Chapitre 16 : Première Amie

 

« J’entre. »

« N’hésite pas ! »

Après avoir ouvert la porte de la hutte de Lily, celle-ci m’accueillit avec un large sourire. Rien qu’avec ça, je me sentis revigoré. Toutefois, je ne portais actuellement qu’un caleçon mouillé ; je ne pouvais pas vraiment me permettre de me perdre dans mes pensées.

« Kurono, prends ça. »

« Hm ? »

Lily me donna un morceau de vêtement rectangulaire. S’agissait-il d’une serviette ?

« Tu es sûr que je peux l’utiliser ? »

« Oui. »

« Merci. »

Pour le moment, avec ça, je n’avais pas besoin de porter ces sous-vêtements mouillés jusqu’à ce qu’ils sèchent. Attachant la serviette autour de mes hanches, je retirai mon caleçon et l’attachai à côté de mes vêtements sur une branche d’arbre à l’extérieur. Mes cheveux presque secs, je me mis à réfléchir.

« Bien, je devrais peut-être commencer par me trouver des vêtements. »

Lily ne portait rien, elle ne devait donc pas avoir de connaissances en la matière. En allant au village où elle vend ses potions, j’allais probablement me trouver des vêtements.

« Lily, est-ce qu’il y a des boutiques de vêtements au village d’à côté ? Si oui, combien ? »

« ? »

Elle me regarda d’un air interrogateur. Est-ce que poser deux questions à la fois était un peu trop pour elle ?

« Je pense que le magasin de seconde main en vend. »

« Huh ? Que vendent-ils habituellement ? »

« Tout ! Je ne sais pas pour les vêtements, mais ils ont des armures ! »

« Même des armures ? Wow, ils vendent vraiment de tout. »

 Je pensais qu’il s’agissait d’une sorte de supérette, mais je ne devais pas oublier que je me trouvais dans un monde où les combats avec des monstres étaient quotidiens. Ici, les armes étaient plus importantes que dans mon monde. Apparemment, même les villages possèdent donc de telles boutiques.

« Kurono, entre ! »

« Ah, oui, c’est bizarre de parler sur le pas de la porte. Dans ce cas, j’accepte avec joie ton offre. »

Il s’agissait d’une maison de type occidental, il n’y avait donc aucun endroit où laisser ses chaussures en entrant. Je n’avais jamais voyagé à l’étranger, mais je ne pensais pas que ma première expérience se passerait dans un autre monde.

Juste au cas où, je retirai la saleté sur mes chaussures avant d’entrer. Lily marchait quand à elle pieds nus.

Pour Lily qui m’arrivait à peine aux genoux, il devait s’agir d’une maison spacieuse, mais pour moi qui possédait une grande taille pour un humain, l’endroit paraissait plutôt étroit.

La maison était plutôt grande, mais à cause des énormes bibliothèques situées contre les murs et des boites et sacs gisant sur le sol, je me sentais légèrement oppressé.

Le lit et la petite table étaient les seules choses donnant l’impression que quelqu’un vivait ici. Même si Lily paraissait habiter là, l’endroit paraissait rempli de nombreuses choses inutiles. En même temps, elle aurait du mal à retirer toute seule ces larges bibliothèques.

« Assieds-toi ! »

Lily s’adressa à moi tandis que je balayais du regard la maison.

Lily avait sauté sur le lit et tapotait le matelas blanc de ses deux mains. Puisqu’il n’y avait aucune chaise, il s’agissait du seul endroit où s’asseoir.

En m’asseyant sur le lit, je fus instantanément conquis par la sensation de douceur du matelas. Etant donné que je n’avais fait que dormir sur un sol dur et froid depuis mon arrivée ici, cette douceur paraissait être pour moi d’un luxe extrême.

Et, immergé dans cette douceur,

« Je vais préparer du thé ! »

Je voulus refuser pour ne pas la déranger, mais lorsque je vis son visage motivé et joyeux,

« Merci. »

Fut tout ce que je pus dire.

J’avais déjà emprunté sa serviette. En restant ainsi ici, ma dette envers Lily n’allait que s’agrandir, à commencer par ce thé. Désolé Lily, actuellement je n’ai que mon corps et ma magie noire, mais un jour, je te retournerais dix fois cette faveur ! Je te le promets !

En promettant cela dans mon cœur, je regardai en direction de Lily.

« Fuuuuu !!! »

Lily crachait du feu.

Es-tu un dragon !? Je faillis me lever pour faire un tsukkomi, mais parvins à me contrôler. Je devais me calmer, il s’agissait simplement d’une magie.

Donc, Lily crachait actuellement du feu de sa petite bouche sur une large bouilloire. De nombreuses personnes pouvaient utiliser la magie de feu, mais je voyais pour la première fois une personne cracher littéralement du feu. S’agissait-il aussi d’une magie féérique ?

J’avais mes doutes, mais en voyant Lily travailler aussi dur pour me faire du thé, je ne parvins pas à lui poser la question.

Je me contentai d’attendre sagement……

« C’est prêt !! »

En entendant sa voix, je fus ramené à la réalité et sortis de ma stupeur.

Sur la table se tenait Lily, prenant la pose d’un air fier, ainsi qu’une théière et une tasse desquelles émanait une odeur sucrée.

« Ooh, merci ! »

J’étais un peu inquiet, ne sachant pas si Lily, ayant l’apparence d’une enfant, savait faire du thé, mais apparemment mes inquiétudes étaient infondées.

La tasse était remplie de thé noir ? Ou quelque chose y ressemblant vu la couleur.

« Bois Kurono ! »

Je reçus de la part de Lily un regard empli d’espérance…..

« Oui, Itadakimasu…… »

Dirigeant ma main vers la tasse, je me rendis tout à cou compte de quelque chose.

« Huh ? Où est ta part ? »

Sur la table, à part la tasse, il n’y avait que la théière. Avait-elle oublié sa propre tasse ?

« Il n’y en a qu’une. »

« Eh, quoi ? »

« De tasse. »

« Ah bon ? Mais pourquoi… »

Est-ce qu’elle n’avait pas d’argent ? Si c’était le cas, je m’en voulais vraiment de m’introduire ainsi chez elle.

« Parce que personne ne vient jamais. Mais Kurono est la première personne à venir. Lily est vraiment heureuse. » (Note : Lily parle d’elle à la 3ème personne)

Maintenant je regrettais encore plus. C’était donc ça, être chassé de la Fontaine de Lumière.

En vivant au village, les choses auraient été différentes, mais puisqu’elle était une fée, elle ne voulait pas quitter la forêt.

Si elle n’avait pas été chassée, elle urait pu s’amuser tous les jours avec ses amies, comme une fée normale. Elle aurait pu vivre sans tristesse ou douleur…. Mais ce n’était pas ce que j’étais censé dire dans un tel moment.

Lily avait elle-même accepté d’être chassé et de vivre ici plutôt qu’au village. Je n’avais pas le droit de critiquer son courage.

« Ça veut dire que je suis le premier ami invité chez toi ? Je suis honoré. »

« Ami ? »

« Oui. Après tout, nous avons combattu une armée de gobelins ensemble, dos à dos. Nous sommes déjà plus que des amis normaux ! »

Je voulais être la première personne à aider Lily, qui avait toujours été seule jusqu’à maintenant. Dans cet autre monde, j’étais peut-être ignorant, je manquais peut-être de sens commun, je n’étais peut-être pas très fort, mais je pouvais au moins combattre des monstres.

« Oui, Lily est l’amie de Kurono ! »

Ce jour-là, je vis le plus beau des sourires sur le visage de Lily. Mais dans ce monde rempli d’ennemis, j’étais en vérité le plus heureux après avoir ainsi obtenu ma première amie.

Oui, juste en la rencontrant, j’étais heureux d’être venu ici.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                              Chapitre Suivant

Accueil

2 réflexions sur “Kuro no Maou – Chapitre 16

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :