Chapitre 52 : La Peur Ressuscitée

 

12ème jour du mois de Shinyou, le ciel était rouge et la nuit allait bientôt tomber.

Pensant cela, je courais le long de la route.

Ma destination n’était pas le Village Irz, mais Daedalus.

« Je pensais arriver avant le coucher du soleil, mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. »

Je me sentais mal pour Lily, accrochée à mon cou et cachée dans la capuche de ma robe. Mais je voulais absolument savoir la situation à Daedalus.

Ignorant les ordres de blocage, je me dirigeais droit vers la ville. Dans le pire des cas, si j’étais repéré par les soldats de Daedalus, j’étais prêt à être jeté en prison.

La raison principale d’un tel risque était ce sentiment d’inquiétude que je ressentais.

Je n’étais pas totalement convaincu par ce pressentiment sans fondement, mais je ne pouvais pas non plus l’ignorer.

Si Daedalus était vaincu par l‘armée humaine, alors le Continent Pandora allait être englouti par la guerre.

De nombreuses personnes considéreraient cela comme une simple désillusion de ma part, mais je connaissais les actions prises par un ’envahisseur’, grâce aux connaissances de mon monde précédent. Sans oublier que je connaissais la cruauté de ces personnes aux uniformes surmontés de croix.

Ce monde de magie n’était pas un conte de fée. J’y avais été invoqué contre mon gré, et forcé à mener des expériences semblables à de la torture et à combattre d’autres sujets d’expérience.

Si ces pourritures arrivaient en grand nombre, alors le Continent Pandora allait suivre le même processus que ce que m’avaient appris mes leçons d’histoire.

En bref, ma vie paisible au Village Irz était en danger.

J’étais parti vers le Continent Pandora afin de fuir ces hommes en uniformes blancs, et même s’ils n’étaient pas là pour moi, leur périmètre de recherches risquait de s’agrandir s’ils mettaient la main sur le territoire de Daedalus.

Ainsi, pour me protéger, pour protéger mon quotidien actuel, et pour protéger Pandora, j’en étais venu à la conclusion de me rendre à Daedalus.

Je me sentais mal d’entrainer Lily dans tout ça, mais elle était principalement là pour contribuer à ma protection.

Bien sûr, j’avais essayé de l’envoyer au Village Irz à notre départ du Village Enkul, mais elle avait catégoriquement refusé de me quitter.

Elle se doutait sûrement que je me rendais dans un endroit dangereux, et avait donc décidé de me suivre.

Mais j’avais pris une décision, qui était de laisser fuir Lily en cas de situation critique.

« ——Alors voici Daedalus, huh ? »

Même si la pénombre régnait alentours, mes yeux renforcés parvenaient à distinguer les célèbres murs de Daedalus au loin.

Ainsi, je quittai la route puis commençai à traverser la forêt.

Je risquais d’être découvert en continuant à avancer sur la route, alors il valait mieux que je continue mon chemin vers Daedalus dans la plus grande discrétion.

Le Village Riol, par lequel j’était passé quelques heures plus tôt, avait complètement fermé ses portes et semblait silencieux.

Mais qu’en était-il de Daedalus ?

A première vue, les murs ne semblaient pas détruits.

Ne s’agissait-il pas d’une large guerre de siège ? Ou peut-être que le seul mur détruit était celui à l’opposé ?

Je courais dans la forêt en retenant mon souffle, mes pensées confuses.

« C’est gigantesque… »

J’arrivai enfin devant les murs de Daedalus.

L’énorme mur se tenant majestueusement devant moi pouvait facilement être comparé à une falaise infranchissable.

Les arbres de la forêt s’arrêtaient derrière moi, empêchant quiconque de se cacher entre la forêt et le mur.

S’il y avait un grand arbre, j’aurais pu envahir Daedalus en le grimpant, et s’il y avait des buissons, j’aurais pu m’en approcher discrètement. De telles idées étaient naturelles à la vue de ce vide total devant les murs.

Le problème était donc comment attendre les murs sans être repéré.

Maintenant que j’y repensais, j’avais simplement réussi à infiltrer par le passé la ville portuaire parce que celle-ci était très peu gardée.

Je me doutais bien que les choses n’allaient pas être aussi simple que la dernière fois, mais…

« Je ne vois personne. »

Apparemment, aucun soldat ne semblait présent.

Trente mètres au dessus de moi se trouvait un poste de surveillance, mais aucun signe de soldats en patrouille. Et évidemment, la situation était similaire autour de la circonférence des murs.

Peut-être qu’ils patrouillaient, mais ne pouvaient pas surveiller chaque section du mur ?

Dans ce cas-là, s’approcher du mur et grimper les murs de 30 mètres de haut n’allait pas être si difficile, surtout avec mon corps actuel ainsi que ma magie noire.

Le seul problème restant était donc…

« La barrière, huh. C’est la première fois que j’en vois une. »

Contrairement à un bouclier, une barrière était une magie défensive recouvrant complètement la cible et pouvant être maintenue 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Elle bloquait toutes les attaques de l’extérieur et repérait la présence d’intrus dans une certaine zone, en plus de diverses fonctions supplémentaires…

La seule barrière que je connaissais était celle d’Efreet, l’[Anti-Moustique], qui déployait une barrière de flammes afin de garder les moustiques à distance.

Et actuellement, une barrière à grande échelle protégeait Daedalus.

Elle ne se présentait pas sous la forme d’un dôme brillant, mais plutôt d’un dôme sans couleur et transparent. Même moi, me tenant à 500 mètres, je pouvais sentir la puissance pression magique qui s’en échappait.

La différence de capacité défensive entre cette barrière et celle de l’[Anti-Moustique] était comme la différence entre la terre et les cieux.

Ainsi, l’absence de soldats pouvait probablement être attribuée à cette puissante barrière. Ces derniers n’avaient qu’à protéger la porte principale.

La magie utilisée pour la création de cette barrière était la magie blanche. Ainsi, toute invasion par la force brute semblait impossible était donné que ma magie noire était totalement incompatible avec la magie blanche.

Toutefois, je n’étais pas seul. Un partenaire efficace se trouvait à mes côtés !

« Lily, peux-tu ouvrir un trou dans cette barrière ? »

« Un~~ Je peux ! »

La magie blanche utilisée par Sariel et la magie de lumière utilisée par Lily possédaient des origines complètement différentes.

La magie de lumière servait de contre à ma magie noire, comme la magie blanche, et était aussi classée comme une magie de couleur.

Mais toutes deux étaient différentes. Lily, possédant une bonne compatibilité avec sa magie ainsi qu’un contrôle parfait, était capable de percer un trou dans la puissante barrière.

« Bien, allons-y ! »

Une fois le trou effectué, j’attrapai Lily sous mon bras avant de parcourir les 500 mètres à toute vitesse.

Grâce à mes vêtements noirs, je n’allais probablement pas être repéré. Pitié, faites que je ne me fasse pas repérer.

Peut-être ma prière avait-elle été exaucée, ou était-ce un résultat inévitable, mais je parvins à atteindre le mur sans encombre.

Et même si elle ne pouvait pas être vue à l’œil nu, une barrière se tenait là.

Il pouvait s’agir d’une barrière empêchant les intrusions physiques, ou bien une barrière similaire au piège placé sur le coffre au trésor et déclenchant des chocs électriques.

A moins d’en connaitre la nature, il valait mieux que je ne la touche pas.

Même si je savais que laisser Lily y toucher était assez hypocrite de ma part, je n’avais pas d’autre choix que de m’en remettre à ses pouvoirs.

« Je te laisse faire. »

« Oui ! »

Lily toucha la barrière invisible de ses deux mains.

Au point de contact, la lumière blanche se mit à onduler, comme si une pierre venait d’être jetée à la surface d’un lac.

« Nh~~ »

Les deux paires d’ailes multicolores de Lily se mirent à battre, et son petit corps commença à briller d’une vive lueur blanche.

Je remerciais du fond du cœur Lily qui essayait de percer la barrière, mais sa lumière était bien trop puissante.

Même s’il n’y avait aucun soldat dans les parages, Lily, brillant ainsi, pouvait facilement être repérée jusqu’à 100 mètres autour de nous dans l’obscurité de la nuit.

Tout ce que je pouvais faire pour l’empêcher d’être repérée, c’était la recouvrir de ma robe.

La situation était plutôt stressante, mais ne m’empêcha pas d’attendre en silence.

Combien de temps s’écoula ainsi ? Même pas 3 minutes peut-être, qui en raison de la tension semblèrent être une éternité, avant que Lily s’exclame tout à coup,

« C’est ouvert ! »

Pas dans le sens de 「C’est douloureux」mais dans celui de 「C’est ouvert」.  [Note du Trad Anglais : En japonais, ‘Aita’ signifie ‘C’est ouvert’ alors que ‘Ah itta’ signifie ‘Ça fait mal’. Les deux ont une prononciation similaire alors l’auteur explique.]

Devant Lily était apparu un cercle brillant, visiblement dessiné dans le vide.

Celui-ci était assez grand pour que je passe facilement. Après avoir passé ma main à travers, je ne ressentis rien d’étrange.

Lily avait visiblement réussi à percer la barrière.

« Tu t’es bien débrouillé, laisse-moi m’occuper du reste. »

Pour la remercier, je caressai sa tête. Lily ferma les yeux, aussi joyeuse qu’un chiot.

J’aurais préféré tout laisser tomber et continuer à lui caresser la tête, mais ce n’était pas vraiment le moment.

Plaçant de nouveau Lily dans la capuche, je sautai au travers du cercle dessiné dans la barrière du château.

« Allons-y d’un coup. »

Par rapport à mon escalade laborieuse des murs de la ville portuaire, mes compétences magiques s’étaient améliorées.

Après tout, j’avais été obligé de grimper une falaise de 100 mètres par le passé, afin d’envahir le nid du Garuda. En utilisant la même magie d’escalade, ce mur en pierre de 30 mètres de hauteurs allait être un véritable jeu d’enfant.

Pour paraitre classe devant Lily qui venait de travailler dur pour ouvrir un trou dans le mur, j’activai ma magie tout en posant.

« Jet d’ancre ! »

Depuis la paume de mes deux mains, un câble noir bondit dans les airs, le long du mur.

Le câble, comportant à son bout une sorte de harpon, s’enfonça profondément au sommet du mur.

A cet instant, l’autre extrémité du câble s’enroula autour de mes mains, hanches, cuisses et la plante de mes pieds.

J’aurais simplement pu faire en sorte que le câble s’enroule autour de mes mains, mais le faire ainsi s’enrouler davantage me permettait d’avoir un meilleur équilibre.

« Allons-y. »

Suite à la réponse de Lily, je commençai à rétracter le câble.

Tiré vers le haut par le câble, je me mis à courir verticalement sur le mur.

Cette ‘ancre’ était le célèbre câble apparaissant dans de nombreux jeux d’action et aussi appelé grappin. Pour résumer, il s’agissait d’une corde permettant de se déplacer sur des surfaces verticales comme Tarzan.

Ma magie noire pouvait matérialiser des objets simples tels que des balles, mais aussi de les contrôler. Avec une bonne imagination, un câble rétractable était facile à créer.

Grâce à cette ‘ancre’, grimper un mur de 30 mètres de haut était aussi facile que de courir sur un terrain plat.

En à peine quelques secondes, le mur fut franchi et j’atterri près d’un passage.

« Il n’y a… personne ? »

Il n’y avait vraiment personne.

Tout en restant sur mes gardes, je regardai en direction de la ville de Daedalus au-delà des murs.

En dessous de moi se trouvait une vaste rue entourée de maisons et de boutiques. L’endroit était si gigantesque que plusieurs Villages d’Irz pouvaient y tenir.

Et cette immensité était entièrement recouverte de murs. Il s’agissait là d’une ville majeure.

A cette heure de la nuit, n’importe qui serait allé se coucher. Mais dans un coin qui semblait être une zone résidentielle, plusieurs maisons semblaient encore illuminées tandis que le quartier rouge était encore plein de vie.

Mais surtout, la lueur la plus remarquable était celle du château de Daedalus.

Celui-ci était entouré de murs. Depuis l’endroit où je me tenais, ni le rez-de-chaussée ni le premier étage du château ne pouvaient être vus.

De la lumière émanait de ce large château, illuminant la nuit noire.

Voyant cela, je ne pouvais que soupirer face à une telle majesté.

Mais, lorsque tout à coup je vis le drapeau accroché à ce château, j’avalai rapidement mon soupir.

« C’est le…….. symbole cruciforme…. »

Le drapeau présent n’était pas le drapeau national de Daedalus, avec son emblème noire représentant le Roi Gaevinal, mais un drapeau surmonté d’un emblème de croix, seulement synonyme de folie à mes yeux.

« C’est un mensonge, n’est-ce pas…. Cela veut dire que l’armée humaine est déjà là. »

En regardant attentivement, de nombreux drapeaux similaires flottaient dans la ville.

Une telle scène signifiait que Daedalus était occupée par les Croisés.

« Tsk, bon sang ! »

C’était horrible, un véritable cauchemar. Le pire scénario envisageable venait de se transformer en réalité.

Ainsi, je découvrais que le drapeau au symbole cruciforme n’était pas celui d’un petit culte d’humains, mais le drapeau national de la République Syncrea.

Lentement, le désespoir se mit à envahir mon cœur.

Ces salauds… Ces salauds étaient vraiment venus en nombre sur le Continent Pandora.

Et leur occupation de Daedalus signifiait qu’aucune force ne pouvait s’opposer à eux.

Un pays aussi large et puissant que Daedalus avait été capturé en un claquement de doigts.

Ces salauds souhaitaient conquérir le Continent Pandora tout entier, et ce dans un futur proche.

Que devais-je faire ? Devais-je combattre ? Ou fuir ?

« Bon sang… »

Le Roi Dragon, qui était largement plus puissant que moi, avait été vaincu alors qu’il menait une armée. Ce n’était pas le genre d’ennemi que je pouvais combattre. Même dans un monde de magie, un individu seul ne peut pas gagner face à un pays tout entier.

Alors devais-je fuir ? Mais où ? Existait-il un endroit sûr ?

Merde, je pouvais me creuser les méninges, aucune bonne idée ne me venait à l’esprit.

Peu importe le plan, je ne pouvais que m’imaginer ces salauds, avançant vers moi croix à la main.

Que devais-je faire….

« Kurono !! »

« … !? »

Lily sauta dans mes bras et m’enlaça avec force.

« Tout ira bien, Lily sauvera Kurono. Même si les méchants viennent, je te protégerai ! »

Des paroles incroyables sortirent de la bouche de Lily. Même si je n’avais pas prononcé le moindre mot, Lily, capable de lire dans les pensées, avait ressentie mon inquiétude.

« ….. »

J’enlaçai à mon tour Lily, agrippée à moi.

La chaleur qu’apportait son petit corps à mes mains et à mon torse suffit à me faire reprendre mes esprits et à faire taire ce sentiment d’inquiétude.

Argh, bon sang. Je venais de montrer à Lily une mauvaise image de moi-même.

« Lily, je vais bien. »

En effet. Je n’étais plus seul, alors je devais arrêter de ne penser qu’à moi-même.

Tout comme Lily venait de dire qu’elle me protégerait, je devais protéger Lily.

Je n’allais pas laisser ces salauds me prendre à nouveau ma vie paisible.

« L’endroit est trop dangereux, partons. »

« Oui. »

En raison des restrictions empêchant la diffusion des informations, les nouvelles de l’occupation de Daedalus n’avaient pas encore atteintes les villages alentours.

Si je ne faisais rien, ces salauds allaient attaquer les villages présents sur le territoire de Daedalus.

Je ne pouvais pas résister indéfiniment, mais je pouvais fuir.

Si fuir au sein du territoire de Daedalus ne suffisait pas, je pouvais fuir vers d’autres pays.

Le seul problème était de savoir si la nation ennemie, l’armée de la ville de Spada, allait me laisser passer. En cas de refus, je n’aurais d’autre choix que de migrer illégalement.

Tout d’abord, je devais expliquer la situation de Daedalus au village le plus proche. Non, je ne savais pas s’ils allaient daigner écouter l’histoire d’un aventurier de rang 1 comme moi. Il fallait donc que je parle à la Chef du village d’Irz afin qu’elle puisse exercer son influence sur les villages voisins.

A nouveau, je fis fonctionner mon cerveau à plein régime afin d’établir un plan d’action. Mais au moment de créer une nouvelle ancre afin de descendre du mur…

« ….Que faites-vous ici ? »

J’entendis une voix, mon sixième sens d’araignée en alerte !!!

La voix d’une jeune fille belle et pure.

Avant même que je ne me rendre compte à quel point cette voix m’était familière, le visage d’une certaine personne apparut dans mon esprit.

Je me retournai donc pour voir, et devant moi se tenait la personne que je venais d’imaginer.

Une fille magnifique aux longs cheveux platine, possédant une large paire d’yeux rouges et portant un habit au symbole cruciforme.

La fille, ayant dévoilé devant moi une puissance incommensurable, l’origine même de ma peur…

« ……..Sariel. »

Ici se tenait la plus puissante personne que je connaissais, le 7ème Apôtre Sariel.

 

Chapitre Précédent / Chapitre Suivant

Accueil

Une pensée sur “Kuro no Maou – Chapitre 52

  • Avatar
    21 janvier 2019 à 19 h 08 min
    Permalink

    Merci pour le chapitre
    😮 qu’elle fin 😮

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :