maxresdefault-1444424325

Si on devait soutenir que le jeu-vidéo est un art, Life is Strange serait sans aucun doute un excellent élément de base. Ce jeu au multiple facettes propose autant une expérience vidéo-ludique que musicale, cinématographique ou encore photographique, autant de point que j’explore un peu plus bas ! Et pour commencer avec la dimension musicale, voici la BO du jeu pour accompagner votre lecture. Enjoy !

Présentation

Avant toutes choses, une petite présentation s’impose : Life is Strange est un jeu narratif raconté à la première personne, à travers l’esprit de Maxine, une adolescente de 18 ans, et joué à la troisième personne. Il est sorti tout au long de l’année 2015 au rythme d’un épisode tous les 2 mois environ. Ce jeu a en effet la particularité d’être divisé en 5 épisodes. Le premier est disponible gratuitement sur Steam et vous pourrez acheter les quatre autres pour 20€.

Maxine Caulfield étudie la photographie à l’université de Blackwell auprès du très illustre photographe Mark Jefferson, l’un des meilleurs photographes au monde. Un jour, alors que sa meilleure amie d’enfance se fait tuer par balle par un élève, Max découvre qu’elle a le pouvoir de remonter le temps. Elle sauve son amie, et se retrouve alors plongé au centre d’une intrigue sordide. Voilà pour ce qui est de la partie non spoiler.

De l’art ?

Pourquoi Life is Strange est une œuvre d’art ? Tout d’abord, pour affirmer cela, il faut accepter que le jeu vidéo soit un art. Si on cherche les définitions de l’art de différentes sources, on retrouve le plus souvent comme idées principales « création de l’Homme » et « provoque un état particulier de sensibilité ». En suivant ces sens, on ne peut exclure les jeux-vidéo de l’art : ils provoquent tantôt de la peur, tantôt de l’excitation, parfois de la tristesse ou encore de la joie. C’est une création de l’Homme qui provoque chez lui des émotions. Cette première définition s’applique principalement à ce qu’on appelle l’art esthétique (ou « Beaux-arts »), mais on peut éventuellement affirmer que le jeu vidéo est un art max-caulfield-life-is-strange-2.jpgtechnique : en effet, c’est le résultat d’un travail, de l’application d’un savoir-faire en informatique. Cependant, je soutiens moins ce second point car cela implique que n’importe quel logiciel constitue de l’art… J’aurai du mal à admettre qu’Open Office en soit !

On pourrait utiliser d’autre approche pour montrer que le jeu vidéo est un art, mais des gens bien plus qualifiés que moi ont déjà publié leurs études que je vous invite à lire, c’est très instructif. Je terminerai cette première partie en disant que, si le jeu vidéo n’est pas un art en soit, on se demande aujourd’hui si le dixième art ne devrait pas être l’art numérique, ce qui engloberait  les jeux vidéo, la réalité augmentés…

Pourquoi faut-il y jouer ?
  • Pour sa BO

La BO de Life is Strange est non seulement monstrueuse (Alt-J, Angus et Julia Stone, Foals, José Gonzàlez…) mais surtout extrêmement bien maitrisée. Chaque musique a été choisie avec soin afin de faire ressentir quelque chose de bien précis au joueur. De plus, le volume sonore est également géré, on sent qu’il y a un travail accompli sur cette partie du jeu. Même au cinéma, je n’ai que très rarement pu observer un travail aussi minutieux sur le son de l’œuvre. Je pense notamment à la fin des épisodes 1 et 5 qui m’ont fait frissonner.

  • Pour son image

Le style graphique de Life is Strange est assez particulier, il pourrait ne pas plaire, mais après tout c’est le cas de tous les films d’animations. Car oui, Life is Strange peut se placer sans honte au même niveau –voire au-dessus – que les meilleurs productions Pixar ou Walt Disney. Je parlerai ici d’image, mais c’est en fait le cas sur tous ses a5u6d8Caspects. Depuis quelques temps, on peut voir sur Internet des captures d’écrans de jeu qui ont été prises simplement pour leur beauté. Je pense par exemple à certains clichés pris sur Skyrim où le joueur a su maitriser la lumière du soleil, les reflets sur l’eau, la position de chaque élément, etc, pour rendre finalement une image aussi belle qu’une photo d’un réel paysage. Dans ce domaine, Life is Strange est excellent, et les créateurs n’ont pas attendu les joueurs pour proposer de magnifique plan. Le jeu prends le temps parfois de faire des pauses dans les dialogues afin de montrer un visage éclairé par un coucher de soleil, d’autre fois de quitter les personnages quelques secondes pour dévoiler le magnifique paysage d’une baie ravagée par une tornade… Si les graphismes vous plaisent, il ne fait aucun doute que vous serez touché par ces images.

  • Pour son scénario

On pourrait penser de prime abord que l’histoire est classique et ennuyeuse. « Wow, un ado qui se rend compte qu’elle a un pouvoir et elle se met à enquêter sur la mystérieuse disparation d’une élève ». Alors, oui le scénario est assez classique, mais il n’en pas pour autant ennuyeux. C’est finalement assez plaisant d’incarner cette jeune élève en photographie pour jouer les apprentis détectives remonteur de temps. De plus, le jeu ne vous propose pas une histoire linéaire, elle vous intègre réellement dans la vie de Max avec les tracas d’une adolescente à la fac. De plus, l’histoire d’abord principale de cette élève disparue sera doublée puis remplacée par une autre intrigue plus fantastique. Finalement, le point fort de la construction du scénario se trouve dans l’épisode 5 ! Afin d’éviter tout spoil, je vous invite à l’atteindre en jeu ;).

  • Pour ses personnages

Il y a peu, je parlais à une amie des méthodes d’écritures applicables aux scénarios, nouvelles, romans… Une méthode très pratique consiste à développer chacun des personnages « en off », afin de leurs créer une histoire. Même si le personnage n’apparait que quelques instants, il doit exister avant d’intervenir et continuer de vivre après. Les personnages ne sont pas que des noms sur des visages. Cette méthode, les scripts l’ont très bien utilisé : tout au long de l’histoire, vous pourrez lire des messages, observer les personnes qui vous entoure, parfois zparler avec eux et vous verrez que ce ne sont pas de classique PNJ dotés d’une ligne de dialogue. Il est possible de rusher le jeu sans se préoccuper de cette dimension, mais ce serait en amputer une énorme partie. C’est en s’intéressant à chaque personnage et à la vie de la ville que l’on pourra se plonger complétement dans le scénario ; c’est pour moi, la plus grande force de jeu.

Quelques défauts…

Malgré mon enthousiasme à l’égard de ce jeu, il contient quelques défauts notables. Pour ne garder que les principaux, j’évoquerai d’abord le fait que Maxine rappelle perpétuellement au joueur qu’il peut revenir en arrière. En effet, vous aurez parfois des choix cruciaux à faire qui auront un impact sur la suite du scénario. La première fois, Maxine pense « Halala, j’aurai pu dire autre chose » pour rappeler au joueur qu’il peut revenir dans le temps pour modifier sa réponse. C’est normal, c’est le début du jeu. Le problème c’est qu’elle pensera ça à CHAQUE FOIS qu’il y’a un choix de ce type. Globalement, le jeu accompagne assez bien le joueur pour qu’il ne reste pas coincé trop longtemps au même point. C’est important dans ce type de jeu car assurer le déroulement de l’histoire sans trop d’interruption est un des objectifs primaux. Ce rappel perpétuel n’impacte pas vraiment sur l’expérience de jeu, mais on récent un petit agacement à partir de plusieurs heures de jeu.

Le deuxième point concerne justement ces –Attention Spoiler- « choix cruciaux ». Le jeu fais croire que tous ces choix sont très importants et auront un réel impact sur la suite de l’histoire (il y’a même un petit indicateurs pour vous prévenir), mais en recommençant le jeu, j’ai pu constater que ces choix n’ont pas une très grande importance. Le jeu se vante de comporter plusieurs axes narratifs mais ils sont peut-être trop proches les uns des autres. Il aurait été intéressant de proposer plus de variations, même si j’ai conscience que ça demandais beaucoup plus de travail.

Conclusionlife-is-strange

Que conclure ? En toute objectivité, Life is Strange est une merveille ! Une perle parmi les milliers de jeux qui existent. Je pourrais continuer d’en parler pendant des pages et des pages, soutenir chaque choix de musique, de lumière, de plan mais je préfère vous laisser découvrir le jeu. Ne ratez pas cette expérience, pour ma part, je m’en vais le refaire, il me manque quelques photos bonus !

 

Plus + tableau  Moins -
  • Bande originale, son en général
  • Construction du scénario
  • Beauté de l’image, des plans…
  • Développement des personnages
  • Une œuvre qui dépasse les limites du jeu vidéo
  • « Multiple choix »
  • Les rappels répétitifs de Max

Médaille - Diamant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :