Chapitre 111 : Danser au Clair de Lune

 

Hifumi enfonça impassible le katana dans la femme démon. Celle-ci venait de recevoir un ‘caillou’ lancé par Hifumi en plus du cri de Bennia, et ce geste l’acheva.

La pointe du katana, perçant le cœur comme s’il était attiré par ce dernier, n’avait pas perdu sa radiance malgré le sang qui s’en écoulait.

« Bien… » (Hifumi)

Après avoir jeté le papier ayant servi à nettoyer sa lame, Hifumi se tourna vers les femmes démons restantes sans prêter attention à leurs regards apeurés.

« Qu’en est-il de vous ? » (Hifumi)

« Q-Qu’en est-il… ? »

L’une d’entre elles ouvrit la bouche par inadvertance.

Hifumi dirigea son regard vers elle.

« Hii….. »

« J’ai tué celle-ci parce qu’elle m’était hostile. Celle-ci et celui-ci aussi. » (Hifumi)

Hifumi pointa du doigt la femme qu’il venait de transpercer, Beleth, et Bennia qui était cruellement pliée en deux.

« Alors, que comptez-vous faire ? » (Hifumi)

« Je me rends ! »

« M-Moi aussi ! »

Les unes après les autres, les femmes démons restantes levèrent les mains.

Certaines d’entre elles étaient armées, mais lâchèrent rapidement leurs armes en panique afin de montrer qu’elles n’avaient pas la moindre hostilité.

« V-Vous ne faites effectivement pas le poids, après tout… » (Vepar)

« Les démons sont solides. » (Hifumi)

Hifumi fit l’éloge de Vepar qui parvint enfin à se relever, puis acquiesça.

Il essaya de se diriger vers elle, mais s’arrêté tout à coup pour se retourner en directions des femmes démons.

« Est-ce que quiconque parmi vous peut guérir des blessures grâce à sa magie ? » (Hifumi)

Sans un bruit, deux levèrent la main.

« Bien, dans ce cas guérissez Vepar. Ça vous permettra de gagner quelques points. » (Hifumi)

Les deux femmes ne comprirent pas les mots d’Hifumi, et se regardèrent.

« Vepar ici présente sera le prochain roi des démons. C’est l’occasion parfaite pour une promotion. » (Hifumi)

La première à réagir à cela fut Vepar, mais Hifumi fit comme si de rien n’était.

« Qu’est-ce que tu racontes tout à coup… » (Vepar)

« Rien d’autre que la vérité. » (Hifumi)

Rangeant son katana dans son fourreau, Hifumi se retourna.

« Il semblerait que le roi souhaite me combattre. Et si le roi meurt, il lui faut bien un successeur, non ? » (Hifumi)

« Tu pense vraiment pouvoir tuer le roi ? Et si par chance tu y parviens, c’est toi qui, naturellement, deviendrait le nouveau roi. » (Vepar)

« Dans ce cas, ça ne m’arrange pas. » (Hifumi)

« Mais le roi actuel, Agathion, ne convient pas. » annonça Hifumi.

« Ce n’est que mon intuition, mais le roi actuel est puissant. Et il est intelligent en plus de ça. Il ne faut pas qu’une personne aussi compétente puisse obtenir le monde entier. Même si cela arrivait par la force, le monde risquerait de devenir paisible juste après. Tombant dans une constante stagnation, le peuple continuerait à vivre sans la moindre stimulation, sans le moindre désespoir. Son désir de sans cesse grandir dans un but de survie disparaitrait. » (Hifumi)

Hifumi tapota le pommeau de son katana.

« Il vaut mieux que les puissances de ce monde combattent autant que possible. Et, tout en vivant à portée les uns des autres, il faut que chacun combatte en mettant sa vie en jeu. Il faut que tous cherchent des moyens de dominer leurs ennemis, quelque soit la situation. » (Hifumi)

« Mais, pourquoi moi ? » (Vepar)

Après avoir reçu des soins, Vepar regarda Hifumi droit dans les yeux.

« C’est très simple. Tu n’abandonnerais jamais tes semblables démons. Je ne suis pas favorable à une dispersion des démons. Pour pouvoir combattre jusqu’à la fin, les démons devront se servir de leurs têtes pour achever un semblant de paix et de stabilité. » (Hifumi)

« Et tu es la personne parfaite pour ça. », affirma Hifumi en riant.

« …Je savais que tu étais un homme intéressant, mais pas à ce point. » (Vepar)

« Je vais considérer ces mots comme un compliment. » (Hifumi)

« Mais juste au cas où, il faut que je te demande. Où comptes-tu aller maintenant ? » (Vepar)

Vepar, ayant guéri au point de pouvoir se relever, s’adressa à Hifumi qui partait.

« Bien sûr, à l’endroit où notre cher ami tente de me tuer… Ah oui, c’est vrai, je devrais lui apporter un petit cadeau. » (Hifumi)

Lorsqu’il sortit à nouveau son katana, les démons reculèrent nerveusement.

« Ne soyez pas si effrayées. » (Hifumi)

Un sourire amer sur le visage, Hifumi coupa la tête de Beleth.

Toutes les personnes présentes virent Hifumi agripper la tête par les cheveux avant de s’éloigner tranquillement.

« Umm… Vous allez devenir roi, Capitaine ? »

« Tu arrives encore à m’appeler comme ça et sans la moindre gêne après avoir essayé de me tuer ? » (Vepar)

« J-Je n’avais pas d’autre choix que de suivre les ordres ! »

Face aux mots de la petite fille qui utilisait sur elle sa magie de soin, Vepar soupira.

« Peu importe. Maintenant que nous en sommes arrivés à là, je vais devoir abandonner mon attitude joyeuse et irresponsable. » (Vepar)

Retirant la poussière recouvrant ses habits, Vepar corrigea son apparence. Même si sa jupe avait été coupée lorsqu’elle avait été projetée en l’air, cela lui importait peu.

« L’histoire avance à une vitesse inconnue. Faites comme vous voulez. Cachez-vous si vous avez peur, ou suivez-moi si le destin des démons vous importe. » (Vepar)

La moitié des femmes démons présentes suivirent Vepar, qui s’empressa de courir après Hifumi.

 

Hifumi se mit à marcher de plus en plus vite, et lorsque le château apparut dans son champ de vision, il commença à courir.

« U-Un humain !? »

« Arrête-toi, arrête-toi ! »

Les deux gardes présents devant la porte se placèrent devant Hifumi. La ville toute entière était plongée dans l’obscurité, attendant le lever du jour.

Sans s’arrêter, et au contraire en augmentant son allure, Hifumi cria,

« Si vous me bloquez la route, je vous tue ! Si vous me laissez passer, je vous épargne ! » (Hifumi)

Par mégarde, l’un des deux démons paniqua et fit un bond de côté.

Ce dernier se tourna vers son collègue tout en regrettant de s’être décalé. Cela lui permit de voir Hifumi sortir son katana et, d’une simple attaque, couper à la fois son collègue et la large porte en bois.

Le soldat coupé en deux sans même avoir le temps de crier s’écroula au sol, aux côtés des morceaux de la porte.

« Bien, c’est l’heure du carnage. » (Hifumi)

Regardant son katana, Hifumi murmura comme s’il parlait à son arme.

Rapidement, un groupe de soldats démons arriva après avoir été alerté par le bruit de l’explosion de la porte. Chaque démon agrippait son arme ou s’apprêtait à lancer un sort, et aucun ne prenait la situation à la légère.

Un frisson parcourut l’échine d’Hifumi.

« Oh, c’est effrayant ! » (Hifumi)

Contrairement à ses mots, son expression n’était que joie.

Ce fut un sort lancé qui sonna le début du combat.

La boule de feu, de la taille d’un bras, frôla Hifumi qui venait le l’esquiver d’un pas de côté. Mais, il n’avait pas eu le luxe d’observer sa destination.

Visiblement entrainés à ce genre de mouvements, plusieurs soldats chargèrent arme en main.

« Pas mal ! Mais… » (Hifumi)

La pointe d’une lance s’approcha de lui, mais Hifumi la coupa avec les avant-bras de son porteur d’un simple coup de katana.

Dans ce duel, l’épée était ressortie grande vainqueur.

« Gyaaa ! »

« Uwaa… »

Achevant le démon qui venait de perdre ses bras en lui transperçant la gorge, Hifumi tourna son katana d’un coup de poignet et élimina à la suite deux soldats qui venaient de rater leurs attaques. Puis, il courut vers le groupe de démons lui lançant des sorts après l’avoir encerclé.

« Attention ! »

« Disparait ! »

De nombreux fragments et morceaux de pierre frappèrent Hifumi.

Voyant Hifumi seulement repousser avec son katana ceux qui risquaient de toucher des zones vitales tout en continuant à s’approcher, les démons paniquèrent et créèrent une large boule de feu d’un mètre de diamètre en utilisant simultanément la même magie.

« Fuu~ ! » (Hifumi)

Expirant, Hifumi abattit son katana qu’il tenait au dessus de sa tête.

Le tas de flammes, clairement coupé en deux, enveloppa le katana avant de disparaitre comme un nuage de brume.

« Il semblerait que je me sois habitué à ses propriétés anti-magiques. » (Hifumi)

Malgré de nombreuses blessures recouvrant son corps, Hifumi était loin d’être à bout de souffle.

« Vous avez autre chose en réserve ? La femme au manteau gris avait une compétence intéressante après tout. » (Hifumi)

Le cri de Bennia était une sorte de magie de manipulation sonore, mais Hifumi l’avait considérée comme un tour de passe-passe.

Cependant, ce qu’il tenait en estime chez elle, c’était sa capacité à prévoir afin de compenser sa faiblesse.

« Montrez-m’en plus. Ce n’est que comme ça que je pourrais m’améliorer. » (Hifumi)

Hifumi, plaçant son katana comme pour viser les yeux des soldats, lécha le sang qui coulait le long de sa joue.

Plus d’une trentaine de démons étaient rassemblés à l’entrée du château.

3 d’entre eux étaient déjà morts. Cela ne changeait pas grand-chose à leur avantage numérique, mais Hifumi avait l’avantage moral et spirituel.

Bougeant avec aisance et fluidité comme s’il dansait, les mouvements du hakama semblaient inviter les démons.

L’un des démons s’approcha d’Hifumi avec son arme. Hifumi planta le katana dans son ventre, brisa sa main à l’aide de son pommeau et avant même que l’arme de l’ennemi ne puisse toucher le sol, lui ouvrit le crâne.

Une femme démon, dont les lames de vents avaient été dispersées les unes après les autres, prit peur lorsqu’Hifumi s’approcha d’elle. Son fin cou fut coupé sans la moindre résistance.

Un homme tenta de jeter son épée avant de donner un coup de genou à Hifumi, mais vit son cœur se faire transpercer et son genou plier dans la mauvaise direction.

Un autre démon tenta de combiner sa magie avec l’un de ses collègues, mais il découvrit rapidement son collègue dos au sol, du sang s’écoulant de ses deux yeux. Ses orbites avaient été transpercées par le katana, et son crâne brisé.

Et le festival sanglant continua ainsi.

Le jardin situé devant l’entrée, généralement ouvert pendant la journée et servant de lieu de relaxation pour la population, était entouré d’un mur de pierre envahi par la vigne. De nombreuses fleurs y éclosaient selon la saison. En cette saison, c’était une fleur blanche comme la neige qui s’y ouvrait et libérait une douce odeur, mais cette odeur était actuellement noyée dans celle du sang.

Hifumi, inhalant ce mélange incongru, expira lentement par la bouche.

« Bien, il semblerait qu’il reste un peu plus de la moitié d’entre vous ? Tant mieux. Je n’ai pas fini de m’amuser. » (Hifumi)

Après avoir essuyé le sang recouvrant la lame avec un morceau de papier, Hifumi rangea son katana dans son fourreau.

Il étira ses joints en faisant craquer les doigts de ses deux mains, empoigna la lance d’un ennemi qui tentait de l’attaquer, et la tira vers lui.

Le démon, tiré vers Hifumi, tenta de s’arrêter en enfonçant ses pieds dans le sol.

Lorsqu’il parvint enfin à s’arrêter, la pointe du pied d’Hifumi s’enfonça dans son entrejambe. Il s’écroula à genoux, de la mousse s’échappant de sa bouche, et son crâne entra en collision avec le coude d’Hifumi.

Hifumi, venant de briser le crâne de l’homme, se dirigea vers une nouvelle cible.

 

« C’est ça. La force de cet homme est considérable, mais le véritable miracle réside dans son épée. » (Agathion)

Agathion, admirant le spectacle depuis l’une des fenêtres du château, murmurait en observant Hifumi.

Phegor se tenait à ses côtés.

« C’est incroyable. Son épée a coupé une mage de boule de feu. » (Agathion)

Phegor acquiesça d’un air sérieux. Agathion quant à lui riait, comme s’il profitait d’un spectacle.

« Son pouvoir surpasse celui des elfes de la forêt grâce à cette arme. Nous devrions probablement aussi faire attention à ses capacités physiques, mais même s’il parvient dans le pire des cas à pénétrer dans le château, nous devrions facilement pouvoir le tuer en utilisant la force du roi. » (Phegor)

« Phegor » (Agathion)

Phegor se figea tout à coup en voyant le regard lancé par Agathion.

« Je n’aime pas beaucoup les paris. Je déteste particulièrement les ‘probablement’. » (Agathion)

« Pardonnez mon impolitesse. » (Phegor)

« Même si cela serait du gâchis, devrions-nous mettre en marche les dispositifs du hall ? » (Agathion)

Murmura Agathion.

« Attendez. Il est peut-être puissant, mais il nous reste un grand nombre de soldats. Et même s’il parvient à entrer, je serais prêt à l’accueillir. Même si vous n’entrez pas en action… » (Phegor)

« C’est inutile, Phegor. Tu ne penses pas les soldats capables de gagner, n’est-ce pas ? » (Agathion)

« Regarde. », Agathion pointa du doigt la situation devant l’entrée.

Les démons présents frôlaient l’annihilation. Il gisait sur le sol deux fois plus de monde qu’il n’y en avait debout.

« Oui, mon roi ! Cet homme est intéressant. Il tue mes soldats sans la moindre arme. S’il n’était pas humain, son potentiel militaire serait encore plus important. » (Phegor)

Agathion éclata de rire tout en applaudissant, puis se leva tout à coup.

« Phegor, je ne te permets pas de le combattre seul. Je te laisse activer les mécanismes du hall. Je vais en profiter pour me préparer à l’accueillir. » (Agathion)

« …A vos ordres. » (Phegor)

Agathion quitta la pièce sans générer le moindre bruit de pas. Deux servantes le suivirent. Après avoir suivi son départ du regard, Phegor se concentra de nouveau sur le champ de bataille.

« Hifumi, huh ? Pour la prospérité des démons… Pour le souhait le plus cher de notre roi, tu serviras de tremplin. » (Phegor)

Laissant échapper des mots sans véritable destinataire, Phegor quitta silencieusement la pièce afin d’activer et contrôler les mécanismes en place.

 

Chapitre Précédent / Chapitre Suivant

Accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :