Aujourd’hui, et à l’occasion du prochain album de Bullet For My Valentine, Gravity, et de leur passage au Hellfest en juin et sur Paris (accompagné de Of Mice & Men) en novembre, nous avons rencontré Jason Bowld, récent batteur du groupe gallois !

M : Salut Jason, comment tu vas ? Alors, tu es le batteur de Bullet For My Valentine depuis un moment, c’est ça ?

J : Oui, j’ai joué avec le groupe depuis la fin de 2015 mais je suis devenu membre du groupe officiellement l’année dernière

M : Tu es content d’avoir rejoint Bullet ?

J : Absolument ! Jouer avec le groupe s’est fait petit à petit, Ç’a été une progression de jouer avec le groupe, mais je ne pourrais pas être plus heureux, je fais partie de quelque chose de spécial maintenant.

M : Comment t’ont-ils reçu ? Tu les connais d’où ?

J : En 2010 je les ai rencontrés lors d’un show au Royaume-Uni, avant, j’étais musicien de session, et ensuite on m’a demandé de les dépanner et je me suis lié d’amitié avec Matt. On a fait un album ensemble dans le groupe AxeWound. Puis j’ai de nouveau joué avec eux selon les circonstances et me voilà.

M : Venom a déjà 3 ans, est-ce que tu peux nous en dire plus sur la sortie d’un prochain album maintenant ! [ndlr : L’album n’avait pas été annoncé lors de l’interview !]

J : Oui, notre nouvel album s’appellera Gravity, c’est une combinaison de 8 mois de travail, d’expérimentations qui partent dans plusieurs sens pour donner quelque chose / des moments / qui est le plus heavy metal de Bullet et qui a les passages les plus mélodiques également, on en est vraiment fiers. Il y a toujours des moments d’incertitude, des désaccords au sein du groupe où tu essaies de convaincre les gens, est-ce qu’on fait la bonne chose ? Mais aujourd’hui on sait que c’était la bonne chose parce que le résultat est génial. Dans n’importe quel groupe il y a des petites frictions au moment de l’écriture, c’est normal, parce que si tu ne galères pas, la créativité ne va pas prospérer (to thrive).

M : En fait vous essayez de créer un « ancien bullet » avec de nouveaux ingrédients ?

J : Oui c’est ça le challenge. Et c’est plus difficile que pour « Real ». On a eu aussi des incertitudes sur l’écriture, est-ce que c’est trop naze, trop électronique, trop décontracté ? Mais quand on regarde les anciens albums de Bullet, on ne peut pas vraiment dire que c’est un groupe de Metalcore, ou de trash metal parce que Bullet a des aspects très diversifiés comme du scream, une grande variété de sons différents. Bullet est plus qu’un groupe de metal. C’est génial de pouvoir exploiter tout ça, d’essayer toutes les directions, il est plus facile de se concentrer et de le digérer, qui est largement dû par le contenu lyrique. C’est très facile de ressentir les ondes de l’album.

M : Matt avait dit en 2016 que le groupe n’allait pas laisser tomber la guitare pour le clavier et pourtant on a du clavier, qu’est-ce que tu en penses de tout ça ? C’est uniquement Matt qui compose ou tout le groupe ?

J : La composition de la musique vient du chanteur, et c’est Matt. S’il n’apprécie pas la musique, c’est impossible pour lui de la chanter. On a tous contribué en donnant 6 ou 7 idées, mais elles n’allaient pas, car elles étaient trop plates, se ressemblaient trop…  Le cœur était en fait une partie d’un metal jam qu’on avait fait un peu plus tôt. C’est un travail de discussion, ce n’est pas un travail solo quand même en tout cas.

M : Dans l’album Gravity, il y a de supers morceaux heavy metal comme « Don’t … » sorti en 2016, « Piece Of Me », « Letting you go » et des morceaux plus calmes, ballades,  « Breath Underwater », « Coma », « Gravity »… Comment ressens-tu le mix entre les morceaux très heavy et ces morceaux plus calmes ?

J : Les deux font un très bon mix, c’est un album très éclectique, et je pense que c’est aussi la bonne période, parce que les gens qui « stream » de la musique  (qui utilisent les plateformes de streaming) choisissent leurs musiques préférées de tel artiste ou tel artiste. Donc on est arrivé à une période où la musique est plus diversifiée. Je pense que le caractère éclectique de l’album est d’actualité et toutes les chansons suivent un fil conducteur. Elles sont très contrastées car il y a à la fois des moments les plus heavy mais aussi les plus légers qu’il n’y avait jamais eu dans les précédents albums. Il y a un milieu (8 :50) très fort qui t’apporte plusieurs émotions et une bonne fin très émotionnelle elle-aussi.

M : Je veux juste te parler de Gravity, qui est le nom de l’album mais aussi d’une chanson,  pourquoi ce nom ?

J : Il n’y a pas de raison profonde derrière… Fever Venom, Poison, Gravity… *rires*

M : Peux-tu nous parler de la couverture de l’album, je ne l’ai pas vue encore…

J : Elle est très différente des autres. On a voulu apporter du frais partout, mais on va garder la surprise.

M : Je n’ai pas entendu de solos de guitare dans l’album, pourquoi ?

J : On change de format. Les bonnes musiques sont un mélange d’un peu tout, une musique est un groupe de trucs allant ensemble. Ce n’était pas nécessaire ça n’ajoutait rien aux nouvelles musiques, donc on a pas mis de solos.

M : Quelle est ta musique préférée de l’album si tu ne devais en garder qu’une ?

J : C’est pas facile, ça change tout le temps, mais peut être Piece of me. C’est vraiment cool à jouer en tant que batteur.

M : Quelle sera ta préférée en live à ton avis ?

J : J’ai hâte de jouer « Over it », « Piece of me » bien sûr, je ne veux pas avoir trop d’attentes/expectation car on ne sait jamais…

M : Quel va être le premier single de Gravity ?

J : C’est Over It le premier puis Piece of Me, Letting You Go et Under again.

M : On attend avec impatience de vous voir. A propos des lives, vous serez au Hellfest, mais j’ai remarqué que vous n’êtes pas venus à Paris depuis 2015…

J : Oui, on essaye de faire ce qu’il faut. On veut faire la tournée Europe-France d’ici la fin de l’année. Ce n’est pas qu’on ne veut pas venir, on adorerait. [ndlr : Ils seront de retour avec Of Mice & Men le 6 novembre !]

M : Est-ce que tu sais déjà quelles premières parties vont jouer avec vous lors de la tournée ?

J : Non on ne sait pas encore,  on est encore en train de choisir.

M : Vous allez faire d’autres tournées ?

J : Oui, 4 semaines aux Etats-Unis, tout le mois de juin, puis au Japon, au Canada, probablement au Royaume-Uni en août/juillet, US encore en septembre puis en Europe. Peut-être même en Australie à la fin de l’année.

M : Bonne chance, ça va être difficile/épuisant !

J : Oui mais on fait ça de manière très relax, on a l’habitude maintenant ! *rires* On est déjà allé au Japon. C’est excitant, j’ai hâte d’aller dans certains pays où je ne suis jamais allé lablabla.

M : Alors c’était comment le Japon ?

J : C’était à l’occasion d’un festival, c’était incroyable…….

M : Alors qu’est-ce que tu préfères au final : enregistrer des albums au studio ou de jouer en live ?

J : J’aime les deux, les concerts c’est très cool, mais le travail d’écriture également, faire passer ses messages, savoir ce que les gens pensent de l’album… j’aime tous les aspects.

M : Tu sais déjà ce que vous allez jouer durant le festival et la tournée ? L’intégralité de l’album Gravity ? Ou juste une partie avec des morceaux plus anciens ?

J : Comme l’album va sortir fin juin, on va mettre quelques nouvelles chansons, mais aussi toutes les classiques qu’on aime jouer et que le public veut voir.

M : Vous avez joué en live à Brixton votre album The Poison, comment c’était ?

J : C’était pour leur 10 ans, c’était génial. On a fait deux nuits à Brixton, une où on a refait tout The Poison et l’autre plus classique, ça c’est super bien passé, c’était complètement dingue !

M : Tu étais un peu nostalgique ?

J : Oui un peu, Poison était un album spécial, de choses super ont été faites et c’est vraiment le point de départ du groupe sur pleins d’aspects aussi.

M : Donc tu as pu jouer avec eux cet album alors que tu ne faisais pas encore partie de Bullet quand ils l’ont sorti. Tu t’es senti honoré de pouvoir jouer cet album ?

J : Oui bien sûr, on était en tournée, et on m’a demandé si je voulais jouer cet album, j’ai dit oui, sans hésiter !

M : Merci pour tes réponses ! J’ai encore quelques questions à te poser pour le site Error404. Dis-moi la première chose qui te vient à l’esprit quand je dis « ton groupe préféré en ce moment » et pourquoi ?

J :  Nine Inch Nails. J’aime le contraste dans la musique, un peu comme notre dernier album. J’aime les différentes émotions que l’on peut ressentir.

M : Ta série préférée ?

J : Oula, ça change beaucoup… Je dirais Peaky Blinders en ce moment.

M : Ton jeu vidéo préféré ?

J : Fifa. On y joue avec le groupe pendant les tournées.

M : Tu gagnes souvent ?

J : J’y joue pour le plaisir surtout. Etre au milieu c’est le top. *rires*

M : Qui est le mec le plus drôle du groupe ?

J : Michael Padget est un gars marrant, il a un grand sens de l’humour et il ne s’en aperçoit pas parfois, et c’est ça qui le rend si marrant.

M : Merci pour ton temps, on te souhaite le meilleur et on a hâte de te voir en concert avec Bullet à la fin de l’année, on sera là. Est-ce que tu as un dernier mot pour tes fans ?

J :  Oui, j’aimerais leur dire, merci d’avoir été patient pendant que nous écrivions le dernier album et on espère qu’ils vont l’aimer autant que nous avons aimé le faire. C’est le travail le plus honnête qu’on ait fait. Alors on espère qu’ils vont l’aimer…

M : Oh on va l’aimer!

J : … et l’acheter ! *rires*

M : On va l’acheter aussi. J’ai une petite anecdote personnelle, j’ai tous les albums du groupe, CD ou vinyles, et  la première musique metal que j’aie écouté c’était Hand of Blood.

J : C’est un très bon choix !

M : C’était plutôt du hasard *rires*, c’était il y a une dizaine d’années et ce fut une révélation. Je suis probablement tombé dans le metal grâce à Bullet. C’est super de voir le groupe évoluer aussi.

J : Oui, il faut être juste avec les fans, on doit respecter ça. C’est un challenge, on ne sait jamais ce que les nouveaux albums vont donner.

M : Merci beaucoup Jason

J : Merci à toi, faut vraiment que j’aille aux toilettes maintenant ! *rires*

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :