Tribute To John Williams : Music From the Films of Steven Spielberg

Le Grand Rex – 30/04/16

Overlook Events

13087598_972112116237686_3326635190442416796_n

Après un Final Fantasy d’une qualité exceptionnelle, la présence de Nobuo Uematsu et le chef d’orchestre Arnie Roth qui savait aussi ambiancer sa salle, on a voulu retenter l’expérience, une semaine plus tard, dans un style bien différent.

Alors, vous avez deviné ? Sinon, ne vous inquiétez pas, vous trouverez la réponse sur notre page Facebook, mais aussi juste deux lignes plus bas ! 😉

C’est donc à la séance de 15h que Foxanzu et moi-même nous sommes rendus au concert « Tribute To John Williams : Music From the Films of Steven Spielberg« , un concert qui, comme son nom l’indique, faisait hommage à de nombreux titres du célèbre compositeur John Williams. Vous savez, ce compositeur au CV si petit, qui n’a composé QUE les musiques d’Indiana Jones, E.T., Star Wars ou bien même Harry Potter. Cependant, ce concert ne se concentrait que sur les films de Steven Spielberg, donc pas d’Harry Potter ni de Star Wars… Quoique… Pour les adeptes des musiques de Williams venant d’autres films, Overlook Events a pensé à tout et une date est déjà prévue le 18 février 2017

– Prenons place dans l’antre du cinéma – 

Une affiche remplies de tête d'affiches et aucun petit groupe, drôle de festival !
Une affiche remplie de tête d’affiche et aucun petit groupe, drôle de festival !

Quel meilleur choix de salle que Le Grand Rex pour un concert symphonique basé sur le cinéma ? La salle était grandiose, les conditions du spectacles irréprochables, tout était réuni pour passer une superbe soirée. C’est donc Damien Maric, fondateur d’Overlook Events qui fera l’introduction du show en nous présentant un peu le concept. Il est producteur, directeur, mais avant tout passionné de musique, cinéma et autres joyeuseries de l’audiovisuel et cela se voyait vraiment que ce projet lui tenait à coeur et que les oeuvres qu’il produit lui plaisaient tout particulièrement, et c’est d’autant plus plaisant de voir une personne produire et organiser des choses qui le passionnent plutôt que de faire ça simplement pour l’argent comme c’est trop le cas. On voyageait dans son rêve avec lui, et on partageait même son bonheur lorsque l’invité d’honneur lui fit un cadeau plutôt original.

 

– Vous avez dit « invité d’honneur » ? –

Demi Lune, ou Data, selon vos préférences. Mais Jonathan Ke Quan avant tout !
Demi Lune, ou Data, selon vos préférences. Mais Jonathan Ke Quan avant tout !

Le concert était donné par le Sinfonia Pop Orchestra et dirigé par le chef d’orchestre Constantin Rouits, mais Overlook Events avait également pensé à l’invité d’honneur, un personnage emblématique du cinéma dont la bouille est difficilement oubliable. On parle ici de Jonathan Ke Quan, le Demi Lune d’Indiana Jones et le temple maudit ou le Data des Goonies ! Le petit garçon qui marqua sa génération nous raconta alors le déroulement de son casting : nez à nez avec Steven Spielberg, George Lucas et Harrison Ford, il débutait alors son rôle au sein d’Indiana Jones ! Des anecdotes sympathiques et un réel plaisir de partage, on ne peut qu’apprécier l’histoire. Jonathan finit par offrir des figurines issues de ces films à Damien Maric, l’organisateur de l’événement dont on a parlé juste au dessus, sous une foule d’applaudissements. 

En plus de cette surprise et de cet invité, deux autres surprises eurent lieu durant la soirée : la première fût l’interprétation en 4 minutes montre en main de l’intégrale des musiques d »Indiana Jones et le temple maudit pour fêter la venue de l’un de ses acteurs ! Un vrai tour de force de la part de l’orchestre pour réaliser cela. Enfin, le « rappel » du concert eu lieu sur le thème de Rey de Star Wars VII : Le Retour de La Force. Jamais joué en live auparavant devant le public, il permettait donc une mise en bouche pour le concert de l’année prochaine. On avait tous parié que le thème de Star Wars serait tout de même joué au vu du buzz de Star Wars VII et de la forte communauté et popularité du film… On n’en était pas loin : on pensait plus au thème de Star Wars mais finalement ce fût un morceau plus original ! 

– Bon, et si on en venait au concert ? –

On parle, on parle, mais on a encore simplement effleuré le concert en lui-même, alors venons-y ! Le concert s’est découpé en deux parties, les deux parties présentés de la même façon. Une courte vidéo sur une mappemonde où l’on suivait une sorte de trait se déplacer d’un point à l’autre et qui permettait de localiser chaque lieu culte d’un film avec l’année et un indice pour deviner à l’avance le film. Venait ensuite le titre du film pour ceux qui ne l’avait pas encore trouvé (mais ce fut rare de ne pas deviner avec les indices et les lieux), puis de nombreuses caméras faisaient à tour de rôle des gros plans sur le chef d’orchestre, des solistes, des vues d’ensemble sur l’orchestre, le public, dynamisant au mieux le rendu. Oui, vous avez bien lu, de nombreuses caméras filmaient le concert ! Celui-ci a été filmé lors de la séance de 21h en direct puis est désormais disponible pour une durée d’un an (jusqu’au 30 avril 2017) sur le site de France Télévisions. On vous invite donc vivement à y jeter une oreille si vous n’aviez pas l’occasion d’y être !

Bon okay, Jonathan Ke Quan, c'est plutôt ça au jour d'aujourd'hui...
Bon okay, Jonathan Ke Quan, c’est plu
tôt ça au jour d’aujourd’hui…

On voyait grâce à ces caméras que le travail de l’orchestre était considérable, que tous les membres étaient à leur concentration maximale, et surtout qu’il n’y avait pas l’ombre d’un amateur dans l’orchestre. C’était propre et irréprochable de ce niveau là, et le prix de l’événement était donc totalement justifié au vu du nombre de musiciens talentueux présents ! 

Cependant, le public a été moins réceptif et énergique sur cette représentation de John Williams de 15h que Final Fantasy à 20h la semaine passée. Cela pourrait en partie s’expliquer par un choix de diffusion d’images qui ne renvoyait le concert que sur le concert. On nous diffusait à l’écran ce qu’on voyait déjà sur scène, à l’inverse de Distant Worlds la semaine passée où nous traversions les âges et prenions plaisir à redécouvrir de nombreuses scènes et cinématiques du jeu. Le concert aurait peut être été encore plus fantastique qu’il ne l’était avec les scènes des films joués (voire même mélangés aux passages live filmés pour la rediffusion sur Internet). Bien que toutes les personnes présentes connaissaient les films et les musiques, quoi de mieux que de pouvoir associer le son à l’image ?

On espère que ce format, à l’image de celui de Distant Worlds, sera adopté pour la prochaine représentation de John Williams l’an prochain. En tout cas, je pense que toutes les personnes présentes ce soir là vous le diront : c’est un concert d’exception de plus de 2h30 et remplie de surprises que nous a offert ici Le Grand Rex et Overlook Events, et on a hâte de les retrouver les 7 & 8 octobre prochain pour un concert d’un tout autre genre : Le Symphonic Evolutions, un concert basé sur les musiques de la licence Pokémon ! 20 ans de la saga Pokémon, ça se fête ! A très vite le Sinfonia Pop Orchestra pour d’autres superbes soirées !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :