Chapitre 28 : Malédiction, Réplique et Couteau Multi-usage

 

Il y a longtemps, très longtemps, une fille sublime vivait dans un petit village reculé.

La fille n’était pas seulement belle. Elle était aussi intelligente, douée en sciences et possédait un certain talent au maniement de l’épée. Pourtant, elle était d’un naturel calme et doux. Étant la fille unique du chef du village, elle était aimée de tous. En somme, la fille idéale.

La fille elle-même était satisfaite de la vie qu’elle menait, et ses fiançailles avec le plus puissant homme du village ne la dérangeaient pas.

Mais, lorsqu’un jour, le village reçut pour visiteur un certain guerrier magique, son destin changea.

Le jeune homme était venu exterminer un puissant monstre apparu près du village. Il n’était qu’un guerrier magique débutant, mais possédait un puissant enthousiasme et désir de justice. Il avait donc accepté cette quête, que tout le monde considérait comme trop dangereuse comparée à sa récompense.

Ainsi, le jeune, aux côtés des soldats du village, partit en montagne pour exterminer le monstre.

Mais ce monstre n’était pas seulement puissant, il était aussi extrêmement rusé.  Il commanda un groupe de monstres, et lança une attaque surprise sur le jeune homme et les soldats.

Suite à cette attaque surprise, les soldats furent séparés les uns des autres, et les petits monstres obstruèrent le chant du jeune homme, l’empêchant d’attaquer. Il parvint toutefois à fuir, et à rentrer vivant au village. Après avoir reçu de graves blessures, il fut soigné par la fille, qui possédait quelques connaissances en sciences médicales. Mais, le cœur de la fille était en piètre état, de même pour les villageois.

Ses blessures guérirent, mais il avait perdu la confiance des villageois.

Toutefois, le jeune homme n’abandonna pas.

Il était faible, mais le désir de justice présent dans son cœur était comparable à celui des guerriers magiques apparaissant dans les contes de fées. Ce désir n’allait pas s’estomper après une simple défaite.

Ne recevant plus d’aide de la part des villageois, il quitta à nouveau le village pour faire face au monstre, et partit seul en montagne.

Bien sûr, incapable de combattre le puissant monstre menant un large groupe de créatures, il retourna à nouveau blessé au village. La jeune fille le soigna à nouveau, et il reçut une seconde fois les critiques des villageois.

Pourtant, sans abandonner l’idée de tuer le monstre et sauver le village, il s’aventura à nouveau dans la montagne.

Il perdit à nouveau, se fit à nouveau soigner par la fille, fit à nouveau face au monstre. Ce même cycle se répéta à de nombreuses reprises.

Mais petit à petit, après chaque combat, le jeune homme devenait de plus en plus fort, et l’armée de monstres diminuait après chaque assaut.

Toutefois, le monstre principal restait intact, et aux yeux des villageois, le jeune homme était incapable de mener à bien sa mission. Mais la fille, le soignant chaque fois qu’il revenait blessé, commença développer une bonne opinion du guerrier magique incapable d’abandonner.

Observant jours après jours l’honnête et sérieux jeune homme, les sentiments de la fille s’intensifièrent rapidement.

« Comme d’habitude, je te remercie. »

Remerciant la fille venant de le soigner, il était à nouveau sur le point d’aller combattre le monstre, mais à cet instant,

« Cette fois-ci, peux-tu m’emmener avec toi ? »

Demanda la fille au jeune homme, une large hachette dans la main.

Naturellement, celui-ci refusa.

Toutefois, la fille était obstinée, et décida de le suivre.

Je veux t’aider, toi qui te bats pour le village. Moi aussi je veux sauver le village. J’ai confiance en mes capacités à l’épée. J’ai pris une hachette, pas une épée, ainsi le chef du village ne s’en rendra pas compte. Etc. Etc. La fille continua à objecter face au refus du jeune homme.

« Alors, me laisseras-tu venir avec toi ? »

Et enfin, le jeune homme abandonna face au fort enthousiasme de la fille. Toutefois, celle-ci était simplement attirée par le jeune homme, et souhaitait l’aider de quelque manière que ce soit. Pour elle, le sauvetage du village n’était que secondaire.

Peut-être était-elle devenue bizarre après être tombée amoureuse pour la première fois.

« Oui ! Cette fois-ci, le résultat est bien mieux qu’avant ! » (Jeune homme)

Avec l’aide de la jeune fille, le potentiel de combat avait grandement augmenté.

Toute puissante magie était accompagnée d’un chant, alors un épéiste ou soldat était nécessaire pour protéger le lanceur, le temps que le chant en question soit terminé.

Après être devenu plus fort suite aux nombreux combats contre les monstres, et avec l’addition d’une épéiste, il était naturel qu’il parvienne à faire preuve d’une puissance bien plus importante que par le passé.

De plus, la fille était parfaitement capable de protéger le jeune homme tandis qu’il chantait.

Même si l’arme de la fille était énorme, cela restait une simple hachette. Et pourtant, elle parvenait à découper les petits monstres d’un simple geste. Ses compétences étaient définitivement supérieures à celles des soldats du village.

Ainsi, les deux se mirent à entrer ensemble dans la montagne, et commencèrent à acculer les monstres.

« Aujourd’hui, nous y mettrons fin—— »

Lors du dernier combat, les monstres avaient pratiquement été annihilés, et même leur chef avait été blessé.

Prononçant ces mots, le jeune homme se résolut à en finir et se dirigea avec la fille vers le combat final.

« Je…Je l’ai fait— »

Après avoir combattu toute une journée, le jeune homme et la fille parvinrent enfin à vaincre le chef des monstres. Le jeune homme, après une longue lutte, était heureux d’avoir enfin sauvé le village. La fille aussi était heureuse, mais seulement par le fait que le jeune homme était lui aussi heureux.

Maintenant, la fille ne parvenait plus à penser à autre chose que le jeune homme, au point de voir comme inutile et sans valeur toute autre chose. Dans son cœur était né un amour tordu.

Combattre aux côtés du jeune homme sans en parler au villageois, il s’agissait pour la fille du plus heureux moment de sa vie.

Retournant ensemble au village, le jeune homme annonça la défaite du monstre aux villageois.

Au centre du village, entouré du chef du village, des soldats et des habitants, le jeune homme dévoila la tête du monstre, révélant le combat tel un conte héroïque.

Après un tonnerre d’applaudissements, les villageois s’excusèrent auprès du jeune homme pour leur impolitesse, et le chef du village donna la main de sa fille au jeune homme venant de réaliser un magnifique exploit —— du moins, c’était ce qu’imaginais la jeune fille.

« Je vois, puisque tu as vaincu le monstre menaçant notre village, nous te récompenserons. Mais je ne peux pardonner le fait que tu aies mis ma fille en danger. Je te demande donc de quitter sur le champ ce village. » (Chef du village)

Pendant un instant, la fille ne parvint pas à comprendre les mots de son père.

Du point de vue des villageois, le jeune homme était détesté, et même s’il avait enfin vaincu le monstre et ramené la paix au village, il était [trop tard] pour eux.

Même le chef du village pensait que lui donner une récompense était déjà d’une générosité extrême. Et, par-dessus tout, le chef du village et les villageois pensaient impardonnable le fait que le jeune homme ait ainsi mis en danger la précieuse fille.

« Non—— »

Pourquoi ? Faillit demander la fille, mais elle était intelligente et se rendit bien vite compte de l’état d’esprit des villageois. Au final, la fille ne voulait pas y croire.

Mais tout à coup, elle vit le jeune homme se baisser en avant et s’excuser,

« Merci pour tout. Adieu. » (Jeune homme)

Lorsque ces tristes paroles atteignirent ses oreilles, le monde de la jeune fille se renversa. Le village supposé les bénir, le village de son enfance, venait de blesser le cœur du jeune homme. Ces personnes étaient un ennemi impardonnable, bien pire que les monstres.

« Je ne vous pardonnerai—— »

Tout d’abord, elle coupa la tête de son père. Puis, elle ouvrit le ventre de l’homme censé être son mari et prononçant des paroles inutiles. Au final, chaque villageois avait à ses yeux l’apparence d’un ‘monstre’.

« Je ne vous pardonnerai jamais !!! »

La large hachette ayant été améliorée par la magie du jeune homme et ayant découpée de nombreux monstres était maintenant couverte d’une énergie magique, et montrait une puissance largement supérieure à une épée normale.

Face à la hachette maudite, aucun villageois ne parvint à arrêter la fille qui tuait tout le monde avec une violente passion.

La fille massacrait quiconque entrait dans son champ de vision.

Au final, il ne restait plus que le jeune homme, tombé au sol et incapable de bouger face à l’abrupte tragédie, et la fille, souriant couverte de sang.

« P…Pourquoi as-tu…… » (Jeune homme)

Demanda-t-il d’une voix tremblante, assis par terre, son sceptre favori tenu fermement dans sa main.

« Pourquoi ? N’est-ce pas évident— »

Répondit la fille avec un large et sublime sourire.

« Parce que je t’aime, voilà pourquoi. »

Ainsi naquit la large hachette emplie d’amour et de haine.

Pour la fille, le monde à protéger était simplement constitué du jeune homme et d’elle, tandis que le reste du monde était un ennemi. Qu’il s’agisse d’un humain ou d’un monstre, aucune distinction n’était faite. Ainsi, l’arme possédait une malédiction poussant l’utilisateur à attaquer tout le monde, sans discrimination.

 

« —voici la dangereuse histoire derrière la hachette. »

Il s’agissait de l’arme maudite reçut auprès des gobelins. Le résultat de l’estimation de la boutique était arrivé, et j’avais appris la vieille histoire sanglante de cet autre monde, que j’aurais peut-être mieux fait de ne pas connaitre. Où plutôt, comment est-ce qu’une estimation pouvait révéler toute une histoire derrière la naissance d’une arme ?…. La magie était vraiment une chose incroyable. D’ailleurs, le nom officiel de l’arme était [Hachette Maudite – Tsujigiri (Décapitation Sécante)]. En laissant la lame absorber du sang et ainsi s’améliorer, l’arme pouvait changer de nom et de forme.

Sérieusement, il s’agissait d’un système de montée de niveau plutôt dangereux. Il aurait pu s’agir d’une simple obtention de points d’expériences, mais non, il fallait que la lame absorbe du sang…….

« Et ce bâton noir est la réplique d’une arme légendaire à la magie secrète, connue sous le nom d’Avocat Noir. »

Apparemment, l’arme originale pouvait tirer des flèches de magie noire capables de percer des murailles de château. Même si je n’en connaissais pas la forme exacte, il s’agissait probablement d’une attaque similaire à mes tirs de balles magiques, étant donné que mes tirs de Fusil et Chevrotine étaient bien plus puissants avec ce bâton. Cet objet était donc parfaitement compatible avec moi.

« Le couteau s’appelle [Pouce d’Efreet], et sert apparemment à utiliser la magie de feu. »

A part le bâton, il y avait aussi ce couteau magique dans le coffre au trésor. C’était bien, mais la seule magie de feu que je pouvais utiliser était…

« Umm, cracher une petite flamme et créer une barrière de feu capable de repousser les petits insectes, c’est tout. »

Même si je l’appelais magie de feu, je ne l’utilisais que comme briquet ou insecticide.

C’était certes utile, mais aussi assez triste.

« Il y a aussi une arme maudite achetée à la boutique à objets, mais franchement, elle est assez difficile à utiliser en combat. »

L’arme aurait été parfaite s’il s’agissait d’une épée droite, mais c’était une  [Aiguille]. Pouvait-on vraiment appeler ça une arme ?

Elle n’était pas très chère, alors je l’avais achetée…

« Nee, nee, Kurono. » (Lily)

« Hm ? » (Kurono)

« Qu’est-il arrivé au jeune homme et à la fille après ça ? »

Apparemment, Lily trouvait cette cruelle histoire intéressante.

« Hm, voyons——ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. »

Après ça, nous ne fûmes attaqués par aucun monstre, et parvînmes à atteindre l’endroit où poussaient les herbes Rixei.

« Ooh, il y en a beaucoup. Nous devrions facilement remplir les sacs avec ça. »

L’herbe Rixei avait une apparence si normale qu’il était difficile de la voir sans connaissance particulière de la plante.

Sa seule caractéristique était probablement la dentelure sur ses feuilles, comparable au pissenlit, mais à part ça, la plante ressemblait à une mauvaise herbe.

Toutefois, elle ne pouvait pousser dans aucun autre endroit que le Jardin Féérique, car elle nécessitait un environnement possédant une énergie magique dense pour pousser.

Ce n’était pas seulement les humains et les monstres, l’énergie magique affectait elle aussi l’écosystème. Pour une personne moderne comme moi, tout cela était assez dur à comprendre.

« Peut-on vraiment faire des médicaments avec ça ? » (Kurono)

« Oui, mais il ne faut pas l’utiliser directement. » (Lily)

« Je vois, Nyarko-san a dit la même chose. Même si je pense qu’elle peut peut-être régénérer au moins 10 PV. »

« Pévé ? »

J’expliquai le concept de PV à Lily. Même si cette plante était considérée comme médicinale, selon Nyarko-san, elle ne montrait aucun effet à moins d’être bouillie et transformée en véritable médecine.

Comme le disait Lily, l’herbe Rixei n’avait aucun effet sur le corps lorsqu’utilisée directement. Même sans avoir étudié professionnellement la médecine, il s’agissait apparemment d’un fait connu de toute personne vivant en milieu rural. Toutefois, plusieurs jeunes personnes pensaient que n’importe quel ingrédient de la potion possédait le même effet.

Je faisais clairement partie de la dernière catégorie. Quelle honte.

« Pas grave, je compte en apprendre plus. »

Je coupai l’herbe Rixei à la racine avec le Pouce d’Efreet. Bien sûr, je n’utilisai pas l’effet de feu contenu dans l’arme. Que faire si je déclenchais un feu de forêt ?

« Combiner un couteau et un briquet, cette arme peut presque être considérée comme un couteau suisse multi-usage. »

Je ne ressentais pas vraiment la valeur de la magie de feu, mais l’arme était utile alors autant en profiter.

« Maintenant que j’y pense, comment est-ce que Lily retire l’herbe ? »

Possédant un corps magiquement renforcé et un couteau, je pouvais rapidement récolter les herbes Rixei. Mais Lily, avec ses simples mains, ne devrait normalement pas y arriver. Elle ne portait pas de vêtements, j’étais donc pratiquement sûr qu’elle ne possédait pas de faux ou de couteau.

Curieux, je me tournai vers Lily qui ressemblait à une enfant de maternelle travaillant dur. Lorsqu’elle prit les racines de l’herbe dans sa main, une lueur brilla et découpa l’herbe. Puis, Lily jeta l’herbe dans le sac.

« Utiliser un laser pour brûler la racine……Quelle enfant terrifiante. »

Elle y parvenait donc grâce à la magie. Moi aussi je devrais trouver plus d’applications à ma magie !

Voyant l’usage de la magie de Lily, je me résolus à améliorer mes compétences de magicien.

D’ailleurs, en voyant le sac dans lequel Lily plaçait les herbes, puis en regardant l’[Espace d’Ombre] créé par moi-même, je déprimai à nouveau. Je pensai que ma magie spatiale était unique……

Après ça, nous complétâmes la quête sans problème.

Puisque nous avions récolté exactement 3 sacs, nous reçûmes un ensemble de potions de 1000mg d’extrait d’herbe Rixei de la part du propriétaire de la boutique à objets.

Toutefois, les quêtes de rang 1 étaient pratiquement sans danger, je n’avais donc aucune occasion d’utiliser de potion. Nous allions donc les garder, mais n’avaient-elles aucune date d’expiration ?

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                Chapitre Suivant

Accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :