Nous avons rencontré le groupe TRANK début septembre à l’occasion de la sortie de leur premier album The Ropes. Entre deux sprints dans les couloirs de Chatelet, Julien et Johann nous ont fait le plaisir de répondre à nos questions dans cet entrevue ci-dessous. Et z’est partiiiiiiiiii !!!

source : https://www.trankmusic.com/?lang=fr

 

Error404: Bonjour Johann et Julien et bienvenue sur Error404 ! 

TRANK: Bonjour ! 

Error404: J’ai beaucoup appris sur le groupe en lisant votre site web qui est très complet et très intéressant, notamment sur la formation du groupe et vos influences musicales. 

TRANK: Merci beaucoup ! 

Error404: Par contre je n’ai pas trouvé l’origine du nom TRANK, est-ce que vous pourriez nous expliquer comment vous est venue ce nom ? 

Julien (guitare) : On peut dire « tranque » ou « traink ». (ndlr : genre tu trinques ton jaune avec Pagnol après la défaite du PSG contre le Bayern)

Johann (batterie) : Alors… c’est le moment embarrassant de la discussion. J’ai malheureusement l’obligation de dire que ça vient de moi. On discutait par textos interposés comme on le fait beaucoup chez TRANK, et on cherchait des noms de groupe. L’un d’entre nous avait proposé « Blank » qui veut dire blanc en anglais, mais ça donnait l’impression qu’on avait pas d’idée, un blanc, c’était pas terrible. Un autre d’entre nous a dit « Prank », qui est une farce, mais qui ne nous convenait pas non plus. Du coup j’ai proposé le mot « Trank », c’est comme un tank, mais tranquille. 

Trank: +100 defense, +100 atack, -1 speed : ItemShop

(ndlr: Selon Google, voici ce qu’est un Trank. Tchou tchou motherfuckers !!!)

 

Error404: D’accord !  

Johann : C’est embarrassant de le dire, mais tous les trois m’ont dit que c’était génial alors qu’en fait c’était plus une blague qu’une vrai proposition. Donc il n’y a pas vraiment de grosse signification provenant soit d’un autre langage ou d’une culture obscure, ça vient juste d’une blague. 

Error404: C’est tout de même en rapport avec votre style de musique vu que vous dîtes que vous faîtes pas du métal mais à peu près, donc ça va bien ensemble. En parlant de métal, vous qualifiez votre musique comme « du silicium, pas du métal, mais presque », et vous valsez avec d’autres styles musicaux comme la new wave ou encore le métal moderne. Est-ce que ce mélange des styles est important pour vous, est-ce qu’ils vous inspire ou est-ce qu’il vient naturellement lors de l’écriture de vos morceaux ? 

TRANK : C’est pas une volonté de notre part de brouiller les cartes, on a tous des inspirations différentes et une culture musicale variée. Et comme on vient de directions différentes, chacun apporte ses idées et puis après on travaille dessus pour voir ce qui marche ou non. Mais au global, notre objectif est de ne pas se poser de barrières. Pour nous, une bonne chanson reste une bonne chanson, peu importe son style. Si ça nous fait plaisir de la jouer, alors on va la faire. On essaye quand même de trouver une cohérence avec le son TRANK en général, on va pas se mettre à faire de la polka demain, mais on essaye de rester ouverts. D’une part parce que si on fait quelque chose qui sonne bien, pourquoi s’en priver, et d’autre part parce que ça nous aide à gérer les dynamiques d’un album ou d’un set live pour ne pas fatiguer l’auditeur avec toujours le même style et de varier les plaisirs, et on s’y retrouve tous, du moment que ça marche. 

Error404: Par conséquent, est-ce que vous vous voyez sortir un album dans un registre tout autre ? 

Johann : Ce serait plutôt continuer de faire des albums qui soient variés dans les styles. Après on sait pas ce qui va nous venir comme idées pour les prochains albums, mais on aime bien cette variété sur un album. Au lieu de se dire « faisons un album rock, puis un album pop », on va plus mélanger les deux ensemble.

Julien : Comme ça ça nous permet de passer par différentes émotions. Il y a quand même un côté cinématographique à travers cet album. Que ce soit dans une même chansons où il y aura différents passages un petit peu plus calmes avant de revenir sur quelque chose de dur pour justement éviter qu’à l’oreille ça soit tout le temps à fond. C’est pour ça qu’il y a un énorme intérêt à écouter l’album du début à la fin, ce qui est un peu plus rare, mais ça permet vraiment de passer par toutes ces émotions-la, et l’alternance entre passages doux et passages durs donne à réfléchir et de se poser la question : «  qu’est-ce que j’ai ressenti en écoutant ce titre-la ».

Error404: Votre premier album s’intitule The Ropes et est disponible depuis le 15 septembre. Si vous deviez le décrire en quatre mots, lesquels choisiriez-vous ? 

Johann : À part Génial et Légendaire ? 

Error404 : Ça va sans dire. 

Johann : Je dirais Mélodie, Gros son on va dire que c’est qu’un seul mot… 

Julien : Ouais il y a deux ’s’, Grosson.

Johann : *rires* Ah oui je vois. Donc Grosson, Texture, et puis comme tu disais, cinématographie, dans le sens où on raconte une histoire, sans être un concept album. Est-ce que tu valides mes quatre mots ? 

Julien : Oui, ce sont quatre bons mots. La sortie du clip du single The Ropes, du même titre que l’album, a suivi celui-ci. Et il y a un côté vraiment cinématographique, avec un contraste entre le blanc des artistes shibari et le violet des cordes qui permet de mettre les cordes en sur brillance par rapport à l’individu qui s’y soumet et qui illustre les paroles de la chanson. 

Error404 : Maintenant que votre album est sorti, avez-vous d’autres projets de prévus ?

Johann : Nous allons faire une release party de l’album le 7 novembre au CCO de Villeurbanne à Lyon, qui est une salle très sympa dans laquelle on a joué il y a deux, trois ans. On sera avec deux autres groupes de la région lyonnaise, Perseide d’un côté et Stereotypical Working Class de l’autre. Et malheureusement c’est le plus loin qu’on puisse imaginer pour tout ce qui est concert en ce moment. Mais on a d’autres clips en préparation qui vont sortir dans les prochains mois. Vu qu’on a très peu de visibilité sans les concerts on croise les doigts pour pouvoir jouer dans les festivals l’été prochain, mais en parallèle on compose toute l’année donc on est déjà en préparation pour le prochain album, comme ça on peut faire évoluer les morceaux au fil du temps, on se donne le temps de composer pour pouvoir les peaufiner. 

Error404 : Malheureusement on peut pas passer à côté de l’événement principal de l’année 2020, est-ce que le confinement vous a bloqué dans votre travail ou vos projets, ou justement est-ce qu’il vous a aidé à travailler ? 

Johann : Ça nous a pas bloqué, ça nous a frustré. on pouvait pas faire de concerts ni jouer ensemble, par contre le procédé de composition qu’on utilise est resté le même puisqu’on s’est envoyé les différentes pistes entre nous. Par contre on a pas pu bosser les morceaux ensemble et c’est ce que nous faisons en ce moment. 

Julien : On est frustré de pas pouvoir montrer ce travail et de pouvoir en profiter avec le public, et de voir l’été qui est tombé, c’était assez triste. Le fait de voir la réaction des gens permet de tester la chanson et puis de les voir nous découvrir au début du set puis sauter et danser au fur et à mesure est un énorme retour suite au travail qui est fait. 

Error404: Du coup ça vient du fait que vous êtes déjà expérimentés dans le milieu de la scène. Mais vu que vous êtes un nouveau groupe, est-ce le côté promo a été impacté ou alors est-ce que ça a été une force pour vous vu que les gens étaient disponibles pour vous découvrir ? 

Johann : Toute l’industrie musicale a été mise au ralenti, surtout avec les insécurités financières qui ont surgies. Quand on a peur de pas finir le mois avec son entreprise, on a pas trop la tête à aller faire des découvertes musicales. Mais c’est pour ça qu’on a publié pas mal de contenu sur les réseaux sociaux pendant l’été, vu que les gens osnt chez eux, ils s’occupent et doivent passer un peu plus de temps que d’habitude sur les réseaux sociaux. Personne ne sait vraiment sur quel pied danser et ça n’a pas encore trop repris à 100%, mais on s’est adapté en créant plus de contenu vidéos sur Youtube et Instagram. 

Error404 : Auriez-vous des recommandations musicales à nous partager ? 

Johann : Il y a un groupe que j’ai découvert mais que je connaissais déjà de nom qui s’appelle The Pineapple Thief, qui est un peu dans le style de Porcupine Tree, plutôt en Prog Rock, et je trouve qu’ils font des trucs vraiment intéressants. 

Julien : De mon côté j’ai profité du confinement pour regarder pleins de films, et c’est la musique des films qui m’a mis à la musique, pour ensuite passer aux groupes. J’ai beaucoup écouté M83, qui est totalement différent de ce qu’on fait, mais c’est ce côté cinématographique qui m’a bien intéressé. 

Error404: Chez Error404 nous aimons beaucoup parler de la pop culture, et donc pour clôturer cet interview, pourriez-vous nous parler d’un film, une série ou un jeu qui vous a marqué ? 

Julien : En série je dirais Black Mirror pour la combinaison de la technologie et de de la science-fiction, et de voir ce que le monde pourrait devenir si on extrapolait une technologie particulière. Ça finit rarement bien *rires*. 

Johann : Un jeu vidéo ? À part Super Mario ? 

Error404 : Super Mario est un jeu très bien qui rassemble les foules ! 

Johann : Je suis très d’accord. 

Julien : Au niveau jeux-vidéos, je préfère les indés aux blockbuster. Par exemple la série des Walking Dead m’avait vraiment pris aux tripes parce qu’on passait vraiment dans la sensation. Il y avait aussi The Witness, qui est une succession de puzzle dans un monde magnifique où tout est à découvrir, et il faut solutionner les puzzles sans qu’on nous les explique. C’est par le Game Play qu’on comprend. 

Error404 : Merci beaucoup pour ces réponses, votre album The Ropes est disponible à l’achat et en streaming, et on vous dit à très bientôt (le plus tôt possible) sur scène ! 

 

https://www.trankmusic.com/?lang=fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :