– Ancestors 19h-19h45 –

Ancestors @ Glazart © Photographe Romain Keller pour Error404

 

Cette soirée stoner s’ouvre par… du psyché rock ! Rien à voir avec le stoner, mais c’est bel et bien Ancestors qui ouvre le bal pendant ces premiers trois quarts d’heure.

Ancestors @ Glazart © Photographe Romain Keller pour Error404Les titres du groupe seront composés de manière un peu différente. On aura tantôt des morceaux très rock atsmophérique, avec un rythme lent qui évoluera pendant de longues minutes, et tantôt des titres plus orientés synthétiseurs et eighties (en conservant l’aspect psyché bien sûr). Le troisième titre, supposément Release, viendra flirter avec la darkwave et ce genre de mélodie teintée d’electro. Synthé, baguettes qui s’entrechoquent pour créer le rythme. On est totalement dans l’ambiance Stranger Things ou dans ce que fait The Birthday Massacre habituellement. Le morceau représente cela dit assez bien l’artwork de l’album Suspended In Reflections, sorti en août dernier, que le groupe est venu défendre ce soir-là.

Le groupe quitte la scène sur un simple « thank you » sans avoir communiqué  avec l’audience auparavant. Le genre qui veut ce côté mystérieux et détaché, on imagine.

Jolie découverte du groupe pour nous ce soir-là.

– Sasquatch 20h – 20h55 –

Sasquatch @ Glazart © Photographe Romain Keller pour Error404

Premier groupe de stoner de la soirée, Sasquatch débarque un peu avant 20h et s’amuse à faire des « checks bananas » pour tester le son. On comprendra rapidement durant le concert qu’il s’agit d’une private joke entre les membres, qui n’ont pas hésité à reparler des fameuses bananes durant le show. Un mystère qui nous laissera à la fois perplexes, mais surtout très curieux.

Là où Ancestors avait joué dans une ambiance tamisée monocouleur, Sasquatch s’amusera un peu plus avec la lumière. Aucun spot frontal (c’est notre photographe Romain qui était ravi ..!) de lumière, mais uniquement des barres verticales blanches et des spots tantôt rouges, tantôt bleues, toujours dans une ambiance assez tamisée et atmosphérique.

Le groupe jouera principalement son premier album, nommé lui aussi « Sasquatch », et son dernier album sorti l’an passé et nommé Maneuvers.

 

– Wo Fat – 21h10 – 22h –

Wo Fat @ Glazart © Photographe Romain Keller pour Error404

Le public était plutôt timide jusqu’à Wo Fat… mais tout cela a bien changé avec l’arrivée du troisième groupe de cette soirée à Glazart. Au passage, je n’avais pas encore fait de concerts à Glazart et sa localisation proche du Zénith/Trabendo/Cabaret Sauvage le rend très attractif ! L’avantage principal du lieu ? Une plage de sable pour des concerts en extérieur, un espace ambiance festival avec des tables et bancs en bois qui sont un peu couverts. Le temps de boire un verre ou de discuter entre deux concerts entre amis. On remarquera également au niveau du merch que des projecteurs diffuseront diverses formes psychédéliques au mur. Je ne saurais dire si c’était propre à Glazart (probablement) ou au concert (moins probablement).

Guitare WoWo, ou plutôt WahWah, le stoner de Wo Fat est ultra efficace. Le rythme prend aux tripes, et est très décousu.

Wo Fat @ Glazart © Photographe Romain Keller pour Error404Après deux premiers morceaux, c’est Sasquatch qui pointe de nouveau le bout de son nez sur scène. La scène qu’ils avaient quittée une demi-heure plus tôt leur manquait visiblement beaucoup et ils se sont donc invités pour chanter une chanson avec Wo Fat.

Le groupe n’a pas spécialement sorti de nouveaux titres ces dernières années, se contentant de laisser vivre « Midnight Cometh » depuis 2016 et c’est donc un joli cocktail piochant quelques ingrédients de chacun des albums que Wo Fat nous a servi ce soir.

C’était pour ma part la plus belle prestation de la soirée !

– Elder – 22h30 – 23h45 –

Le quatuor américain était le groupe attendu ce soir. Dernier groupe de cette longue et belle soirée autour du stoner américain, le groupe se présentera comme étant bien plus mélodique que Wo Fat. La première chose que l’on remarque à leur arrivée, c’est que le groupe a énormément de stuff par rapport aux autres groupes. Des racks de pédales à effet qui n’en finissent plus, des synthétiseurs (qui seront d’ailleurs utilisés seulement 30 secondes à la fin de la chanson)… La scène en elle-même était assez impressionnante. Ce n’était pourtant rien par rapport à la scène AVEC les musiciens ! (On dit merci, Captain Obvious !)

Allez savoir pourquoi, c’est sur Compendium que le public s’est surexcité soudainement ! Chanson phare du précédent album du groupe, « Lore« , les slameurs sont arrivés en force. Une jeune fille a notamment fait des roulades (involontairement) en slam. Des ninjas, qu’on vous dit ! Le public déjà un peu éméché a pris un grand plaisir à sautiller, gesticuler et foutre un peu le bordel de façon très locale : on avait plein de micro-pogos un peu partout et c’était assez amusant à voir !

 

On a eu droit à un très bon plateau de stoner américain ce soir à Glazart, alors merci Garmonbozia pour cette soirée et à la revoyure !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :