En attendant le Hellfest et ses nombreuses têtes d’affiches qui sentent bon les années 80 (la plupart du temps), il est tant de replonger dans le bon vieux hard rock de papa, mais avec des groupes plus récents ! Ce soir, c’est Kissin’ Dynamite et Blackrain qui viendront nous donner notre dose de glam-metal !

– Blackrain –

Blackrain - Romain Keller pour Error404

Blackrain vient nous montrer ce soir que le glamrock français n’est pas mort, et que même si la scène est ultra underground et qu’il y a peu de groupes sur le créneau, ceux qui sont là sont prêts à tout casser ! Cheveux dans le vent et en arrière avec leurs bandanas, le groupe est on ne peut plus dans le cliché. Ça tombe plutôt bien, puisque nous sommes venus pour cela ce soir !
Même si le glam se veut très coloré en général, ici il y avait très peu d’éclairage ce soir. Quand il y avait de la lumière sur scène, c’était plutôt blanc/naturel que coloré et extravagant, pour le malheur de notre ami le photographe !

Le groupe a voulu se concentrer sur la musique pure et dure et notamment leur dernier album Dying Breed sorti le 13 septembre dernier.

« Est ce que ça chope ce soir? » s’exclame Swan, assez avenant et blagueur. « Est-ce qu’on arrive à chauffer ? On est là pour vous chauffer nous ce soir ! ». Le public lui rend d’ailleurs bien « OUAAAAAAAIS » « On s’en fout de Kissin’ Dynamite, vive Blackrain ! »

Nobody Can Change, chanson la plus heavy du set, viendra conclure le set des français qui auront joué tout de même près de 50mn, soit presque autant que le groupe principal au final !

– Kissin’ Dynamite –

Kissin' Dynamite gif du concert - Romain Keller pour Error404

Alors que de grandes dynamites au dessus des enceintes à gauche et à droite de la batterie prennent place, Hannes et sa bande débarquent en trombe sur leur plus gros tube dès le début I’ve Got The Fire.

Comme tout bon groupe allemand qui se respecte, Johannes tente de parler avec nous en français. Même s’il n’a pas le niveau de l’ami Attila, il se débrouille plutôt bien aussi et communiquera toute la soirée dans la langue de Molière ! Sympa de sa part !

On ne sait pas si c’est le glam qui voulait ça, mais Hannes avait des « surréactions » assez fréquemment. Pendant tout le concert, on nous a répété qu’on était meilleur que l’Allemagne d’où il venait hier, que le public français était fou, que c’était le meilleur… Il restait stupéfait devant le public pendant de longues secondes à halluciner devant la salle, bien remplie, il faut le dire !

Les tubes s’enchainent, DNASex Is War… jusqu’à l’arrivée d’une very special guest sur la date… Anna Brunner ! La chanteuse du supergroupe symphonique (composé notamment de l’ancienne chanteuse d’Avantasia et d’Epica, Amanda Somerville) Exit Eden participera aux deux titres suivant : Ecstasy et Sleaze Deluxe avant de quitter de nouveau la scène. C’est une bonne surprise pour les fans puisque Anna participe aussi sur la version studio d’Ecstasy. Le mélange des envolées lyriques d’Hannes et Anna fonctionne bien et le rendu est top. D’ailleurs, le son de la salle ce soir sera vraiment au top tout du long. GG à l’ingénieur son de la soirée qui aura fait un travail irréprochable !

L’histoire des russes.

Vous le savez, en France, on aime bien blaguer sur nos amis les russes. Il semblerait que nous ne soyons pas les seuls puisqu’Hannes nous racontera une anecdote plutôt peu banale ! Pour le prochain morceau, le groupe avait besoin d’un piano à queues. Il nous racontait donc qu’il avait eu besoin de 70 russes payé avec de la bouffe pour descendre l’escalier menant à la salle de concert (la salle étant dans la cale d’un bateau)

A la fin de cette petite pause paisible dans le concert, on entend retentir une alarme. Une voix parle au batteur alors seul sur scène et debout sur sa batterie. Le groupe revient avec un énorme drapeau noir orné du logo de Kissin’ Dynamite.

I Will Be King sera le dernier morceau de cette soirée. Hannes, de nouveau sorti de scène, revient vêtu d’une cape et d’une couronne. Un grand trône aura été installé sur scène. On aura le droit à une petite scène théâtral avec le roadie qui tient sa cape. Il lui demandera alors de se prosterner devant son roi et de quitter la scène pour aller au fond de la salle en slam. Evidemment, cela ne se produira finalement pas…. Le dernier titre est toujours joué en trombe, dans une ambiance toujours folle : tout le monde chante et danse et c’est très festif ! Le banquet du roi clôture avec beauté cette bonne heure de show.

Kissin' Dynamite en roi !

Le rappel

On aura le droit à un petit rappel (raccourci d’un titre selon ce qui était prévu, la faute au couvre feu) sur You’re not alone et Flying Colours. Anna Bruner débarquera une ultime fois aux côtés de Kissin Dynamite pour le dernier titre !

Le groupe finit donc par quitter la scène en dansant. Hannes montera debout sur les manches des guitares des guitaristes du groupe. Le groupe repartira en dansant en promettant de revenir au plus vite chez nous !

Le glamrock était à l’honneur ce soir, et quel honneur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :