Chapitre 17 : Kurono le Magicien Noir

 

Le jour suivant, je me levai en même temps que le soleil.

Après être arrivé dans ce monde, je m’étais réveillé pour la première fois de bonne humeur. Dormir dans un véritable lit m’avait manqué. Sur le lit douillet, je gisais entièrement nu à l’exception de la serviette enroulée autour de ma taille, aux côté de Lily, qui était elle de toute façon toujours nue.

Huh ? Dit comme ça, la situation ne paraissait-elle pas vraiment louche ?

Non, tout allait bien. Je n’avais rien fait de mal. J’étais un gentleman après tout. OUI Loli NON au toucher. Je n’étais pas un lolicon, vraiment. Lily m’avait proposé de rester chez elle, alors j’ai accepté son offre généreuse. Elle était extrêmement gentille, et n’avait pas l’air dérangée par le fait que je dépende entièrement d’elle.

Bien sûr, je ne comptais pas rester toujours du côté du receveur. Je m’étais résolu à un jour lui repayer cette faveur. Mais, était-il vraiment prudent de donner autant à un homme ne possédant pratiquement rien ? Et si je n’étais qu’un parasite ?

Oh non, m’emportais-je, pensant devoir protéger ce petit ange, ou plutôt, cette petite fée ? Tout allait bien. J’allais rester avec Lily, et la traiter avec gratitude et honneur.

« Bien, je devrais peut-être changer de vêtements. »

Sans réveiller Lily qui dormait toujours, je sortis du lit puis quittai la hutte.

« Un, un peu mieux…… »

C’était un peu mieux, mais pas autant que prévu.

J’avais lavé les vêtements devenus marron foncé à cause de la terre et du sang, ils étaient donc devenus plus léger, mais n’allaient probablement plus pouvoir atteindre leur niveau de blancheur initial.

Ainsi, même si je les avais lavés, ils étaient toujours sales. Quelques trous étaient même visibles ça et là. Si j’avais porté de tels vêtements dans mon monde précédent, j’aurais immédiatement été arrêté.

« Ce n’est pas comme si j’avais le choix de toute façon…. »

J’avais prévu d’aller visiter le village voisin aujourd’hui, mais il me fallait des vêtements pour y aller.

Lily se fichait que je sois en sous-vêtements ou seulement avec une serviette autour de la taille, mais elle était une exception parmi les exceptions.

Les habitants de ce monde portaient des vêtements normaux. Je m’en étais rendu compte à la ville portuaire. Ainsi, j’allais devoir porter quelque chose de décent, même si rester nu était plus agréable que porter ces vêtements rapiécés.

Bon, de toute façon, peu importe ce que j’en pensais, mes vêtements n’allaient pas devenir plus propres que ça. A contrecœur, j’enfilais donc l’espèce de robe que j’avais pris l’habitude de porter.

« Maintenant, comment vais-je me trouver des vêtements……. »

En profitant de la douce brise du matin, je m’assis sur une boîte à l’arrière de la hutte, et me mis à réfléchir en prenant la position de Rodin.

Et tout à coup,

« Ah, bonjour Kurono. »

Lily arriva.

« Bonjour Lily. »

Je comptais garder secret le fait que j’étais sur le point de lui dire [Bonjour Princesse].

« Que fais-tu, assis sur la boite à trésors ? »

« Boite à trésors ? »

N’était-ce pas une simple boîte ?

Après m’être levé, j’examinai la boite de plus près. Je remarquai que celle-ci possédait en effet une serrure.

« Qu’y a-t-il à l’intérieur ? »

« Aucune idée. »

En voyant Lily pencher la tête sur le côté, je fus envahi d’une certaine curiosité et excitation.

« Une boite au trésor mystérieuse… ça ne te parait pas intéressant ? En plus, le propriétaire était un magicien. Pour qu’une telle chose arrive dans la réalité, nous sommes vraiment dans un monde de magie ! »

Toutes les choses à l’intérieur et autour de cette hutte, à part les quelques biens de Lily, appartenaient au magicien ayant vécu ici.

« Tu vas l’ouvrir !? »

« Oui, tu n’es pas curieuse ? Ah, est-ce que ça te pose problème ? »

« Non, ouvre-le !! »

Lily me regarda tout à coup, des étoiles dans les yeux. Cela fit grimper davantage ma motivation.

« D’accord ! Laisse-moi faire ! »

Motivé, je me plaçai en face de la mystérieuse boite.

Il était évident au premier regard qu’elle était en bois. Je pouvais facilement la détruire, mais dans une telle situation, autant agir avec intelligence.  Dans le pire des cas, il était possible de seulement détruire la serrure.

« Fuuun !! »

Je commençai donc par essayer la force brute. Cette boite était similaire à ce que l’on pouvait voir dans des RPGs, les coffres au trésor s’ouvrant par le haut. Il n’y avait pas d’endroit où placer mes mains, mais avec ma force actuelle….

« Tsk !? »

Lorsque j’essayai d’exercer un peu de force, un courant électrique parcourut la surface de la boite. Par réflexe, je retirai mes mains, mais les dégâts ne furent pas très importants.

« Un piège, non, la boite est protégée par la magie. »

« Kurono, tu vas bien ? »

« Ah, oui, ce n’était pas assez puissant pour causer le moindre dégât. Mais il s’agit bien d’un coffre de magicien en tout cas. »

Si cette boite était ainsi protégée, son contenu était peut-être de meilleure qualité que prévu.

Mon 1er espoir = un tas d’or et d’argent. 2ème espoir = un puissant objet magique. 3ème espoir = des vêtements (hommes, taille XL)

« Pourrait-il s’agir d’un mimique ?…… »

Murmurant cela, j’eus tout à coup un mauvais pressentiment.

« Lily, cette boite ne contient pas un monstre dangereux n’est-ce pas ? »

« Non, il n’y a aucun monstre à l’intérieur. »

« Je te le redemande à nouveau, j’ai le droit de l’ouvrir n’est-ce pas ? »

« Ouvre-le !! »

Encore ces yeux remplis d’étoiles. Maintenant, je ne pouvais plus reculer ou remettre ça à plus tard. Bon, même moi je ne comptais pas abandonner après cette petite frayeur de toute façon.

« Si cette boite est protégée par la magie, je vais utiliser la magie moi aussi…. Noircissement ! »

Touchant la boite de mes deux mains, je déchainai ma magie noire à pleine puissance.

Jusqu’à maintenant, je n’avais utilisé le Noircissement que sur des armes, des barres cylindriques, etc. mais s’il marchait ici, le choc électrique allait être annulé.

Je pouvais tout à fait le contrôler sans même le toucher avec l’aide de mon noircissement, mais je ne savais pas si je pouvais faire quelque chose pour ouvrir la serrure étant donné que je n’avais encore jamais contrôlé de mécanisme.

« Bien, le Noircissement est un succès…. Mais je ne peux pas manipuler la serrure. »

Je ne comprenais pas la structure du loquet, ou peut-être mon image était-elle insuffisante, mais dans tous les cas, j’étais incapable de contrôler la serrure et d’ouvrir cette boite.

« Dans ce cas, je vais devoir la trafiquer. »

Etant donné que je n’avais plus à m’inquiéter du piège électrique, je pouvais à nouveau utiliser la force brute. Toutefois, cette boite paraissait plus solide que la normale.

Je comptais donc utiliser la seule magie de soin en ma possession. Celle convertissant mon énergie noire en substance gélatineuse refermant les blessures.

Utilisant la même technique, je versai mon énergie magique dans la serrure, puis la fis se durcir avant de tourner.

Je ne m’y connaissais pas vraiment en structure de serrure, je ne pouvais donc pas durcir tout à l‘intérieur. Je décidai ainsi de chercher les parties les plus sensibles de la serrure en contrôlant délicatement ma magie…

« Alors ? »

Me demanda avec anxiété Lily.

« Un petit peu plus et… ohh !! »

Je venais de recevoir une réponse ! Tout à coup, un cliquetis se fit entendre et la boite se déverrouilla.

« « Elle est ouverte !! » »

Nos deux voix se superposèrent en même temps.

« Bien, ouvrons-la maintenant ! »

« Oui ! »

Excités, nous l’ouvrîmes tous les deux.

« C-C’est !? »

M’écriai-je, mais je ne pouvais pas vraiment comprendre au premier regard ce qui se trouvait à l’intérieur. Il s’agissait d’une sorte de morceau de tissu noir enroulé autour de quelque chose.

En tout cas, j’étais soulagé de voir qu’il ne s’agissait pas d’un mimique.

« Qu’est-ce que c’est ? »

« Aucune idée. »

Pour le moment, je décidai de sortir le tissu noir de la boite. Il s’agissait d’un vêtements plutôt épais et large, et surtout, une faible énergie magique en émanait.

« C’est………… Est-ce que c’est une robe de magicien !? »

Ouvrant entièrement le vêtement devant mes yeux, je me rendis compte qu’il s’agissait bien d’une robe. Une robe complètement noire. Même une personne sans la moindre connaissance sur le sujet pouvait se rendre compte qu’il s’agissait d’une robe de magicien.

« Kurono, mets-la ! »

« Est-ce que je… D’accord, je vais la mettre ! »

Il s’agissait de mes habits tant attendus. De plus, le fait qu’il s’agisse d’une robe de magicien augmentait davantage ma tension.

Après avoir enfilé la robe, je me rendis compte que la taille était parfaite, comme si celle-ci avait été mesurée à l’avance. De plus, elle était extrêmement confortable. Malgré l’épaisseur, elle n’était pas trop lourde et n’entravait pas mes mouvements. L’énergie magique l’enveloppant était elle aussi confortable, probablement parce qu’il s’agissait de la même magie noire que la mienne.

 « Alors ? J’ai l’air comment ? »

« Ouais ! Tu as l’air trop cool Kurono ! »

« Hahahaha, c’est embarrassant. Mais avec ça, je peux enfin être considéré comme un vrai magicien n’est-ce pas ? »

Je ne pouvais pas voler sur un balai, mais je savais bien utiliser la magie.

« Oui ! Kurono est un magicien ! »

« Tu penses aussi ? Si tu le dis… Je suis donc un magicien… Non, un magicien noir ! »

Peut-être m’étais-je un peu emporté sur l’instant, toutefois, je décidai de me présenter comme un magicien noir à partir de maintenant.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                              Chapitre Suivant

Accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :