Chapitre 49 : La Sorcière Affamée

 

Ce jour-là, après avoir distribué les glaces à l’eau à de nombreux villageois, je décidai de rentrer. Bien sûr, je ne pris aucune nouvelle quête, comme la veille.

Ce n’était pas comme si j’avais besoin de faire des quêtes tous les jours pour subvenir à mes besoins.

Sur le chemin du retour, je laissai Lily grimper sur mes épaules. Réfléchissant à la façon de vendre la recette des glaces à la guilde des marchands, j’avançais sur la route.

J’étais devenu familier avec cette route, sombre lorsque le soleil se couchait.

Normalement, quelques marchands ambulants utilisaient cette route, mais aujourd’hui, je découvris une personne qui m’était inconnue.

Cette personne était couchée sur le dos et ne bougeais pas d’un pouce… Il s’agissait d’une sorcière.

« Peu importe dans quel sens je la regarde… c’est une sorcière n’est-ce pas ? »

Elle portait un large chapeau recouvrant son visage, un objet que je n’avais jusqu’alors vu que dans les livres.

De plus, elle portait une robe noire similaire à la mienne, mais le col était décoré de plumes. Je pouvais déduire en un simple regard qu’il s’agissait d’un vêtement de qualité supérieure.

Son arme, un long bâton, était posé sur elle.

Plus je la regardais, plus je la voyais comme la sorcière parfaite. J’avais l’impression d’être tombé dans un monde fantastique.

Bon, je me trouvais actuellement dans un autre monde, alors ce n’était probablement pas une rencontre étonnante.

« …….Que devrais-je faire dans une telle situation ? »

« ? »

Je ne savais pas comment régler une situation aussi délicate. Même Lily paraissait perdue.

La sorcière avait l’air endormie, mais ce n’était pas l’endroit pour une sieste.

Toutefois, si elle se trouvait là en raison d’une maladie ou d’un malaise soudain, j’étais le seul à pouvoir la sauver. Pratiquement personne ne passait par là en pleine nuit.

Pourtant, elle n’avait pas l’air d’aller mal.

Je devais réfléchir et évaluer la situation. Peut-être que dans ce monde, une sorcière dormant sur la route était normal ? Et je ne le savais simplement pas ?

Peu importe le temps passé à réfléchir, je n’arrivais pas à trouver de raison valable pour une telle situation.

Devais-je la réveiller ? Ou devais-je l’ignorer ?

Après plusieurs simulations, je décidai de la réveiller, mais…

« ――Toi là, tu portes quelque chose de délicieux n’est-ce pas ?  »

Tout à coup, la sorcière prit la parole et pour une inconnue, des mots très impolis sortirent de sa bouche.

« Alors tu étais réveillée ? »

Face à l’attitude directe de la Sorcière, j’oubliai par réflexe de parler poliment et adoptai un ton normal.

« J’ai faim, je veux manger quelque chose de délicieux. »

La sorcière retira le chapeau reposant sur son visage et le posa tranquillement sur sa tête.

Ainsi, son visage fut révélé.

Elle paraissait terriblement fatiguée, les yeux à moitié ouverts, mais elle restait assez mignonne pour être confondue pour une noble.

Sa peau était blanche, ses cheveux courts et bleutés, et ses yeux dorés. Il s’agissait de couleurs exotiques à mes yeux, mais elle était humaine.

La puissance magique affectait parfois l’apparence de l’utilisateur. Les couleurs impossibles à trouver dans mon monde précédent ne l’étaient pas autant dans ce monde.

Maintenant que j’y repensais, elle avait clairement dit ‘’Je veux manger quelque chose de délicieux’’, alors elle n’était probablement pas si fatiguée, contrairement à son apparence.

« Ah, j’ai envie de manger des choses délicieuses. Ah, j’ai envie de manger~ »

« J’ai compris, j’ai compris. Je vais te donner quelque chose à manger, alors écoute-moi. »

« Vraiment ? Merci. »

Son expression ne paraissait pas particulièrement différente, mais je remarquai qu’une légère joie émanait d’elle.

Ma sœur était une personne dissimulant constamment ses expressions. Ainsi, j’avais développé des compétences pour lire sur le visage des personnes similaires, et j’avais plutôt confiance en mes capacités.

Les personnes sans expression se distinguaient en deux types : celles dissimulant en vérité leurs sentiments, et celles, comme ma sœur, dont les sentiments étaient constamment neutres.

Visiblement, cette sorcière faisait partie du second type, pensai-je instinctivement.

« Ah, des choses sucrées si possible. »

« ……D’accord. »

En plus, elle avait l’air d’être le genre de personne à aller à sa propre allure.

‘Je viens de tomber sur une personne vraiment problématique’, pensant cela, je sortis une glace à l’eau de mon ombre.

« Aiskyandi ! » (Lily) (Note anglaise : Lily parle en hiragana, alors il ne s’agit pas vraiment du mot pour glace)

« Tu en as déjà mangé trois, attends demain. »

Je ne devais pas trop gâter Lily, ainsi j’avais transformé mon cœur en pierre et décidé de ne lui donner que trois glaces par jour.

Je n’allais pas céder, même face à un visage aussi adorable.

« Qu’est-ce que c’est ? »

« Ça s’appelle une glace, c’est un dessert fabriqué en gelant du jus de fruit. »

« C’est la première fois que j’en vois une, merci pour la découverte. »

Le regard de la sorcière était fixé sur la glace. Même si aucune expression n’était visible sur son visage, ses yeux étaient ceux d’un prédateur devant une proie.

Je déplaçai ma main de gauche à droite, et son visage suivit la glace.

« ……Méchant ? »

« Désolé, un réflexe. »

Elle regardait si sérieusement la glace que je m’étais involontairement mis à jouer avec elle.

Essayant avec difficulté de ne pas rire, j’offris la glace à la sorcière.

« *Cronch* *Cronch*―― !? »

« Alors ? »

« ――Ridiculement délicieux. »

La glace disparut presque instantanément dans sa bouche. Parmi les villageois en ayant mangé aujourd’hui, elle était probablement la plus rapide.

« Tu avais quelque chose de sucré et délicieux finalement, comme je le pensais. »

« Qu’est-ce que c’est, l’intuition d’une sorcière ? »

Normalement, aucune odeur ne s’échappait du container à glaces présents dans mon espace d’ombre, et bien sûr, personne ne pouvait le voir.

« Je peux savoir si tu caches quelque chose de délicieux, même dans un espace d’ombre. »

« …..Vraiment ? »

« Je le sais juste, rien de plus. »

Est-ce que les sorcières pouvaient savoir ce genre de choses ? J’avais toujours pensé que la capacité de camouflage de mon ombre était parfaite. Peut-être existait-il dans ce monde une compétence pour percer ma compétence à jour ?

Par chance, était-elle une puissante sorcière ? Ou simplement une gloutonne au talent immense ?

J’avais de nombreuses questions à lui poser, mais tout d’abord…

« Pourquoi dormais-tu ici ? »

A moins de commencer par cette question, la discussion n’allait nous mener nulle part.

« Parce que j’avais faim. »

« Tu es tombée ? »

« Quelque chose comme ça. »

Malgré la dangerosité de la situation, elle répondit nonchalamment.

« Dans ce cas tu devrais manger quelque chose qui remplit l’estomac, pas une simple glace. »

« Je n’aime que les choses sucrées. »

« Ce n’est pas le moment pour être difficile, marche un peu et achète-toi quelque chose au Village d’Irz un peu plus loin. Tu as de l’argent ? »

« J’ai de l’or――regarde. »

Tout à coup, elle plaça sa main dans son chapeau et en sortit une large pièce d’or.

Sur un côté était gravé le visage d’une femme, et sur l’autre un cercle magique encore jamais vu.

Il s’agissait probablement d’une très vieille pièce. Les bords étaient légèrement abimés.

Mais même les endroits abimés brillaient d’une couleur dorée, signifiant que la pièce n’était pas plaquée or, mais fabriqué à partir d’or pur.

 Je ne pouvais pas en déduire la valeur exacte sans la peser, mais elle devait facilement surpasser la valeur d’une pièce d’or normale.

Ah, cette pièce était surprenante, mais un autre détail restait à noter. Elle l’avait sortie de son chapeau, et utilisait donc une magie similaire à ma magie d’ombre.

 Si, contrairement à moi, elle avait apprise normalement cette magie, alors parmi les aventuriers elle était minimum de rang 3.

Son apparence ne le laissait pas penser.

« Si tu possèdes une telle pièce d’or, tu peux t’acheter n’importe quoi. »

« Ah bon ? Dans ce cas, laisse-moi t’acheter des glaces. »

« Dommage, tu viens de manger la dernière… Hey ! Ne t’ai-je pas dit d’acheter quelque chose remplissant l’estomac ? »

« Je n’aime que les choses sucrées. »

J’avais entendu la première fois !

Est-ce que cette fille était toujours aussi apathique ?

« Peux-tu marcher jusqu’au Village d’Irz ? Il y a une heure de marche jusque là-bas. »

« Dans ce cas je peux. »

« Je vois. Tu as effectivement l’air d’une voyageuse. »

Il existait de nombreux voyageurs dans ce monde, qu’il s’agisse d’aventuriers, de marchands ou de troubadours.

« Tout va bien maintenant que tu m’as donné quelque chose de délicieux. Es-tu aussi un voyageur ? »

« Non, je suis――Ah, je ne t’ai pas encore donné mon nom. Je m’appelle Kurono, et voici- »

« Lily. »

« Vous êtes tous les deux des aventuriers ? »

Pour lui répondre plus facilement, je lui montrai ma carte de guilde.

« Qu’est-ce que c’est ? »

« C’est une carte de guilde, tu n’en as jamais vu ? »

« C’est la première fois que je vois la carte de guilde d’ici. »

D’ici ? Venait-elle d’un autre pays ?

Non, si je me souvenais bien, cette carte de guilde était commune à tout le continent Pandora.

Dans ce cas-là, elle venait peut-être du grand désert à l’ouest, ou d’une autre région éloignée.

« Ne vaut-il mieux pas d’enregistrer en tant qu’aventurière si tu as confiance en ta magie ? Lorsque tu tomberas à court d’argent, tu pourras ainsi en gagner à nouveau. »

Toutefois, si elle possédait plusieurs de ces pièces d’or, elle pouvait attendre plusieurs années avant d’être sans le sou.

« Je considérais justement cette idée. Je voulais m’inscrire après avoir atteint la ville de Spada. »

Spada, d’après mes maigres connaissances, était une cité-état au centre du continent, adjacente au territoire de Daedalus.

Je n’y étais jamais allé, mais l’endroit était plutôt célèbre, même parmi les autres cité-états du continent Pandora. Après tout, même un aventurier de campagne comme moi connaissait Spada.

« C’est pourquoi je n’ai pas cette carte de guilde. Laissez-moi vous montrer la mienne―― »

Après s’être exclamée cela, elle fouilla dans son chapeau et en sortir une carte.

Celle-ci était complètement différente de ma carte de guilde en métal similaire à une plaque militaire. Il s’agissait d’une véritable carte en carton.

Les caractères inscrits dessus faisaient partie de l’alphabet de ce monde.

[Fiona Soleil]

Le fait qu’elle possédait un nom de famille signifiait qu’elle était une noble présente ici pour une raison.

Mais puisque pour les aventuriers, ne pas fouiller dans les affaires personnelles des autres était une règle tacite de politesse, je comptais simplement l’ignorer.

Sa classe était aussi celle de magicienne, et son rang était inscrit mais puisqu’il était différent de celui utilisé par la guilde locale, je ne pouvais pas savoir son rang exact.

« Si tu es une aventurière, tu peux vivre n’importe où, mais essaye d’éviter de dormir sur la route. »

« Oui, moi aussi je pense être heureuse si je pouvais avoir tout le temps l’estomac plein. »

Non, ce n’était pas ça le problème… Bon, peu importe.

« Bien nous partons. Fiona-san, tu devrais te rendre au village avant la tombée de la nuit. »

« Oui, à une autre fois. »

« Si l’occasion de présente. »

Puis, nous souhaitâmes au revoir à Fiona-san et continuâmes notre chemin.

Mais pourquoi est-ce que les villageois et Fiona-san prononçaient tous ‘’aïe scan dit’’ au lieu de ‘’glace’’ ? (Note anglaise : la glace en bâton se dit ‘’ice candy’’ en japonais)

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                   Chapitre Suivant

Accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :