Chapitre 6 : Plus près du bord

 

Edit : Exserra

 

Hifumi n’appréciait pas les mouvements tape-à-l’oeil.

Des larges mouvements peuvaient être réalisés si nécessaires, mais seulement en cas de confiance absolue envers ses capacités. Mais au final, le plus important restait de tuer l’adversaire en visant ses points vitaux. Stimuler la douleur en utilisant un kansetsuwaza (technique de judo consistant à bloquer les joints de l’adversaire) et détruire l’adversaire en un seul mouvement, c’est ce que l’on peut appeler ‘tuer efficacement’. Même s’il n’y avait pas d’occasion pour les utiliser dans l’autre monde, toutes ces connaissances sur le corps humain avaient été mémorisées.

‘Tuer efficacement’ était très important, mais le montrer était inutile.

Toutefois, polir comme cela une technique était assez attirant, malgré la dangerosité.

« Wow. »

Origa, voyant le niveau de technique de Hifumi pour la première fois, n’avait jamais vu quelque chose d’aussi magnifique, malgré son passé d’aventurier.

« C’est effectivement incroyable, mais c’est … »

Kasha, observant attentivement le combat, avait remarqué que les techniques d’Hifumi  n’avaient qu’un seul but : tuer efficacement.

« Goshujin, qui êtes-vous vraiment … »

Il y avait une raison pour laquelle Kasha avait un sentiment d’incongruité en observant les compétences d’Hifumi.

Dans ce monde, il y avait de nombreux meurtres et crimes de guerre un peu partout, mais les gens avaient plus l’habitude de se battre avec des démons. Il y avait de nombreux types de démons, leurs points vitaux similaires à ceux des animaux, les dégâts contondants et entailles n’ayant que très peu d’effets sur eux.

Il y avait des attaques assistées par la magie, mais les armes de ce monde incitaient au contact, pour porter de plus puissants coups. Pour cela, les masses et épées longues étaient toutes fabriquées lourdes et tranchantes, et les armes comme les lances courtes utilisées par les Chevaliers du château étaient plus rares.

Même si les arcs existaient aussi, ils étaient principalement utilisés pour la chasse, ou pour tirer une première volée de flèches sur le champ de bataille, sinon ils n’étaient pas utilisés.

Pour tuer un être vivant ici, il fallait forger son corps, obtenir de la puissance physique, utiliser des armes lourdes et renforcer ses fondations. Les techniques pour ‘tuer efficacement’ n’avaient jamais été développées dans ce monde.

Dans un tel monde, les techniques d’Hifumi étaient totalement inconnues.

Nous avons apparemment été achetées par un homme vraiment dangereux.

Pour être franc, Hifumi faisait environ 1,70 mètre, assez petit pour un combattant dans ce monde.

Parce qu’il n’était pas tellement musclé, Kasha doutait des compétences au combat de son maître. Elle pensait les événements du château considérablement exagérés.

Mais, voyant le massacre devant elle, l’histoire de l’homme qui les avait achetées ne paraissait plus du tout une exagération. S’asseyant avec des esclaves, et acceptant qu’elles mangent la même chose que lui, cet homme décontracté avait l’air d’être véritablement terrifiant à l’intérieur.

Même si Kasha avait combattu de nombreux hommes durant ses aventures, cet homme était d’un tout autre niveau.

Mais malgré la peur qu’il lui inspirait, elle devait garder un œil sur lui.

Ce sentiment de danger et de maitrise qui émane de l’épée …

En pensant ça, un sentiment de peur se reflétait dans les pupilles de Kasha. Mais pas seulement, il y avait un sentiment de respect, du respect pour une personne forte.

 

Deux personnes sur les 4 restantes lancèrent de petits couteaux.

Synchronisant leurs actions, les deux autres plongèrent en avant.

« Hoh … »

Exhalant, Hifumi projeta sa main gauche en avant contre le torse du premier homme. Projeté en arrière, les deux couteaux vinrent se planter dans son dos. Après avoir convulsé, l’homme s’écroula sans vie.

D’un bond, Hifumi glissa entre les jambes du second adversaire qui s’approchait. En pleine glissade, il lança brutalement trois couteaux en direction des deux attaquants restés derrière.

Tandis qu’Hifumi s’approchait rapidement, les hommes bloquèrent avec leurs propres couteaux, mais c’était déjà trop tard.

Arrivé à portée, le katana d’Hifumi fit voler la tête du premier adversaire, et finit sa course dans la carotide du second.

Approchant l’opposant précédemment ignoré, la pointe du katana perça sans aucun bruit le centre de son torse.

Prenant le couteau de la main de son ennemi mort, Hifumi le lança d’un mouvement rapide de l’avant bras. Le couteau vola à une vitesse incroyable, et toucha le 10ème homme caché qui observait la scène, entrant par son œil droit et ressortant de l’autre côté de sa tête.

« J’étais sûr qu’il y avait 10 personnes »

Quelques secondes à peine après avoir rencontré Hifumi, ils étaient déjà tous morts.

« Fuu … Je me suis bien amusé. Merci beaucoup. »

Hifumi dit à la pile de cadavres en souriant.

« Ah, bordel ! »

Voyant l’état de son uniforme couvert de sang, Hifumijura jura tout en rangeant son katana.

« Tous les membres sont morts. Bon, cherchons qui les a employés. »

« Puis-je m’en occuper en tant que membre des Chevaliers ? Honnêtement, nous sommes inquiets quand à la vraie nature de ces personnes. » (Midas)

A la proposition de Midas, Hifumi avait une expression glaciale.

« Pour mieux pouvoir effacer toute preuve de leur implication avec le Corps de Chevaliers …. N’est-ce pas ? »

« A-Attendez ! Vraiment, de telles personnes n’existent pas parmi notre Corps de Chevalier, nous connaissons les risques de déclencher un combat avec Héros-sama ! »

Sous le regard glacial d’Hifumi, Midas paniqua instinctivement.

« Fuu … Très bien. Dans ce cas, je ne veux pas vraiment passer du temps à enquêter. Faites comme vous le souhaitez. »

« M-Merci. »

Laissant Midas attendant des renforts, Hifumi et compagnie retournèrent au quartier commercial.

Est-ce que ma remarque était correcte ? Bon, pas besoin de s’inquiéter de toute façon.

« Bon, maintenant que nous nous sommes bien amusés, nous devrions nous occuper de nos achats. »

« Ne, ne »

En marchant, Kasha appela.

« Quoi ? »

« Juste avant, votre méthode de combat, c’est la première fois que je la vois. Où avez-vous bien pu l’apprendre ? »

« Ah … Ça, huh. Dans ma ville natale, une telle façon de combattre n’est pas inhabituelle. Comme moi, dans le pays où je suis né et où j’ai grandi, il y avait assez peu de personnes avec un physique bien bâti comme ici. Toutefois à une certaine période de notre histoire une ère de combat a divisé le pays, c’est un tel environnement qui a permis la naissance d’une technique compensant la différence de force.Même si une personne porte une armure, il est possible de la tuer efficacement. »

(Note Editeur : Hifumi fait référence à la période Sengoku du japon où chaque clan se fait la guerre. C’est à cette période qu’a vécu le célèbre général Oda Nobunaga !)

« Compenser la force physique par la technique … »

Origa réfléchissait à la phrase d’Hifumi.

« Sur le champ de bataille, la coutume était de récolter les têtes des ennemis tués. Il existait aussi de nombreuses autres techniques pour déstabiliser mentalement l’adversaire. »

« L-Les têtes ?! »

Une image terrifiante semblait se former dans l’esprit d’Origa et Kasha, mais Hifumi n’avait pas particulièrement envie de les corriger.

« C’est ça. Les têtes des ennemis étaient attachées autour de la taille du général, pour montrer ses prouesses militaires. »

Tout en discutant les détails des anciennes batailles japonaises, Hifumi continuait à marcher, accompagné de deux esclaves au visage légèrement pâle.

Ils atteignirent enfin le marchand d’armes et armures, tout près de la boutique dans laquelle ils avaient mangés. Comme dans un supermarché, le magasin était rempli de produits, en l’occurrence ici des équipements.

Au fond, on pouvait apercevoir un atelier dans la pièce adjacente, l’entrée couverte d’une sorte d’écran. Cet endroit aussi était une boutique avec laquelle Kasha était habituée.

« Si c’est ici, des armes peuvent être fabriquées, des armures aussi. Il y a aussi, même s’il ne s’agit pas trop de leur zone d’expertise, de l’équipement pour magicien. »

La joie de faire du shopping mise de côté, Kasha avait l’air tendue.

Dans la boutique, un petit homme assez vieux était assis à côté de l’écran, une expression désagréable sur le visage.

« Vous deux huh. »

Le vieil homme regarde Kasha et Origa d’un air renfrogné.

« Je vous quitte des yeux un instant, et vous devenez des esclaves. »

Fixant le tatouage sur leurs épaules, le vieil homme parla en soupirant.

« Aa, il y a de nombreuses raisons à ça. Pour l’instant, cet homme est notre maître. Goshujin, voici le propriétaire des lieux, Thorn, de la race des Nains. »

Introduit par Kasha, le vieil homme tourna son regard vers Hifumi.

Ooh, c’est un nain ? C’est la première fois que j’en vois un vrai !

Rencontrant le membre d’une race fantastique pour la première fois, Hifumi était excité.

Puis, une question se forma dans sa tête.

« Huh ? Les humains et les demi-humains ne sont-ils pas hostiles entre eux ? »

« Fuun, un gamin qui ne connait rien. Les humains sont en querelle avec la race des hommes-bêtes. Nous, les nains, nous sommes disséminés à travers le monde, polissant nos compétences, quand aux elfes, ils ne sortent même pas de leur territoire. »

« C’est donc ça. Facile à comprendre. »

Thorn avait un air renfrogné pendant tout le temps de son explication, à moins qu’il ne s’agisse de son visage habituel.

« En fait, la race des Démons mise de côté, les hommes-bêtes et les humains sont la seule source de revenue pour le marché des armes. »

Il s’agissait apparemment d’une race ayant le sens des affaires.

« Vous savez quelles armes vous maniez le mieux. Ne vous occupez pas du prix, si vous en trouvez une qui vous plait, prenez-la. »

Hifumi leur dit magnanimement de se dépêcher de choisir leurs armes. Il lui restait encore une grande quantité de d’argent.

« Est-ce que c’est vraiment ok ? Les esclaves n’ont normalement pas le droit de porter d’arme, et s’ils le sont, seulement des armes peu chères. »

Après que la joie ait couverte le visage d’Origa, elle demanda inquiète.

« Serez-vous capables de vous battre sans arme ? Même si le prix est trivial, vous devriez choisir une arme facile à utiliser et durable. L’arme ne doit pas se briser en plein combat. »

Aux côtés d’Hifumi, Kasha hocha la tête : ‘’un un’’.

« Goshujin a raison. Comme on peut s’y attendre de sa part, goshujin comprend. Alors choisissons sans nous retenir. Origa, tu dois choisir un bâton. Tu ne peux pas utiliser la magie sans, alors comment comptes-tu te battre ? »

Hifumi avait entendu les mots de Kasha.

La magie n’est pas utilisable sans bâton ? C’est comme cela que ça marche dans ce monde ? Pourtant moi je peux utiliser ma Magie Noire sans en avoir besoin d’un …

Mais, ni le marchand d’esclaves ni le garde à l’entrée n’ont eu de réaction quand je l’ai utilisé pour en sortir de l’argent. Peut-être s’agit-il seulement d’une particularité d’Origa, les divers bâtons exposés sont ornés de cristaux et pierres précieuses, à quoi servent-ils, je ne le sais pas.

J’ai encore bien des choses à apprendre sur ce monde.

En regardant les nombreux produits, Hifumi pouvait à nouveau confirmer qu’il se trouvait bien dans un autre monde.

« Ca ne te va pas Origa. »

« Les bras et jambes de Kasha, sont longs, la plupart des robes te vont bien. »

Même si la conversation commençait à ressembler à une conversation tout à fait commune dans un tel endroit, Hifumi décida de l’ignorer.

Hifumi préférerait éviter d’être mêlé aux emplettes de femmes.

« Toutefois, couteau, épée à une main, épée à deux mains, hache, masse, il n’y a pas grand-chose ici. Et la seule différence entre les armures en cuir et celles en métal, c’est leur solidité, il n’y en a pas d’autres sortes disponibles. »

Aux grommellements d’Hifumi, Thorn rétorqua.

« Qu’est-ce que tu racontes. C’est dangereux si la défense n’est pas renforcée. De plus, les seules armes que je ne possède pas ici sont les lances utilisées par les Chevaliers. »

Apparemment les armures de cuir étaient la norme ici, les armures en métal étant principalement utilisées par les personnes de haut rang, il existait très peu de variétés d’armes.

« Est-ce que je peux passer une commande personnalisée ? Il y a quelque chose que j’aimerais que vous me fassiez. »

Tout d’abord en essayant d’expliquer oralement et échouant, parce que c’était assez compliqué à comprendre, le marchand dû préparer un parchemin et de l’encre, sur lequel Hifumi dessina.

« Ca, et ça, ce sont des armes, alors faites bien attention en les forgeant. Aussi, cela bouge comme ça, alors ne le fixez pas … »

« De quel genre d’arme s’agit-il ? C’est la première fois que je vois ça, comment l’utilise-t-on ? »

« Aa …. Les mots ne suffisent pas pour l’expliquer, le mieux serait de vous montrer. »

Hifumi donna environ 20 pièces d’or à Thorn, qui était constamment en train de pencher la tête sur le côté.

« Voici une avance. Je paierai le reste une fois les produits complétés. »

« Bien, du moment que je peux me faire de l’argent. Voyons ….. 3 jours, j’aurais terminé dans 3 jours. »

Comme on pouvait s’y attendre d’un nain, sa vitesse de travail était conforme aux attentes d’Hifumi.

Pendant qu’ils discutaient, Origa et Kasha venaient de finir de choisir.

« Vous vous êtes décidés ? »

« Oui, mais le prix total est assez élevé.. »

Hifumi ria joyeusement en voyant les deux avec leur air désolé.

« Ahaha, c’est bon, il me reste encore pas mal d’argent venant du château. »

«  ….. »

Même si Kasha réagit pour une différente raison, elle demanda à Hifumi de lui acheter deux épées à une main et une armure en métal. En dessous de l’armure ? De simples vêtements.

Origa avait choisi une robe adoptant les formes de son petit corps, et un bâton dont le bout était orné d’une pierre de la même couleur verte que ses yeux.

Pour un total de 22 pièces d’or. La moitié étant le coût du bâton.

« Je suis désolée … »

Vers Origa qui se sentait comme un fardeau, Hifumi paya et la réconforta en lui disant que ce n’était pas bien grave.

« Goshujin n’achète rien ? Même si les vêtements de goshujin sont assez peu communs, c’est dangereux de ne pas porter au moins une armure en cuir … » (Kasha)

« Oh ? Tu t’inquiètes pour moi ? »

« Q-qu’est-ce que …. » (Kasha)

Hifumi la taquinant, Kasha rougit et baissa la tête. Elle n’avait apparemment pas d’expérience dans ce genre de plaisanterie.

Etant donné que son visage et son physique étaient agréables à regarder, et le fait que la profession d’Aventurier était principalement une profession d’homme, la pureté de ses réactions paraissaient assez étranges.

« Une armure n’est pas nécessaire, trop lourd. Et comme arme, j’ai ça. »

Hifumi rétorqua en touchant le katana placé sur sa hanche.

« Mais je viens quand même de placer une commande pour une nouvelle arme. »

« !!! S’agit-il d’une arme venant du monde de goshujin ??? »

Origa s’introduisit dans la conversation.

« Ca t’intéresse ? »

« Oui. Tout à l’heure, goshujin a combattu en utilisant une technique inconnue. Si possible, j’aimerais apprendre cette technique. »

Origa fixa Hifumi droit dans les yeux et demanda. 

« Mmmh, je vois. »

Hifumi n’avait pas seulement appris des arts martiaux japonais, mais aussi d’autres arts martiaux venant du monde entier durant de nombreuses années, il était assez heureux de pouvoir les enseigner.

« M-Moi aussi je veux l’apprendre ! »

Kasha déclarant sa participation en vitesse, Hifumi était de bonne humeur.

« Yosh, dans ce cas, montrez moi ce que vous savez faire. Seulement après, je vous guiderai. Origa est une magicienne n’est-ce pas ? Sais-tu te battre au corps à corps ? »

« Je ne savais me battre qu’avec la magie jusqu’à maintenant. Mais je suis tombé dans cette situation, et je regrette ne pas l’avoir appris ….. »

« Origa …. » (Kasha)

Hifumi se rendit compte que cela avait quelque chose à voir avec la raison pour laquelle elle était devenue esclave, et décida de ne pas aborder le sujet.

« Toutefois, il y a une règle. Je suis très sévère, alors préparez-vous. »

« D’accord, merci beaucoup. » (Origa)

« Goshujin, un petit peu …. Non, s’il vous plaît, ne soyez pas trop dur avec nous. » (Kasha)

 

Suivant Hifumi, d’assez bonne humeur, Origa et Kasha étaient maintenant équipées de l’équipement récemment achetés.

Quittant la boutique le cœur léger, le soleil commençait à se coucher.

Beaucoup de temps s’était écoulé tandis que Hifumi et les deux autres faisaient les boutiques. Absorbés dans la sélection et la discussion de leurs équipements, toute tension avait disparue.

« ….. Maintenant, il nous faut un hôtel. »

« ….. Oui. »

Les cours d’Hifumi commenceraient le jour suivant.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                    Chapitre Suivant

Accueil

2 pensées sur “Le Héros est un Démon – Chapitre 6

  • 30 juillet 2016 à 16 h 18 min
    Permalink

    Le héro qui apprend à ses esclave à combattre avec les art de son monde ? Ses tellement bon d’enfin voir des chose différence !!! T.T

    Répondre
  • 12 mars 2017 à 20 h 59 min
    Permalink

    « Goshujin, un petit peu …. Non, s’il vous plaît, ne soyez pas trop DUR avec nous. » (Kasha) (facepalm)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :