C’est dans un Zénith plein à craquer que nous nous rendons pour accueillir James Blunt, cet artiste à la si grande carrière, où il présentera ce soir son dernier album, Once Upon A Mind, sorti fin octobre. Léa Paci, déjà en duo sur la version française du hit Cold, sera à nouveau mise à l’honneur en assurant la première partie du concert parisien.

Léa Paci @Zenith - Juliet Faure
Léa Paci @Zenith – Juliet Faure

La chanteuse de 23 ans nous propose un set intimiste et chaleureux d’une quinzaine de minutes qui enchantera. Sa maturité impressionne, autant dans la rondeur de son chant grave et juste que par ses textes émanant d’un certain vécu. Évoquant des sujets tels que les rêves et les angoisses (A nos foliesAdolescente Pirate), la jeune fille à la voix éraillée s’annonce d’hors-et-déjà prometteuse au sein du milieu musical.

Des sons de cloches, trois immenses écrans, la silhouette d’un James Blunt et sa guitare qui se dessine… Ca y est, le show commence, et ce sur les chapeaux de roues, avec l’entraînant How It Feels To Be Alive, tiré de son dernier opus. Le britannique est survolté et ne cessera de l’être de toute la soirée. Après le brillant The Truth, il lancera un ‘Ca va, Paris?’ qui ravira la foule. High, titre de son tout premier album, Back to Bedlam, nous ramène des années en arrière ; un avant goût d’une setlist éclectique, pour mieux nous plonger dans chaque albums tout au long de la soirée.

James Blunt @Zenith - Juliet Faure
James Blunt @Zenith – Juliet Faure

Outre la musique, la soirée est animée par le franglais absolument parfait (si si) du chanteur, surplombé de son humour lui aussi absolument parfait (on vous le jure) : ‘Mon français c’est absolument merde, ce soir, un peu de franglais.’ Il enchaînera alors les blagues, tout comme sur le calvaire des petits copains et autres maris qui accompagnent leurs femmes au concert:
‘Pour une soirée romantique, les mecs sont : ‘How long is this concert ?’
‘5h.’ (Horreur et damnation!)
et de rajouter qu’ils ne s’amuseront pas avec leurs femmes en rentrant chez eux car James Blunt fait des ‘Chansons misérables, your femme will be crying.’ James Blunt et l’auto-dérision, toujours un plaisir.

Mais place à nouveau aux chansons, et notamment aux émouvants Goodbye My Lover et I Really Want You. Meme si il nous fait rire, l’artiste est un mélomane dans l’âme et c’est avant tout pour cela qu’on l’apprécie. Il reviendra sur le dernier album avec, The Greatest, aussi appelée, ‘une chanson pour les enfants’, un morceau adressée à la jeunesse, à celle qui récupère un monde dirigé par l’argent, un monde qui se meure et pour lequel le chanteur aimerait que les futurs générations se battent, pour ne pas le voir dépérir encore plus.

Il s’amusera encore, indiquant au public qu’il a dû payer les musiciens qui l’accompagnent pour qu’ils jouent avec lui sur la tournée. C’est sa façon à lui de nous introduire Léa Paci qui montera sur scène pour jouer Halfway en duo avec le britannique. Un moment magique. Et puis, James Blunt en a apparemment assez de nous voir assis et sollicitera l’assemblée entière pour qu’elle se lève et entonne le dansant Postcards devant une foule qui répondra présent. Mais, public parisien, il se le demande: ‘Are you chaud?’ car il faut continuer sur notre lancée avec le rythmé Stay The Night? Oui, le public est chaud!

Mais que serait un concert du chanteur sans le hit qui a lancé et forgé sa carrière? L’indémodable You Are Beautiful sera repris presque a cappella par l’assemblée pour un moment touchant, et même vibrant. Terminant sur le tubesque OK, James Blunt veut encore nous faire bouger. Il demandera même à l’audience de se baisser, un instant, ‘Get down, cet down, get the f*ck down’, avant de se relever pour le refrain, à nouveau prêt à faire la fête. Une véritable rockstar ce James !

Mais non stop! Où aller vous? Rien n’est encore fini!

Le rappel se fait, James Blunt prend place pour nous interpréter l’un des bijoux du dernier album, le magnifique et émouvant Monsters traitant de la maladie de son père. On vous somme d’ailleurs d’aller regarder son clip pour mieux comprendre l’émotion intense perçue au Zénith. Enfin, nous retrouverons à nouveau Léa Paci sur scène, le temps d’une chanson, sur le fameux Cold, premier single du dernier album. Et puis, tout en apothéose, le rythmé Bonfire Heart clôturera la soirée comme il se doit. Merci l’artiste, c’était beau, c’était vrai.

Des titres qui se bousculent, une scénographie impeccable on ne savaient plus où donner de la tête, pour notre plus grand bonheur. Entre rires et larmes, James Blunt prouve qu’il est un véritable performer, en plus d’être le brilliant compositeur / interprète qui fait chavirer nos coeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :