Vous représentez une petite mort en pleine formation de faucheuse. Allez-vous décrocher votre diplôme ?

Un jeu pour 2 à 4 apprentis faucheurs. Compte tenu du thème à partir de 14 ans mais le principe du jeu peut largement être accessible à partir de 10 ans pour peu que la demi portion n’a pas l’âme sensible et possède un brin d’humour cynique. Une partie dure entre 20 et 30 minutes.

La BD

Et oui ce jeu est tiré avant tout d’une bande dessinée de Davy Mourier dans le premier tome est sorti en 2013. La petite Mort (c’est son nom de famille) est en fait un enfant de papa et maman Mort. C’est un garçon comme les autres qui va à l’école et rêve de devenir fleuriste mais son avenir est déjà tout tracé et quand il sera grand, il devra reprendre le travail de faucheuse de son père.

Le dos des cartes reprennent la couverture de chaque tome de BD. Tandis que la boite principale, elle, reprend exactement l’illustration du tome 1 et l’extension reprend l’illustration du tome 2.

matos

Le cercueil

Parlons d’abord de cette thématique : la mort. Maladies, suicides, accidents, on aborde toutes les façons de mourir, alors oui la mort fait souvent peur, oui on n’aime pas en parler et certains trouveront du coup ce jeu de mauvais goût. Mais sous cette humour glauque, je trouve que l’idée est originale et le bien que cela procure de pouvoir jouer sur des choses qui ne nous font pas rire dans la vie réelle. C’est sûr, c’est absurde de dire « et tiens, en plus d’avoir perdu ton job, ta femme te quitte autant te pendre mec !!! », mais que c’est jouissif lorsque l’on se prend au jeu.

L’éditeur l’a rendu encore plus immersif en jouant le jeu avec une boite en forme de cercueil, des pions ‘petite mort’ magnifiques et des illustrations fort sympathiques. On s’amusera d’ailleurs à essayer de reconnaître les caricatures des cartes personnages. Je ne vous dévoile pas tout mais j’ai adoré Pikachu, Coluche ou encore Elvis Presley.

personnage

Les descriptions des cartes caractères sont optionnels car pas utile au jeu mais le rend tellement plus plaisant. On s’amusera à les lire à voix haute dès que l’on pose une carte. Les pictogrammes sont très représentatifs de leur descriptif, même pas besoin de lire la règle pour les comprendre.

caractère

Quel mort choisirez-vous ?

Plusieurs scénarii et donc différents niveaux de difficultés vous sont proposés. Vous devez remplir 4 objectifs de la carte scénario choisie et vous serez déclaré nouvelle faucheuse.

Chaque joueur va avoir devant soi trois personnages qu’il devra faire vieillir en enrichissant son caractère, ses capacités, tout en le protégeant des faiblesses qui apparaissent avec le temps.

Chaque carte possède des pictogrammes représentant des forces (en vert) ou des faiblesses (en rouge) sur une appétence ou non à tel ou tel mort (suicide, accident, arrêt cardiaque, embolie pulmonaire, …)

Un tour se déroule en plusieurs phases :

 

  • Evènement de la vie : sur un principe de draft (j’ai trois cartes, j’en garde une et j’en passe une à chacun de mes voisins), je vais devoir poser dans mon jeu deux cartes caractères qui vont faire grandir (mais aussi affaiblir ou renforcer) mon ou mes personnages
  • Fauche : Ces cartes permettent de faucher un personnage proche de la mort. Cibler le joueur que vous voulez faucher en positionnant un pion petite mort dessus. Le personnage visé doit remplir les conditions de la carte. Ensuite vous partagez le personnage fauché (avec ses cartes caractères) avec le joueur qui possédait ce personnage plus les éventuels autres faucheurs qui auraient convoité la même personne que vous. Ces cartes récupérées sont défaussées dans votre cimetière
  • Si vous ne voulez pas ou ne pouvez pas faucher vous récupérer un jeton death powa. C’est une faiblesse qui pourra être posé sur n’importe quel personnage à la prochaine phase de fauche
  • Le lit de mort :Si vous possédez à ce stade devant vous un personnage avec trois cartes caractères alors il a atteint l’âge de la paix. Vous les accompagnez vers l’au-delà en plaçant l’ensemble de ces cartes dans votre cimetière
  • La vie continue : Pendant cette phase, vous complétez toujours votre espace de jeu pour avoir 3 personnages devant vous et votre main avec 3 cartes caractère et deux cartes fauche

 

 

Dès que vous avez rempli un objectif placez un de vos pions petite mort dessus. La partie peut prendre fin de deux manières :

 

  • Vous avez rempli 4 objectifs et êtes déclaré nouvelle faucheuse officielle
  • Il n’y a plus de cartes dans une des pioches. Chaque joueur comptabilise son nombre de points d’âme engrangés, celui qui en a le plus est déclaré vainqueur

 

 

partie

Extension : les grands méchants

Vous pouvez maintenant jouer à 5 joueurs grâce aux pions petite mort jaunes.

Vous avez de nouvelles cartes caractères pour pimenter le jeu de base et une carte diplôme inédite.

De plus de nouveaux personnages sont apparus : les grands méchants. Lorsque vous en dévoilez un dans votre zone de jeu, ajouter un jeton death powa sur vos autres personnages, puis piochez un jeton ‘death powa’ que vous mettrez dans votre réserve pour le jouer sur les personnages adverses.

extension

Pour faucher un grand méchant, il faudra en plus de remplir les conditions de la carte fauche, défausser un jeton death powa (ce qui vous oblige à en avoir de côté).

Elle est déclarée comme la PREMIÈRE extension, nous devons donc en déduire que d’autres suivront prochainement. Remplirons tel leur paris ou serait-ce qu’un coup de communication et de marketing ?

Avis

Comme je l’ai déjà dit j’adore la thématique même si ce n’est pas joli joli de pousser au suicide. Alors oui, on ne rigole pas de tout mais posséder un peu de second degré ça ne peut faire que du bien.

Quant à la mécanique, elle tourne plutôt bien, ça en fait un jeu rapide avec beaucoup d’interaction entre joueurs. Je le classe en jeu d’ambiance avec coup de crasse à volonté.

Je reproche juste une règle de jeu de manière générale pas être très explicite. De ce fait vous ferez beaucoup de retour au livret de règles pendant vos premières parties mais une fois le jeu bien assimilé il en devient plus agréable.

Les différents scénarii ne sont pas indispensables mais rajoute des niveaux de difficulté et lui permet d’augmenter son pourcentage de rejouabilité puisque les objectifs ne seront pas les mêmes.

 

  • Règles pas très explicites, une courte vidéo aurait été un plus
  • Une extension un peu décevante, elle ne renouvèle pas vraiment le jeu
  • Les Darwins Awards auraient pu être plus développés, voir des cartes spéciales avec la description du type de mort. N’oublions pas que cela signifie les morts les plus stupides et sont en règle général plutôt drôle. Un petit exemple : Un homme a ouvert une lettre piégée qu’il avait envoyée et qui lui avait été retournée par la poste parce qu’il manquait le timbre
  • Un petit extrait de la BD aurait pu être ajouté afin de donner envie de l’acheter. Petit coup marketing en retour aurait été bien vu;

 

 

 

  • Peut-être peut-on espérer que le jeu devienne le 10ème art ? Reprendre une BD pour en faire un jeu, le pari n’était pas facile mais il est gagné haut la main.
  • Un thème original respecté par l’éditeur qui a su rendre le jeu immersif
  • L’édition de qualité irréprochable
  • Merci à l’illustrateur qui nous crée à lui tout seul un 2ème jeu : reconnaitre les personnages

 

 

En résumé

Un jeu de vacheries sur une thématique morbide, on adore!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :