Après Nika l’année dernière, c’est au tour de l’autre co-fondateur des Metaldays de passer sous la crible de  notre interrogatoire 404 ! Allez, et l’an prochain, on va couvrir le festival !

Max : Bonjour Boban !

Boban Milunović : Bonjour !

M : Vous êtes l’uns des organisateurs du festival de Metaldays en Slovénie, et l’année dernière nous avions rencontré Nika Brunet, qui travaille aussi sur le festival. Comment ça va depuis notre dernière rencontre ?

B : Tout va très bien ! Nous avons eu un festival complet une semaine avant qu’il ne commence, et je pense que les gens ont passé du bon temps. Et puis les ventes sont bien meilleures que l’année passée, ce qui prouve que tout se passe bien. Nous avons un festival en mai qui est déjà complet, ce qui est un bon signe pour nous.

M : Pourquoi êtes-vous venu jusqu’en France pour parler du festival ?

B : La France et le public français représentent un marché important pour nous, car c’est notre troisième plus grand marché. Nous avons principalement des visiteurs venant d’Allemagne, puis la Slovénie, et enfin nous avons la France avec l’Autriche en quatrième position. C’est donc pour ça qu’on est venu ici, parce qu’on pense que les français aiment bien voyager et aiment bien la Slovénie et son patrimoine.

M : Pouvez-vous nous parler de l’édition 2019 du festival, son but et ce qu’il propose par rapport à l’an passé ?

B : Pour être franc, il n’y aura pas de grande nouveauté par rapport à l’année dernière parce que nous estimons que le festival est déjà suffisamment développé et important. Par contre nous avons essayé d’améliorer les petits détails pour rendre la vie du festivalier plus confortable. Par exemple nous proposons plus de stands de nourriture et de boisson, et nous avons interdit les générateurs électriques sur le campement, du coup il n’y aura plus ce son étrange pendant la nuit, permettant aux gens de mieux dormir. En gros ce sera similaire aux éditions précédentes, en mieux.

M : Le festival dure semaine, mais est-il possible de venir seulement pour quelques jours au lieu de pendant toute la durée du festival ?

B : Oui bien sûr. Nous proposons plusieurs offres de tickets, ce qui donne le choix aux visiteurs. Vous pouvez acheter des places pour toute la semaine, comme vous pouvez seulement prendre des places pour trois jours consécutifs au choix. Sinon vous pouvez acheter des billets pour la journée.

M : Très bien. Je me souviens que vous aviez programmé Igorrr l’année dernière, qui est un artiste français. Avez-vous d’autres artistes français cette année ?

B : Oui ! Nous avons Rise of the northstar, entre autres. En tout il y a sept groupes français.

M : J’ai aussi pu constater que la programmation de cette année était plus core que les autres années. Était-ce un choix ?

B : Je dirais que cette édition est plus adressée au jeune public, ce qui était notre fil rouge de notre raisonnement. On a voulu donner plus d’attention à la diversité des différents styles de musique métal, mais on voulait également mettre des groupes plus jeunes sur des places plus hautes de la programmation.

M : C’est vrai que j’ai pu voir des groupes comme While She Sleeps, qui est un groupe de metalcore plutôt jeune, ou même Rise of the Northstar ! Quel est votre groupe préféré de la programmation de cette année ? 

B : Il y a quelques groupes que j’irais voir en live, comme Alien Weaponry, qu’on a upgradé sur une scène plus grande cette année. Ils sont jeunes et peuvent très facilement être la tête d’affiche des prochaines éditions. Je verrais sûrement aussi The Vintage Caravan et Animals as Leaders.

M : D’accord. Avez-vous d’autres festivals dans la région ?

B : En tout nous avons cinq festivals, mais seulement trois d’entre eux sont situés dans la même région. D’abord nous avons metaldays situé à Tolmin, ensuite nous avons Winter Days of Metal à Bohinj, qui est de l’autre côté des montagnes, et enfin nous avons un festival de blues qui se déroule dans le château de Ljubljana appelé Bluesland.

M : Il y aura-t-il des artistes français comme Laura Cox ?

B : Nous avons trois artistes français géniaux à Bluesland : Laura Cox, Manu Lanvin et Rosedale.

M : Est-ce qu’il est différent d’organiser un festival de blues ?

B : Oui ça l’est, parce que les artistes sont différents et il y a d’autres attentes, que ce soit de la part des artistes ou des festivaliers.

M : Dans ce cas, comment faîtes-vous pour vous occuper de l’organisation ?

B : Nous avons différents types de musique, de ce fait il y a différentes personnes dédiées à chaque style musical. Par exemple je n’aime pas trop la musique punk rock ou encore le reggae, du coup quelqu’un sera chargé de l’organisation pour ce genre de festival, parce qu’ils sauront mieux comprendre la communauté et ce que les gens attendent et veulent que moi. Personnellement, je m’occupe des festivals métal et de Bluesland parce que j’aime les deux styles autant l’un que l’autre, et je pense qu’ils sont connecté l’un à l’autre.

M : Du coup pensez-vous qu’un festival mêlant le blues et le metal serait possible ?

B : Je pense, oui. Il y a le festival Ramblin’ Man Fair en Angleterre qui le fait.

M : Mais pensez-vous le faire un jour ?

B : Non, je ne le ferais pas, parce que je pense que la formule qu’on a actuellement fonctionne parfaitement, alors pourquoi la changer ?

M : C’est pas faux ! Sinon, avez-vous prévu des offres pour faciliter le voyage en Slovénie ?

B : Malheureusement non, par contre nous avons dans nos partenaires une compagnie de bus qui s’appelle Ontours, et qui s’occupe du voyage depuis la France jusqu’au festival, mais à part ça non. En réalité, le festival est facile d’accès, car il y a des vols directs de Paris jusqu’à la capitale Ljubljana, mais si cela ne vous convient pas vous pouvez prendre un vol jusqu’à Venise et puis prendre une navette jusqu’à Tolmin. Vous pouvez également allez à Trieste, ou bien prendre le train ou encore la voiture… La Slovénie est un pas européen facile d’accès qui utilise l’euro, et la plupart des gens là-bas ont un bon niveau d’anglais donc si vous avez des bases vous pouvez déjà aller loin.

 M : Autre que Metaldays, que pouvons-nous voir en Slovénie ? Avez-vous des recommandations à nous faire ?

B : Il y a beaucoup de choses à voir ! Je recommande toujours de transformer le voyage en vraies vacances, et de le prolonger, soit après le festival, ou bien quelques jours avant qu’il ne commence. La Slovénie est un pays alpin avec un bord de mer qui n’est pas très grand, donc on peut voir beaucoup de choses dans une courte période de temps, que ça soit les paysages magnifiques, ou bien pour essayer la nourriture locale, et puis les gens sont accueillants. Visiter la Slovénie en vaut vraiment la peine.

M : Vous avez mentionné la nourriture, quel genre de nourriture pouvons-nous trouver là-bas ?

B : La Slovénie a deux choses que les français apprécient : du bon fromage, surtout dans la région du festival, et la Slovénie a également du bon vin !

M : C’est génial, on se sentira comme à la maison ! Maintenant passons à des questions plus personnelles pour vous connaître un peu mieux. Quel est votre groupe préféré ?

B : Si je devais en choisir un, ce serait définitivement AC/DC, mais il y a quelques groupes que j’aime beaucoup comme Tomb et David Bowie. Le début de l’ère punk est aussi très bien, et Slayer est génial. Parmi les groupes les plus récents j’apprécie Igorrr, Opeth, et beaucoup d’artistes blues, mon favoris étant Gary Clarke Jr., un artiste américain qui combine le blues avec le hip-hop d’une façon très originale. J’aime aussi les groupes de rock comme Rival Sons… En fait j’aime beaucoup différents styles de musique, mais si je devais n’en retenir qu’un, ce serait AC/DC.

M : En parlant de Rival Sons et des groupes de rock, pensez-vous organiser un festival de rock ?

B : Pas si c’est de la pure musique rock. Cependant nous sommes en train de réfléchir pour faire un festival de musique mainstream, en passant de la musique alternative au métal.

M : Et à part les festivals, vous occupez-vous des concerts pendant l’année ?

B : Personnellement non, mais il y a des gens dans notre équipe qui s’en occupent. La Slovénie constitue un très petit marché et si je devais le faire, j’aurais de la concurrence avec ces personnes, ce qui ne serait pas bon. On garde les choses claires entre nous, du coup nous nos occupons des festivals et eux des concerts.

M : Avez-vous un film préféré ?

B : Et bien, j’adore Tarantino et les films des frères Coen, comme Non, ce pays n’est pas pour le vieil homme. J’aime aussi des films que les gens aiment comme Le Seigneur des Anneaux, Matrix, ou encore Fight Club… J’adore les films, je pense que j’en regarde un par jour.

M : Merci beaucoup pour vos réponses ! Pour finir, si vous deviez définir Metaldays en trois mots ?

B : Vacances, métal, et fun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :