouver auprès du public français. D’ailleurs, leur entrée en scène s’accompagne d’un tonnerre d’applaudissements ainsi que d’un réel spectacle de lumières! Quel dommage qu’un problème technique se sentait dans le devoir d’intervenir… C’est d’autant plus drôle qu’il a fallu que le micro ne fonctionne pas sur Ecstasy puisque au moment-même où Philip Strand (vocaliste) chante les paroles « I can hear the sound of you running away », eh bien figurez-vous que ce n’était peut-être pas totalement faux, car l’envie de fuir était bel et bien présente à cause de l’absence de son.

PAS DE PANIQUE A BORD !!! Ce dernier est enfin revenu pour le plus grand plaisir de nos oreilles. Juste à temps pour entendre la foule chanter à l’unisson. A peine les premières notes démarrent-elles que nous pouvons déjà affirmer que la salle entière est toute déchaînée. Nous ne sommes peut-être pas en Normandie, au bord de la mer, mais au vu du mouvement de foule intense, la mission « voyage musical à l’internationale » semble toutefois accomplie.

Le concours de la personne qui saute le plus haut est d’ailleurs de retour  (en même temps, difficile de rester sur place à l’entente de leur musique…). Je me permets donc de déclarer les paris ouverts quant au champion olympique qui nous fera son plus beau saut en hauteur ce soir (tout en restant en vie s’il vous plaît, hors de question que vous imitez tous HUGO, car à force de vous cogner, inutile de préciser que cela finira par créer des BOSSES, et ne fera en aucun cas de vous des…big boss).

Mais enfin, cette petite parenthèse maintenant close, on a bien mérité une pause durant laquelle le chanteur tente de nous charmer avec ces quelques mots français : « bonzoir » et « santé » étaient au rendez-vous. Et, lorsque la question du nombre de personnes à avoir déjà vu le groupe auparavant fut posée, on pouvait voir une quinzaine de mains se lever sur une centaine de personnes présentes ce soir-là, ce qui est extrêmement peu. Mais par la même occasion, ce nombre est révélateur du succès qu’a Normandie lorsqu’il s’agit de conquérir des terres inconnues.

Laissez-moi vous dire que… vous n’êtes pas prêts pour la suite cependant. En effet, après s’être longuement défoulé, il est grand temps de sortir vos mouchoirs et de ralentir votre rythme cardiaque. En outre, il est maintenant trop tard pour faire marche arrière : ‘Les cloches ont sonné‘, appelant de fait pour une ballade sur The Bell, avec son bridge en suédois qui n’est pas sans effet sur l’auditoire. Au contraire, il semble même le mouvoir de plus belle.

Normandie L'international - Error 404 - Juliette Plachez (32 sur 44)

Néanmoins, cette pause semble n’être que de courte durée. En effet, la salle retrouve bien vite toute l’énergie qu’elle a à revendre. On peut dire que cela tombe bien! Les Suédois décident justement de revenir à leurs coutumes de 2016 en nous faisant un bon gros breakdown sur Fight, en voilà de quoi retourner tout un monde. C’est d’ailleurs le cas puisque ENFIN, cela a permis la création d’un début de moshpit comme on les aime. Autrement dit, THE MOMENT que l’on attendait depuis tout ce temps.

C’est finalement sur une touche nostalgique que la soirée prend  fin avec Collide, où le jeu de lumières était à son summum. Quel parfait moment pour dire que Normandie nous en a fait voir de toutes les couleurs aujourd’hui, au vu de ces éclairages arc-en-ciel.  Pas de rappel sur scène malheureusement , étant donné qu’ils ont fini tout juste sur les chapeaux de roue. C’est donc avec des souvenirs pleins la tête et le cœur rempli de joie que cette soirée s’achève.

SETLIST

  • Ecstasy
  • Awakening
  • Believe
  • Dead
  • Maniacs
  • Pay for This
  • Don’t Need You
  • The Bell
  • Ghost
  • Fight
  • Enough
  • White Flag
  • Collide

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :