Chapitre 110 : Coup de Pied dans les Dents

 

Au final, après que la majorité des elfes ait quitté la forêt, les elfes restants perdirent la capacité de maintenir la barrière.

Tous ceux qui possédaient une large quantité de mana avaient décidé de partir et de suivre Zanga.

Observant la barrière s’affaiblir à vue d’œil, les elfes restants vérifiaient l’état de chacun.

Ainsi, maintenant tous l’idée que renforcer la barrière était un acte juste, aucun d’eux ne pouvait se permettre de changer d’avis.

Même si la barrière disparaît, les démons ne devraient pas quitter leurs terres, n’est-ce pas ? Ne préfèreraient-ils pas rester dans leur paisible territoire ? De telles pensées, sans la moindre base, s’étaient lentement propagées au fil des jours.

Cependant, ce rêve fantoche ne dura pas longtemps.

« Oy, c’est… »

L’homme qui collectait de quoi survivre dans la forêt pointa du doigt la direction menant à la ville des démons.

Devant lui, dans la continuité du chemin, un endroit sombre entouré d’arbres était visible.

« Des… d-démons ? »

Quelqu’un était à peine visible sur le chemin.

Sa vitesse de marche étant lente, les deux elfes présents eurent le temps de préparer leur magie.

« …Huh ? »

Les elfes se rendirent rapidement compte que la silhouette au loin était pratiquement incapable de marcher, et avançait très lentement.

Il s’agissait sans erreur d’un démon à la peau grise, mais son état ne pouvait être considéré autrement que misérable.

Son œil gauche était percé et du sang coulait le long de sa joue tel des larmes. Il traînait derrière lui sa jambe droite sur laquelle était visible une large entaille. Ses flancs étaient couverts de sang et même s’il transpirait abondamment, il continuait désespérément à marcher.

Tout à coup, le démon grièvement blessé remarqua enfin la présence des elfes.

Il tendit la main droite, comme pour attraper quelque chose.

« A-A l’aide… »

Avec son œil droit grand ouvert mais aussi son œil gauche, écrasé au point de ne laisser qu’un trou béant, les elfes ne le virent que comme un étrange monstre, et non un démon.

Même s’ils entendaient ses mots, ils n’avaient pas la calme suffisant pour y réfléchir.

« L’humain, il… »

« Il est affaibli ! Éliminons-le ! »

Les murmures du démon se noyèrent dans les voix agitées des elfes.

Tous deux lancèrent chacun un sort de vent et de terre.

Puisque le démon, à peine capable de marcher, n’avait pas la moindre possibilité d’esquiver, son corps fut tranché par les lames de vent, et écrasé par les gravats.

Le démon, transformé en lambeaux, roula plusieurs fois au sol avant de s’immobiliser à jamais.

« On l’a fait… »

« Mais, pourquoi était-il blessé ? »

« Peu importe, nous devons informer tout le monde ! La barrière a disparue ! Puisque les démons sont plus faibles que nous ne le pensions, nous pourrions être capables de leur faire face ! »

L’un d’entre eux semblait douter, mais son camarade était trop excité d’avoir réussi à éliminer un ennemi. Ce dernier courut en direction du village.

« Ah, oy ! »

Laissé derrière, l’elfe tenta d’appeler son compagnon, mais celui-ci était déjà trop loin.

« …Que les démons soient faibles, serait-ce aussi simple ? »

Quelque chose était responsable des blessures de ce démon. Il tenta d’y réfléchir, mais malheureusement, le cadavre devant lui ne pouvait lui offrir la moindre réponse.

 

Des visiteurs nocturnes finirent par briser le calme de la nuit au cœur de la ville des démons.

Hifumi était hébergé dans bâtiment qui se tenait près de la rue marchande. Avec pratiquement aucun trafic, il s’agissait tout simplement d’une auberge.

L’établissement étant placé vers l’extérieur de la ville, il était souvent utilisé par les démons de positions sociales hautes qui finissaient de travailler tard. Il ne s’agissait pas d’un établissement privé, mais d’une installation d’État.

L’estomac enfin rempli, Hifumi était couché dans son lit après avoir nettoyé son corps.

« …Ils sont étonnamment rapides. » (Hifumi)

En plein milieu de la nuit, tandis que tout le monde était endormi, Hifumi ouvrit tout à coup les yeux.

Il sentait un désir de meurtre lui chatouiller la peau.

Plaçant le katana à sa hanche, il laissa échapper une légère expiration.

« Je me demandais si j’allais pouvoir utiliser cette femme, mais je ne m’attendais pas à ça. » (Hifumi)

Un sourire amer sur le visage, il s’assit sur le lit.

Il ressentait la présence de deux personnes de chaque côté de la porte.

Cependant, elles ne montraient aucun signe de vouloir entrer.

Hifumi observa donc patiemment la porte, assis sur le lit, le katana à sa hanche.

L’ennemi étudie probablement la situation dans la pièce. Un long silence régnait.

« Écartez-vous ! »

Hifumi entendit une voix familière, et la porte explosa.

Les deux moitiés de la porte coupée en deux volèrent en direction d’Hifumi, mais celui-ci esquiva en roulant hors du lit.

« Hifumi, tu vas bien ? » (Vepar)

« Vepar, eh ? » (Hifumi)

La personne qui venait d’ouvrir, ou plutôt d’exploser la porte, était Vepar. Les cheveux bleu clair de cette dernière étaient trempés de sueur et désordonnés.

« Ton invocation de magie est normalement aussi rapide ? Je connais d’autres magies, mais je ne pensais pas la tienne capable de faire voler des portes en éclat, Vepar. » (Hifumi)

« C’est grâce à mon trait spécial, mais ce n’est pas le moment de parler de ça ! » (Vepar)

Vepar agrippa le bras d’Hifumi encore surpris, et l’amena jusqu’au hall d’entrée.

L’endroit était complètement inondé. Deux démons avaient perdus connaissance après avoir été frappés par un mur d’eau.

« Tu ne les as pas tués ? » (Hifumi)

« …Désolé. Même sans les tuer, je fais actuellement quelque chose de très dangereux. » (Vepar)

Vepar, courant à travers le sombre hall, avait une expression amère sur le visage.

« Je t’expliquerai plus tard. Pour le moment, suis-moi. » (Vepar)

Les subalternes de Vepar attendaient apparemment à l’entrée de la ville.

« Le roi compte créer une opportunité pour que les démons partent en guerre en faisant de toi un détachement avancé envoyé par les humains. » (Vepar)

« C’est une bonne idée. L’hostilité envers les humains est toujours présente après tout. Et la situation est parfaite pour s’en servir. » (Hifumi)

« Tu… te rends-tu compte qu’il essaie de te tuer ? » (Vepar)

« Pour le moment, non. » (Hifumi)

Hifumi, courant derrière Vepar, caressa doucement la bouche de son fourreau.

« Ce n’est pas encore un combat capable de me faire trembler d’excitation. Même s’il veut me tuer, personne n’est encore venu mettre sa vie en jeu. Il compte me tuer avec une telle attitude, quelle blague. » (Hifumi)

Vepar ne parvint pas à répondre à Hifumi, qui au lieu de s’inquiéter sur son sort, se plaignait de l’attitude de son ennemi.

Aurais-je dû ne pas venir l’aider ? De telles pensées traversaient son esprit, mais cela ne changeait rien à la situation.

« Après t’avoir tué, les démons iront combattre ensemble les humains. Mais ce n’est pas un combat nécessaire à la survie des démons. A mon humble avis, déterrer une haine pratiquement disparue ne servirait qu’à mettre davantage en danger mon peuple. » (Vepar)

Tous deux arrivèrent finalement à l’une des entrées de la ville.

Devant la porte, environ 15 femmes les attendaient.

« Capitaine, par ici. » (Bennia)

Bennia guida d’un geste de la main Vepar.

« Bennia, quelle est la situation ? » (Vepar)

« Aucun problème. Tout se passe comme prévu. » (Bennia)

« Comme prévu ? » (Vepar)

Vepar ne comprenait pas.

Le plan était soudain. Vepar n’ayant mobilisé qu’un nombre limité de subordonnés, rien n’avait été prévu.

« Oui, comme prévu. Que vous tentiez de protéger cet humain, tout cela a été prévu par le roi et Phegor-sama, Capitaine. » (Bennia)

« Bennia !? » (Vepar)

Vepar, tentant d’en savoir plus, reçut un violent coup de poing qui la projeta et la fit rouler au sol dans un nuage de poussière.

« Bon sang, comment oses-tu aider un humain. Je n’apprécie pas vraiment Phegor, mais tes agissements sont repoussants. » (Beleth)

Beleth, observant de haut Vepar, fit craquer ses poings.

Vepar n’avait pas perdu connaissance, et était dans l’incapacité de se relever en raison d’une contusion cérébrale.

« B-Beleth, que fais-tu là… ? » (Vepar)

« Tu ne comprends toujours pas ? » (Bennia)

Ce fut Bennia qui répondit.

« Capitaine, vous avez été choisie comme victime de cet humain. C’est un honneur pour vous de servir de motivation pour l’unification des démons. » (Bennia)

« Vous avez toujours pensé aux démons qui ne pouvaient se battre, Capitaine. Après ça, même eux voudront venger votre mort. », Déclara Bennia.

« Enfin, en vérité, c’est nous qui allons vous tuer, toi et cet humain. » (Beleth)

Beleth brandit sa large épée et se tourna vers Hifumi.

Ayant tout entendu de leur conversation, Hifumi souriait.

« …Qu’est-ce qui te fait sourire ? » (Bennia)

En entendant Bennia rajouter « Dans une telle situation, tu devrais nous supplier de t’épargner. », Hifumi répondit simplement par un « Ridicule ».

« Je ne pouvais rêver meilleur situation. Les démons sont assez puissants, je voulais donc justement vous ajuster. » (Hifumi)

« Nous ajuster ? » (Beleth)

« Besoin que je change de vocabulaire ? Cela signifie réduire le troupeau. » (Hifumi)

Hifumi affirmant tranquillement cela sans même sortir son katana, Beleth perdit immédiatement son calme.

« Tu vas réduire notre nombre, c’est bien ça !? » (Beleth)

« Oh, tu as enfin compris. Laisse-moi te féliciter. » (Hifumi)

Hifumi sortit une pièce en argent de sa poche et la projeta d’un coup de pouce.

La pièce dessina un arc dans les airs, et frappa le torse musclé de Beleth.

« Je vais te tuer ! » (Beleth)

« Viens. Essaye donc. » (Hifumi)

L’épée large, brandie de façon à couper la hanche d’Hifumi, ne coupa que de l’air.

Hifumi venait de sauter, et asséna un coup de pied au visage de Beleth. Ce dernier trembla légèrement, mais repartit immédiatement à la charge.

« Gaaaa ! »

« Tu es plutôt solide. » (Hifumi)

Hifumi sauta derrière Beleth, mais n’avait toujours pas sorti son arme.

« Je t’ai vu combattre. Tu es fort. » (Hifumi)

« Évidemment ! Je suis destiné à faire régner les démons. Je n’ai pas besoin de la reconnaissance d’un sale humain. » (Beleth)

Reculant l’un de ses pieds, Beleth frappa de toutes ses forces avec son épée.

Afin d’esquiver la rotation de l’énorme épée, Hifumi bondit sur le côté.

S’ensuivit instantanément un coup de poing de la part de Beleth, qui frappa la joue d’Hifumi.

Comme Vepar plus tôt, Hifumi fut projeté au loin.

Cependant, celui-ci voltigea en atteignant le sol et se releva calmement.

« Ptu. » (Hifumi)

Après avoir craché une petite quantité de sang, Hifumi s’étira le cou.

« …Qu’as-tu fait ? » (Beleth)

« J’ai simplement été projeté après avoir directement reçu un coup au visage. » (Hifumi)

« Je vois, il contracte tous ses muscles au moment de frapper. », en entendant les murmures d’Hifumi qui tentait d’expliquer la structure corporelle des démons et leurs mécaniques, Beleth et Bennia furent abasourdis.

« Bien, je suppose que la leçon est terminée. » (Hifumi)

Il sortit son katana.

« Commençons. » (Hifumi)

Lorsqu’Hifumi sortit son arme, Beleth se mit sur ses gardes.

Cependant, au lieu d’utiliser son katana, Hifumi lança une pierre sortie de sa poche.

« Aah !? »

L’une des femmes démons qui l’encerclait cria.

« Q-Que fais-tu… ? »

« Je l’ai simplement frappé avec un petit morceau de métal. Elle a tenté d’utilisé la magie. » (Hifumi)

En entendant cela, Bennia et les autres démons reculèrent.

« Je fais attention à ce qui m’entoure. Je peux me permettre une telle liberté. » (Hifumi)

Beleth, serrant le poing jusqu’à en saigner, s’approcha d’Hifumi avec un sourire forcé.

« Faites-moi au moins perdre cette liberté. Venez, attaquez-moi désespérément. » (Hifumi)

Sans plus répondre aux provocations d’Hifumi, Beleth déchaina une série de coups de poing.

D’un point de vue extérieur, chaque coup semblait frapper le katana, mais en vérité, Hifumi parvenait à divertir chacune de leurs trajectoires.

« Alors, tu n’arrives pas à suivre ma vitesse ? » (Beleth)

Les coups de Beleth, augmentant en nombre à chaque seconde, commençaient à frôler les flancs et épaules d’Hifumi.

Même si la lame parvenait à en divertir la majorité, celle-ci parvenait à peine à abimer les muscles de Beleth.

« Tu es vraiment solide. » (Hifumi)

« Tu ne pourras pas couper mes muscles avec une épée aussi fine ! » (Beleth)

Cet humain parvient à esquiver, mais sa résistance ne va pas durer très longtemps, Beleth en était convaincu, et s’avança davantage afin d’accélérer la vitesse de ses attaques.

Profitant de ce mouvement, Hifumi plaça sa main gauche derrière le genou de Beleth et tira violemment vers lui.

« Uo !? » (Beleth)

Beleth perdit l’équilibre et son poing gauche ne frappa que de l’air.

A cet instant, la pointe du katana assaillit son flanc sans défense et s’enfonça dans sa gorge.

« Si les muscles sont impénétrables, il me suffit de viser un endroit sans muscles… oups, il est mort, huh ? » (Hifumi)

Beleth s’écroula, baignant dans une mare de son propre sang, les yeux toujours grands ouverts.

« C’est… »

« Beleth-san est… »

Apparemment, la force de Beleth était source de confiance pour beaucoup de démons. Ainsi, les femmes démons présentes ne purent dissimuler leur surprise.

« …ku ! »

Parmi elles, seule Bennia tenta d’agir discrètement.

Comprenant qu’elle n’avait pas la moindre chance de gagner une confrontation directe, elle avala une large bouffée d’air.

Heureusement, Vepar se rendit compte de la situation et cria,

« Bouche-toi les oreilles ! » (Vepar)

Tout à coup, Bennia ouvrit grand la bouche et laissa échapper un cri accompagné d’une vibration sans le moindre son ou voix.

Toutes les personnes présentes s’étaient bouché les oreilles. Plusieurs d’entre elles hurlèrent d’agonie, et certaines perdirent même connaissance, du sang s’écoulant de leurs tympans.

« C’était intense… » (Hifumi)

S’exclama Hifumi. Il avait eu le temps de lâcher son katana et d’enfoncer ses index dans ses oreilles.

Même s’il avait évité un coup direct, sa vision était distordue en raison de la vibration qui avait vraisemblablement affecté son cerveau.

« Meurs ! »

Hifumi n’entendit pas très bien la voix, mais vit Bennia charger dans sa direction, visant sa gorge avec ses griffes acérées.

Gêné par sa vision trouble, Hifumi ferma simplement les yeux et avança d’un pas.

« Eh ? »

Ne s’attendant pas à ce qu’il réduise de lui-même la distance, Bennia ne put réagir à temps.

Hifumi lui asséna un coup de tête. Bennia parvint à résister et à ne pas tomber malgré ses genoux chancelants, mais un coup de pied de la part d’Hifumi s’ensuivit et la projeta au sol.

Puis, Hifumi la transperça avec la large épée abandonnée par Beleth.

« Guee. » (Bennia)

Tandis que la lame grossière s’enfonçait dans l’os de sa hanche, Bennia, pliée en deux, vomit une large quantité de sang avant de laisser échapper un ultime grognement.

« Ah~… Le son est ennuyeux. Je n’ai aucun moyen de m’en défendre complètement. » (Hifumi)

Hifumi, après quelques étirements, ramassa son katana.

« Bien, il ne reste plus qu’à nettoyer le reste. » (Hifumi)

En entendant les mots murmurés par Hifumi tandis que celui-ci vérifiait si la lame de son katana était abimée, même s’il savait que c’était impossible, les femmes présentes se figèrent, des sueurs froides parcourant leurs corps.

 

Chapitre Précédent / Chapitre Suivant

Accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :