DANS LE DERNIER EPISODE

Après avoir échappé à d’étranges poursuivants à l’apparence occulte et fait un voyage dans le futur pour assister à un concert de Dragonforce d’anthologie, Kärscheras se retrouve en présence d’un être supérieur s’adressant à lui directement dans sa tête, ou peut-être est-ce dans son cœur ?

La silhouette se tenait toujours dans son grand halo lumineux, immobile, à la fois impressionnante et rassurante, comme un souvenir venu du fond de mon enfance. Des mélodies que je n’avais pas entendues depuis des années s’insinuaient dans ma tête, tournant en boucle en évoquant des images d’un autre temps. Les levers à 6h30 le weekend pour ne pas rater le début des dessins-animés, la hâte de la sortie d’école à 16h30 pour réussir à être à l’heure devant les rediffusions de Dragon Ball Z et des Chevaliers du Zodiaque, l’attente pendant des jours qu’il se passe quelque chose dans l’intrigue parce que le moindre arc narratif se devait de durer au moins 100 épisodes. La saveur et l’insouciance de l’enfance.

Le temps de réaliser qui se tenait en face de moi, je m’aperçus que je n’étais plus dans cette étrange cave et que la borne au dragon avait disparu. A la place se dressaient autour de moi les murs du Nouveau Casino, et je compris que je n’avais en fait pas quitté 2020, et que l’homme qui se tenait devant moi, flanqué de deux roadies à la carrure imposante, était la voix de milliers d’enfants d’hier et d’aujourd’hui : Bernard Minet.

Accompagné du groupe de metal cannois Heart Attack et à la veille de la sortie de son album Bernard Minet Metal Band, le batteur des Musclés s’est extirpé des conventions pour lancer cette tournée au concept improbable, creuser jusqu’au fond de votre enfance et en faire ressortir les meilleurs souvenirs revisités à la sauce sidérurgique.

 

– ROADIES OF THE D –

Roadies of Tenacious D @Nouveau Casino
Roadies of Tenacious D @Nouveau Casino

Mais avant de remonter si loin dans le temps, arrêtons-nous seulement quelques années en arrière avec les Roadies of the D. Les plus perspicaces d’entre vous l’auront sûrement compris, il s’agit d’un tribute band au célèbre duo américain Tenacious D formé par l’acteur Jack Black et son compère Kyle Gass. Ici point de formation trop imposante, seulement deux guitaristes et leurs voix respectives interprétant une série de tubes du groupe angelin. On note l’effort de style puisque les deux musiciens ne se contentent pas de jouer la musique de Tenacious D, mais viennent carrément cosplayés en eux. Sachant que Bernard Minet passe le plus clair de son temps en convention depuis quelques années, peut-on dire que la boucle est bouclée ? Certainement pas, mais le clin d’œil est tout de même apprécié.

Le début du set est long, TRES long. Le duo commence par interpréter Flash, mais en faisant tourner seulement la première note en boucle pendant bien cinq minutes. Commençant ce long et répétitif riff assis dans les escaliers menant à la mezzanine, les deux compères descendent petit à petit, puis entament leur traversée de la foule avant de se poser face à face au milieu, toujours sur la même note, réglés comme une paire de métronomes. Puis au bout de quelques instants ils se dirigent vers la scène, fendant une fois de plus la foule, avant d’aller s’installer derrière leurs micros, tandis que la foule s’agitent silencieusement, se demandant quand sera rompue cette longue suspension.

Puis le morceau commence enfin, et on s’aperçoit vite qu’en plus d’adopter le style vestimentaire de Tenacious D et de jouer leurs morceaux, les Roadies of the D sont également d’excellent sosies vocaux de leur groupe-mère. Reprenant les meilleurs morceaux du groupe avec une efficacité surprenante pour un guitare/voix et beaucoup d’autodérision (comme on pouvait s’y attendre), l’esprit de Jack Black et Kyle Gass est bien là et le public se laisse emporter en reprenant les hymnes en cœur.

Le duo se permet quelques écarts à sa doctrine en interprétant des parties de Chop Suey ! et Ace of Spades, toujours seulement en guitare/voix, et toujours aussi efficacement. Tout au long du set la scène est en contre-jour, baignant les musiciens dans une lumière christique, en rajoutant encore plus au côté jusqu’au boutiste de la performance.

Fidèles à son nom, le duo rend hommage à Dimitri et Mélanie (respectivement au son et à la lumière ce soir-là) (de vrais amours, je les embrasse) pour leur travail avec le morceau Roadie dédié à tous les techniciens du spectacle du monde (j’ai versé ma petite larme je l’avoue).

Pour finir en beauté, ce tribute band de Tenacious D nous interprète Tribute de Tenacious D, suivi par le public conquis. Les vrais Tenacious D seront de passage mercredi prochain au Zénith de Paris, l’occasion de mesurer ce magnifique ersatz montpelliérain à sa matrice. Mais en attendant dans la petite salle qu’est le Nouveau Casino et dans cette soirée pleine de second degré, les Roadies of the D ne détonnent pas et offre un bon divertissement, à la fois infiniment sérieux et plein d’auto-dérision.

Setlist :

  • Flash
  • Wonderboy
  • History
  • Ace of Spades (Motörhead Cover)
  • Rize of the Fenix
  • Roadie
  • Fuck Her Gently
  • Chop Suey (System of a Down Cover)
  • Tribute

 

– BERNARD MINET METAL BAND –

Bernard Minet @Nouveau Casino
Bernard Minet @Nouveau Casino

Voilà un nom qui a de quoi faire lever les sourcils, associant deux univers a priori pas trop liés l’un à l’autre… Pourtant, une fois devant le fait accompli le lien devient évident. L’entrée se fait dans une lumière rouge uniforme éclairant un épais écran de fumée. Le groupe Heart Attack rebaptisé pour l’occasion vient se positionner sur scène en jouant une intro plus digne d’un concert de Death Metal que de la compilation de comptines promises, et puis retentit enfin la voix du maître de cérémonie.

Bernard Minet commence à haranguer la foule depuis les coulisses, toujours sur le mur sonore de l’intro, puis entre sur scène avec veste en cuir et bracelets de force toujours en s’adressant au public pendant que la tension monte. Contrairement à un show traditionnel, le premier morceau (Goldorak Go) est introduit longuement par le chanteur faisant jouer la fibre nostalgique des spectateurs. C’est un des aspects les plus atypiques de ce concert, chacun des morceaux est précédé par une introduction parlée afin d’annoncer duquel il s’agit, de le remettre en contexte, éventuellement de laisser échapper deux ou trois anecdotes…

Car Bernard Minet est une vraie vedette sur scène, serrant des mains tel un politicien entre ses couplets, occupant toute la place sur scène, blaguant avec le public, un vrai showman n’ayant pas peur de briser un peu le rythme du concert pour finalement le dynamiser encore plus. Mais trêve de bavardages, le morceau commence et dévoile immédiatement une des grandes qualités de ce projet : les arrangements sont parfaitement crédibles. On n’a pas l’impression d’avoir affaire à de bêtes reprises metal comme il en existe des dizaines sur youtube ; en fait, changez tous les textes et vous vous retrouverez avec un album de metal tout à fait crédible en tant que tel.

Bien évidemment sur une date comme celle-ci le public est immédiatement transporté et chante en cœur la quasi-totalité des paroles de la soirée. Les musiciens ne sont pas en reste puisque Bernard lui-même est obligé de tomber la veste au bout de deux morceaux, complètement en nage. Le second morceau de la soirée est l’iconique Bioman, précédé de la version parodique des Inconnus par le public sur la demande du chanteur lui-même, montrant que ses airs de star ne sont en fait qu’une bonne dose d’autodérision.

Et les tubes de notre enfance s’enchaînent. Ranma ½, Olive et Tom, le chanteur se replonge dans ses jeunes années pour interpréter ses plus grands titres, mais pas seulement. On trouve également quelques reprises dans la setlist comme Nikki Larson (présente sur le futur volume 2 de l’album annoncé officiellement sur scène !) ou encore Denver que le groupe jouera même deux fois de suite face à l’engouement du public.

La fin du set devient encore plus personnelle pour Minet. Après avoir demandé un « Wall of the Death » sur Ken le Survivant, il revient à l’époque des Musclés et s’installe derrière la batterie pour un solo furieux. Puis, après un touchant hommage au Club Dorothé, et à ses disparus, Le groupe revient sur scène pour interpréter La Fête au Village, l’un des plus grands tubes de l’ancien groupe du chanteur, pour lequel s’invite sur scène un des membres du public, s’emparant d’un des micros de back pour lâcher son plus beau chant yodel. Puis vient la pièce maîtresse du répertoire avec l’enchaînement des deux premiers génériques des Chevaliers du Zodiaque, immédiatement suivi de Capitaine Flam pour enfin dire au revoir à la foule sur une reprise de Bioman, non sans avoir avant promis que le groupe reviendrait dans la capitale l’an prochain, probablement avec un second album à son actif.

Bernard Minet @Nouveau Casino
Bernard Minet @Nouveau Casino

J’avais déjà eu l’occasion de retomber en enfance avec Henri Dès au Motocultor l’été dernier, mais ici on est à un tout autre niveau. Le public est à fond, les musiciens aussi, Bernard Minet donne tout ce qu’il a, et surtout la musique apporte une réelle plus-value aux morceaux de base (je vous jure, je ne pensais pas que Jeanne et Serge puisse sonner aussi lourd et martial) tout en restant diversifiée avec des inspirations variées selon les morceaux (thrash, power, heavy, punk…).

Carton plein pour cette soirée, un beau moment de communion entre de vieux enfants heureux de retrouver le temps d’un concert leur insouciance perdue depuis longtemps et l’homme qui leur a compté pendant toute leur jeunesse les histoires qui habitent encore leurs rêveries aujourd’hui. Le Bernard Minet Metal Band est un ovni, mais un ovni qui tombe sous le sens une fois qu’on l’a dans les oreilles, et on attend avec impatience le volume 2 et la prochaine date parisienne que le chanteur nous a promis ce soir.

Setlist :

  • Entrée
  • Goldorak Go
  • Bioman
  • Sylver Hawks
  • Ranma 1/2
  • Le Collège Fou Fou Fou
  • Olive et Tom
  • Les Samouraïs de L’Eternel
  • Denver le Dernier Dinosaure (x2)
  • Nicky Larson
  • Jeanne et Serge
  • Conan L’Aventurier
  • Ken le Survivant
  • Solo de Batterie
  • La Fête au Village
  • La Chanson des Chevaliers
  • Les Chevaliers du Zodiaque
  • Capitaine Flam
  • Bioman (reprise)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :