Little King’s Story

Marvelous, sortie sur PC le 5 août 2016

little king story cover

– Pikmin Crossing –

J'prend la route de South Park...
J’prend la route de South Park…

23Little King’s Story, c’est l’histoire sans prétention d’un petit garçon qui rêvait de devenir roi. Pour l’aider, trois ministres seront à ses côtés et le guideront : l’un pourra sauvegarder ses faits et gestes, l’autre donnera toutes les règles et conseils durant le jeu tandis que le principal vous donnera vos missions et lignes directives pour faire prospérer votre royaume. 

 

Le jeu mêle intelligemment graphismes à la MySims, gameplay à la Animal Crossing au niveau des paliers d’argent/maisons/ateliers à construire pour améliorer sa ville et d’une pointe de Pikmin au niveau de l’utilisation de vos habitants. Vous pourrez prendre des habitants sous votre aile qui seront vos humbles serviteurs. Vous pourrez, et devrez, les lancer ingratement contre les murs, sur les morceaux de bois, contre une pierre géante pour leur faire perdre leur métier… Bref, une vraie maltraitance envers vos villageois ! Le jeu se veut assez linéaire : vous aurez simplement à écouter votre cher conseiller vous dicter absolument tout ce que vous aurez à faire, le jeu ne laisse pas trop de place à l’évolution comme bon nous semble de son royaume. On suit d’avantage l’histoire et l’évolution du roi au travers d’un royaume qui s’agrandit de façon très sympathique cela étant dit. On part vraiment d’un cabanon en bois pour finir avec des rues pavées, un grand château et de nombreux habitants !

– Les rois du monde vivent au sommet –

Sorti à l’origine sur Wii en 2009, le jeu a fait l’objet d’un portage le 5 août PC. Malheureusement, ce portage se veut assez pauvre. La jouabilité est à revoir. La touche « Retour » est souvent positionné sur Echap dans les jeux, ici il s’agit de la touche retour arrière (au dessus de la touche « Entrée » sur le clavier). La souris est désactivé : tout se fait avec ZQSD également. L’inventaire s’accède via la touche « , ». Assez compliqué, d’autant plus qu’elles ne sont pas modifiable nativement ! Si vous avez une manette PS4/Xbox, cela devient beaucoup plus simple en revanche, d’autant plus que ces deux périphériques sont gérés nativement par le jeu.

La musique de lancement du jeu vous fera sans doute sourire si vous la connaissiez déjà, mais par la suite, les musiques se veulent trop simples et sans intérêt particulier malheureusement. 

Les cinématiques quant à elle sont restés dans la résolution native de la Wii avec une application d’un flou DEGUEULASSE pour faire passer ça comme ça peut. C’est vraiment dommage et ça donne un aspect bâclé au portage, qui ne donne pas forcément envie de poursuivre juste après l’introduction par exemple.

 

 

Plus + tableau Moins -
  • Personnages attachants : le petit roi nous laisse rêveur
  • Classes et système de jeu prenant le bon côté de plusieurs licences classiques : Pikmin, Animal Crossing…
  • Humour et style cartoon totalement assumé !
  • Balancer des gens sans scrupules… Bah quoi ?
  • Musiques inutiles, clairement.
  • Portage de la Wii assez pauvre : les graphismes n’ont pas bougé, les cinématiques sont floues…
  • Scénario très basique…
  • Touches par défaut pas du tout intuitives
  • Très linéaire : mission, dodo, mission, dodo, mission, dodo…

Conclusion :

 

Partant de bonnes idées, Little King’s Story raconte l’histoire d’un enfant qui se voyait déjà roi. Un scénario basique mais qui en laissera rêveur plus d’un. Malheuresement le jeu souffre d’un portage assez médiocre sur PC et d’une jouabilité très perfectible. On attribuera donc difficilement une médaille de bronze car le jeu vaut quand même le détour pour découvrir l’évolution de notre petit prince en grand roi dans cette ambiance cartoonesque et humoristique

Médaille - Bronze

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :