On a rencontré le groupe Toybloïd début juillet. Voici notre entrevue avec Madeleine Loiseau, bassiste et chanteuse au sein du groupe !

Max : Salut Madeleine, tu peux te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas encore ?

Madeleine : Moi je m’appelle donc Madeleine, je joue de la basse et je chante dans le groupe Toybloïd !

Max : Un groupe dont on va parler aujourd’hui, justement ! Alors, Toybloïd ça fait un moment que ça existe non ?

Madeleine : Oui, ça fait déjà 13 ans ! Le premier concert c’était le 1er juin 2007… Ouahlalaa! On sort enfin notre deuxième album ! Oui, tu peux nous juger d’avoir sorti seulement 2 albums en 13 ans….

Max : Donc le dernier album, Modern Love, est sorti fin juin, tu peux m’en parler ?

Madeleine : Oui ! C’était un processus très chouette car on a fait un premier album en 2016 qu’on a enregistré à Londres dans un studio analogique. Notre manager nous avait poussé à faire ça, et c’était une super expérience… Mais on s’est rendu compte par la suite qu’on avait pas du tout envie de le refaire comme ça. Au final, on avait plus les mêmes aspirations pour le groupe qu’avec notre label et notre manager, donc on a monté notre propre label, on a embauché les gens avec qui on voulait travailler, et donc ça a énormément accéléré tous nos processus de création !

Pendant les 4 ans entre les deux albums, on a eu tout ce processus et cette « reprise en main » pour faire de nouvelles choses. On a donc écrit un nouvel album, et on a tout de suite travaillé avec Fred Lefranc qui est le réalisateur de l’album. Il est intervenu très tôt dans les morceaux et il a fait un énorme travail de pré production avant l’enregistrement. L’enregistrement a été long aussi car au lieu de faire 2 semaines de studio complet en jouant les morceaux façon « live », on a éparpillé les prises en studio et on a tout pris piste par piste. On a tout étalé pour prendre le temps de digérer chaque partie.

Max : Tout le monde participe au sein du groupe pour la composition des morceaux et de ses « propres lignes » musicales alors ?

Madeleine : Alors, oui, même si c’est Lou (chant) qui fait quand même la plupart des choses. Elle s’occupe de pratiquement tous les textes et la mélodie ou le refrain, puis on les travaille ensuite tous ensemble.

Max : La musique en live de Toybloïd, c’est assez naturel et authentique, c’est ce que vous préférez faire ?

Madeleine : On adore les concerts, ça c’est clair. Plus on en fait, plus on kiffe. C’était pas gagné car on est tous des gens très timides à la base, mais sur scène c’est le moment de se libérer ! On est sûrs de nous sur scène en fait. Sans être prétentieux ni rien, mais je veux dire qu’on est super à l’aise, on s’écoute, on sent que c’est efficace. On a conscience aussi d’être principalement des nanas, et c’est pas forcément anodin d’avoir deux nanas sur le devant de la scène à brailler dans un micro !

Max : C’est vrai qu’en France il y a assez peu de filles dans l’univers du rock… D’ailleurs, vous êtes l’un des rares groupes français à avoir eu la chance de fouler le Stade de France. Ca fait quoi de jouer devant autant de monde ?

Madeleine : C’est fou ça, hein ? C’était incroyable, et on remercie Indochine de nous avoir pris très souvent en première partie pour les Stade et les Zénith, et c’était complètement fou ! C’est ce qui nous a permis de rester équilibré dans le groupe. On a toujours fait de très grandes salles comme ça, puis le lendemain on se retrouvait dans un tout petit bar perdu à Dijon où on est collé au public, genre tu dois lever ta basse pour que le mec aille aux toilettes… Le Stade de France c’est un super moment aussi, mais c’est plus impersonnel. Les gens sont à 5/6m de toi donc c’est moins évident de créer un lien. Le mélange des deux, c’est vraiment le top, et je pense que c’est en partie grâce à ça qu’on est toujours là, car faire que l’un ou que l’autre, ça nous aurait probablement saoûlés !

Artwork de l'album "Modern Love"
Artwork de l’album « Modern Love »

Max : L’album s’appelle Modern Love… C’est quoi pour toi alors l’amour moderne ?

Madeleine : C’est tout simplement de dire que l’amour n’a pas de règles : si t’es hétéro, c’est très bien, si t’es homo, c’est très bien et j’en passe… Tout est possible et rien n’est tabou ni interdit. A partir du moment où t’as des sentiments, bah t’es pas chelou, oublie tout de suite, t’es tout à fait normal et c’est super OK ! Ca fait partie aussi de notre prise de conscience entre les deux albums. Sur le premier, on revendiquait pas grand chose en fait, on a juste fait du rock pour nous faire kiffer. Là, on a fait la même chose, mais en passant un message en plus ! Avant nos interviews duraient 3 minutes car on avait vraiment rien à dire, et maintenant tu vois, ça fait déjà 10 minutes et on est toujours là *rires*. Après on est pas donneurs de leçons, on essaye juste d’envoyer un maximum de messages bienveillants, et on espère que les gens les recevront comme ça !

D’ailleurs, on revendique aussi le fait d’être une fille et de vouloir faire du rock ! Ca peut paraître normal mais en fait pas forcément. Quand j’étais ado j’ai eu du mal à me mettre à la guitare. Mes deux frangins en faisaient, mais de moi même j’osais pas m’y mettre, alors que personne ne m’en a jamais empêché, mais j’étais comme « formaté » par la société, toute seule dans ma tête. En y repensant maintenant, c’est complètement débile. J’ai percuté ça y’a pas si longtemps, et j’ai grandi dans une famille ouverte, alors j’imagine même pas dans une famille plus stricte et plus fermée, ça doit brider des tas de jeunes filles de s’exprimer !

Une fois on a fait un concert, et y’a une mère et une petite fille qui sont venus me voir en me disant que la petite voulait se mettre à la guitare, et ça m’a fait vraiment trop plaisir de voir ça !

Max : Tu as une chanson préféré sur l’album ?

Madeleine : Oh, c’est difficile comme question *rires*

Max : Ahah, c’est comme choisir entre tous ces bébés, non ?

Madeleine : Ouais c’est un peu ça ! En vrai, je n’ai pas de préférée, mais je suis très attaché à Shiny Kid puisque c’est moi qui l’ait écrite. Elle parle d’une histoire très personnelle et je suis contente d’avoir pu sortir tout ça de moi !

Max : Le confinement et le covid, ça vous a touché personnellement alors ?

Madeleine : Carrément, on était en pleine tournée avec UltraVomit. On a fait 8 dates trop cool, puis en allant vers Lyon le 13 mars, on a fait demi-tour : tournée annulée. On a aussi dû décaler la sortie de l’album par exemple. Globalement tous les festivals sont décalés d’un an, donc tout ce qu’on avait prévu est maintenu, mais c’est vrai qu’on ne sait pas trop comment on va faire vivre l’album jusque là *rires*. On a décalé notre Maroquinerie prévue en mai au 16 septembre… On était tout fier en le décalant, mais tu vois, là on est en juillet et on est déjà plus trop fiers… On espère que ça aura lieu !

Max : Sur Error404, on ne parle pas que de musique, mais de séries, films, jeux vidéo et bien plus ! Du coup, je vais te poser quelques questions plus personnelles… Tu as eu un coup de coeur récemment ?

Madeleine : Oui ! En me perdant dans mes recommandations YouTube, j’ai découvert « The Big Moon ». C’est un groupe de 4 nanas anglaises complètement fou ! Elles ont déjà fait 3/4 albums et j’ai trouvé ça vraiment super bien ! C’est assez rock, mais avec pas mal de claviers.

Max : Un film de chevet peut être ?

Madeleine : Je suis super fan des films de Jacques Tati. Mes parents me montraient que des vieux films français quand j’étais petite *rires*. J’adorais les Monsieur Hulot !

Max : C’est la première fois qu’on me sort des classiques français, la classe ! Une série peut être ?

Madeleine : Alors, c’est marrant que tu m’en parles, car j’ai découvert hier soir une série sur Arte qui s’appelle « Lost In Traplanta » et c’était génial ! C’est un français d’Aubervilliers qui parle à Atlanta. En gros, une nana quitte le héros et lui dit qu’elle veut bien rester avec lui seulement si il arrive à reformer le groupe OutKast, qui est basé à Atlanta, le coeur de la trap music ! Il rencontre plein de gens là bas et ça retrace l’histoire de la trap là bas. C’est plein de petits épisodes de 5 minutes, c’est super frais et vraiment cool !

Max : Allez, on finit avec un jeu vidéo comme il y a une Game Boy dans votre dernier clip ?

Madeleine : Un de mes ex petit-ami m’a collé devant Portal en lui demandant ce que c’était que ce truc… et en fait je suis resté 4h devant et j’ai adoré ! En fait, je suis sûr que j’adorerai les jeux vidéo, mais j’ose pas m’y mettre car j’ai peur de m’y perdre et d’y passer tout mon temps ! *rires*

Retrouvez Toybloïd sur les réseaux sociaux !

FacebookTwitterInstagramYouTubeSpotify

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :