Chapitre 72 : Tu me Manques

 

Après une préparation de 3 jours pour la cérémonie de couronnement, tout le monde se pressait au château, peu importe le poste. Les personnes faisant parties de la politique nationale d’Orsongrande ne révélèrent quand à eux les détails de la cérémonie qu’au dernier moment.

Cela était dû aux ordres d’Hifumi, qui avait expliqué qu’ainsi, les ennemis potentiels n’allaient pas avoir assez de temps pour les gêner dans leurs plans. D’un autre côté, les techniques de défenses avaient rapidement été inculquées aux gardes par Hifumi qui avait aussi donné ses instructions concernant les travaux de construction.

Même si seule la date de la cérémonie avait été annoncée afin de laisser aux stands de nourriture et marchands le temps de se préparer pour le festival, la durée et les détails de la cérémonie n’avaient pas été révélés, même 3 jours avant l’évènement.

« Alors, peut-on me dire pourquoi ai-je été laissée à l’écart des préparations ? » (Imeraria)

Demanda Imeraria, assise à son bureau et surprise.

Sabnak, s’occupant de remplir quelques papiers dans la même pièce, leva la tête en entendant son murmure.

« Comprenez-nous. Puisque vous êtes l’acteur principal de cette cérémonie, nous aimerions que vous vous concentriez sur la cérémonie en elle-même, Imeraria-sama. » (Sabnak)

« Et je suppose que cette excuse vient d’Hifumi-sama ? » (Imeraria)

« Uu…. » (Sabnak)

Cela ne me fait pas rire, Pensa honnêtement Imeraria. Une telle attitude de sa part est due à l’influence d’Hifumi, et le voir ainsi être mon pilier de support me parait étrange.

 Après avoir lancé un rapide regard à Sabnak qui triait des documents, le dos tourné sans rien dire comme s’il fuyait, elle soupira bruyamment.

Ces derniers jours, Imeraria avait été entièrement déconnectée de tout travail pratique. Sabnak la suivait partout en tant que garde du corps, et s’occupait sans faute de tout travail officiel avant même qu’elle ne s’en rende compte, à l’exception bien sûr des affaires financières.

Bien sûr, Imeraria s’occupait de la vérification finale des papiers, mais puisqu’il faisait son travail à la perfection sans laisser aucune erreur derrière lui, elle n’avait qu’à vérifier les documents et les signer.

Apparemment, les fonctionnaires étaient même plutôt contents étant donné qu’il s’occupait de tout très rapidement.

Même si je dois admettre son efficacité, le fait qu’Hifumi ait reconnu ses capacités en premier et l’ait intégré à l’administration de son territoire est frustrant.

« Excusez-moi. » (Adol)

Le Premier Ministre Adol arriva dans le bureau.

Depuis que Sabnak faisait de l’ombre à Imeraria, son aide et ses conseils s’étaient fait de plus en plus rares. Il n’avait pas informé Imeraria de la raison de cela, mais il avait probablement quelque chose en tête.

Après avoir jeté un coup d’œil rapide à Sabnak, Adol salua poliment Imeraria. Puis, il lui remit une lettre lui étant adressée.

« De qui provient-elle ? » (Imeraria)

« Du Comte Biron, votre Majesté. » (Adol)

« ….Laisse-moi voir. » (Imeraria)

Entendant que la lettre était de Biron, Sabnak s’arrêta de travailler et s’aligna à côté d’Adol. Pendant qu’Imeraria lisait la lettre, personne ne parla.

« Sabnak-san. » (Imeraria)

« Oui ? » (Sabnak)

« Le roi d’Horant a personnellement visité Biron-san à Münster pour proposer des négociations, et il aimerait assister à ma cérémonie de couronnement. » (Imeraria)

« U-Un roi étranger…. A la cérémonie de couronnement… » (Sabnak)

« C’est du jamais vu. » (Adol)

Il était inévitable qu’une telle demande surprise les trois personnes. Dans ce monde, il était impensable pour un roi d’aller rencontrer un autre chef d’état. Le roi se trouvait au sommet de la politique nationale, il était donc rare qu’il sorte du pays, à moins que celui-ci soit ruiné.

« Quel est son objectif ? » (Sabnak)

« D’après Biron, il souhaite interagir avec moi et parler des procédures post-guerres. Apparemment, il souhaite aussi mettre en place un échange de technologies à travers Hifumi-sama. » (Imeraria)

Imeraria pencha la tête sur le côté, se demandant « De quel échange de technologie s’agit-il ? », et Sabnak se frotta le front avant de s’exclamer,

« Ah~… Lorsqu’Hifumi-san est entré dans Horant, l’équipement des troupes de son territoire a été retardé. Ne souhaite-t-il donc pas la même chose que Vaiya ? » (Sabnak)

« …Dans tous les cas, je ne peux pas me permettre de refuser sa demande. Sabnak-san, contacte Biron-san et, aux côtés du premier ministre et des gardes, prépare-toi à recevoir le roi d’Horant. Parlons-en aussi à Hifumi. » (Imeraria)

« A vos ordres. » (Sabnak)

« D’ailleurs, maintenant que j’y pense… » Imeraria parut se rendre compte de quelque chose.

« Même si Hifumi-sama entre et sort tous les jours du château, je ne le vois jamais. De plus, le nombre de chevaliers dans le château a diminué… » (Imeraria)

« Ah, c’est parce qu’il entraine les chevaliers à monter la garde en utilisant les passages secrets et passages de servants du château. Rien qu’en voyant l’existence de tels passages, il est possible de se rendre compte de la profonde histoire du château d’Orsongrande. » (Sabnak)

« ….Pourtant, c’est la première fois que j’apprends l’existence de tels passages secrets…. » (Imeraria)

« Eh ? » (Sabnak)

« Eh ? » (Imeraria)

Imeraria et Sabnak furent tous les deux surpris, et Adol s’empressa de sortir discrètement du bureau.

 

Ayant visité le château à plusieurs reprises, Hifumi avait découvert de nombreux passages secrets.

Certains étaient simplement des chemins utilisés par les servants, situés dans le plafond ou sous le sol. Toutefois, il existait aussi des espaces entre les murs.

En toquant sur ces mêmes murs creux, il avait découvert des passages et chambres secrètes inconnus même des servants et servant de sorties de secours dans des zones telles que le hall principal, le hall d’audience, le bureau d’Imeraria, la chambre à coucher de la royauté, etc.

Ayant trouvé avec difficulté ces passages, il comptait apprendre aux gardes à les utiliser, et avait même établit un nouveau camouflage à leur entrées et sorties. Ainsi, il avait complété tout un réseau de passages secrets que les le maitre des lieux ne connaissait pas.

Chaque passage possédait diverses vitres dormantes servant à voir ce qu’il se passait à l’intérieur des diverses pièces sans être repéré. De plus, des lances courtes et shurikens avaient été placés sur des étagères, dans ces passages, afin qu’une arme soit toujours disponible en cas de besoin.

 « Si vous repérez une personne suspicieuse, vous pouvez ainsi l’écouter, observer son comportement, et si nécessaire, le trainer jusqu’ici avant de l’éliminer. » (Hifumi)

Plusieurs chevaliers à ses côtés, Hifumi expliquait de tels détails pour la énième fois. Maintenant, plus aucun chevalier ne doutait des capacités d’Hifumi,  et tout le monde l’écoutait attentivement.

« Mais quel est le sens si la cible est éliminée en cachette sans être dévoilée au grand public ? Ne pouvons-nous pas simplement l’éliminer à découvert, du moment que l’élément perturbateur est éliminé ? »

« Cela dépend de l’objectif. Si par exemple vous ne parvenez pas à soulager les masses après coup, vous risquez de mes inquiéter. Toutefois… » (Hifumi)

Pointant du doigt un trou dans le mur du passage, Hifumi leur demanda de regarder la situation à l’extérieur.

Un hall de taille moyenne destiné à organiser des fêtes était visible.

« Imaginez qu’une cérémonie ait lieu dans un tel endroit. Interrompriez-vous la cérémonie juste parce qu’un rat est passé entre les mailles du filet ? Pensez-vous qu’un chevalier ait le droit de se vanter de ses petits exploits en négligeant la princesse, seulement parce qu’il a éliminé un simple ennemi obstruant une cérémonie ? » (Hifumi)

« C’est… »

Bien sûr, de nombreuses cérémonies importantes allaient avoir lieu après le couronnement de la princesse. Il était impensable pour des chevaliers d’en profiter afin d’obtenir des exploits.

« Considérez toujours le garde comme un individu travaillant dans l’ombre. Il vaut mieux annoncer au public que ‘’Rien ne s’est passé’’, et ne pas leur parler non plus de la façon dont vous vous êtes débarrassé de l’intrus. » (Hifumi)

Continuant ainsi ses explications, il déplaçait le groupe dans les passages afin que les chevaliers apprennent leur placement. 

Toutefois, ils ne faisaient pas que marcher. Ils s’entrainaient à se déplacer sans se faire repérer et sans émettre le moindre son.

D’ailleurs, les chevaliers provenant du Troisième Ordre de Chevaliers incorporaient ces concepts bien plus rapidement que ceux du Deuxième Ordre de Chevaliers. Même Sabnak, ayant rejoint le premier groupe à s’entrainer auprès d’Hifumi, avait appris les méthodes de déplacement silencieux, et n’hésitait même plus à ramper sur le sol.

« Ne parlez plus. Essayons maintenant d’écouter ce que disent les personnes dans cette pièce. » (Hifumi)

En entendant cela, les chevaliers placèrent leur oreille contre le mur du passage. Ainsi, la conversation de deux hommes leur devint audible.

« Alors, comment progresse le projet pour la cérémonie de couronnement ? »

« Aucune idée. Les détails de la cérémonie n’ont été révélés qu’à quelques personnes. Même la princesse n’a pas l’air informée. »

A travers un trou dans le mur, les chevaliers pouvaient voir deux fonctionnaires civils d’âge moyen, apparemment des nobles, tenant une conversation privée dans une petite salle de conférence.

« Avec la destruction du Deuxième Ordre de Chevaliers, l’organisation de l’évènement a entièrement été confiée à la princesse. Si ça continue, nous ne pourrons pas arranger les positions promises aux autres nobles. »

« Ne sois pas impatient. Réfléchissons plutôt à autre chose. »

« Ne sois pas impatient ? Tu devrais l’être ! Nous avons déjà reçu l’argent. Nous risquons de nous faire tuer par notre client si nous ne nous dépêchons pas. »

« Parle moins fort. Considérant les préparations des lieux et cuisines, il ne serait pas étrange que l’évènement soit annoncé aujourd’hui. Etant donné que le nombre de chevaliers à grandement diminué, il est probablement possible de nous introduire à l’évènement en tant que gardes temporaires. »

Même s’ils prétendaient parler avec sang-froid, leurs voix tremblaient petit à petit.

« ….Mais j’ai entendu dire que les gardes avaient été influencés par le Comte Tohno. »

« Que peut faire une seule personne ? Un fils de noble ayant acheté sa position, ne fait même pas le poids face à un criminel aguerri, quelque soit son prestige. »

« Je vois… »

Ayant tout entendus de la conversation, les chevaliers se regardèrent. Ils venait d’écouter un discours pouvant être considéré comme une trahison.

Puis, tous les regards se tournèrent vers Hifumi.

« Vous les avez entendus. Dans un tel cas, si nous les éliminons discrètement, pourrions-nous aussi éliminer leur client au sein du château ? » (Hifumi)

Afin de leur donner une démonstration, Hifumi entra discrètement dans la pièce à travers une porte cachée, tandis que les deux hommes continuaient à parler.

« Alors, combien de personnes ont infiltrées le château ? »

« Beaucoup. Attends un instant… »

L’homme venant de répondre baissa les yeux. Lorsqu’il se mit à sortir un papier de sa poche, Hifumi recouvrit avec sa main le nez et la bouche de l’autre homme, puis le traina derrière le bureau avant d’appuyer avec son autre main sur sa carotide afin de lui faire perdre connaissance.

« Hey, où es-tu passé ? »

L’autre homme regarda autour de lui afin de trouver son compagnon disparu, mais Hifumi apparut derrière lui et lui fit perdre connaissance.

« Vous pouvez sortir. » (Hifumi)

Les chevaliers sortirent du passage secret par groupes, et tous avaient le visage pâle.

Même si les adversaires n’étaient pas des combattants aguerris, voir Hifumi les étrangler tous les deux avec tant de facilité leur avait apparemment causé un large choc.

« Il faut juste recouvrir le nez et la bouche. Ainsi, vous pouvez supprimer tout son. Le mieux est de rester caché, et de ne pas se faire découvrir avant d’éliminer le premier homme s’il y a deux ennemis. » (Hifumi)

Suivant les ordres d’Hifumi, ils trainèrent les deux hommes évanouis dans le passage secret.

« Entrainez-vous à réaliser ces mouvements par groupes de 3. Le groupe y arrivant le mieux pourra arrêter le ‘’client’’ de ces hommes. » (Hifumi)

En entendant ces mots, une profonde détermination apparut dans les yeux des chevaliers. En tant que chevaliers, ils désiraient réaliser des exploits.

S’ils continuent à s’améliorer, il sera amusant de les combattre.

A partir de maintenant, je vais leur faire acquérir toujours plus d’expérience, Se motiva Hifumi.

 

La fille d’Adol, Shibyura Winger, était une excellente servante célèbre dans le château.

Elle était connue parmi les autres servantes pour être une femme indifférente aux individus du même sexe, et ne laissant jamais transparaitre ses émotions.

Malgré sa notoriété, elle continuait à travailler au château sans s’occuper des autres. Elle était une femme extrême n’adhérant qu’à ses propres exploits, et sa position de fille du premier ministre n’avait aucune influence sur cela.

« ….Nettoyage terminé. » (Shibyura)

Elle venait de terminer seule le nettoyage du bureau de Sabnak, sans demander la moindre aide, comme toujours.

Récemment, le maitre de cette pièce passait de lus en plus de temps dans le bureau de la princesse, mais cela ne rendait le travail de Shibyura que plus facile.

Le ménage, commençant par l’époussetage, était complété par le nettoyage des fournitures et des tapis. Puis, il ne restait plus qu’à sortir les poubelles.

Son idéal de nettoyage était que ‘’la personne propriétaire de la pièce ne remarque même pas que celle-ci ait été nettoyée’’.

De nombreux documents et stylos jonchaient le bureau de Sabnak, mais en nettoyant le dit bureau, elle laissait tout dans son état originel sans même regarder les documents.

Du moment qu’elle parvenait à nettoyer une pièce sans que rien ne bouge à l’intérieur, elle était satisfaite.

« Il n’est pas revenu aujourd’hui. » (Shibyura)

Elle reposa sur une étagère le service à thé inutilisé aujourd’hui.

Vérifiant la quantité restant de thé et de sucre, elle mémorisa la quantité à récupérer dans la cuisine le lendemain matin.

Son premier travail de la matinée terminé, il lui restait encore beaucoup de temps devant elle. Les personnes ayant une position et un rôle fixe comme elle, pouvaient décider de l’allocation de leurs tâches, mais puisqu’elle se levait tôt pour remplir son devoir, elle avait pratiquement une heure de libre chaque jour.

 « ….Bien. » (Shibyura)

Tout à coup, elle s’allongea sur le tapis, étendit ses bras sur le sol et se mit à rouler de gauche à droite. Elle aimait sentir le tapis chatouiller son visage et son corps.

Pourtant, son nettoyage avait été si soigné qu’elle pouvait se permettre de faire cela sans se salir.

« Umm… »

Entendant tout à coup une voix, Shibyura s’arrêta et leva la tête.

Regardant timidement, elle vit qu’il s’agissait de Sabnak, venant de sortir de l’ombre d’un placard.

« D-Désolé. Je ne comptais pas vous regarder, mais en vous voyant, j’hésitais à partir ou à rester….. » (Sabnak)

Maintenant, Sabnak regrettait de ne pas être resté caché.

« Bienvenue. » (Shibyura)

Elle le salua, toujours couchée sur le tapis.

« Désirez-vous boire du thé ? » (Shibyura)

« A-Ah…. Je veux bien… » (Sabnak)

Regardant Shibyura préparer du thé comme si rien ne s’était passé, Sabnak commença à s’occuper des documents sur son bureau.

Le service du thé fut splendide, comme d’habitude.

« Veuillez garder secret ce qui vient de se passer. Si quelqu’un l’apprend… » (Shibyura)

« D-D’accord ! Je ne dirais rien. De toute façon, personne ne croirait une servante aussi excellente que vous capable d’une telle action ! » (Sabnak)

« Très bien. Dans ce cas, je garderais secret le fait que vous m’ayez espionné. » (Shibyura)

« Quoi ?! » (Sabnak)

Il est plutôt intéressant, Pensa Shibyura en riant intérieurement.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                Chapitre Suivant

Accueil

2 réflexions sur “Le Héros est un Démon – Chapitre 72

  • Avatar
    6 novembre 2016 à 14 h 21 min
    Permalien

    un vrai psychopathe se Hifumi et trop drôle la relation Sabnak est sa servante XD Merci pour le chapitre 🙂

    Répondre
  • Avatar
    6 novembre 2016 à 19 h 07 min
    Permalien

    Merci pour le chapitre.
    PS:lol,la révolution à même pas commencé et elle se fait déjà arrêter.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :