Comme tous les ans, Le Grand Rex propose sa « Féérie des Eaux », un spectacle musical, avec de l’eau (bien joué Captain Obvious !) diffusé pendant les périodes de fin d’année.

Cette année, c’est Le Grinch, dernier film de Sony Pictures Animation, papa des Minions et de Comme des Bêtes,  qui bénéficie de ce spectacle. Le film est d’ailleurs diffusé en avant-première jusqu’au 28 novembre dans ce cinéma puisqu’il ne sort qu’à cette date.

Petit point sur la Féérie des Eaux. Le spectacle dure une vingtaine de minutes environ, et propose une mise en scène de jets d’eaux partant de la scène du Grand Rex et allant jusqu’à grimper dans les décors sur les côtés de la scène. On a donc un mélange de jets d’eaux, de projections lasers, projections d’images, de bulles d’eau et de bulles de fumée, le tout rythmé sur la musique de la coupe du monde, et divers autres tubes de l’été 2018 avant de finir sur un gentil message de notre ami Le Grinch souhaitant à tous de joyeuses fêtes de fin d’années. Le spectacle est très sympathique et l’esthétique de toutes les technologies entrecroisées dans un environnement aussi beau que le Grand Rex envoie forcément un peu de rêve.

 

Place au film ! On va essayer de ne pas spoiler l’intrigue du film, mais le conte est déjà vu et revu, donc vous connaissez sans doute déjà l’histoire sur le bout des doigts !

Le Grinch est le nouveau film d’animation des studios à qui on doit Moi, Moche et Méchant, Les Minions et Comme des Bêtes, c’est à dire les studios d’animation de chez Sony.

 

Le film met en scène le Grinch, personnage croque-mitaine aux poils verts soyeux, découvert dans un film il y a déjà 18 ans avec Jim Carrey signe son retour dans un film d’animation. Accompagné de son fidèle chien Max, le but de ce Grinch va être de gâcher le Noël du village de Chouville et de ses habitants. L’histoire des deux films, celui dont on parle aujourd’hui et celui de 2000 reprennent tous les deux l’histoire du livre de Theodor Seuss Geisel : « Le Grincheux qui voulait gâcher Noël », sorti en 1957.

Note : Il y a aussi eu un premier court-métrage d’animation sorti en 1966 sur cette même histoire !

Le personnage du Grinch tout d’abord : bien qu’il soit mesquin, le personnage du Grinch se montre bien souvent très gentil avec ses camarades et les villageois de Chouville. On se demande à chaque instant s’il faut l’aimer ou s’il faut le détester. L’histoire derrière le personnage est assez classique et viendra expliquer les motivations de ce dernier. Cindy-Lou Chou est la petite fille qui fera se rendre compte au Grinch qui il est, ce qu’il a fait, et ce qu’il peut faire. C’est l’élément déclencheur qui remettra en question les agissements de l’horrible monstre vert ! On se prend aussi vite d’affection pour le chien Max, personnage idiot/rigolo que l’on retrouve dans tous les films d’animation Sony/Disney/Pixar (à l’image du coq dans Vaiana par exemple) qui sera là pour créer les situations comiques. C’est ensuite Fred l’élan qui rejoindra la troupe pour rendre le duo en un trio toujours comiques. Tous les gags sont concentrés sur l’imaginaire de Noël.

Le film est assez féérique et ingénieux au niveau des diverses inventions du Grinch. L’homme vert ne se refuse rien et peut créer absolument tout et n’importe quoi ! C’est alors que la simple machine à café devient tout un circuit ingénieux que le chien Max peut réaliser pour apporter en un rien de temps le café au lit de son maître.

Graphiquement, le film est sublime et Chouville rayonne de milles feux grâce à ses nombreuses décorations de Noël. Sur un grand écran et en belle définition, l’image vient nous flatter la rétine. Nous ne sommes pas non plus au niveau du somptueux Coco en terme d’ambiance graphique, mais l’univers choisi pour cette période ne nous laisse évidemment pas insensible ! Le tout est accompagné de musiques signées par le grand Danny Elfman. (L’ Étrange Noël de Mr.Jack, la plupart des Tim Burton…) Malheureusement les musiques resteront discrètes durant le film et s’est plutôt des hits qui passeront sur la radio du Grinch dont on se rappellera. En revanche… Pourquoi le choix du rap sur le générique de fin ? Quel est le p**** de rapport ?!

 

Au final, le bilan de ce film est que la vengeance n’est jamais un plat qui ne se mange froid, et que partout dans le monde, on trouvera toujours chaussure à son pied ! Le Grinch est donc un conte pour enfants sans prétention qui se laisse agréablement regarder en ces périodes de fin d’année où l’on passe du temps en famille ! En revanche, n’essayez pas de regarder le film à une autre période car il serait vraiment hors contexte et sans grand intérêt à ce moment là. Le film n’invente rien, mais fait simplement ce qu’on lui demander : passer 1h45 en compagnie de ses enfants ou ses proches et sortir du cinéma avec le sourire aux lèvres !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :