Devenez propriétaire, retapez vos biens, vendez les et force de richesse : à vous la retraite dorée ! Dans House Flippers, votre but est de vous la couler douce sous les cocotiers. Pour ça, commencez modeste avec des biens en province puis des biens en ville. À force d’accumuler et de revendre divers bien, vous vous retrouverez de plus en plus proche de votre objectif d’avoir une belle retraite.

 

Un jeu où le temps, c’est de l’argent !

Afin d’acheter des biens, il vous faudra des ressources. Cet argent, vous le récupérez à l’aide de votre sablier gris. Chaque joueur récupère une ressource grise chaque fois que son sablier gris arrive à terme. Puis, le joueur pourra acheter un bien, lui donnant un autre type de ressource.

À noter que certains biens vous donnent droit à d’autres sabliers procurant les autres types de ressources. Ici, le temps, c’est de l’argent.

Vos biens matérialisés par des cartes, disposent également d’une valeur (un cube rouge et un jaune par exemple). Vous pouvez donc les revendre pour acheter un autre bien. Ainsi de suite.

 

Le but : Une retraite sous les cocotiers !

À force d’accumuler des biens, de les revendre et de vous faire votre petite réserve vous pourrez acheter les cartes « Retraite dorée ». Ce sont ces cartes qui permettent de gagner et forment donc vos objectifs de jeu.

Le premier joueur à réunir :

  • 4 paires (posséder deux fois quatre cartes différentes)
  • 3 brelan (posséder trois fois trois cartes identiques)

Ou

  • 6 cartes identiques

Devra crier « Je plaque tout, à moi la retraite dorée ! »

Et gagne la partie aussitôt.

Pas de tour : le temps, c’est précieux ! 

Dans House Flippers, il n’y a pas de système de tour. Sitôt que les joueurs ont retourné leur premier sablier, il suffira d’attendre que ce dernier se vide une première fois et c’est partie. Le jeu demande donc des réflexes, pas mal de concentration et de rapidité. Ainsi, vous vous battrez souvent avec un autre pour la même carte, mais seul celui qui aura posé son doigts en premier dessus pourra l’acquérir.

Ce jeu nécessite de faire attention à beaucoup de paramètres : Surveiller les cartes qui se révèlent sur les trois niveaux de jeu parmi 9 paquets au total, surveiller ses sabliers, les retourner quand ils sont terminés et empocher sa rente immobilière.

Bref, dans House Flippers, vous devez avoir des yeux partout et prenez garde : une partie n’excède pas les vingt minutes. Il faut se montrer attentif et réactif.

Avis

J’ai eu du mal avec ce jeu. Au début, devoir surveiller autant de paramètres mets dans un état anxieux et nerveux que je n’aime pas lorsque je joue. Surtout qu’il y a tellement de paquets de cartes qu’il est difficile d’absolument tout surveiller. Mais de partie en partie, vous commencerez à vous détendre et à développer vos réflexes. Finalement, le jeu révèle un rythme soutenu mais pas insurmontable.

Petit bémol pour le livre des règles, qui commencent par vous expliquer les conséquences de la vente d’un bien plutôt que de commencer par vous expliquez comment en acheter un. Avec une impression d’être monté à l’envers, les règles vous embrouillent. Mais une fois le puzzle reconstitué, le jeu se révèle assez simple.

Je ne suis pas un adepte de ces jeux qui vous mettent la pression tout le long, mais ceux qui sont nostalgiques du Jungle Speed y trouveront là leur compte avec des mécaniques plus aboutis et plus étendues.

 

 

  • Règles en désordre. Comme dit précédemment, mieux vaut expliquer d’abord comment acquérir un bien que comment le vendre.
  • Le thermoformage de la boîte. Trop de cartes et pas assez de hauteur. Elles se baladent. Vous retrouverez ainsi systématiquement le jeu en désordre.
  • Beaucoup de matériel. Vous passerez plus de temps à le ranger qu’à y jouer.
  • Dissonance thématique. L’emballage semble vendre un jeu où l’on construit, pourtant les mécaniques sont centrées autour de l’achat et de la vente.

 

 

  • La mécanique des sabliers. Elle vient ajouter une difficulté et donne un bon rythme de jeu.
  • Un jeu multi-tâche. Réflexion, adresse, vivacité. Une partie est toujours intense.
  • Pas de tour de jeu. C’est un vecteur de stress, mais ça impacte positivement l’ambiance du jeu.
  • L’échange de quatre ressource contre une autre à la banque. Cette mécanique permet de débloquer le hasard des cartes. Si vous courrez après un cube jaune, vous pouvez l’acheter.

En résumé

Un jeu au rythme soutenu où la victoire revient à celui qui aura su être attentif et réactif à la fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :