Chapitre 1 : Eveil

 

Tout à coup, je me réveillai dans une pièce sombre.

Quoi, il faisait toujours nuit dehors ?

Ce n’était pas comme si j’avais eu un cauchemar, ou quelque chose du genre. Mais bon, s’il faisait encore nuit dehors, cela voulait dire que je pouvais me rendormir, j’avais cours demain après tout. Tandis que je pensais cela, je ressentis un étrange déconfort.

Mon corps me faisait vraiment mal.

Non, j’avais mal parce que le lit sur lequel je dormais était beaucoup trop dur.

Je n’aurais jamais dormi ici. Qu’est-ce qui n’allait pas chez moi ? Dormais-je dans une mauvaise posture, ce qui m’avait fait tomber de mon lit ? Cela ne m’était jusqu’alors jamais arrivé ……

Faisant l’effort de retourner dans mon lit, mon corps —– ne bougea pas.

Je réalisai tout à coup que j’étais complètement paralysé, et que je ne pouvais même pas bouger le petit doigt. S’agissait-il de la fameuse paralysie du sommeil ? C’était la première fois que j’en souffrais, et j’aurais préféré que cela m’arrive sur mon lit, car même si je ne pouvais pas bouger je pouvais parfaitement sentir le sol rigide. Tandis que je ne savais absolument pas quoi faire, mes yeux s’ajustèrent enfin aux ténèbres, et mes alentours devinrent enfin clairs.

…………. Où étais-je ?

Enfin, je réalisai que je ne dormais pas dans ma chambre. Encore dans un état de paralysie, mon cou ne pouvait pas bouger, mais mes yeux le pouvaient, alors je scrutai mes alentours.

Il s’agissait d’une pièce entièrement vide. Je gisais probablement au centre de la pièce, et à part moi, rien n’existait dans cette salle d’une aire de 6 tatamis.

Je ne vis pas non plus la moindre porte. Une pensée horrible traversa mon esprit : peut-être me trouvais-je piégé dans une pièce sans la moindre ouverture.

Que se passait-il ? Sérieusement, qu’est-ce que c’était ? Pourquoi étais-je dans une telle situation ?

J’aurais bien aimé qu’il s’agisse d’un mauvais rêve, mais ma conscience était bien trop claire pour ça, et même si je ne pouvais pas bouger, mes sensations étaient bien présentes. J’étais ainsi incapable de douter de la réalité de la situation.

Mais oui, je commençai à me souvenir — Je ne dormais pas dans ma chambre, j’étais à l’école. Je me trouvais dans ma salle de club après les cours. J’étais un membre du club de littérature, ce qui ne collait pas du tout avec une personne grande et menaçante comme moi. Dans la salle de classe avec les autres membres du club, j’étais pressé d’écrire mon type de light novel favori transpirant le chunnibyou …. Non, ce n’était pas ça, j’étais avec Shirasaki-san, dans une atmosphère des plus gênantes.

Et tout à coup, j’avais eu une migraine …… et je m’étais évanoui, je crois.

Les souvenirs de cet instant où une migraine m’avait assaillie et où j’étais tombé de ma chaise me revinrent petit à petit. Avec une réaction aussi exagérée, j’avais dû inquiéter Shirasaki-san. D’ailleurs, est-ce que ma famille en avait été informée ?

Mais mettons ça de côté. Donc, je m’étais évanoui dans la salle de club, alors étais-je maintenant dans un hôpital ? Non, un hôpital ne placerait jamais un patient sur un piédestal aussi dur ; même les hôpitaux de campagnes ne traiteraient jamais un patient comme cela. Peut-être pensaient-ils que j’étais mort, et que je me trouvais donc dans une morgue ? Non, même les cadavres étaient posés sur des matelas, enfin, je m’égarais. Il était impossible que quelque chose comme ça m’arrive.

Non, mais cette situation ‘impossible’ était justement en train de m’arriver. Quelle était l’histoire derrière la raison pour laquelle je me trouvais dans un tel endroit ? Avais-je été kidnappé ? J’avais pourtant une famille totalement normale. Mon père était un fonctionnaire et ma mère une femme au foyer. Je n’étais pas le fils d’une famille riche, une sorte de prince ou une personne de naissance extraordinaire. La seule chose extraordinaire était probablement l’apparence de mes parents.

Mais, peut-être que —– tout à coup, mes pensées incohérentes furent interrompues.

Uooh, trop clair !!

Tout à coup, la pièce venait de se remplir de lumière.

A cause du changement abrupt de luminosité, mes yeux s’arrêtèrent temporairement de fonctionner. Mais après quelques secondes, je m’habituai à la lumière, mais les changements venant de se faire au sein de cette pièce ne se limitaient pas qu’à cela.

Je sentais la présence d’autres humains.

Pas quelque chose de vague, mais des sons clairs de chaussures résonnaient sur le sol. Le fait que quelqu’un vienne fit disparaitre instantanément l’idée que je me trouvais dans une pièce hermétiquement fermée. Mais ce soulagement disparut aussitôt.

La personne entrant dans mon champ de vision, son apparence était bien trop extraordinaire.

Vêtue d’une sorte de manteau blanc, sa tête était recouverte d’une capuche. J’aurais bien aimé que ce ne soit que cela, mais il portait aussi un masque blanc. Rien qu’en le voyant, mon niveau de prudence bondit au niveau MAX. Il ne s’agissait pas d’un masque à gaz, mais d’un type de masque porté durant les pièces d’opéra, sauf qu’ici, la surface était recouverte de symboles anomaux.

Que se passait-il ? Ces gars étaient définitivement dangereux !

3 personnes entrèrent dans mon champ de vision, tous portants le même habit.

Est-ce que ces hommes faisaient partie d’une sorte de religion bizarre ? Toutefois, je gisais toujours là paralysé, ne pouvant que regarder autour de moi sans bouger le moindre doigt, et sans pouvoir émettre le moindre son.

Je me mis à sentir des sueurs froides coulant sur ma joue. Je n’arrivais pas à comprendre, mais j’étais certainement dans une situation dangereuse.

「مهلا، أن استيقظ」

Tout à coup, l’un des hommes masqués parla.

「لا تقلق ، أنا على أي حال مواصلة العمل」

Et un autre lui répondit.

Même si j’étais déjà désespéré, je le devins encore plus. Je n’arrivais pas à comprendre un seul mot de ce que disaient ces hommes.

Je savais juste qu’il ne s’agissait pas d’Anglais ou de Chinois, ni d’une autre langue familière.

Même si j’avais à peine la moyenne en Anglais, j’étais sûr qu’il ne s’agissait pas d’Anglais.

M’ignorant totalement et me délaissant à ma panique, les hommes masqués continuèrent leur conversation.

Puis tout à coup, ils arrêtèrent de parler lorsque l’un des hommes sortit un large anneau blanc. Cela ressemblait à une lampe fluorescente en forme d’anneau, mais ce n’en était pas une. Et à nouveau, je ne savais absolument pas ce qu’était cet anneau étrange sans le moindre ornement. Il s’agissait d’un outil que je n’avais jamais vu auparavant. Tandis que je me demandais ce qu’ils allaient faire avec, de fines aiguilles sortirent tout à coup de l’anneau.

Au total, 7 aiguilles en sortir. Je les vis clairement apparaitre avec un son *kashun*. Je les trouvais belles, mais en même temps, un mauvais pressentiment s’empara de moi.

Similairement à leur sortie, elles se rétractèrent en un instant et l’anneau redevint normal. Puis, l’homme masqué tenant le large anneau l’approcha de ma tête.

O, Oi, Oi, attendez une seconde, n’approchez pas quelque chose d’aussi dangereux de ma tête !!!

Incapable de bouger mon corps ou d’émettre le moindre bruit, à part bouger mes yeux et transpirer abondamment, je ne pouvais pas réagir de quelque façon que ce soit.

L’homme masqué, sans la moindre hésitation, d’un geste calculé, attacha l’anneau à ma tête.

No
n, arrêtez, sérieusement, arrêtez !

Si les aiguilles sortaient maintenant, qu’allait-il arriver à ma tête ?

Vu leur longueur, elles pouvaient facilement atteindre mon cerveau, et il y en avait 7 !

J’allais mourir, j’allais sûrement mourir.

La peur de la mort s’empara instantanément de moi, mais je ne pouvais pas me débattre et résister. Même un spectacle honteux de pleurs, de cris et de tremblements ne m’était pas permis.

En seulement quelques secondes, l’anneau fut installé sur ma tête.

Arrêtez, pitié arrêtez —–

Sans que je puisse crier, un *kashun* se fit entendre.

Et je perdis connaissance.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                    Chapitre Suivant

Accueil

6 pensées sur “Kuro no Maou – Chapitre 1

  • 13 mai 2016 à 17 h 41 min
    Permalink

    J’arrive pas a comprendre ce qu’il veut dire par installer l’anneau sur la tete

    Répondre
    • 13 mai 2016 à 17 h 44 min
      Permalink

      Ce n’est pas un anneau dans le sens d’une bague. En gros c’est une sorte de couronne, à l’intérieur de laquelle sort des aiguilles s’enfonçant dans la tête.

      Répondre
  • 12 août 2016 à 18 h 09 min
    Permalink

    Oi’oi vous voulez qu’il se pisse dessus ???? Super dangereux votre truc la 0_0

    Répondre
  • 26 mars 2017 à 12 h 13 min
    Permalink

    Les mec ils parlent arabe dans un monde Fantasy okalme

    Répondre
    • 26 mars 2017 à 12 h 16 min
      Permalink

      C’est surtout que l’auteur devait chercher un langage qui fasse vraiment fantastique ^^
      Et je pense que pour un Japonais, on fait difficilement plus fantastique que l’écriture arabe x)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :