Interview – Rencontre avec le groupe QAMELTO

Aujourd’hui nous avons la chance de pouvoir échanger avec le groupe QAMELTO à l’occasion de la sortie de leur nouvel album Scotoma. Originaire de Clermont-Ferrand, le groupe incarne un mélange captivant d’énergie, d’humour et de créativité.

Le groupe est composés de quatre vaillants gaillards, nous avons :

  • Raphaël James : Chant
  • Thomas Hégay : guitare
  • Alexandre Foucault : Basse
  • Jérémy Hégay : batterie

Rentrons dans le vif du sujet, la question qu’on va tous se poser en découvrant le groupe : QAMELTO signifie en fait “c’est cool” en zoulou. Mais alors pourquoi ce choix ainsi que l’usage du zoulou ?

Avant tout, on voulait un nom de groupe unique qui soit le seul à ressortir sur les recherches internet : d’où l’écriture un peu singulière. De plus, Raf le chanteur, est professeur de capoeira et a un lien très fort avec la culture afro-brésilienne. Du coup, la connotation africaine a tout de suite résonné en lui.

QAMELTO détient un drôle de record du monde, et on ne parle pas d’empiler des allumettes, mais d’avoir fait crier simultanément “Ferme ta gueule” à plus de 25 000 personnes. À quelle occasion c’était ? Est-ce que ça a été prémédité ou est-ce que c’est arrivé sous l’impulsion du moment ?

Cela s’est passé au pied du Puy de Dôme au passage du Tour de France cycliste. Nous avions gagné un tremplin pour faire la première partie de “Kungs” et à cette occasion, nous avons joué devant plus de 25 000 personnes. A chaque concert, on fait gueuler “Ferme ta gueule” au public (en rapport avec notre titre “F.T.G.!”) et celui-ci a été mémorable.

Vous avez lancé vôtre premier album nommé Scotoma. Comment cette première sortie s’est déroulée ? 

C’est beaucoup de boulot et de préparation en amont. C’est la première qu’on bosse avec un label pour la distribution (M&O Music) et un attaché de presse (WTPI). C’est une super expérience et ça professionnalise tout de suite le projet. Pour l’instant, on a beaucoup de bons retours et on a présenté l’album en concert à la Puce à l’oreille à Riom et c’était complet! C’est la plus belle reconnaissance de la part du public pour un groupe.

Pour un nouvel auditeur qui découvrirait votre musique, quel est le titre qui vous représente le plus ?

Je pense que c’est “Le baratin”. Énergique, rentre-dedans et efficace.

Scotoma est plutôt un album plutôt vindicatif, avec des titres tels que La plus grosse, Vangeur, ou Le M.A.L.E. On est très loin de la ballade bucolique et des chansons d’amour ! Quelle est le message que vous souhaitez transmettre à travers ce premier album ?

On n’a pas vraiment de message particulier à faire passer. On aime surtout raconter des histoires et on est très second degré. Ce qu’on cherche aussi c’est l’énergie et des thèmes un peu originaux. Dans “La plus grosse” on se moque des gens trop prétentieux, le Vangeur parle de l’histoire des frères Vucovich (je laisserai le soin aux lecteurs de faire des recherches…). Le titre “Légion” se veut plutôt rassembleur et fédérateur.

On peut être surpris en écoutant Scotoma par la présence de certains instruments : vielle à roue sur L’hôte et cornemuse sur Légion. Pourquoi ce choix ? Un penchant pour le celtique peut-être ?

Oui tout à fait! Tom, le guitariste, a joué pendant des années dans le milieu celtique du coup bien évidemment cela influence notre musique. De plus, ce sont des instruments indémodables et toujours un peu surprenants. 

Et pour continuer avec les surprises sonores, le titre Scotoma évoque genre prog/post rock, assez différent du reste de l’album. Pourquoi cette note finale décalée ?

On voulait finir notre album avec un morceau instrumental (bien qu’il ait un peu de texte à la fin du titre…) comme on l’avait fait sur notre EP. C’est comme une suspension à la fin de l’album pour ne pas qu’il se termine. Et le thème de la chanson s’y prête bien puisque “Scotoma” vient de Scotome, tâche dans le champ visuel et de scotomisation, déni de réalité.

Avec une telle diversité musicale on se pose forcément la question classique : quelles sont vos principales inspirations musicales ?

Nos influences sont surtout américaines et anglaises avec des groupes comme Foo fighters, Queen, Bon Jovi. On a quelques inspirations du côté nord européen avec Volbeat ou Freak Kitchen. Du côté français, c’est Shaka Ponk qui nous inspire le plus. 

La pochette de l’album interpelle : à mi-chemin entre une explosion de couleurs et une forme de Rorschach. Qu’est-ce qui se cache derrière ça ? La réponse se cacherait-elle dans les paroles du titre …Amédée ?

Ahah ta définition correspond parfaitement à ce qu’on a voulu représenter. “…Amédée” se cache aussi un peu derrière tout ça puisque c’est l’histoire d’un peintre et que la pochette de l’album est un tableau sur lequel on accroche le CD pour compléter le visuel. Nous avons voulu tourner autour du thème de la peinture pour cet album pour en faire un objet original et conceptuel.

J’ai découvert que c’est le youtubeur Superflame qui se cachait derrière l’imitation de Jean-Pierre Pernaut sur le titre La plus grosse. Pourquoi avez-fait appel à lui ? Est-ce que vous vous connaissiez déjà ? 

En fait, on le suit depuis pas mal de temps sur Youtube et on le trouve incroyable. Du coup, quand on a eu l’idée de “La plus grosse” avec une imitation d’un présentateur de JT, on a tout de suite pensé à lui. On l’a contacté sur les réseaux en lui proposant le projet et il a tout de suite accepté. Il a été super réactif et le résultat est bluffant.

Vous en êtes déjà à pas moins de 100 concerts depuis 2021, ce n’est pas rien ! Quel est votre meilleur souvenir de ces shows ?

Le plus mémorable c’est notre concert au pied du Puy de Dôme devant plus de 25 000 personnes mais il y en a d’autres qui nous ont marqué comme notre release du 02 mars à la Puce à l’oreille.

Ici, on aime bien faire découvrir de nouveaux morceaux. Quelle est votre dernière claque musicale ?

“Trompe la mort” du groupe Bazar Bellamy. C’est du rock en français. On l’écoute beaucoup et on ne s’en lasse pas.


Sur ce, quand est-ce qu’on peut vous voir en concert ? Histoire de partager cette énergie folle que vous dégagez ! (Ça doit bien bastonner en fosse)

Ahaha on partagera notre énergie avec grand plaisir! On a une quarantaine de dates cette année un peu partout en France. Le calendrier est disponible sur nos réseaux mais pour citer les prochaines : 

  • Le Cercle des citoyens à Mont de marsan le 05/04
  • L’Agora à Commentry le 12/04
  • Le Dropkick à Orléans le 13/04

Vous pourrez retrouver toutes les dates des futurs concerts du groupe sur leur site : https://www.qamelto.fr/accueil

Petit commentaire : Chronophobie aurait dû être le générique de 24h Chrono… c’est ma préférée de l’album à titre personnel.


Photos par Jessica Calvo

Laissez votre impression !

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.