Chapitre 104 : Ressentir le Feu

 

Ville d’Arosel.

Après avoir été annexés par Fokalore suite à l’invasion surprenante d’Hifumi, les habitants passaient leurs journées dans le plus grand des calmes.

Même la guilde des aventuriers installée en ville fonctionnait comme à son habitude, à l’exception du meurtre de plusieurs aventuriers par Hifumi.

Reshi, le maître de cette branche de la guilde, remplissait toujours ses fonctions.

Lorsqu’Arosel avait été retiré à Vichy par Orsongrande, plusieurs aventuriers avaient été critiqués pour avoir essayé de se protéger en essayant de se rapprocher d’Hifumi de Fokalore. Cependant, lorsque tout le monde a commencé à se rendre compte que la vie s’améliorait contrairement à l’époque durant laquelle la ville était sous l’emprise de Vichy, ces rumeurs s’étaient rapidement tues.

Mais, Reshi avait actuellement plus de problèmes qu’autrefois.

« Hmmm… » (Reshi)

Sur son bureau s’empilaient les rapports et témoignages d’aventuriers de la guilde d’Arosel. Il s’agissait de documents collectés par le personnel de la guilde.

Un grand nombre de ces documents étaient des affaires de disputes entre aventuriers, se plaignants du vol d’une proie ou de tout autre conflit similaire. Il s’agissait d’un problème tout à fait normal, presque quotidien, mais un élément jusqu’alors jamais vu apparaissait dans ces documents.

D’après eux, de nouveaux monstres avaient été repérés.

D’après eux, de larges spécimens, possédant une taille deux fois plus importante que la normale, avaient été aperçus.

D’après eux, les groupes de monstres étaient de plus en plus restreints, tandis que leur force individuelle augmentait.

« Que se passe-t-il au juste… ? » (Reshi)

Reshi caressa sa barbe blanche.

Arosel était une ville ayant à nourrir un trop grand nombre de bouches.

Après son changement d’allégeance, elle s’était mise à se développer sans arrêt, grâce à la route entre elle et Fokalore. Par exemple, le nombre d’aventuriers servant d’escortes aux convois augmentait sans arrêt.

Tous les aventuriers savaient que les monstres n’étaient pas très puissants près des zones densément peuplées. Est-ce que les monstres évitaient ces endroits en raison de leur forte population ? Où est-ce que les humains construisaient simplement leurs villes près des monstres les plus faibles ? Personne ne connaissait la réponse, mais la situation était en train de changer.

Après avoir lu les nombreux rapports recouvrant son bureau, Reshi comprit que l’équilibre jusqu’alors maintenu se détériorait rapidement. De nombreuses personnes étaient attaquées par ces monstres anormaux, qu’il s’agisse de citoyens lambdas ou d’aventuriers.

Devrais-je demander de l’aide aux autres guildes ou au gouvernement de ce pays ? Pendant que Reshi hésitait à prendre une décision, quelqu’un frappa à la porte.

« Entrez. » (Reshi)

« Excusez-moi. »

Un membre du personnel entra dans la pièce avant de saluer Reshi.

« Un messager de Seigneur-sama est arrivé, mais… »

Il a légèrement pâli en prononçant le mot de Seigneur, ce n’est probablement pas mon imagination, pensa Reshi. Et celui-ci avait raison, car ce membre du personnel était la seule personne présente lorsqu’Hifumi avait massacré les aventuriers à Arosel.

« Un messager du Comte Tohno, huh… ? Je suppose que nous n’avons pas d’autre choix que de le rencontrer. Faites-le entrer. » (Reshi)

« Tout de suite. »

« Et ne laissez personne entrer jusqu’à nouvel ordre. » (Reshi)

Acquiesçant une seconde fois, le membre du personnel quitta la pièce.

Rapidement, deux femmes apparurent devant Reshi.

La première possédait des cheveux roux en bataille, tandis que la seconde avait elle aussi des cheveux roux, mais un peu mieux maintenus.

L’une paraissait réaliser sa toute première mission, tandis que l’autre semblait superviser cette dernière, alors Reshi n’arrivait pas à imaginer la raison de leur venue.

Toutes deux affichèrent un large sourire.

« Je suis la Directrice Militaire du Comté Tohno, Alyssa. » (Alyssa) (Note du Traducteur Anglais : Alyssa parle d’elle-même en utilisant le pronom ‘boku’, qui est un prénom destiné aux hommes)

« Heureuse de vous rencontrer. Je m’appelle Miyukare, et j’agis en tant que conseillère militaire exclusive d’Alyssa-sama. » (Miyukare)

« Je suis honoré de faire votre connaissance. » (Reshi)

La présentation d’Alyssa n’était absolument pas polie, mais Reshi y répondit avec un grand sourire, sans oser souligner ce détail. Après tout, sa priorité était actuellement de ‘’ne pas provoquer de problèmes’’.

« Venez, asseyez-vous sur ce canapé. » (Reshi)

« Merci ! » (Alyssa)

Alyssa s’assit docilement, tandis que Miyukare se plaça silencieusement derrière Alyssa après une courbette. Leurs rôles de responsable et d’aide étaient respectés, mais puisqu’Alyssa ne pouvait s’empêcher d’observer de fond en comble la pièce, toute la mise en scène était ruinée.

« Est-ce que du thé noir vous conviendrait ? » (Reshi)

« Ouais. » (Alyssa)

Miyukare observa attentivement Reshi verser personnellement le thé noir. Ce dernier continua, tout à fait conscient de la situation. Je ne dois pas les laisser avoir la moindre suspicion.

« Tenez. Bien, quelle est donc la raison de votre venue ? » (Reshi)

« Ummm… Nous sommes venues parler des monstres. » (Alyssa)

Reshi trembla intérieurement, mais grâce à ses années d’expérience, il parvint à dissimuler sa réaction.

« Les monstres ? Ils sont la cible principale de notre guilde des aventuriers. » (Reshi)

« Est-ce que quelque chose sort de l’ordinaire chez ces monstres ? » (Alyssa)

« Quelque chose qui sort de l’ordinaire… » (Reshi)

Il se rappela tout à coup des documents responsables de ses migraines un peu plus tôt.

Cependant, on ne lui laissa pas le temps de réfléchir.

« Une augmentation de puissants monstres, ou quelque chose de similaire. Vous n’êtes pas au courant ? » (Alyssa)

Tant pis, je ne peux rien y faire, Reshi, un sourire amer sur le visage, se leva doucement puis prit les documents sur son bureau avant de les étaler devant Alyssa.

« Voici des rapports concernant des monstres plus larges et féroces que la normale, ainsi que des monstres apparaissant pour la toute première fois. Même si je souhaite régler ce problème au plus vite, plusieurs points posent problème. » (Reshi)

Après avoir rapidement scanné les documents du regard, Alyssa les transmit à Miyukare derrière elle.

Les pupilles rouges de Miyukare bondirent de document en document.

« …Alyssa-sama, il n’y a plus le moindre doute. » (Miyukare)

« Oui, c’est bien ça ? » (Alyssa)

Même si la responsable et sa conseillère semblaient comprendre quelque chose, ce n’était pas le cas de Reshi.

« Êtes-vous au courant de quelque chose ? » (Reshi)

« Vous voyez… » (Alyssa)

« S’il-vous-plait, laissez-moi m’occuper des explications. » (Miyukare)

Arrêtant Alyssa, Miyukare rendit les documents à Reshi.

« Cette situation est également observable à Fokalore, mais aussi sur tout le territoire d’Orsongrande, de Vichy et d’Horant. » (Miyukare)

Miyukare révéla à Reshi qu’il s’agissait d’un phénomène découvert à Fokalore, mais aussi dans tout le Royaume d’Orsongrande.

« Je vois. Héros-dono avait raison. Personne d’autre que lui ne possède une telle perspicacité. » (Reshi)

En vérité, il s’agissait simplement d’une conséquence des actes de Caim, mais ni Miyukare ni Alyssa n’allait en parler.

« Si nécessaire, je ferais délivrer ces documents après les avoir retranscris. » (Reshi)

« Ce ne sera pas nécessaire. J’ai déjà mémorisé les parties les plus importantes de leur contenu. Au lieu de ça, nous devons parler de quelque chose d’important. » (Alyssa)

« …Je vous écoute. » (Reshi)

Alyssa s’adressa à Reshi, posa les documents dans ses mains et corrigea sa posture.

« Nous suspectons que quelqu’un renforce les monstres. Et puisque ce phénomène s’étend sur plusieurs pays, il est possible que le responsable de tout ça fasse partie de Vichy, d’Horant, ou bien sûr, d’Orsongrande. » (Alyssa)

« …Un être similaire au seigneur démon des contes de fées. Ne peut-il pas s’agir de l’œuvre d’un pays situé de l’autre côté des terres désolées ? » (Reshi)

« Comte Tohno est parti enquêter sur cette hypothèse. » (Alyssa)

« Cette histoire était donc vraie ! » (Reshi)

Reshi, ayant par mégarde haussé la voix, se corrigea en toussotant avant de s‘excuser.

Le départ d’Hifumi vers les terres désolées, seul qui plus est, l’avait atteint sous forme de rumeur, mais Reshi n’y avait pas vraiment prêté attention.

« Si je peux m’exprimer franchement, étant donné que le nombre de témoins ainsi que le nombre de rencontres avec de puissants monstres ne fait qu’augmenter, je me demande si Seigneur-sama a bien réussi à en discuter avec les autres pays, mais… on dirait bien que les figures centrales de Fokalore ont une vision bien plus globales et poussée que nous. » (Reshi)

En entendant les mots de Reshi, Alyssa et Miyukare se tournèrent l’une vers l’autre.

« Nous avons une demande à vous faire. » (Miyukare)

« De quoi s’agit-il ? » (Reshi)

Reshi écouta attentivement Miyukare.

« Nous aimerions que vous préveniez les aventuriers de l’augmentation du nombre de monstres, ainsi que de l’existence possible d’un responsable. » (Miyukare)

« …N’avez-vous pas peur de déclencher une scène de chaos ? » (Reshi)

« Si cela permet de découvrir qui est derrière tout ça, alors c’est un risque que nous sommes prêts à prendre. » (Miyukare)

« Si nous découvrons de qui il s’agit, Hifumi pourra l’éliminer. » (Alyssa)

« Oh ! », pour une étrange raison, Reshi était tout à fait compréhensif.

« …Je comprends. Je vais faire circuler petit à petit l’information, en commençant pas prévenir les personnes en qui je peux avoir confiance. Laissez-moi m’occuper de tous les détails. Est-ce que cela vous irait ? » (Reshi)

« Bien sûr, aucun problème. » (Alyssa)

Lorsqu’Alyssa et Miyukare sortirent de la pièce après avoir remercié Reshi pour son thé, celui-ci s’enfonça profondément dans le canapé.

« Que se passe-t-il… ? On dirait bien que le monde change autour de nous en ce moment même. » (Reshi)

Reshi trempa enfin ses lèvres dans le thé noir qu’il s’était servi. Le thé était devenu froid.

 

L’aube au village elfe fut accueillie par une atmosphère de terreur.

De nombreux cadavres gisaient dans une partie du village. Parmi eux, le corps de Laboras, qui avait rallié les hommes du village à sa cause, avait été cruellement massacré.

Ceux qui avaient entendus ce qui s’était passé et qui, de peur, n’avaient pas osés sortir de leurs maisons, émergèrent enfin au lever du soleil. Lorsque tous virent la terrible scène se dévoilant devant leurs yeux, ils se rassemblèrent en petits groupes d’amis et discutèrent sur la situation, sans pour autant trouver de réponses à leurs questions.

Zanga, ayant prédit une telle situation, demanda à Shiku et Puuse d’annoncer qu’il y aurait une réunion afin d’expliquer la situation aux villageois. Puis, elle proposa à Hifumi d’agir en tant que guide, utilisant une cane pour se déplacer.

« Eh… ? Z-Zanga-sama !? »

A la limite du village, à l’opposé de l’endroit où Hifumi était entré, se trouvait une hutte solide en rondins.  « Les cercles magiques ont été installés dans cette hutte », expliqua Zanga avant d’annoncer son entrée.

Les elfes présents, chargés d’utiliser leur mana afin de maintenir la barrière, semblèrent surpris.

« Q-Que faites-vous ici… ? Eh, et eux côtés d’un humain… ? »

« Ne paniquez pas. Si vous ne lui faites rien, il ne vous fera rien. » (Zanga)

Probablement, rajouta intérieurement Zanga avant de s’asseoir sur une chaise placée au milieu de la hutte.

« Je n’avais pas respiré l’air extérieur depuis longtemps ~nee. Cela n’arrive pas souvent, mais… » (Zanga)

Les elfes jugèrent Zanga, dévoilant tout à coup une expression de solitude, comme bizarre, mais leurs inquiétudes étaient principalement tournées vers l’humain qu’ils voyaient pour la première fois.

Et cette vigilance explosa suite à un bref commentaire de Zanga.

« Pendant un instant, nous allons percer un trou dans la barrière. » (Zanga)

« N-Nous ne pouvons pas faire une telle chose ! »

S’exclama en panique l’un des elfes, mais Zanga secoua la main de haut en bas en riant.

« Ce n’est pas vous qui allez le faire, mais moi. On ne dirait pas, mais j’étais la meilleure magicienne elfe à l’époque. Même si j’étais totalement incapable d’utiliser la moindre magie offensive. » (Zanga)

« Quand il s’agit de protéger quelque chose, il ne faut surtout pas me sous-estimer. », Zanga se tourna joyeusement vers Hifumi.

« Humain-san, quand reviendrez-vous ? » (Zanga)

« Aucune idée. Mais j’ai mémorisé cet endroit. » (Hifumi)

« Je vois…. Dans ce cas, vous recevrez ma requête à votre retour. » (Zanga)

De nombreuses écritures formées de symboles et caractères apparurent tout à coup dans les nombreux cercles magiques.

« Hey ho ! » (Zanga)

Zanga, tenant jusqu’alors debout grâce à son bâton, s’assit devant l’un des cercles magiques avec l’aide des elfes présents.

« En marchant pendant une minute en suivant le chemin de l’autre côté de cette hutte, vous rencontrerez la barrière. Puisque celle-ci restera ouverte pendant 3 minutes, profitez-en pour la traverser à cet instant. » (Zanga)

« D’accord. » (Hifumi)

« Humain-san, je n’ai pas encore entendu votre nom. » (Zanga)

« Pourriez-vous me le dire ? » Demanda Zanga.

« Je m’appelle Hifumi. » (Hifumi)

« Hifumi-san ? C’est un nom bien étrange ~nee. Mais c’est un bon nom. Hifumi-san, pourquoi avez-vous décidé de partir à la rencontre des démons, si profondément dans la forêt ? Vous le savez sûrement, mais ils sont extrêmement agressifs, et risquent de vous attaquer. » (Zanga)

Tout en demandant cela, Zanga se tourna vers la cercle magique.

« …Il n’y a pas assez de combats dans ce monde. Il n’y a pas assez de morts sur le fil du rasoir, ce genre de mort qui épuise la force vitale de chacun, comparable à la combustion de son âme. Quelqu’un doit fabriquer l’étincelle. » (Hifumi)

« Cela veut donc dire que les démons serviront d’élément déclencheur. » (Zanga)

Même si Zanga riait, les épaules tremblantes, ce n’était pas le cas des elfes présents, totalement abasourdis en pensant sont-ils vraiment en train de parler tranquillement d’une véritable catastrophe, même si je n’en comprends pas forcément les détails.

« Cela risque donc de poser problème, si nous ne nous battons pas pour notre survie nous aussi. Même si nous abandonnons la forêt, notre peuple a sa fierté. Nous ne tomberons pas si facilement. » (Zanga)

En entendant les mots de Zanga qui commençait à concentrer son mana à l’intérieur du cercle magique, Hifumi se plaça dos à elle.

« Cela me va. Vous ne pouvez pas profiter de la vie si vous ne savez pas quand est-ce que celle-ci se termine. » (Hifumi)

Hifumi commença à sortir de la hutte.

Je vais pouvoir observer les techniques, magies et tout ce qui constitue la race des démons, chacun de ses pas témoignait d’une profonde impatience.

« Je me demande bien quelle sera ma première rencontre ? » (Hifumi)

Hifumi fit apparaitre son katana, avant de l’accrocher à sa ceinture.

« J’espère y trouver un parfait candidat au rôle de roi démon. » (Hifumi)

Son monologue disparut dans le vent, sans que personne ne puisse l’entendre.

 

Chapitre Précédent / Chapitre Suivant

Accueil

2 pensées sur “Le Héros est un Démon – Chapitre 104

  • Avatar
    27 mai 2019 à 21 h 48 min
    Permalink

    il est de retour merci

    Répondre
  • Avatar
    13 juin 2019 à 0 h 04 min
    Permalink

    Merci pour le chapitre vivement la suite 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :