Bonjour/Bonsoir ! Parlons de Killing Eve, une série drôle, haletante, violente et terriblement féministe.
Killing Eve, c’est l’histoire d’Eve, une agente du MI5 qui va devoir traquer une psychopathe tueuse professionnelle. Connue sous le nom de Villanelle qui adore se mettre en scène et qui développe une obsession pour Eve.

 

  • Des actrices extraordinaires – Killing Eve c’est un trio d’actrices : Sandra  Oh (Grey’s Anatomy, Hard candy), Jodie Comer (My mad fat diary) et Fiona Shaw (Harry Potter, Colette) sont toutes les 3 des actrices trop peu connues car extraordinaires.
    La posture, le ton de la voix, l’accent russe de Jodie Comer, le mouvement de sourcil de Fiona Shaw pour exprimer tous ses sentiments tout en restant de marbre, l’expressivité de Sandra Oh.
    Chacune des actrices a embrasé son personnage pour ne plus voir que Villanelle, Eve et Carolyn.

 

  • Une histoire haletante – C’est le jeu du chat et de la souris version moderne et encore plus dangereuse. Mise en danger de son couple, de ses ami-e-s et… de sa vie !
    La mise en scène et la réalisation laisse peu le temps de respirer. Le rythme est soutenu même dans les bureaux où les discussions en apparence calmes sont souvent houleuses. Le tout saupoudré de répliques cinglantes.

 

  • Le juste dosage entre violence et humour – Villannelle n’est pas tendre. En tant que professionnelle on pourrait croire que la discrétion serait de rigueur ou de tout faire passer pour des suicides. Mais non. C’est tout le contraire, Chez Killing Eve on aime le grand spectacle. Alors attention les yeux, âmes sensibles s’abstenir vous allez avoir votre dose d’hémoglobine et de sadisme (sans être insupportable). Cela peut aussi être une violence très froide et soudaine – physique ou psychologique – qui s’équilibre avec beaucoup d’humour.
    Killing Eve n’est pas une série comique pour autant, les meurtres y sont traités avec le plus grand sérieux tout comme l’enquête. Les pointes d’humour permettent d’alléger l’ambiance et de découvrir des facettes des personnages.

  • La peur des clichés –  Au fur et à mesure que la série se déroule il y a une forte attirance qui se créer enter Eve et Villanelle. Une tension sexuelle que l’on pourrait au couteau. C’est moderne d’avoir un personnage pansexuelle (qui ne fait pas attention au sexe de la personne qui l’attire) mais c’est aussi facile de tomber dans le cliché du couple lesbien dramatique à la Thelma et Louise. Aussi j’espère que Killing Eve saura doser cette attirance jusqu’au bout tout en respectant les objectifs initiaux de chaque femme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :