Chapitre 29 : Retour à la Vie Ordinaire

 

Un mois s’écoula rapidement après ma rencontre avec Lily.

Même dans ce monde, les termes de semaines, mois et années existaient. Car même si les noms étaient différents, ce monde suivait le même calendrier solaire que la Terre.

J’avais rencontré Lily pendant la première semaine du [mois de Ryokufuu (Brise de Début d’Eté)], correspondant à Avril.

Actuellement, nous étions en Mai, ou [mois d’Enrai (Foudre Distante)]. La deuxième semaine du mois allait débuter demain.

Même sur ce calendrier, le mois de Février, [mois d’Hyoushou (Cristaux Glacés)] était constitué de 28 jours, et 29 jours tous les 4 ans.

Grâce à ça, j’avais rapidement pu apprendre le calendrier. De plus, la taille d’une journée était toujours la même, 24 heures. Malheureusement je ne pouvais pas en être sûr, étant donné que je n’avais pas de montre.

J’avais aussi appris la géographie autour du village. Le village d’Irz et les autres villages environnants étaient des villages agricoles, spécialisés dans la production de blé.

Mais dans ce monde, un danger appelé monstre existait, alors même le plus petit des villages possédait une large population, ainsi qu’une barrière en bois comme minimum défensif.

Ainsi, les personnes n’étaient pas disséminés un peu partout en petits groupes, et les divers villages étaient clairement enregistrés et connus, même si l’époque était similaire au Moyen-âge.

J’avais aussi vu une grossière carte des lieux dans la maison de la chef du village, je connaissais donc l’emplacement du village voisin, le village de Kuar, de la Forêt Féérique, des caves de Kuar, des ruines Media, et des autres montagnes et rivières de la zone.

Le village Irz se situait dans un pays récemment construit par Gavinar, de la tribu des dragons. Sa capitale, Daidalos, possédait le même nom que le pays, et était le territoire de résidence du roi dragon.

Gavinar était apparemment considéré comme un jeune homme, même au sein de la tribu des dragons. Mais, possédant force et ambition, il était devenu roi et avait construit son propre pays.

Aah, d’ailleurs, le continent Pandora était actuellement attaqué par les humains.

A la ville portuaire humaine, j’avais entendu des termes tels que ‘pionnier’ et ‘colonisation’, et il s’agissait apparemment de la vérité. De plus, le lieu où se situait le centre de recherches était connu sous le nom de continent Arc.

Dans mon monde, l’histoire avait déjà rencontré des scènes de traversée des océans et de conquêtes. En Afrique et Inde, les natifs avaient été réduits en esclavage, et forcés de ne marchander qu’avec le pays les ayant conquis.

En Amérique du Sud, les civilisations présentes depuis longtemps telles que les Incas et les Aztèques avaient été détruites, et leur population annihilée.

Alors, est-ce qu’un jour, le continent Pandora allait lui aussi vivre cet esclavage et annihilation ? Apparemment non.

Les colonisateurs de mon monde étaient parvenus à leurs fins grâce à l’énorme différence de force. Une simple logique que même un enfant pouvait comprendre : le fort domine le faible.

 Mais les elfes, nains, gobelins et autres races d’hommes-bêtes possédaient une force capable de repousser l’envahisseur. Dans ce monde magique, les armes à feu n’étaient pas l’arme ultime ; même un petit Raptor Dague pouvait facilement faire face à des tirs. Mais bien sûr, en considérant les armes rencontrées au centre de recherches, les armes à feu n’existaient apparemment pas encore.

D’ailleurs, ce mois-ci, j’avais compris l’étendue de la force possédée par un humain normal de ce monde.

Lorsque je m’étais échappé, j’avais réussi à tuer les hommes masqués ainsi que les gardes en armures légères en une attaque, non pas parce qu’ils étaient faibles, mais parce qu’il s’agissait de la force standard d’un être humain normal.

Il était donc probablement impossible de créer une armée de 10 000 ou 100 000 personnes possédant la force de Sariel.

Sariel était une exception. Les humains de ce monde étaient grossièrement similaires à ceux de mon monde.

Même si les humains pouvaient utiliser la magie, une armée d’humain ne possédait aucun avantage face à un groupe de monstres. En fait, en termes de puissance individuelle, les humains ne faisaient simplement pas le poids.

De plus, si les humains avaient Sariel, il existait probablement une personne aussi puissante de ce côté-ci. Le roi dragon Gavinar par exemple, gouvernant Daidalos.

L’arrivée des envahisseurs du continent Arc s’était faite malheureusement, ou plutôt heureusement, juste en face de Daidalos. Ainsi, ils avaient dû combattre la puissante armée de Daidalos, menée par le roi dragon. Grâce à ça, ils n’avaient pas pu continuer leur conquête et s’aventurer plus profondément dans le continent Pandora.

L’armée de Daidalos avait actuellement piégé les envahisseurs, et les menaçait pour qu’ils repartent chez eux.

Toutes ces informations provenaient de la chef du village, mais considérant les conversations entendues à la ville portuaire, il était sûrement vrai que la conquête du continent Pandora se déroulait mal.

Apparemment, je m’étais inquiété pour rien, je n’allais pas être entrainé dans une guerre. J’allais pouvoir continuer ma vie paisible d’aventurier.

Et, à nouveau, une autre journée normale dans un monde différent commença.

« Ah, Vats-san. Bonjour. » (Kurono)

« Salut ! Oh ? Lily-san n’est pas avec toi aujourd’hui ? C’est rare. » (Vats)

« Oui, elle est restée à la maison pour préparer des potions. Je ne peux rien faire pour l’aider. »

« Ah bon ? D’habitude elle est toujours avec toi, alors tu dois te sentir seul. Mais je vois, le jour de vente des potions arrive à grands pas. »

« Cette fois-ci, il y en aura plus que d’habitude, alors n’hésitez pas à venir en prendre. Mais bien sûr, il faudra payer. »

« Ahahah, tu ressembles de plus en plus à un marchand. »

« Notre train de vie en dépend après tout. »

« Ne gagnes-tu pas un peu d’argent en tant qu’aventurier ? J’ai même entendu dire que tu étais plutôt talentueux. »

« Non non, c’est juste que ma magie noire est rare. »

« Du moment que tu peux exterminer ces monstres, peu importe. Tu retournes de nouveau à la guilde aujourd’hui ? Courage ! »

« Oui, à plus tard. »

Saluer Vats-san tous les matins en allant au village était devenu une sorte d’habitude.

Même si j’avais été surpris en voyant ainsi un gobelin pour la première fois….. mes capacités d’adaptations étaient terrifiantes. La silhouette de Vats-san travaillant aux champs avec sa femme et ses enfants, ressemblait de loin à un groupe de monstres, mais ils restaient toutefois de splendides membres du village Irz.

« Grint-san, bonjour. »

« Bonjour, huh, Lily-san n’est—— »

Tout le monde me posait la même question, puisque la plupart du temps, Lily était avec moi. Expliquant rapidement la situation, je traversai comme d’habitude la porte du village.

« Oh, de nombreuses personnes ont aperçues des Loups de Vent, une meute est donc visiblement apparue. »

Les Loups de Vent étaient des loups capables d’utiliser la magie de vent. Ils étaient de simples monstres de rang 1 chassant en meutes, tout comme les Raptors Dagues, mais représentaient toutefois un danger potentiel suffisant pour le village.

« Je vois. Dans ce cas je les éliminerai si je les croise. » (Kurono)

« Merci, je te laisse t’en occuper. » (Grint)

Ecouter les mouvements des monstres était aussi devenu l’une de mes habitudes.

Grint-san était le chef des gardes du village, et son devoir était aussi de surveiller la porte.

Il était au courant des informations et nouvelles de la zone en parlant avec les autres villageois ; surtout lorsque celles-ci concernaient des monstres.

Même si les humains envahissaient le continent, les seuls dangers directs de ce village étaient les monstres.

« Bonjour. Quel livre comptes-tu lire aujourd’hui ? » (Shione)

Me rendre dans la maison de la chef du village pour lire était aussi devenu une routine quotidienne.

Shione-san me recevait toujours cordialement. Non, sérieusement, j’avais droit au thé et petits gâteaux tous les jours…

« Avez-vous des livres sur la magie d’invocation ou de transfert, ou même des informations sur des ruines détenant des équipements rituels du même type ? »

« Même si je n’ai pas de grimoires de la sorte, il devrait y avoir des comptes-rendus d’aventuriers ayant visités des donjons en ruines. »

« Dans ce cas je veux bien ça. »

Bien évidemment, je n’avais pas abandonné l’idée de retourner dans mon propre monde.

Mais je n’avais pas la moindre idée de comment m’y prendre, je ne pouvais donc que me pencher sur les magies d’invocations présentes dans les livres.

« Les livres spécialisés dans la magie ou les donjons ne peuvent être trouvés que dans la bibliothèque de Daidalos. » (Shione)

« Je vois. Un jour, j’irai là-bas. » (Kurono)

Ce n’était pas grave, pas besoin d’être impatient. Je comptais résoudre ce problème lentement.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                      Chapitre Suivant

Accueil

2 pensées sur “Kuro no Maou – Chapitre 29

  • Avatar
    26 mars 2017 à 19 h 32 min
    Permalink

    Quand sort le prochain chapitre? Merci pour les chapitres^^

    Répondre
    • Avatar
      26 mars 2017 à 19 h 36 min
      Permalink

      Je n’ai pas de rythme de sortie alors… surprise.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :