Bonjour/Bonsoir ! High Fidelity est une série inspirée du livre éponyme de Nick Hornby ainsi que du film de Stephen Frears de 2000.
High Fidelity raconte l’histoire de Rob (Zoë Kravitz), propriétaire d’un magasin de vinyl, qui va revenir sur ses 5 ruptures les plus compliquées pour les comprendre et ainsi avancer par rapport à sa rupture avec Mac son ex-fiancé.

 

  • Une version modernisée – Je n’ai ni lu/vu High Fidelity, mais de ce que j’en ai compris on part d’un personnage homme, cisgenre, blanc et hétéro.

Thank god cette version est un peu plus ouverte ! Rob est une femme métisse bisexuelle. Ses acolytes sont : Simon, homme qui a fait son coming out pendant sa relation avec Rob et Cherise une femme noire pulpeuse.

Rob est un esprit libre qui s’intéresse à la personne, son intellect , à aucun moment elle ne commente le physique de ses rencontres.

De façon globale le casting est varié : métisse, noir, blanc, asiatique,… Une belle façon de représenter Brooklyn.

 

  • La musique – Rob travaillent dans un magasin de musique il était évident que High Fidelity allait avoir une bonne BO. Variée, riche, de toutes les époques et tous les styles ! En bonus on a quelques tips pour faire notre propre playlist pour la soirée post-confinement 😉

 

  • C’est un peu redondant – A la différence de Lovesick, on se concentre presque uniquement sur les ex-relations amoureuses de Rob avec des flashback que l’on voit 2/3 fois.

Cherise est un personnage bien plus complexe et j’ai très envie de voir son développement !

Aussi, Rob est un personnage passif qui passe son temps à se plaindre au lieu de profiter… On a vu plus feelgood et plus encourageant pour se sortir d’une rupture !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :