Chapitre 113 : Ce Cœur qui est Mien

 

Hifumi, levant les yeux en direction des rochers lui tombant dessus, se demanda l’espace d’un instant, devrais-je les absorber avec ma magie de ténèbres, comme lors de l’attaque du village elfe ?

Cependant, il n’y avait pas de piliers ou de planches comme la dernière fois. Contemplant les pierres s’approchant de lui à une vitesse suffisante pour l’écrabouiller comme un insecte, il en conclut, ce serait du gâchis. Ils ont pris la peine de préparer un tel piège pour me tuer, je ne peux pas me permettre de tout réduire à néant.

Et inconsciemment, Hifumi sauta.

Repoussant avec ses jambes la barrière, son corps se faufila entre les rochers tout en calculant la vitesse de leur chute.

Son champ de vision était nul en raison du large nuage de poussière envahissant l’intérieur de la barrière, alors son corps bougeait par simple intuition.

La surface rugueuse des rochers déchira son hakama et griffa ses bras, mais il était tellement excité qu’il ne ressentait aucune douleur.

« Tsk ! » (Hifumi)

Tout à coup, sa manche se prit dans un rocher sur lequel il s’était tenu.

Naturellement, il n’avait pas le temps de faire demi-tour pour se libérer.

Il changea donc la direction du rocher en le frappant avec son pied, puis se colla contre sa surface.

Son cœur battait la chamade face à cette possible mort imminente, mais le combat n’était pas terminé.

Couché au milieu des gravas, Hifumi avait réussi à mitiger l’impact en s’accrochant à l’un des rochers. Il gisait maintenant au milieu du nuage de poussière, retenant son souffle.

« Mon roi. Par prudence, je me charge d’examiner le corps. » (Phegor)

« Je te laisse t’en occuper. » (Agathion)

Assis sur son trône, Agathion donna sa permission à Phegor d’un acquiescement exagéré de la tête.

« Dans ce cas… » (Phegor)

Lorsque Phegor retira sa barrière, les gravas emprisonnés à l’intérieur furent libérés et émirent un second nuage de poussière et de sable.

Phegor, estimant Hifumi mort ou bien aux portes de la mort, resta sur ses gardes et sortit un couteau. Cependant, chacune de ses actions ne trahissait pas la moindre hésitation.

« Une fois les débris enlevés… » (Phegor)

Il était interdit d’utiliser des magies capables d’exploser dans l’enceinte du château. Dans la même situation, Vepar aurait probablement créé un courant d’eau pour éliminer tout intrus, mais Phegor n’était pas spécialement fort, et avait donc choisi cette méthode pour faire tomber les débris avec sa magie de terre.

Il souhaitait désormais simplement constater la présence du corps humain horriblement écrasé sous les débris. Quant au nettoyage, d’autres s’en occuperaient plus tard.

Tandis que la poussière commençait à retomber, Phegor se concentra, magie prête à être utilisée et couteau en main.

« Yoo. » (Hifumi)

La première chose qu’il vit fut le visage d’Hifumi, les yeux fermés, et la pointe de son katana, qui n’avait rien perdu de son éclat.

« Quoi !? » (Phegor)

Même s’il n’était pas censé voir dans ce nuage de poussière, Hifumi visa avec précision le cœur de Phegor.

Cependant, malgré sa surprise, Phegor parvint à réagir.

Brandissant son couteau, il parvint à divertir la lame du katana qui se dirigeait droit vers lui.

Toutefois, cela ne suffit pas à l’arrêter.

La lame froide et acérée transperça le côté droit de la poitrine de Phegor.

« Gu… » (Phegor)

Phegor, sentant son poumon être percé, agrippa la lame à main nue, endurant la douleur et crachant une large quantité de sang.

« J’ai été imprudent, mais… cela devrait suffire à t’affaiblir suffisamment… » (Phegor)

« Mu ? » (Hifumi)

Même si Hifumi avait toujours les yeux fermés, il sentit la présence d’une nouvelle barrière. Il n’en comprenait pas le but ou la cible, mais décida de prendre ses distances. Cependant, il n’arriva pas à récupérer son katana.

Malgré que l’une de ses côtes se soit brisée après un coup de pied d’Hifumi dans le but de s’éloigner, Phegor n’avait pas lâché le katana. Au contraire, il se recroquevilla sur lui-même, enveloppant de son corps le katana. Son couteau jeté à ses pieds, il tenait la garde de l’arme à deux mains.

Tout à coup, Phegor se mit à rire.

« Je vais probablement bientôt mourir, mais tu ne pourras pas faire face au Roi sans cette épée. Oh, stupide humain osant te confronter au Roi, tu mourras ici. Je garderai cette épée jusqu’à l’avoir confirmé de mes propres yeux. »

Tout à coup, une barrière apparut autour de Phegor.

Hifumi, qui avait réussi à prendre un peu de distance après avoir abandonné son katana, soupira.

« C’était splendide, Phegor. » (Agathion)

Agathion acquiesça, satisfait.

« Je conterais ton dévouement à tous les démons. En tant que figure centrale de la résurrection des démons et de l’attaque contre les humains et elfes, je ne t’oublierais pas. » (Agathion)

Phegor n’avait plus la force de répondre, mais en entendant les mots d’Agathion, il hocha la tête.

Tandis que le seigneur et son sujet avaient un échange passionné, Hifumi sortit une bouteille d’eau de son espace de ténèbres et la déversa au dessus de sa tête.

Ses yeux nettoyés, il retrouva enfin la vue.

« Alors, vous avez finis de discuter ? » (Hifumi)

« Haha, tu es très calme, humain. » (Agathion)

Même s’il faisait semblant de rire, une crampe était visible sur son visage.

« Calme ? Je n’ai même pas pu donner le coup final. Je suis simplement énervé maintenant. » (Hifumi)

Hifumi, regardant avec colère et mépris la barrière emprisonnant Phegor, dépoussiéra son hakama.

Puis, il repoussa ses cheveux mouillés sur sa tête.

« Il n’y a rien de pire que de laisser mourir son ennemi sans rien pouvoir faire. Ne pas sentir de ses propres mains la vie s’échapper de son adversaire est une forme de disgrâce. C’est la première fois que j’ai un sentiment aussi amer après un combat dans ce monde. » (Hifumi)

« De plus… », pointant du doigt Agathion, Hifumi ouvrit grand son œil droit.

« Même s’il est agréable d’être un simple témoin, es-tu décidé à te battre ? Ne me déçois pas. Cette fois-ci, je veux que tu lutte pour ta survie. » (Hifumi)

« Humph, ce ne sera pas une lutte. Je t’écraserais sans que tu ne puisses rien faire. » (Agathion)

Avant même d’avoir terminé sa phrase, Agathion tira une lance de glace ainsi qu’une boule de feu.

« Oh, quelle vitesse. » (Hifumi)

Cependant, par rapport aux rochers qui venaient de lui tomber dessus, ce n’était rien.

Pliant les jambes, Hifumi esquiva l’amas de glace qui lui frôla les cheveux, et en s’avançant tout en penchant légèrement la tête, il évita la boule de feu.

« Comme prévu, tes capacités physiques sont étonnantes. Mais que penses-tu de ça ? » (Agathion)

Agathion fit apparaitre de nombreux cailloux au dessus de sa tête.

Chacun faisait la taille d’un poing et brillait, comme s’ils étaient constitués de métal.

« Je suis célèbre parmi les démons pour mes compétences en magie. Je suis particulièrement doué en magie de terre. » (Agathion)

« Assez parlé. » (Hifumi)

Hifumi sortit un suntetsu et le prit dans sa main droite.

« Ce qui est important, c’est de savoir si ta magie peut m’atteindre. Tu ne penses pas ? » (Hifumi)

« Tu as raison. Mais nous le verrons bien assez tôt ! » (Agathion)

Les cailloux fendirent l’air à la vitesse d’une balle.

Ils étaient au nombre de dix. Aucun n’avait la même trajectoire, et même leur vitesse était différente.

S’il se faisait toucher par ne serait-ce qu’un seul de ces cailloux, il risquait alors une sérieuse blessure. Il s’agissait d’une attaque magique, capable de le tuer en un instant.

Cependant, au lieu de fuir, Hifumi courut en avant.

« Bien ! Quelle puissante magie ! Ce monde est vraiment différent ! J’ai vraiment l’impression de vivre dans un univers fantastique ! » (Hifumi)

Trois cailloux arrivèrent d(abord. Hifumi en esquiva deux et frappa le dernier avec son suntetsu.

Il comptait le briser, mais le caillou, plus solide qu’Hifumi ne le pensait, frappa le mur derrière lui en ayant simplement et légèrement perdu en vitesse.

Sa main tenant le suntetsu perdit toute sensation l’espace d’un instant.

A cet instant, un caillou légèrement plus lent frappa le petit doigt de sa main droite, brisant sa troisième phalange.

« Ouch ! » (Hifumi)

Même s’il avait crié de façon exagérée, Hifumi ne lâcha pas son arme.

« C’est ça ! C’est le genre de combat que je veux ! » (Hifumi)

Esquivant un nouveau caillou, Hifumi se pencha en arrière et frappa le projectile avec son suntetsu.

Puisqu’il pouvait voir Hifumi rire bruyamment tout en saignant du doigt, Agathion grimaça, se demandant si son adversaire était enfin devenu fou.

Phegor n’arrivera pas à survivre très longtemps. Afin de se débarrasser le plus rapidement possible du lunatique se tenant devant lui, Agathion créa encore plus de projectiles.

Cependant, Hifumi continuait à avancer.

Plusieurs projectiles le touchèrent tandis qu’il parvint à esquiver le reste, mais aucun ne lui infligea de sérieux dégâts.

Finalement, Hifumi attint l’escalier menant à la plateforme sur laquelle se tenait Agathion.

Un projectile frappa son front, mais en secouant la tête, il parvint à en diminuer la force. Cependant, malgré cela, le caillou fit une large entaille au dessus de ses yeux.

« Je t’ai atteint. » (Hifumi)

S’exclama Hifumi, recouvert de son propre sang.

Son suntetsu s’abattit horizontalement sur le cou d’Agathion qui, surpris par l’attaque soudaine, semblait abasourdi.

« Aah ? » (Hifumi)

Hifumi sentit une étrange sensation, et observa Agathion qui était censé cracher du sang dans une telle situation.

Le garçon, la gorge à moitié ouverte, regarda Hifumi droit dans les yeux en riant.

« Quel dommage. » (Agathion)

Même après avoir perdu l’usage de sa gorge, Agathion parvint à parler sans le moindre problème.

La plaie ouverte censée dévoiler des os et de la chair ensanglantée montrait simplement une sorte de sable blanc à l’intérieur d’Agathion, sans que la moindre goutte de sang ne soit visible.

« Mon corps est différent de celui des autres êtres vivants. » (Agathion)

Agathion leva sa main gauche en direction du visage d’Hifumi, et ouvrit le poing.

 

« Qu’est-ce que c’est ? » (Imeraria)

Imeraria tenait dans sa main une lettre.

Sabnak, se tenant à ses côtés, ne dit rien.

Le premier à lui donner une réponse fut Adol, le Premier Ministre.

« Le titre est ‘Protection des citoyens et élimination des horribles monstres’, mais… » (Adol)

« Adol, pensez-vous vraiment nécessaire la mobilisation de 500 soldats pour simplement éliminer des monstres ? Non, les politiques et citoyens de Vichy prendront cela pour une agression militaire. » (Imeraria)

Imeraria, fatiguée par ce qu’elle venait de lire, laissa échapper un long soupir.

« Je comprends qu’il serait étrange de blâmer qui que ce soit. Non, si quelqu’un a fait une erreur, c’est bien moi. Avec l’absence d’Hifumi-san parti dans les terres désolées et la présence d’Origa-san dans la capitale, j’ai baissé ma garde. » (Imeraria)

« …Ces deux-là étant actuellement absents, qui a bien pu donner de telles instructions ? » (Sabnak)

Adol répondit à la question de Sabnak.

« D’après les informations récoltées par l’ordre des chevaliers, c’est une jeune fille détenant la position de Directrice Militaire, mais… la connaissez-vous ? » (Adol)

Bien sûr, Sabnak et Imeraria connaissaient cette personne.

« Alyssa-chan, eh… ? Elle est certes énergique, mais n’est pas une jeune fille déraisonnable. Pourquoi me regardez-vous de la sorte ? » (Sabnak)

« Ne me dites pas que vous avez essayé de vous en prendre à elle par le passé… » (Adol)

« B-Bien sûr que non. » (Sabnak)

Adol regarda Sabnak qui secouait ses deux mains, mais en remarquant l’expression sérieuse sur le visage d’Imeraria, il ne put s’empêcher de paniquer.

« Bon sang… Nous savons qu’Alyssa-san commande l’armée, comme l’a expliqué Sabnak-san. Mais j’ai du mal à me l’imaginer… » (Imeraria)

« Puisque cela concerne Hifumi-san, il est fort probable qu’il ait lui-même ordonné tout cela à l’avance. De plus, elle n’est pas seule. Plusieurs officiers civils, d’anciens esclaves libérés, font fonctionner le territoire. Les fondations politiques d’Hifumi-san sur ce territoire sont solides. » (Adol)

Même comparé aux autres nations et pas seulement au Royaume, Fokalore profitait d’une économie forte et stable, sans le moindre désordre politique en raison d’une ingénieuse hiérarchie.

« Nous devrions être fou de joie qu’un tel territoire fasse partie du Royaume. Cependant, je ne me sens pas de lever les deux mains en l’air et de crier de joie. » (Imeraria)

« De plus… » Imeraria écrasa la lettre dans sa main.

« Puisque plusieurs officiers civils et soldats étrangers retourneront sur leurs territoire après avoir été formés à Fokalore, Hifumi possédera les informations militaires et économiques de nombreux territoires de notre Royaume. » (Imeraria)

« Ce sont ces aspects que travaillent les officiers civils après tout. », murmura Imeraria.

« Hifumi-sama est du genre à chercher à combattre sans cesse, mais il est aussi malin et pervers, au point de contrôler de tels aspects. » (Imeraria)

Voyant une vague expression difficile à distinguer sur le visage d’Imeraria tandis que celle-ci parlait d’Hifumi, Sabnak et Adol se regardèrent avant de rapidement essayer de changer de sujet.

« En tout cas, je me demande bien ce qu’ils cherchent à faire en lançant une action militaire en l’absence de leur seigneur. »

« Bon sang. Dire que les échanges financiers avec Vichy avaient augmentés en plus de devenir stables…’

Sabnak pencha la tête, surpris par la question d’Adol. Cependant, Imeraria quant à elle semblant comprendre.

« C’est très simple. Cette ‘stabilité’ et ‘paix’ ne sont pas des situations désirées par Hifumi-sama. » (Imeraria)

Les deux hommes dirigèrent leur regard vers Imeraria.

« Hifumi-sama souhaite plonger ce monde dans le chaos et le désordre. Il ne sera pas satisfait avant que le monde ne soit recouvert de batailles sanglantes. Il compte se délecter en voyant comment moi et les dirigeants des autres nations, nous parviendrons à contrôler la situation. » (Imeraria)

« C’est, comment dire… »

« Pour cet homme, ce monde est probablement très ennuyeux. C’est pourquoi, en créant des problèmes ça et là, en tuant et créant l’instabilité, il essaye de changer ce monde en ce qui lui convient le mieux. » (Imeraria)

Tandis que Sabnak et Adol écoutaient attentivement Imeraria, tous deux acquiesçaient, le visage sérieux.

« …Il va probablement déclencher une large guerre à l’avenir. Adol-san, je sais que c’est difficile, mais essayez de revoir le budget. Sabnak-san, veillez à ce que nos soldats s’entraînent aux côtés des chevaliers. » (Imeraria)

« Certainement ! » (Adol)

« Ma Reine, pensez-vous que Vichy se transformera en champ de bataille ? » (Sabnak)

« Imeraria secoua la tête en réponse.

« Non. Hifumi-sama risque de nous amener un adversaire bien plus dangereux et puissant. Des terres désolées ou… de l’autre côté. » (Imeraria)

Imeraria tourna la tête en direction des terres désolées.

Que fait cet homme actuellement, que vit-il, et qui est-ce qu’il tue ? 

« Envoyez un ordre à tous les territoires en bordure des terres désolées. Je veux que l’armée royale y soit stationnée. Je ne sais pas quand commenceront les combats, mais préparons-nous du mieux que nous le pouvons. » (Imeraria)

Sabnak salua sa Reine, qui d’une voix forte, transmit ses ordres.

 

Chapitre Précédent / Chapitre Suivant

Accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :