Chapitre 15 : Nettoyage du Cœur et du Corps

 

Près de la hutte de Lily se trouvait un petit ruisseau à l’eau extrêmement claire, probablement parce qu’il provenait de la Fontaine de Lumière.

Etant devenu encore plus sale après l’extermination de gobelin, j’avais décidé de venir directement ici.

Bien évidemment, je n’avais pas de savon, seulement de l’eau froide pour nettoyer mes vêtements, mais cela suffit à me nettoyer l’esprit et le corps.

Toutefois, mes vêtements couverts de sang ne pouvaient plus revenir à leur état blanc d’origine.

« Même dans cet endroit, je ne pouvais pas me laver correctement. »

Au laboratoire, j’avais le droit de me nettoyer parfois.

Enfin, par nettoyer, je voulais dire jeté tout habillé dans une pièce plus petite qu’une cabine de toilette publique et aspergé d’eau froide. J’avais plus l’impression d’être jeté dans une machine à laver. D’ailleurs, j’avais failli me noyer à plusieurs reprises.

Alors maintenant, j’étais heureux de pouvoir me laver à mon rythme, dans de l’eau claire.

Toutefois, j’étais actuellement nu, en plein milieu d’une forêt. J’avais l’impression d’être un pervers……. Même si ce n’était pas grave étant donné que Lily, qui était une fée, ne portait jamais de vêtements.

Enfin, une fée ressemblant à une mignonne petite fille et un homme de 180 centimètres étaient deux choses tout à fait différentes.

Maintenant que j’y pensais, est-ce que les bains existaient dans ce monde ? Ne sachant pas la réponse, je m’assis sur un rocher et me mis à manger une nouvelle pomme.

« Un, délicieux. »

La première chose que j’aie mangé après être sorti du centre de recherche était ce fruit semblable à une pomme. L’eau de la rivière était elle aussi délicieuse, mais ce fruit rouge au goût doux-amer était d’un tout autre niveau.

Etant si délicieux, j’avais mangé déjà 5 de ces fruits avant de réaliser qu’ils possédaient un goût légèrement différent d’une pomme normale. La caisse dans laquelle je m’étais caché était remplie de ses fruits, je n’avais donc pas à m’inquiéter de la quantité.

Caché dans la caisse, j’avais passé mon temps à dormir ou à manger ces pommes, le tout en développant ma magie dans mon esprit, notamment ma [Gatling]. Après ça, j’étais tombé dans un sommeil si profond que je ne m’étais même pas rendu compte que le bateau était arrivé à destination et que la caisse dans laquelle je me trouvais avait été déchargée sur le port du continent Pandora puis transportée. En passant à côté de la falaise, le chariot transportant les marchandises avait probablement fait tomber ma caisse.

De toute façon, même si le chariot avait été attaqué par des gobelins, cela ne me concernait plus. Je n’avais donc plus aucune raison d’y réfléchir.

« Mais heureusement que j’ai mon [Espace d’Ombre]. »

Après avoir mangé ma pomme, je jetai le trognon. Celui-ci disparut tout à coup après avoir été absorbé dans une ombre s’étendant jusqu’à moi.

[Espace d’Ombre] était une magie créant un espace dans ma propre ombre. Bien sûr, j’avais choisi le nom moi-même, je ne connaissais pas son nom officiel. En combattant d’autres cobayes humains, j’en avais vu plusieurs l’utiliser. Au départ, ‘’Il a sorti une épée de nulle part !?’’ était tout ce que je pouvais dire, mais après l’avoir vu plusieurs fois, j’avais découvert la véritable identité de cette magie.

En utilisant sa propre ombre comme une porte, il était possible de stocker des objets à l’intérieur. Sans image fondamentale de cette magie, j’avais été obligé de travailler dur pour obtenir cette capacité similaire à une poche quadridimensionnelle. (Note : Référence à Doraemon)

Au final, avec une  [image d’énergie noire rassemblée dans ma propre ombre], j’avais réussi à créer une espace dans mon ombre.

Celui-ci mesurait 2 mètres de diamètre, mais les autres cobayes arrivaient à stocker des objets bien plus gros, je n’en étais donc apparemment qu’un stade élémentaire.

En maitrisant cette magie, j’allais probablement pouvoir créer une véritable poche quadridimensionnelle. Et, sans ressentir le moindre poids, je pouvais transporter n’importe quoi, n’importe où. Une fois l’espace créé (sachant qu’il nécessite une quantité gigantesque de magie), aucune magie n’est nécessaire pour le maintenir. L’ouvrir ou le fermer nécessitait une toute petite quantité d’énergie, mais il s’agissait d’une magie vraiment utile.

Actuellement, 24 pommes étaient stockées dans mon ombre. Même si j’en donnais la moitié à Lily, il m’en restait 12 pour moi.

De plus, le plus gros butin de l’extermination de gobelin, la hachette maudite, était elle aussi stockée à l’intérieur. Une arme aussi puissante était probablement rare, même dans ce monde. J’avais peut-être été charmé par ses capacités de découpe.

Ah, mais il ne s’agissait pas de l’effet de la malédiction n’est-ce pas ?

Peu importe. J’avais aussi d’autres couteaux et épées noircies stockées à l’intérieur. Il ne s’agissait que de déchets, mais même rouillées, il s’agissait d’armes. Leur puissance d’attaque était déjà supérieure à celle d’une branche de bois.

De toute façon, je n’avais pas grand-chose d’autre à transporter. De plus, les restes de pommes que je jetais dans mon ombre étaient désintégrés par ma magie et absorbés par mon ombre. Il s’agissait aussi d’une technique copiée sur un autre cobaye.

Durant notre combat, il avait attrapé mon épée noircie avec sa magie et l’avait instantanément désintégrée et absorbée afin d’améliorer sa propre puissance d’attaque.

A mon niveau actuel, le processus de désintégration et d’absorption était trop lent. De plus, mon rendement était si mauvais que l’énergie magique dépensée était supérieure à l’énergie magique gagnée. Apparemment il m’était encore impossible d’absorber de la magie sans pertes, comme le cobaye dont je m’étais inspiré. Si je le pouvais, j’aurais pu absorber la pluie de flèche plus tôt, avant de les noircir et de les renvoyer vers leurs tireurs. Toutefois, cela m’était encore impossible.

Mais même si je ne pouvais pas utiliser cette capacité en combat, elle était utile pour détruire les déchets. Personne n’aurait pu penser à une utilisation aussi écologique de cette magie.

« ……..Désolé… de m’être échappé seul. »

Non, je devais arrêter avec ça. Je n’étais pas assez fort pour m’occuper du bien être des autres, et je n’en avais pas le temps.

Vaincre un tas de gobelin n’était pas vraiment un exploit dont je pouvais être fier.

Des personnes plus fortes que moi, comme Sariel, existaient dans ce monde.

Au final, je n’avais pu que m’enfuir seul. Je n’avais même pas pensé à sauver les autres cobayes.

« Il est temps d’aller retrouver Lily. »

Ne pensant plus à toutes ces choses inutiles, je m’éloignai du ruisseau, me demandant si je pouvais sécher mon corps et mes vêtements grâce à la magie.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                      Chapitre Suivant

Accueil

2 réflexions sur “Kuro no Maou – Chapitre 15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :