La rentrée bat encore son plein que la saison des concerts débute avec en ce mois de septembre de nombreux évènements autour de la J-music. Situé non loin de Châtelet, le bar « Le Klub » accueillait un jeune groupe de rock assez méconnu en France : Esprit d’air. Celui-ci se compose de quatre membres dont KAI le chanteur, ELLIS le bassiste, RYO le guitariste et DAISHI le batteur. Tous japonais, ils résident actuellement à Londres afin de promouvoir leur musique à l’international. En ce 13 septembre, il se produisait donc pour la première fois à Paris accompagné par l’artiste français Lightning en première partie.

 

Dès l’ouverture des portes à 19h, les fans du groupe se rassemblent dans le sous-sol du bar en attendant le début du concert. Étriquée et découpée par les piliers, la salle ne permet pas d’observer correctement la scène si l’on s’éloigne. Il n’y a pas que des désavantages dans ce genre de petite salle bien au contraire. Au-delà de son prix réduit, celle-ci offre une grande proximité entre les artistes et le public présent.

 

À 20 h, la première partie débute avec l’arrivée de Lightning sur scène. Lightning, ou Sébastien Fontaine de son vrai nom, s’inspire du courant du Visual Kei japonais qui a connu un grand succès dans les années 90 et perdure aujourd’hui. Auteur, compositeur, parolier et musicien, il est produit depuis 2015 par le label japonais Kira Kira et lance, à partir de cette date, sa carrière solo après avoir participé à plusieurs groupes de rock.

 

Durant ce concert, il venait présenter sa nouvelle musique dont la sortie le 26 septembre dernier, Past to Future. Au début du show, on peut critiquer le mixage sonore qui couvre à plusieurs reprises la voix du chanteur, mais cela s’améliore dès la troisième chanson. Lightning joue successivement ses différents singles dont Love with the Demon. Au milieu de la setlist, il réalise un solo de guitare où il reprend certaines musiques célèbres du répertoire japonais telle que Kurenai de X-Japan. Les fans présents saluent sa prestation et n’hésitent pas à échanger directement avec l’artiste entre les différents titres. La performance se conclut avec la chanson Selfish Dance avant de rejoindre le public et laisser place au groupe Esprit d’Air.

 

Pendant cette tournée européenne, le groupe présente les différents titres de leur premier album Constellation. Après sa création en 2010, ce dernier a connu de multiples aléas au cours de sa carrière. Leur popularité grandit progressivement au Royaume-Uni et il commence à se produire à l’étranger notamment lors de convention. Une de leur chanson, Shizuku, fait même parti de la sélection du célèbre jeu de rythme Rock Band #3 et devient une des musiques les plus jouées. Quelque temps après, le chanteur d’origine, YOSH, quitte le groupe pour des raisons personnelles. En 2013, il est remplacé par COMA ainsi qu’un guitariste supplémentaire, HAKUREN. Rapidement, COMA décide de retourner à Tôkyô ce qui marque la dissolution du groupe alors qu’un label se proposait de les produire. Il se reforme en mars 2016 sans le duo HAKUREN / YOSH et reprend sa carrière avec une production indépendante.

 

En tant que français, la première question qui nous vient en tête est « pourquoi avoir choisi de s’appeler Esprit d’Air ? », « pourquoi utiliser du français ? ». D’après le bassiste ELLIS, ce sont les sonorités ainsi que sa signification qui ont convaincu les membres du groupe d’adopter ce nom. Les musiques s’enchaînent et le public ne faiblit pas en énergie. Il faut bien dire que tout au long du concert, les artistes ont tout fait pour créer un lien à travers divers échanges et gestes envers les spectateurs. La voix du chanteur KAI oscille aisément du grave à l’aigu en fonction des titres interprétés. Un des chansons les plus attendues par le public fut certainement Sand Storm qui le transforma en une seule et même vague en face de la scène.

 

 

Autre titre de la soirée, Calling You marque des instants plus calmes qui permet au public de reprendre son souffle avant d’entamer la dernière partie du spectacle. Le groupe interprète également un cover de Dead End de Seraphine, particulièrement apprécié par le public. À la fin de celui-ci, le groupe reçoit un drapeau français de la part des fans présents dans la salle que le chanteur accroche le temps d’une chanson. Le concert se prolonge d’une dizaine de minutes avec deux « encore » demandés par le public. Esprit d’Air prend alors le temps d’aller à la rencontre des personnes présentes dans la salle pour réaliser des selfies et échanger quelques mots avec.

 

 

 

Un petit concert bien mené avec des artistes intéressants dont on aimerait voir la popularité monter. S’il y avait bien un défaut ce soir-là, c’était le remplissage de la salle qui dépassait à peine la moitié de sa capacité du début à la fin. Est-ce dû au caractère confidentiel des groupes ou à sa date de milieu de semaine ? Personne n’a vraiment de réponse, mais ce qui est sûr c’est que l’on a hâte de revoir Esprit d’Air en France dans une salle à l’acoustique plus accueillante.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :