Aujourd’hui, on vous propose l’interview d’un groupe de rock mythique américain qui n’a pas encore foulé les terres françaises pour un concert malgré près de 20 ans d’existence ! Three Days Grace vient de sortir son dernier album « The Outsider » et on est partis à la pêche aux infos pour vous !

Traduction par Léa Le Viennesse, merci à elle !

Max : Salut Neil ! Ca va ?

Neil Sanderson (batteur de Three Days Grace) : Hello ! Ouais grave et toi !

Neil Sanderson, batteur de Three Days Grace !
Neil Sanderson, batteur de Three Days Grace !

Max : Aussi, ravi de te rencontrer ! Alors, on est ici pour parler de ton groupe bien évidemment, Three Days Grace. Three Days Grace a sorti en nouvel album en Mars intitulé « Outsider ». Il est constitué de douze titres d’une qualité égale à la renommée du groupe. Combien de temps il a fallu pour produire cet album ?

Neil : Alors, c’était en Aout 2017, nous avions tout juste fini une tournée mondiale et nous revenions de Russie et c’est vraiment à ce moment-là que nous avons commencé à écrire l’album. Donc du début à la fin, ça nous a prit un an, il me semble que c’est toujours le temps qu’il nous faut à peu près. Et pendant cette année de travail, nous avons passé la plupart de notre temps à traîner avec guitare et clavier/piano, à juste trainer et disséquer des chansons, les écrire. Donc, en vrai, la partie où l’on a enregistré ces chansons ne nous a pris que deux mois. Mais il nous a fallu beaucoup plus, avant ça, pour les peaufiner.

Max : Dans le groupe, est-ce que tout le monde participe à ce processus de création ?

Neil : Oui, nous sommes un groupe qui collabore énormément. Tu sais, nous jouons tous de la guitare et tout le monde est une sorte de multi-instrumentiste, de touche à tout donc tout le monde apporte ses idées, ça peut être un riff de guitare, ou peut-être une ligne de musique ou une parole. Ensuite, tous ensemble en tant que groupe, nous mélangeons ce que nous avons, créons nos pistes et nous décidons sur les idées que nous allons retenir.

Max : Tout le monde joue de la guitare ? Stylé ! Peux-tu parler un peu de la production de l’album? D’où est-ce que vous trouver vos idées, votre inspiration, ce genre de musique ?

Neil : Eh bien, je pense que le thème principal de Outsider est le besoin de s’échapper, de s’échapper d’un chaos écrasant, d’une surcharge d’information et de vouloir fuir toutes les choses qui sont créées pour nous influencer, nous et ce que l’on croit, ce que l’on aime, ce que l’on déteste, ce que l’on achète et de tout ce qui va avec la société moderne ; de tout ce qui vient à nous si rapidement que ça peut nous rendre fou, ça peut causer beaucoup de choses, ça peut provoquer de l’anxiété, de l’inquiétude, de la panique et de la colère. Cet album annonce finalement une volonté de faire un pas de géant en arrière afin d’être capable de prendre une certaine distance sur toute l’absurdité et le chaos qui en découle et d’essayer d’y trouver du sens pour ne pas devenir fou.

Max : C’est ce que j’ai ressenti aussi. Je viens de publier un article sur votre album justement et je parle un peu de ça dedans. Tu aurais quelques faits amusants à nous raconter sur la production de cet album ?

Neil : Oui, c’était avant que nous ne puissions nous lancer dans la création de l’album. Nous venions de finir notre tournée pendant laquelle nous avons parcouru toute l’Europe de l’Est et la Russie. Quand tu passes autant de temps avec les membres de ton groupe, t’es obligé à un moment de te demander si les autres ne te déteste pas. C’est comme dans toute relation, si on se voit non-stop sans faire de pause, les choses peuvent devenir un peu compliquée. Alors avant même de pouvoir se mettre à écrire l’album, nous avons dû traîner ensemble pour être sûrs que nous étions encore amis. Et donc les trois premières semaines de création de l’album ont été passés à traîner ensemble, à boire des bières, parler de musique etc. Nous avons dû donc redevenir amis et traîner ensemble avant de pouvoir entamer le processus de création. Au final, tout va bien et on s’apprécie encore. *rires*

Max : C’est vrai que l’amitié c’est aussi la base dans un groupe ! Combien de groupes a t-on vu partir en morceaux car les membres étaient en désaccord… Alors, peux-tu nous parler un peu de la pochette de l’album?

Neil : Oui, nous l’avons appelé “The Point » (le croisement?) et ça représente l’entrecroisement de plusieurs directions et influences. Si tu vas dans une certaine direction, tu choisis un certain chemin et tu peux sentir qu’on te force presque à prendre cette direction alors tu décides de faire un pas en arrière. Encore, ça représente le fait de vouloir se retirer du chaos et de l’absurdité afin de pouvoir avoir une vision plus claire de ce qui est et de ce qui fait sens. Je pense que c’est ce que représente le logo/la pochette.

Max : Oui la pochette s’accorde bien avec la chanson “Right Left Wrong” et le titre de l’album « Outsider » s’accorde avec « I am an Outsider ». Penses-tu que ces deux chansons sont les plus représentatives de l’album ?

Neil :  Oui absolument, c’est d’ailleurs ma chanson favorite de l’album. J’aime le rock un peu lourd et qui tabasse. Ça fait partie de mes genre favoris en musique et je pense que Right Left Wrong  a cette vibe de bon gros rock. Donc si nous avons choisi cette musique comme premier single c’est parce qu’elle donne cette impression de s’embarquer dans une aventure et on ne sait pas où cette aventure nous emmène mais on est persuadés de vouloir fuir la situation actuelle et d’avancer vers cet inconnu. Et je pense que cette chanson transmet vraiment cette sensation et ce genre de sentiments ; nous avons pensé qu’il serait adéquat de mettre au début de l’album une chanson qui nous embarque vers une nouvelle aventure!

Max : Donc “Right Left Wrong” est l’une de tes chansons préférées mais en as-tu une autre que tu aimes particulièrement jouer en live ?

Neil : Oui, il y en a une autre que j’aime particulièrement, je pense, c’est “Infra-Red”. C’est une chanson qui va être extrêmement plaisante à jouer en live, elle a un riff très énergétique et je peux imaginer les gens sautant en rythme pendant un concert. On ne l’a pas encore joué en live, seulement en acoustique donc on ne l’a pas encore testé à plein volume. Je pense aussi que cette chanson a des paroles particulièrement puissantes ; rien que le fait de parler de trouver une personne particulière dans le monde qui soit la seule à vraiment vous comprendre et la seule qui puisse vous atteindre en plein cœur… C’est ça la vie, être assez chanceux pour trouver cette seule et unique personne dans le monde.

Max : Ok je vois, c’est marrant parce que dans l’article que j’ai écrit sur l’album je listais mes chansons favorites de l’album, et celles-ci étaient « Infra-Red », « Right Left Wrong » et « Love me or leave me » donc on a choisi un peu les mêmes. *rires* Puisque nous parlons de la vie, nous pouvons à présent aborder les questions un peu difficiles… Three Days Grace est aujourd’hui un groupe très connu dans le monde, pourtant vous ne vous êtes jamais produits en France.

Neil : Je ne sais pas ce qui se passe. *rires*. J’adore absolument la France. A vrai dire, lorsque j’étais adolescent j’ai fait un voyage en sac à dos pendant lequel j’ai visité quelques villes de France et j’ai passé de très bons moments. Ces derniers temps ont été extrêmement occupé pour nous mais nous devons absolument venir en France !

Max : Oui beaucoup de gens vous y attendent ! *rires*

Neil : Il va falloir que j’appelle mon agent *rires*.

Max : Vous ne prévoyez pas de vous y produire bientôt ?

Neil : En ce moment nous organisons une tournée, nous n’en avons pas encore parlé. Et nous n’avons annoncé aucune date pour le moment mais nous sommes en train d’organiser une tournée européenne. Mais nous n’en sommes encore qu’à la planification donc je ne peux rien vous dire si ce n’est le fait que je suis pressé de faire autant de concerts que possible.

Max : Vous préférez jouer dans des salles de concert ou des festivals ?

Neil : J’aime beaucoup les festivals, l’énergie que l’on peut ressentir lors d’un festival en plein air avec le soleil qui brille toute la journée et cette énergie qui circule lorsque les gens commencent à se relaxer, souvent complètement bourrés, quand il se couche. Et il y a une énergie toute particulière pendant les festivals de Rock and Roll. D’ailleurs les festivals européens sont la preuve que le Rock and Roll est toujours aussi, vous savez, vivant ! Quiconque vous dira que le Rock and Roll est mort, la seule chose qu’il a à faire, c’est de se rendre à un festival de Rock and Roll un été en Europe, et ça, ça ne pourra que le faire changer d’avis.

Max : Justement, tu as déjà entendu parler du Hellfest en France? C’est sûrement le festival metal le plus connu en Europe, je pense.

Neil : Non jamais, c’est quand?

Max : C’est mi-juin et l’un des plus grands festivals de métal. C’est vraiment énorme.

Neil : Avec un peu de chance alors… Tu sais, on vient de sortir l’album et on va être en tournée pendant à peu près deux ans donc on aura tout le temps de voir ce que c’est. Qui sont les têtes d’affiches ?

Max : Les têtes d’affiche cette année… Nous avons deux grands festivals de métal en ce moment en France, le Hellfest et le Download festival édition France. Cette année, au Hellfest, les plus grands noms sont Iron Maiden, Judas Priest et Avenged Sevenfold.

Neil : Wow, plutôt cool. Nous allons au festival Rock on the Range dans l’Ohio et à ce festival, il y aura l’un de mes groupes préférés de tous les temps qui est Tool et je n’arrive pas à croire que nous allons participer au même festival. C’est vraiment génial.

Max : Merci pour tes réponses. Comme cet interview est pour Error404, un site sur lequel nous parlons de cinéma, de films, de jeux vidéo ou encore de musique, nous avons quelques questions personnelles pour toi. En un mot peux-tu me dire quel est ton jeu vidéo préféré ?

Neil : Alors mon jeu préféré est Call Of Duty. J’aime ce jeu mais je suis vraiment pas doué. Je ne m’en sortirai jamais bien dans bagarre avec des armes ou dans une guerre, je n’ai aucun talent pour ça. J’aime y jouer mais je suis nul.

Max : Du moment que tu t’éclates en jouant. Un film préféré peut-être ?

Neil : Mon film préféré de tous les temps est It. Je viens aussi de vois un film que j’ai trouvé vraiment intéressant, c’est « Darkest Hour » sur Wiston Churchill. J’ai pensé que c’était un film vraiment intéressant, j’en ai appris beaucoup sur lui.

Max : Pour finir, une émission/une série favorite?

Neil: Humm, probablement “Les Simpsons” !

Max : Très bonne référence. Merci Neil pour ton temps. Nous vous souhaitons le meilleur avec Three Days Grace. Des derniers mots pour vos fans et nos lecteurs ?

Neil : Oui, j’aimerai les remercier pour le soutien, on reçoit tellement de messages sur nos réseaux sociaux, et d’ailleurs je suis désolé qu’on n’y soit pas une peu plus présent mais en tout cas on a vraiment hâte de vous voir à l’avenir et donc je voulais vraiment remercier tout le monde pour le soutien que vous nous avez apporté pour le nouvel album et pour le soutien que l’on a reçu à travers toutes ces années, on l’apprécie énormément.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :