Chapitre 103 : Ose

 

« J’aimerais te demander une chose. » (Laboras)

Tenant fermement son couteau en main, Laboras demanda sans en sortir la lame,

« Pourquoi es-tu venu dans cette forêt ? » (Laboras)

« J’ai entendu dire que la race des démons vivait dans les profondeurs de cette forêt. Je suis venu leur rendre une petite visite. » (Hifumi)

« Tu souhaites rencontrer les démons, huh ? » (Laboras)

« C’est ce que je viens de dire. » (Hifumi)

Après avoir entendu la réponse d’Hifumi, Laboras prit finalement son couteau.

« Une raison de plus pour ne pas te laisser partir d’ici vivant. » (Laboras)

Hifumi restait immobile, positionné de façon à ce que son katana soit dirigé vers les yeux de son adversaire.

« Les démons sont dangereux. Je ne sais pas quelles sont tes intentions, mais nous les emprisonnons pour le bien de ce monde. Tes actions ne sont donc qu’un risque inutile. » (Laboras)

Laboras ne tenait rien dans sa main gauche de façon à pouvoir utiliser la magie, tandis que son couteau reposait lame vers le haut dans sa main droite.

Les cinq elfes encore à ses côtés, voyant ce changement, préparèrent tous leurs arcs et couteaux.

« Hors de ma vue, vous qui souhaitez fuir ! Que restent à mes côtés les elfes souhaitant protéger cette forêt et ce monde. » (Laboras)

Ayant commencé à reculer petit à petit, plusieurs elfes s’arrêtèrent. Hifumi attendait de voir quel allait être leur choix.

« Pour moi… c’est impossible. »

« Pour moi aussi. »

L’un après l’autre, deux elfes prirent leurs jambes à leurs cous, mais les trois jeunes elfes restants levèrent leurs armes.

« Les acteurs sont rassemblés. Et si nous commencions ? » (Hifumi)

« Cesse de parler ! » (Laboras)

Le combat commença par une attaque magique lancée par Laboras.

Plusieurs dizaines de caillasses comprimées de la taille d’un poing et aux extrémités acérées se dirigèrent unes à unes vers Hifumi à la vitesse d’une balle de mitrailleuse.

Se plaçant de façon à ce que ses jambes forment un L, Hifumi esquiva en se servant de son katana pour divertir leur trajectoire.

Puis, il s’avança rapidement et répondit par un coup d’estoc, que Laboras parvint à grossièrement repousser avec son couteau.

« Humph ! » (Laboras)

Laboras tenta d’enfoncer son coude gauche de libre dans l’abdomen d’Hifumi, profitant de l’élan offert par son contre au couteau.

Repoussant le sol avec ses pieds au moment de recevoir l’attaque, Hifumi, perdant l’équilibre, utilisa la force de son adversaire afin de prendre ses distances.

De nouveau, tous deux se firent face, une distance de plusieurs pas les séparant.

Face à ce combat soudain au corps à corps, les jeunes elfes étaient incapable de lancer le moindre tir de couverture ou quoi que ce soit de similaire. Même si tous avaient préparés leurs sorts et flèches, ils n’avaient d’autre choix que d’assister au combat.

« Tu es rapide, et même capable de me toucher, huh ? » (Hifumi)

Hifumi corrigea de nouveau sa position.

Mon abdomen me fait mal. Je peux probablement m’attendre à avoir un bleu, mais l’attaque n’a probablement pas atteint mes organes internes.

« Une personne incompétente ne sachant qu’utiliser la magie n’est pas apte à servir de médiateur avec les humains. Il semblerait que tu aies réussi à esquiver ce coup, mais cela n’arrivera pas une seconde fois. » (Laboras)

Changeant la tenue de son couteau afin de placer la lame vers le bas, Laboras se pencha en avant.

Son couteau fermement tenu dans sa main droite, sa main gauche lui servait de support, prête à libérer sa magie à tout instant.

« Tu as changé de position. Tu as l’air familier avec celle-ci. » (Hifumi)

« En effet. C’est une technique elfe élaborée dans cette forêt, d’un niveau largement supérieur à ce que vous, faibles humains, appelez armement et magie. » (Laboras)

Veillant à ce que ses pieds glissent sur le sol, Laboras diminua lentement la distance le séparant d’Hifumi.

Cependant, Hifumi vit tout à coup Laboras détourner le regard et en profita.

Un sort de vent explosa sur le sol, à l’endroit où se tenait Hifumi avant de bouger d’un simple pas.

« …Esquivé, huh ? » (Laboras)

« Allons, les signes étaient évidents. C’est d’un ennui. » (Hifumi)

« Humph… Allez-y ! » (Laboras)

Sur ordre de Laboras, des flèches et magies descendirent simultanément sur Hifumi.

La vitesse de ces dernières était largement supérieure à celle des elfes ayant attaqués Hifumi plus tôt. De même pour leur force.

Hifumi les esquiva en bougeant et en se protégeant avec son katana, mais profitant de cette saturation d’attaques, Laboras reprit ses assauts au couteau et ses tirs de pierres avec un timing parfait.

« Tu ne fais qu’esquiver ! » (Laboras)

La vitesse de Laboras augmenta tout à coup, intensifiant son assaut.

Hifumi, après avoir repoussé le couteau à mains nues, se retourna et courut.

« Tu fuis ? » (Laboras)

« Certainement pas. » (Hifumi)

Profitant d’une blessure au bras infligée par le couteau de Laboras, Hifumi vola la vision d’un elfe en lui projetant son sang dans les yeux.

« Ugh ? »

L’elfe qui essayait de tirer une flèche hésita un instant, son champ de vision devenu rouge vif. Cet instant d’hésitation signa son arrêt de mort.

Avec l’arc en bois tenu dans ses mains, son corps fut coupé en deux en un instant, au niveau de la taille.

« C‘est très vague, mais… » (Hifumi)

Témoins de la mort de leur compagnon alors que l’ennemi faisait face à une pluie d’attaques, les elfes cessèrent par mégarde leurs attaques.

« Le style d’archerie est plus difficile à cerner que la magie. Non, c’est parce que j’ai atteint un niveau grâce auquel j’arrive à peu près à comprendre la magie. » (Hifumi)

Tout à parlant seul, Hifumi frappa le sort de vent arrivant dans son dos avec le pommeau de son katana, dispersant l’attaque.

« …Pourriture, es-tu vraiment humain… ? » (Laboras)

A la voix fatiguée de Laboras qui suait à grosses gouttes, Hifumi répondit en souriant,

« C’est évident. Toi, moi, vous, nous tous mourons si nous sommes transpercés par une lame. Nous sommes tous simplement normaux. Tout comme lui. » (Hifumi)

Il pointa du doigt le cadavre coupé en deux.

« C’est probablement pourquoi nous sommes excités à l’idée de nous entretuer, car après tout, il n’y aura pas de seconde chance. » (Hifumi)

Ignorant sa main gauche blessée, Hifumi agrippa son katana à deux mains et se mit en position hachisou.

« Je te tuerai ici-même, par n’importe quel moyen. » (Laboras)

« Je vois. Fais de ton mieux. » (Hifumi)

Et de nouveau, des attaques magiques se mirent à pleuvoir sur Hifumi qui venait de murmurer cela comme s’il s’agissait du problème d’un autre.

Mais par rapport à avant, Hifumi laissa les sorts passer à côté de lui tout en s’avançant. Finalement, il parvint à se glisser telle une bourrasque entre les elfes alignés les uns à côtés des autres.

« Auu ! »

« Guaaa !? »

Tout autour d’Hifumi, les elfes se mirent à crier avant de s’effondrer dans des geysers de sang.

Bloqués par leurs semblables qui se tenaient trop près d’Hifumi, trois elfes perdirent la vie.

Remarquant tout à coup quelque chose, Hifumi poussa le dos d’un elfe.

« Eh… ? Eh… »

Pendant un instant, l’elfe ne comprit pas ce qui venait de lui arriver. Lorsqu’il baissa les yeux après avoir ressenti une sorte d’impact, il vit qu’une large pierre acérée transperçait sa poitrine.

« Pourquoi… ? »

Lorsque l’elfe mort s’écroula sans même avoir compris la situation, le visage souriant d’Hifumi apparut aux yeux de Laboras, responsable de ce sort.

« L-Laboras-san !? »

Un elfe, surpris par le tir ami, ignora Hifumi pour diriger son regard vers Laboras. Il perdit instantanément la vie, un katana transperçant son cœur.

Laboras continua ainsi à tirer des pierres en direction d’Hifumi, ignorant ses compagnons présents dans la ligne de tir.

Après avoir retiré son katana du cadavre fraichement créé, Hifumi décida d’utiliser le corps comme un bouclier et le projeta en avant, puis courut en rasant le sol, comme s’il tombait, concentrant sa force dans ses deux genoux.

Il ne se dirigeait pas vers Laboras, mais vers un autre elfe.

« N-N’approche pas ! »

Ce dernier tenta, paniqué et effrayé, de faire face à Hifumi avec sa magie, mais pas assez rapidement. Hifumi tenta de le tuer grâce à un coup de lame partant de la hanche et formant une diagonale jusqu’à l’épaule, mais sembla tout à coup changer d’avis avant de tomber dos contre le sol.

Voyant cela, l’elfe laissa échapper un « Je suis sauvé. » soulagé, avant que son corps ne soit transpercé à divers endroits par les projectiles tirés par Laboras.

« Tsk. » (Laboras)

« Ne me vole pas mes proies depuis les tribunes. » (Hifumi)

S’exclama mécontent Hifumi, après avoir esquivé les tirs de Laboras.

Mais celui-ci ne répondit pas.

Faisant de nouveau face à Hifumi, il s’approcha en rugissant, couteau en main.

Similaire à son corps puissant qui ne correspondait pas tout à fait à la norme elfe, son couteau était à la fois épais et solide.

Cependant, cela n’empêchait pas ses attaques d’être précises, sans la moindre faille.

« Tu es plutôt doué. » (Hifumi)

Les coups d’estoc visaient avec précision les parties vitales adverses, tandis que les coups de lame servaient à empêcher toute fuite. Hifumi, devant gérer cela en plus des sorts qui l’assaillaient, reculait lentement, de nombreuses coupures apparaissant petit à petit sur son corps.

Cependant, il ne prenait pas l’initiative.

Son visage était d’un calme absolu.

« Rapide. Mais ces attaques sont trop évidentes. » (Hifumi)

A cet instant, les elfes et Laboras virent quelque chose d’incroyable.

Le katana dans les mains d’Hifumi se mit à contrer les coups d’estoc avec sa pointe. Les pointes des deux armes se rencontrèrent à plusieurs reprises.

De nombreuses étincelles commencèrent à apparaitre entre les deux adversaires.

« Je ne peux pas croire que tu fasses cela ! » (Laboras)

Laboras tenta, paniqué, d’augmenter la rapidité de ses attaques, mais Hifumi parvint à le suivre calmement.

« Aucune attaque prévisible ne marchera. » (Hifumi)

Le rythme accélérait encore et toujours, accompagné d’un bruit métallique.

« Guh, prends ça ! » (Laboras)

« Ce n’est pas suffisant. » (Hifumi)

Laboras, commençant à s’impatienter, délivra une attaque derrière laquelle il plaça tout le poids de son corps afin de briser les défenses d’Hifumi.

Cependant, Hifumi glissa le long de son flanc, sans même contrer l’attaque.

« Ah ? » (Laboras)

Laboras tituba en avant, ne ressentant rien de l’impact auquel il s’attendait. Sa rotule fut tout à coup écrasée par Hifumi.

Perdant l’équilibre, Laboras se retourna en pleine chute et tenta d’asséner à Hifumi un coup de couteau.

Mais avant que le couteau ne puisse atteindre sa cible, le bras tendu de Laboras fut projeté dans les airs, coupé par la lame du katana.

« Bon saaaang ! » (Laboras)

« Ferme-la. » (Hifumi)

La gorge de Laboras, qui venait de crier après avoir perdu son bras, fut ouverte par la lame de katana qui s’enfonça en un geste fluide et rapide.

Laboras, une fontaine de sang giclant de sa bouche et de sa gorge, mourut le regard dirigé vers Hifumi.

« L-Laboras-san est… »

Il ne restait plus qu’un jeune elfe.

« U-Umm… »

Jetant au sol son arc, l’elfe se pencha en avant, respirant avec difficulté tout en se demandant s’il devait supplier Hifumi, et comment il allait procéder.

Hifumi s’approcha de l’elfe qui avait finalement décidé de se mettre à genoux, katana en main.

« J-J’abandonne… »

« Tu avais l’occasion de choisir. » (Hifumi)

« Ce n’est donc que la conséquence de ton choix. » Hifumi abattit son katana.

 

Lorsque Zanga leva la tête après avoir entendu le bruit de la porte en bois, Hifumi, couvert de sang, se tenait là.

« …Êtes-vous venu me tuer ? » (Zanga)

Puuse et Shiku étaient collés à Zanga.

« Si vous souhaitez mourir, cela ne me dérange pas. » (Hifumi)

Un couteau, lancé par Hifumi, s’enfonça dans les cendres du feu.

« C’est… le couteau de Laboras. » (Zanga)

Zanga, ayant à plusieurs reprises maintenu en état ce couteau, était tout à fait familière avec l’arme.

« Laboras est donc mort… Êtes-vous venu vous venger des elfes qui ont osé s’opposer à vous ? » (Zanga)

Puuse et Shiku se raidirent.

« Pas vraiment. » (Hifumi)

« …Vous n’êtes pas en colère ? Ce village elfe vous a attaqué, n’est-ce pas ? » (Zanga)

« Je tue seulement si l’on m’attaque. Si ce n’est pas le cas, je n’aime pas vraiment m’embêter à tuer inutilement des mauviettes. Je préfèrerai largement rendre visite aux démons. Cet après-midi, vous allez donc me guider jusqu’à eux après que j’aie un peu dormi. » (Hifumi)

Lorsqu’Hifumi se retourna pour partir, Zanga tendit la main en panique.

« P-Pitié, attendez. » (Zanga)

Zanga tenta de se lever en vitesse, aidée par Puuse.

« Shiku m’en a parlé. Il m’a dit que vous aviez découvert quelque chose à propos des derniers instants d’un elfe. » (Zanga)

« A propos de ça, huh ? » (Hifumi)

Hifumi répéta ce qu’il venait de dire plus tôt aux elfes.

Il expliqua qu’il s’agissait de l’accumulation d’une substance dans le corps des elfes, substance qui se durcissait en partant des extrémités, ce qui fit pâlir Puuse. Mais Zanga se contenta quant à elle d’écouter en acquiesçant.

« …Enfin je comprends. Je comprends la raison de ma longévité étrange. » (Zanga)

Zanga jeta une brindille dans le feu avant que celui-ci ne s’éteigne, puis souffla dessus afin de raviver la flamme. Plus polie que d’habitude, elle se pencha doucement en avant.

« Lorsque j’étais petite, je suis très peu sortie dehors. Je ne m’approchais pas non plus de la forêt, car j’en avais peur. Si cette ‘chose’ venant des arbres en est la raison, alors je comprends pourquoi ma transformation est si lente.  Maintenant que j’y réfléchis, j’ai l’impression que ceux qui sont restés le plus longtemps dans la forêt sont ceux qui sont mort le plus tôt. Cependant, je ne peux plus rien y faire. » (Zanga)

Des larmes se mirent à couler le long des joues de Zanga.

Elle semblait ne plus pouvoir endurer toute cette douleur.

« Tandis que nous vivions grâce à la forêt, nous étions tués par cette même forêt… Cela ne peut pas être aussi vide de sens… Grand-mère… » (Zanga)

Je me demande bien ce qu’à pu ressentir cette grand-mère qu’elle a abandonné durant son enfance ?

Pendant tout ce temps, elle a porté deux fardeaux. Le désespoir d’avoir abandonné l’un des êtres les plus chers à son cœur, et le désespoir de sa grand-mère à qui une mort paisible a été refusée ; est-il possible de faire plus lourd fardeau ? Je ne peux même pas me l’imaginer.

« Zanga-sama… » (Puuse)

Voyant Shiku et Puuse s’inquiéter pour elle, Zanga sécha ses larmes avec un morceau de tissu gisant à ses cotés.

« Hii hi… J’ai fini par vous montrer un spectacle des plus embarrassants. Humain-san, je n’ai qu’une seule requête. » (Zanga)

Zanga se leva tout à coup, avant de se pencher respectueusement en direction d’Hifumi qui la regardait sans la moindre expression.

« Je souhaite rassembler tous ceux qui souhaitent quitter ce village, alors peux-tu nous accompagner hors de cette forêt ? » (Zanga)

« Za-Zanga-sama ? » (Puuse)

Puuse, choquée, semblait vouloir parler, mais Zanga resta penchée en avant.

« En tant que leader des elfes de ce village, je souhaite qu’un maximum de personnes fasse partie de cette tentative. Un jour, les elfes seront prisonniers de cette forêt. Non, je pense qu’ils le sont déjà. » (Zanga)

« N’ai-je pas dit que je comptais rendre visite aux démons ? » (Hifumi)

« Nous pourrons partir à votre retour. De plus, rassembler les personnes intéressées risque de prendre du temps. Je sais qu’il s’agit d’une lourde requête, mais je suis prête à tout. » (Zanga)

« Il s’agit là de mon devoir de chef. », Zanga regarda Hifumi droit dans les yeux.

« Ne pouvez-vous pas vous débrouiller tout seuls ? Vous êtes doués en magie après tout. » (Hifumi)

Zanga se mit à rire en entendant la question soudaine.

« C’est vrai. Il s’agit de ma spécialité. Puuse est quant à elle plutôt douée en magie de soin. » (Zanga)

« Est-ce que cela vous a été enseigné par une autre race ? » (Hifumi)

« Je ne pense pas. Ce serait possible… Non, je suppose que nous n’avons pas d’autre choix que de le faire, si c’est ce que vous souhaitez, humain-san. » (Zanga)

Hifumi caressa son menton et grogna.

« …Si c’est le cas, je ne me gênerai pas. » (Hifumi)

« Nous en reparlerons à mon retour. » Laissant ces mots derrière lui, Hifumi partit.

« Zanga-sama, je veux partir avec vous… Maintenant, j’ai moi aussi peur de cette forêt… » (Puuse)

« Tu en es sûre ? Tu n’es pas obligé de partir, tu es encore jeune. » (Zanga)

Puuse secoua doucement la tête en souriant.

« C’est ma façon de vous remercier de m’avoir enseigné la magie, Zanga-sama. Même s’il s’agit d’un nouveau défi auquel nous devrons faire face, je me sens obligée de vous venir en aide. » (Puuse)

« M-Moi aussi j’aiderai… La magie est difficile pour moi, mais… » (Shiku)

Caressant la tête de Shiku, Zanga murmura un petit « Merci. ».

« La situation est devenue des plus excitantes, vous ne pensez pas ? » (Zanga)

Pourtant, mes semblables viennent d’être tués. Je suis vraiment cruelle. Pensa Zanga.

 

Chapitre Précédent / Chapitre Suivant

Accueil

Une pensée sur “Le Héros est un Démon – Chapitre 103

  • Avatar
    27 janvier 2019 à 17 h 05 min
    Permalink

    Merci pour le chapitre vivement la suite 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :