L’extrême fragilité, la mélancolie et la sincérité, ne sont pas forcément des critères qui plaisent à tout le monde et amasse foule. Mais ce sont les qualités qui définissent la carrière de la jeune lyriciste,chanteuse, multi-instrumentaliste et compositrice Elena Tonra. Que ce soit avec Daughter -le groupe qui l’a fait connaître au grand public- ou avec son projet perso sous le pseudonyme d’Ex:Re, qu’elle présentera au café de la danse ce lundi 08 avril.

 

-Faroe-

 

 

Avant l’arrivée d’Elena et de ses musiciens la première partie monte sur scène dès 20h. Un jeune frenchie un peu timide mais très ravi d’être là car il avait prévu d’assister à ce concert certes, mais pas en tant que qu’artiste. Faroe est très simple, tout comme sa musique. Pas besoin d’énormément de machins et de bidules sur scène, ou même d’une tonne de lumières, non ! Il se contentera de son synthé et de sa guitare.


C’est donc des balades intimistes (re)visitées par d’autre genres et influences qu’il nous présente ce soir. On se retrouve nez à nez avec des influences venant de l’électro ambiant, de la pop, ou même de la folk. Le jeune homme assez timide (il faut dire que même si le public est réceptif il reste très calme) s’épanouit petit à petit sur scène surtout lorsqu’il a entre ses mains sa guitare. On retiendra que plus on s’éloigne de son univers de base et mieux c’est. On découvre des chansons plus intéressantes, avec plus de présence et de prestance.

 

-Ex:Re-

Presque une demi-heure après, Elena Tonra grimpe sur scène et très vite dans un silence complet et presque religieux démarre My Heart, LA ballade acoustique de l’album. Aussi vite que l’éclair Elena Tonra enchaîne sur Where The Time Went sous des applaudissements un peu timides et furtifs. Enchaînement parfait car les accords se ressemblent et entre temps le reste des musiciens (le batteur Fabian Prynn, la violoncelliste Josephine Stephenson, et le guitariste Jethro Fox) se placent derrière leur instruments respectifs.


Oui, oui nous avons un énorme penchant pour I Can’t Keep You et de ce fait nous sommes très ravis d’entendre ce titre en début de set! Cependant, nous ne sommes pas les seules et l’ambiance commence enfin à se réchauffer. Il faut dire que le son intense et claquant de la caisse claire de Fabian a dû en réveiller plus d’un dans la salle. A
llez hop, malheureusement vous ne pourrez pas vous contenter de fermer les yeux et de naviguer à travers les jolies mélodies ce soir monsieur *se prend à nouveau une claque dans les oreilles par la caisse claire*

Cet album est un raz-de-marée d’émotions et de poésie qui vous submerge, vous noie, et vous coupe. Et pourtant c’est exactement ce que la foule est venue vivre ce soir. L’ambiance est belle et particulière dans cette salle qui semble être taillée spécialement pour l’occasion. Lorsque Too Sad est jouée, nous pouvons pratiquement voir les moments douloureux et la souffrance s’échapper des pores de la jeune femme. Quelle voix, quelle performance !
C’est probablement pour ça que le matériel se met à poser problème. Et bah oui, il n’y a pas que nous qui en avait gros sur le cœur. C’en est trop pour la guitare aussi, elle jette l’éponge ! “Fab, Josephine… Jazz ! “ s’écrit Elena histoire de détendre l’atmosphère et régler le problème qui persistera mais qui sera réglé par des bonnes blagues, des musiciens très talentueux et… du gaffeur.

La timidité, la sensibilité et les blagues de la chanteuse ont complètement conquis le public ce soir. Tout le monde dans la salle en est gaga les “I love you”; “omg elle est trop cute!!”; “Bravo on t’aime !” ne s’arrête quasi-jamais.

Romance qui est la dernière chanson avant l’encore- démarre et la foule n’a jamais été aussi enthousiaste. Surprenant au vu des thèmes des chansons et du genre hein ?! La foule ne cesse d’acclamer le groupe qui a été fantastique tout au long du show. Les premiers rangs se mettent à chanter à tue tête les paroles tout en sautant et dansant remplis de joie.

Chose qui ne manquera pas de faire sourire tout le monde sur scène. On applaudit d’ailleurs la performance de Fabian Prynn derrière la batterie qui épate.

 

Et c’est avec une cover que Ex:Re clôture cette soirée. La violoncelliste Josephine Stephenson a apporté quelque chose d’exquis tout le long du set mais c’est réellement lors de ce morceau qu’elle brille et nous fait rêver ! Un grand moment de musique qu’on espère pouvoir revoir d’ici peu de temps.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :