Take me to church…

Nous avons beaucoup péché en 2019 sur Error404. Concerts satanistes, festival des enfers ou autre voyage en Angleterre dans un but démoniaque, il est grand temps pour nous d’aller nous confesser. C’est donc ce lundi 16 décembre, toujours en plein milieu des grèves, que nous nous sommes rendus avec l’acolyte Romain à l’Eglise Saint-Merry, au coeur de Paris. Vous l’avez déjà probablement vu si vous avez visiter Paris un jour : il s’agit d’une énorme église juste à côté du pôle de Chatelet Les Halles. Bref, allons donc nous faire pardonner de tous ces concerts de musique sauvages.

amenra a Eglise Saint Merry - Romain Keller pour Error404

Etrangement, on nous demande un billet à l’entrée… Qu’est ce qu’il se passe ? Nous sommes de nouveau arrivés à un concert pour avoir besoin de billets ou qu’est ce qu’il se passe ? Il y a un bug dans la matrice, Jamie. Une table magique nous fournit alors des billets et nous pouvons entrer dans l’Eglise. Des chaises installées de fond en comble de la salle, et une atmosphère lourde pèse dans l’Eglise. Plongée dans le noir, on sent que quelque chose d’anormal pour ces lieux se prépare. En avançant un peu dans l’Eglise, on remarque rapidement sur notre gauche une table avec de nombreux cierges, et entre eux des vinyles, et quelques t-shirts. Une table de merch, dans une église, vraiment ?! En y regardant encore un peu plus loin, on distingue même un bar servant de la bière. Nous voilà dans de beaux draps. Nous arrivons nous excuser de nos péchés dans la seule Eglise qui vend de la bière et du merch. And here we go again…

-Ashtoreth-

Astoteroth a Eglise Saint Merry - Romain Keller pour Error404

Un homme monte sur ce qui semble être une scène improvisé devant tous les sièges. La production nous avait prévenu sur l’événement facebook : le lieu n’est pas chauffé, donc il fallait garder ses affaires ! Seul sur scène, aucune lumière ne s’allume. On voit alors, Peter Verwimp seul membre d’Ashtoreth, un phénomène musical issu d’Anvers. L’homme plongé dans le noir s’empare du micro et commence à… souffler dedans…. Il y a bien trois longues minutes qui vont se passer avec uniquement le souffle d’Ashtoreth. Plutôt que de parler de concert, Ashtoreth définit ses prestations comme des « incantations ». Il y a effectivement de cela car on ne saisit pas franchement ce qu’il se passe durant ce passage. Petit à petit, Peter se transforme alors en Ed Sheraan du metal. En effet, il utilise la même façon de procéder sur scène que le rouquin le plus célèbre de l’industrie musicale. Muni d’un sampler, Peter va superposer des couches de bruits réalisés uniquement par sa bouche : souffles, claquement, pincements. Mis bout à bout, l’ambiance sonore très lourde s’intensifie et on sent monter quelque chose. Le rythme est si lent et c’est vraiment une expérience déroutante pour quelqu’un comme moi qui n’est pas du tout habitué au style. C’est d’ailleurs pour ça que je ne rentrerai pas plus que cela dans les détails car je suis trop étranger à ce genre de performance pour le moment. En plus de la partie sonore, Ashtoreth brûlera une feuille puis placera dans un pot de fumée (ayant une odeur de tabac froid pas des plus agréables) le reste des cendres tout en continuant de secouer la jarre pour diffuser la fumée dans la pièce. Vers les trois quarts de son set, Peter finira par se mettre à hurler et on comprend que le sommet de l’incantation est arrivée. Toutes les sonorités se bousculent pour créer une cacophonie lourde et oppressante comme jamais. Les bruits buccaux disparaissent petit à petit et l’ambiance retombe. Le voyage est maintenant terminé. Terminus, tout le monde descend. (au cas où ne plus entendre ces phrases dans les trains vous manquait…)

Astoteroth a Eglise Saint Merry - Romain Keller pour Error404

Au final, j’ai plutôt apprécié la performance. Ce n’est clairement pas à la portée de tous musicalement et c’est trop particulier pour être grand public, mais j’ai vraiment vécu cela comme une expérience singulière (alors que c’est peut être quelque chose de très courant dans ce milieu en réalité?). En fait, ça m’a fait penser à la polémique autour de Louys de Belleville. Ce poète qui a participé à Incroyable Talent avec ses faux airs de Joachim Phoenix et du Joker a été très critiqué pour proposer un art complètement absurde et qui ne parlait à personne. Critiqué et moqué, il a cependant le mérite de sortir des sentiers battus et d’explorer de nouvelles choses. On devrait avoir plus souvent des expériences comme celle proposée par Ashtoreth. Même si je ne retournerai probablement pas le voir s’il revenait car ce n’est pas mon style de prédilection, je suis tout de même très content d’avoir pu essayer ce genre de chose aujourd’hui ! L’ambiance dans l’Eglise rendant la chose encore plus poignante et inoubliable. Décidément, le cadre choisi pour cette soirée est vraiment incroyable.

Si le cliché du metal qui circule souvent « c’est violent, ils brûlent des églises et sacrifient des châtons » était effectivement à son paroxysme ici, c’est une super nouvelle que des institutions comme celle de l’Eglise Saint-Merry puisse proposer ce genre de projet. Les « Rendez vous Contemporains de Saint-Merry » permettent de découvrir ce lieu exceptionnel auprès de personnes qui n’y seraient peut-être jamais allé pour son utilisation première.

– Amenra –

Amenra a Eglise Saint Merry - Romain Keller pour Error404

Place aux belges les plus attendus de ce soir : Amenra. Le groupe flamand viendra reprendre le flambeau d’Ashtoreth sur scène. Cette fois-ci, il n’y aura pas une seule personne face à nous mais le groupe au complet… en cercle ?! Ce placement est un peu dommage : la moitié du groupe, et notamment le chanteur et le guitariste nous tournaient le dos durant tout le concert. Après tout, on vient plus pour la musique et sa raisonnance dans cette configuration écclésiale qu’un show avec du dialogue et des échanges. D’ailleurs, aucune communication, si ce n’est le salut final, ne sera faite avec le public. Il faisait froid dans la pièce, église oblige, ce qui donne une atmosphère toujours plus singulière à ce concert.

C’est après quelques chansons que la violoniste prendra part à la session. Pendant les premiers titres, elle était restée sur scène, stoïque, à ne rien faire. Un peu flippant, surtout qu’elle était face au public à l’inverse de Colin (chant) et Mathieu (guitare) qui nous ont tourné le dos durant tout le show.

Plus Près de Toi sera joué assez vite dans le set. Seul morceau chanté en français, je me pose des questions quant à la part acoustique du concert. En effet, on nous a promis un concert acoustique dans cette église mais au final, il y a une batterie, guitare electrique et tous les éléments qui composent Amenra habituellement. Lorsqu’on parlait de « concert acoustique », il s’agissait plutôt de l’acoustique de l’Eglise qu’un « vrai » concert acoustique. (j’entends par là à la guitare et à la voix) On pourrait presque parler d’Unplugged.  Toutes les parties « scream » des chansons étaient retirées et les guitares saturées et très lourdes ont été retirées. Au final, la musique conservait seulement les mélodies solistes en enlevant toute la partie lente et lourde propre au doom d’Amenra.

On aura le droit à Parabol reprise de Tool au milieu de Nowena et Diaken et d’autres pépites des albums Mass du groupe. (Facile à retenir, pratiquement tous les albums s’appellent Mass !)

Le titre de Tool ne sera pas la seule reprise puisque nous aurons également le droit à Het Dorp. Il s’agit d’un titre du chanteur flamand Zjef Vanuytsel, chanté evidemment en flamand par Colin.  Les morceaux d’Amenra plutôt longs se verront tous être raccourcis pour pouvoir faire tenir la quinzaine de titres joués ce soir sur une bonne heure et demie de concert.

Le set se termine sur Deemoed où Mathieu finira par se retrouver seul sur scène, après le départ à tour de rôle de chacun des autres membres et de leurs instruments. Les lumières se rallument et c’est ainsi que ce concert se termine. Il n’est que 22h15 mais Amenra nous aura proposé une heure de set des plus surprenants. Habitués ou non du genre de musique, un concert dans une Eglise aussi prestigieuse que celle-ci est une expérience à vivre au moins une fois.

Si Amenra n’est pas forcément le genre de groupe que j’écouterai sur CD à titre personnel, force est de reconnaître que  la musicalité du groupe est splendide. Ce genre de prestation dans des cadres aussi fous que celui de ce soir, c’est également un réel plaisir. Quand on a la chance comme notre webzine de pouvoir couvrir de nombreux concerts, une certaine routine se met en place dans les salles de concerts qu’on a l’habitude d’écumer toute l’année… Alors quand on a l’opportunité d’avoir quelque chose de différent, c’est carrément une bonne chose !

On a hâte de pouvoir assister à d’autres concerts concepts dans le genre ! Après l’Eglise, pourquoi pas les Catacombes ? Le cimetière du Père Lachaise ? Une maison hantée ? Dans une ruelle obscure privatisée… Il y a matière à faire pour s’amuser !

Un grand merci aux équipes ayant travaillé sur le projet de ces dates à l’Eglise d’Amenra : Cartel Concerts, À Jeter Prom & NMC live ! C’est vraiment ce genre de concept originaux qui seront, pour moi, le futur de l’événementiel ! La preuve étant : les deux dates acoustiques ont été sold-out en un rien de temps, et c’était grandement mérité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :