Chapitre 41 : Humain et Démon

 

Sur le continent Pandora, en plus des Elfes, Nains, Gobelins, Orc et Golems, d’autres races similaires à des monstres coexistaient avec les humains. Mais, malgré leur apparence similaire, les personnes vivant en suivant seulement leurs instincts tels que les gobelins sauvages étaient considérés comme des monstres.

Pour les résidents de Pandora, la capacité à comprendre les autres, à posséder une certaine intelligence et raison, était plus important que l’apparence. Mais sur le continent Arc dominé par les humains, surtout dans la région dirigée par l’église, le fait d’être ou non un humain était plus important.

Après tout, il y avait déjà des dieux et croyances différentes au sein même de la race humaine, et chacun considérait l’autre comme un hérétique devant être éliminé. Dans un tel climat, admettre l’existence d’autres races douées d’intelligence était complètement impossible pour l’Eglise actuelle.

Ainsi était né le mot [Démon], un mot plaçant ensemble et sans la moindre distinction les monstres et différentes races.

Pour les croyants de l’église, les [Démons] étaient des monstres et pouvaient donc être tués sans le moindre problème. En vérité, ils étaient même heureux d’éliminer les ‘ennemis de Dieu’.

Ainsi, basée sur une telle idéologie discriminatoire, l’invasion de Daidalos avait commencé 6 mois plus tôt.

Officiellement, en ce moment se déroulait le premier combat entre les humains de la République Syncrea et les démons de Daidalos.

Après tout, le combat entre les 2 000 chevaliers et la force défensive de Daidalos ne pouvait pas vraiment être considéré comme un combat. Ces chevaliers n’étaient des chevaliers que de nom. Ils ne pensaient qu’à passer les murs de Daidalos afin de s’accaparer toutes les richesses et l’or, tels des bandits. Ainsi, ils avaient sous-estimé les démons et leurs tactiques d’attaque avaient été des tactiques de bandits.

Mais cette fois-ci était différente.

L’Apôtre et l’Archevêque menant les troupes, il existait un véritable commandement et les soldats n’étaient pas des personnes ayant traversé la mer pour devenir riches, mais des dévoués croyants souhaitant offrir cette terre à Dieu.

Ainsi, la véritable puissance de l’armée de la République Syncrea contrôlant la moitié du continent Arc était montrée face aux démons.

Dans le ciel, le 7ème Apôtre Sariel et le Roi Dragon Gaevinal combattaient, et sur le sol, les 15 000 Croisés faisaient face aux 20 000 hommes de l’armée de Daidalos.

« —Tenez la formation !! Retenez-les jusqu’à ce que Son Excellence ait vaincu le dragon maléfique !”

Après avoir remit les Ecrits d’Armement à Sariel, Maxwell était parti combattre sur le front.

La [Formation] dont il venait de parler était une tactique élaborée par les humains pour surpasser les Démons.

Humains et Démons utilisaient tous deux le même langage, et combattaient en portant armures et épées.

Mais il y avait une distinction claire entre les styles de combat des deux.

Cette distinction apparaissait au grand jour lors de combats en groupes massifs tel que celui-ci.

Les démons qui étaient fondamentalement plus puissants en termes de capacités physiques et énergie magique comptaient plutôt sur la force individuelle. Pendant les combats impliquant un petit nombre de personnes, un certain niveau de coordination pouvait être maintenu, mais dans un groupe de plus de 100 individus, commander les troupes devenait impossible.

Et de toute façon, combattre en larges groupes ne leur venait même pas à l’esprit.

Ainsi, Gaevinal, qui avait construit un pays, avait défié Sariel en combat singulier sans même prendre la peine de commander ses 20 000 subordonnés. Ne connaissant pas d’humains autres que ceux vivant sur le continent Pandroa, il pensait que les humains ici trouveraient cela tout à fait normal.

Après tout, il était normal sur ce continent que les plus puissants deviennent rois, et que pendant les guerres, les Commandants se combattent face à face.

Il était donc certain que Sariel allait s’avancer seule face à lui.

Mais, dans le monde des humains où le plus puissant ne devenait pas forcément roi, les combats singuliers n’étaient rien d’autre qu’une forme d’amusement.

Pour un commandant censé contrôler une armée, combattre seul le commandant ennemi était tout sauf logique. Car pour les humains, le commandant d’une armée n’était pas l’individu le plus puissant, mais celui possédant les meilleurs capacités de commandement.

Ainsi, même si Sariel était le Commandant Suprème des Croisés, la faire combattre après avoir cédé toute autorité sur les troupes au vice commandant Liuchrome était une stratégie intelligente.

Face à eux, l’armée de 20 000 hommes ne pouvait recevoir que 3 ordres — attaquez, défendez, battez en retraite.

Du moment que le Roi ordonnait d’attaquer, ils avaient juste à lancer l’assaut. Et même si cela était appelé ‘assaut’, ils ne faisaient en vérité que se lancer dans la mélée.

Ils ne battaient en retraite qu’à la mort du roi, ou lorsque la situation devenait clairement désavantageuse.

Pour résumer, les combats menés par les démons dépendaient de la force individuelle de chaque soldat, rien de plus.

Mais les humains étaient différents.

Dans ce monde, la magie existait, et des êtres à la force impressionnante tels que Sariel existaient aussi.

Mais le reste était fondamentalement similaire au monde de Kurono.

Seuls, les humains étaient largement plus faibles que les animaux sauvages, mais avec leur sagesse et leur esprit de groupe, ils avaient atteint le sommet de la chaine alimentaire.

Ici, la culture était peut-être au niveau du Moyen-Age, mais les humains étaient similaires à ceux du monde de Kurnono. Les stratégies et tactiques étaient toujours utilisées.

Ainsi, la meilleure tactique lors d’un combat en grand nombre était l’usage de [Formations].

Actuellement, les Croisés arrivaient à résister aux attaques des Démons qui étaient pourtant plus forts et plus nombreux grâce à l’utilisation de [Formations] développées à l’issue d’entrainement difficiles et d’ordres précis.

« ثلاثاء نار متقدة عصا الشعلة سبيرز بيرس——Chant terminé, feu ! »

« Maintenant !! Lance de Flammes — Ignis Crisagita !! »

Se tenant en ligne droite, les magiciens levèrent leurs bâtons et lancèrent leur magie de feu.

Pour avoir le temps de terminer leurs chants, ils étaient protégés par des soldats armés de longues lances.

L’armée de Daidalos fut ainsi brûlée après avoir reçu de nombreuses magies de feu. Suite à ça, une pluie de flèche fut tirée pour asséner le coup final.

« Merde ! Ils sont encore en vie ! Ces satanés monstres !! »

Ils étaient brûlés, percés de flèches, mais continuèrent à abattre leurs épées jusqu’à être finalement achevés, percés par les longues lances.

Leur incroyable force vitale était visible, mais ce n’était pas suffisant pour traverser les défenses des Croisés en formation.

Au front, l’armée de Daidalos était maitrisée par la [Formation en Carré].

Peu importe la direction dans laquelle les Croisés étaient attaqués, ils pouvaient repousser tout assaut. Même si une telle formation manquait de mobilité, celle-ci était compensée par une capacité défensive impressionnante.

Cette formation en carré était constituée de lanciers, d’archers et de magiciens.

Les lances utilisées étaient des Pics de 6 mètres de long, utilisées sur le continent Arc comme armes contre la cavalerie.

Cette arme jouait actuellement un rôle majeur et parvenait à intercepter l’infanterie de l’armée de Daidalos possédant une force d’attaque similaire à une cavalerie lourde.

 Les lanciers étaient collés les uns aux autres dans ce carré, protégeant leurs camarades armés d’Arcs Longs, d’Arbalètes, ainsi que les magiciens.

Si Kurono avait vu cette formation en carré, il aurait instantanément pensé au Carré Espagnol. La seule différence était que les magiciens remplaçaient les mousquetaires.

Bien sûr, dans un monde où la magie existait, les magiciens étaient capables de remplacer des mousquetaires, mais aussi d’améliorer magiquement les capacités de leurs camarades ainsi que de les soigner. Il s’agissait d’une unité aux capacités multiples.

Mais, même si les soldats et magiciens Croisés arrivaient à contenir l’offensive ennemie, ils restaient sur la défensive face à la puissante armée de Daidalos.

Même si les démons ne connaissaient pas le principe de formation, face à leur force individuelle et leur grand nombre, même la formation défensive en carré ne pouvait que les retenir temporairement.

« Seigneur Sariel, accordez-nous un miracle…….. »

 L’Archevêque et vice commandant des Croisés, Liuchrome, leva la tête pour regarder Sariel combattre le Roi Dragon dans un duel à mort.

Ars et Liuchrome avaient un jour tous deux libéré une zone des Hérétiques à la frontière de la République Syncrea. Cet exploit avait été reconnu, et Ars était devenu Cardinal tandis que Liuchrome était devenu Archevêque à un très jeune âge.

Son expérience au combat était donc ici visible face aux Démons. Mais même avec de l’expérience, de brillantes compétences de commandement et une élite de 15 000 Croisés, Liuchrome n’avait pas la force de gagner contre la puissante armée de Daidalos.

Pour mener les Croisés vers la victoire, il était nécessaire de tuer le commandant de Daidalos, le Roi Dragon Gaevinal.

Les Croisés luttaient actuellement, et commençaient à se retrouver en position de faiblesse. La seule personne capable de retourner la situation était Sariel, et la seule personne capable de faire face au Roi Dragon était aussi Sariel, le 7ème apôtre.

 Est-ce que les Croisés allaient achever une glorieuse victoire, ou souffrir d’une tragique défaite ? Tout reposait sur les épaules de cette jeune fille du nom de Sariel.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                    Chapitre Suivant

Accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :