Chapitre 30 : Groupe d’Aventuriers

 

Passer la matinée à lire chez la chef du village, manger le midi à la guilde, puis chercher des quêtes à réaliser ; voilà à quoi ressemblaient mes journées lorsque je n’avais pas de quête en cours.

« Puis senpai m’a dit ‘occupe-toi du reste’ et m’a laissée m’occuper de tout le travail ! N’est-ce pas cruel !? » (Nyarko)

« En effet, c’est cruel. Maintenant, peux-tu me laisserm anger en paix Nyarko ? » (Kurono)

« Ecoute-moi Kurono-san !! »

Je m’étais considérablement rapproché de la nouvelle employée de la guilde, Nyanko… ah, non, Nyarko.

J’avais même commencé à prononcer son nom sans honorifique. Nyarko utilisait toujours un discours poli étant donné qu’elle était une employée, mais maintenant elle parlait de moins en moins de travail, et de plus en plus de sa vie quotidienne. D’ailleurs, les complaintes étaient comprises dans cette vie quotidienne.

Comme d’habitude, j’étais simple témoin, et elle occupait mon repas en parlant à la vitesse d’un fusil mitrailleur. Comment dire… n’avait-elle pas du travail à faire ?

« Oh, je vais prendre ça. Hmm, délicieux ! » (Nyarko)

« Ah… Oi !? Ne mange pas autant ! » (Kurono)

Deux morceaux de viande disparurent de mon assiette pour se retrouver directement dans son estomac.

« Ce n’est rien, juste une ou deux bouchées… »

« Tes bouchées sont bien trop grosses ! Regarde, maintenant j’ai trop de pain par rapport à mon plat ! »

« Quelle impolitesse… Tu parles comme si je mangeais trop—— »

« Arrête de paraisser Nyarko ! » (Pine)

Avec un cri de colère, la source des complaintes de Nyarko, Pine-san, apparut le poing levé.

« Ouch !? Senpai, tu es tellement cruelle— J’essayais juste d’aider un aventurier sérieux comme Kurono-san qui souhaitait en savoir davantage sur les quêtes disponibles, même pendant son repas— » (Nyarko)

« Non, elle ne faisait que paresser. » (Kurono)

« Kurono-san !? Tu me trahis !? »

« Je ne me souviens pas avoir été ton allié. »

« Bien, Kurono-san, je vais faire en sorte que cette jeune fille se remettre à remplir les documents, alors appellez-moi si vous souhaitez accepter une quête. » (Pine)

« D’accord. Au revoir Nyarko, travaille dur. » (Kurono)

« Gurono-zaaaaaann !! Du es zans coeur— !! » (Nyarko)

Un cri pitoyable résonnant dans la pièce, Pine-san partit en trainant Nyarko par sa faiblesse, c’est à dire sa queue.

Ainsi, mon paisible repas put continuer.

Dans la salle silencieuse, je buvais tranquillement mon thé quand—

« Oi, tu es Kurono n’est-ce pas ? »

Tout à coup, un homme arriva et s’assit sur la chaise devant moi où Nyarko s’était assise plus tôt. Moi qui pensais pouvoir enfin manger calmement……..

« Oui, c’est bien moi mais— »

La personne en face de moi était aussi un homme-chat, comme Nyarko.

Portant une armure légère et une épée, il était clairement aventurier. Derrière lui se tenaient 3 personnes, probablement les membres de son groupe.

Devant moi se tenaient donc un homme-chat épéiste, un homme-lézard équipé d’une lance, une harpie avec un arc et une lamia avec un long bâton.

Je pouvais facilement deviner leurs races à la simple vue de leurs corps.

Les homme-chats, comme Nyarko, possédaient des cheveux humains et marchaient sur deux jambes.

Les homme-lézards possédaient plus de traits animaux et ne possédaient pas de cheveux.

Les harpies avaient un haut du corps humain et une partie inférieure d’oiseau. Leur caractéristique spéciale était que leurs deux bras étaient des ailes, mais elles possédaient toutefois des mains.

Les lamias avaient un haut du corps humain, et une partie inférieure de serpent. Sans cette dernière, elles ressemblaient à des humains normaux, mais leurs pupilles allongées et leur langue coupée en deux brisaient cette ressemblance.

Je n’avais jamais discuté avec les membres de ce groupe, mais je les avais souvent croisés dans la guilde. Si je ne me trompais pas, leur nom était…

« Le groupe d’aventurier de rang 2, [Lames d’Irz], a besoin de quelque chose de ma part ? » (Kurono)

« Oh, tu nous connais ? On dirait que nous sommes devenus légèrement célèbres. » (Lamia)

« Idiote, on se fiche de ça Aten ! » (Homme-chat)

Le chat épéiste se mit tout à coup à crier sur la lamia guerrière magique.

« Alors, que me voulez-vous ? » (Kurono)

Voyant qu’ils risquaient de devenir bruyants, je m’empressai de demander la raison de leur venue.

« Toi, arrête de draguer Nyarko-san pendant qu’elle travaille ! Tu la déranges ! » (Homme-chat)

« ….. ? »

Pendant un instant, je ne parvins pas à comprendre la situation.

« C’était Nyarko-san qui— » (Kurono)

« Ne me donne pas d’excuses-nya !! » (Homme-chat)

Venait-il de me dire ‘nya’ à l’instant ?

« Ce n’est pas une excuse. De plus, le fait que j’essaye de la séduire est une simple affirmation infondée— » (Kurono)

« Agh, tu es tellement irritant. Arrête de parler aussi poliment ! Les aventuriers ne sont pas censés parler de façon aussi raffinée ! »

Je fis de nouveau face à une complainte incroyable.

Mais s’il souhaitait que j’arrête de parler poliment, tant mieux.

« D’accord, je préfère ça de toute façon. Vous connaissez mon nom, mais je ne connais pas les vôtres, alors pourquoi ne pas commencer par vous présenter ? »

Essayant d’agir avec classe, j’avais peut-être été un peu impoli, mais je ne pouvais pas considérer les aventuriers comme des personnes normales. Il était nécessaire de faire preuve d’une certaine attitude afin de ne pas être sous-estimé.

« ….. » (Homme-chat)

« Je m’appelle Aten, je suis moi aussi une guerrière magique. Heureuse de te rencontrer. » (Lamia/Aten)

Ignorant le silence de l’homme-chat, la lamia se présenta rapidement.

« Aten ! Tu agis à nouveau seule—— » (Homme-chat)

« Ce n’est pas grave, chef. Donne-lui au moins ton nom. Les hommes malpolis n’ont pas beaucoup de succès auprès des femmes. » (Aten)

« Guh… »

« Je m’appelle Harry. »

« Moi c’est Claydor. »

Après la lamia, la harpie et l’homme-lézard se présentèrent respectivement.

« ……Je m’appelle Nino, chef des Lames d’Irz. » (Homme-chat)

« Heureux de faire votre connaissance, vous le savez déjà mais je m’appelle Kurono. Je suis un magicien noir ainsi qu’un nouvel aventurier. »

Une atmosphène étrange s’installa.

J’avais obtenu leurs noms, mais je ne comprenais toujours pas la raison de leur présence.

« Alors, que disais-tu à propos de Nyarko ? » (Kurono)

« Ah oui ! Tu es bien trop familier avec elle ! Et arrête de l’appeler sans honorifiques !! »

« C’est plutôt Nyarko qui agit de façon familière avec moi. »

« Je le répète, arrête de chercher des excuses—— »

« Qu’y a-t-il ? Tu aimes Nyarko ? »

« Qu… Comment le sais-tu ? »

Ah merde, j’avais simplement demandé ça au hasard. Je ne pensais pas que c’était effectivement le cas. Voilà pourquoi il n’arrêtait pas de crier ‘Nyarko ceci’ ‘Nyarko cela’….

Même les membres de son groupe, d’après leur expression, considéraient cela comme une évidence.

« Ah… désolé. » Kurono)

« Tais-toi ! »

Ceci dit, il s’écrasa sur la table.

« Dans tous les cas, je préfère les femmes humaines, je n’ai donc pas l’intention de séduire Nyarko. Tu n’as donc pas à t’inquiéter. » (Kurono)

« Je le savais. Nous n’arrêtons pas de lui répéter, mais cet idiot ne nous écoute pas. » (Aten)

« Arrête. N’en dis pas plus. »

Nino, gisant toujours sans la moindre énergie sur la table, s’opposa à Aten qui souriait comme une sadique.

« Bon, Nino de côté, Kurono-san, peux-tu coopérer avec nous ? »

« C’est-à-dire ? Aah, commencez par vous asseoir. Ne restez pas debout comme ça. » (Kurono)

Harry avait posé sa question d’un air sérieux. Il s’agissait donc du sujet principal.

Aujourd’hui, je m’asseyais pour la première fois avec un autre groupe d’aventuriers.

« Tu es au courant de la quête disponible et consistant à porter nos bagages, n’est-ce pas ? »

« Aah, oui, il y avait une telle quête. Vous voulez que je l’accepte ? »

« En effet. »

« Neeeee s’il-te-plait Kurono~ Porte nos bagages~ » (Aten)

« Aten, j’essaye de négocier sérieusement là. Pourquoi lui demandes-tu comme ça— » (Harry)

« D’accord. » (Kurono)

« Eh ? »

« Je pensais déjà m’allier avec un autre groupe. Je souhaite voir comment fonctionne un groupe d’aventuriers. »

« Je vois. Dans ce cas, nous te remercions. »

« De même. »

Je serrai la main d’Harry. Ainsi, notre contrat était scellé.

« Attendez, Kurono est un humain. Ne vaudrait-il mieux pas engager un homme-bête ou un orc ? » (Nino)

Ayant enfin ressuscité, Nino donna son avis, mais sa logique n’était pas mauvaise.

Peu importe la qualité de mon physique, en tant qu’humain ma force était insuffisante comparée aux autres races. Bien sûr, grâce aux expérimentations, je pouvais faire preuve d’une force monstrueuse sans magie, mais seule Lily savait cela.

« Ne t’inquiètes pas pour ça chef. Kurono-san peut utiliser la magie spatiale. » (Harry)

« Tu es bien informé. C’est Kische oji-san qui te l’a dit ? » (Kurono)

« Oui. »

C’était à prévoir, après tout je l’utilisais fréquemment dans la boutique d’objets. L’appelant Oji-san, j’étais maintenant moins réservé en m’adressant à lui.

Toutefois, ce vieil homme était un vrai renard, pas étonnant de la part d’un marchand.

Un jour, j’allais essayer de lui vendre un objet suspect.

« Vraiment ? » (Nino)

Nino me regarda d’un air douteux. Est-ce qu’il me détestait ?

Peut-être me considérait-il comme un rival en amour. Les homme-bêtes, en bien ou en mal, possédaient généralement des personnalités simples et directes.

« Regardez mes pieds—— » (Kurono)

Dans une telle situation, il valait mieux leur montrer directement.

Près de mes pieds, un espace d’ombre s’ouvrit.

« « Oooh ! » »

L’ombre oscilla comme un liquide et une potion en sortit.

« C’est la première fois que je vois une magie spatiale~ » (Aten)

Les yeux d’Aten se mirent à scintiller, probablement parce qu’elle était elle aussi une guerrière magique.

« Quel poids peut-elle ocntenir ? »

Demanda tranquillement Harry.

« Peu importe le poids, quant à la taille— assez pour contenir 5 personnes. » (Kurono)

« C’est incroyable ! »

« Utile n’est-ce pas ? »

Je n’hésitai pas à ma vanter légèrement.

Lily, pouvant elle aussi l’utiliser, n’avait pas été surprise la première fois. De telles réactions m’emplissaient donc de joie.

« Avec ça, même le chef ne peut pas se plaindre n’est-ce pas ? »

« Je ne me plaignais pas vraiment, s’il peut y arriver tant mieux. » (Nino)

« Bien, je vais aller prendre la quête dans ce cas. » (Kurono)

« D’accord. Nous t’attendons ici pour ensuite te donner les détails. »

« Très bien. »

Fermant l’espace d’ombre, je quittai mon siège et me dirigeai vers la réception où travaillait Pine-san.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                  Chapitre Suivant

Accueil

Une réflexion sur “Kuro no Maou – Chapitre 30

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :