Les Promeneuses de l’apocalypse, Sakae Saito

Disponible depuis le 6 juillet, Les Promeneuses de l’apocalypse de Sakae Saito était sans aucun doute l’un des titres que j’attendais le plus sur la période « pré-Japan Expo ». Et puis l’été est passé, et je n’ai pas pris le temps de vous parler de ce coup de cœur !
Alors que le deuxième tome vient d’arriver en librairie, je prends (enfin) le temps de me pencher sur cette découverte.

Yôko et Airi visitent les endroits les plus célèbres du Japon avec leur moto tout terrain. Admirer le mont Fuji depuis Hakone, pêcher sur le pont de la baie de Yokohama, sans oublier d’aller au Tokyo Big Sight. Voilà le voyage qui attend nos deux jeunes filles à moto. Hélas, le monde s’est effondré…

Carpe diem

Le Japon post-apocalyptique décrit dans Les Promeneuses de l’apocalypse est un Japon en ruines, dévasté (probablement par les hommes). Yôko et Airi, nos deux protagonistes, sillonnent le territoire japonais en moto. La civilisation humaine semble avoir totalement disparu, ou presque…

Le trait de Sakae Saito est rond « tout mignon » et contraste bien avec l’univers ravagé dans lequel les personnages évoluent. Mystères et explorations sont les maîtres mots de ce premier volume : les jeunes filles découvrent des paysages parfois tristes, souvent magnifiques et savent apprécier le moment présent.

Malgré un contexte post-apo, la lecture est rafraîchissante – presque toujours positive. Sakae Saito arriver à parsemer ses planches de quelques informations qui rendent le tout intriguant et donnent envie d’en savoir plus. Le deuxième tome est loin de se reposer sur les bases du premier ; les questions restent en suspend pour le moment. Où sont donc passés les autres êtres humains ? Qu’est devenue la sœur de Yôko ? Vivement la suite !

Pour plus de chroniques mangas, rendez-vous par ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Quitter la version mobile