Chapitre 25 : Jeter un Coup d’Oeil aux Alentours

 

Edit : Exserra

 


 

 

Le comité central de Vichy est constitué de 5 comités représentant les 5 plus grandes villes, comité central plus communément abrévié en ‘Centre’ par Vichy.

Chaque ville reconnaissait son autorité.

Un agent de liaison est envoyé depuis le Centre vers chaque ville, constituant ainsi un système d’organisation parfait, mais aussi et surtout un système d’espionnage efficace. Pour cette raison, une cité-état essayant se détacher politiquement de Vichy n’avait pas été vu depuis plus de 50 ans ….

« Qu’est-ce que … ? Que se passe-t-il ! »

Au siège du comité central,  dans une pièce simplement décorée et pourtant digne, un homme corpulent haussait le ton.

« Inutile de s’énerver. Nous devons d’abord mieux nous renseigner. »

« En tout cas, le représentant d’Aroseru est hors-jeu. Selon un observateur que nous avons envoyé, la plupart des soldats ont été apparemment tués. Collecter des informations risque de prendre du temps. »

« Tandis que nous trainons, il se peut qu’Orsongrande prépare quelque chose. »

« Impossible. Il n’y a aucune raison pour qu’ils entrent en conflit avec nous, et il n’y a pas non plus d’indication le démontrant dans la circulation de leurs marchandises (Note Edit : pas d’échanges d’armes). »

Les membres du comité central échangèrent leurs diverses opinions, ‘’apparemment de nombreuses troupes d’Aroseru ont été assassinées’’ étant le thème prédominant.

Légalement parlant, les protestations devraient être menées contre Orsongrande, mais cela était impossible, faute de preuves.

« Excusez-moi ! »

Un soldat accouru dans la salle de conférence avec un document officiel entre les mains.

« Quoi ? Nous sommes en pleine réunion. »

« C’est que …. Nous avons reçu une lettre de protestation venant d’Orsongrande. »

« Une lettre de protestation !? »

Un homme se leva frappant de ses mains la table, son large ventre oscillant, et arracha les documents des mains du soldat.

« C-C’est … »

Voyant la stupeur de l’homme, une membre féminine du comité lui prit le document et le parcourut.

« Voyons … »

D’après le document envoyé par Orsongrande, le comité d’Horant s’était procuré des outils magiques déformant la nature humaine, et la cité-état avait aussi donné l’ordre de tuer une jeune fille innocente. De plus, il contenait une plainte pour usage d’outils magiques avec un comportement agressif sur le territoire d’Orsongrande, soutenu par des preuves et témoins.

Orsongrande dénonçait aussi les membres du comité central pour leur abus d’autorité au cours du temps et certaines actions indépendantes commises en leur nom, appelant les villes alliés à se séparer de Vichy, et au comité central à prendre des sanctions exemplaires, au nom de la justice.

« Ce n’est pas une protestation, c’est une déclaration de guerre ! »

« Pourquoi est-ce que … »

« Contactez immédiatement chaque villes et dites-leur de ne pas répondre à cette protestation ridicule d’Orsongrande. »

« Toi ! Va tout de suite prévenir nos contacts dans chaque ville ! »

« A vos ordres ! »

Le soldat ayant amené les documents sortit en hâte de la salle de conférence.

« Il s’agit là d’une grande menace pour Vichy. Si par malchance une cité-état envisage de se séparer de nous … »

« Il y a peu de chances que cela arrive. Je ne sais pas trop pour Orsongrande, mais établir une nation indépendante ne sera pas considéré dans les autres cité-états. »

« Ah bon ? …. En prenant en compte les forces militaires, les tribus d’Hommes-bêtes et Horant possèdent plus de troupes. Si on y pense vraiment, notre pays ne risque pas d’être tant affecté par un petit état comme Orsongrande. »

Un soulagement parcourut la salle de réunion, décidant de coopérer pour le moment, bienqu’à contrecœur.

Le futur aurait pu être différent s’ils avaient pris activement des mesures de défense contre Orsongrande, mais le sens commun fut facilement dominé en faveur des possibles gains personnels.

 

 

Il s’agissait pour Hifumi de son deuxième jour au château. Le groupe n’en était pas sorti depuis.

« L’assemblée des cités-états alliés est dispersée un peu partout, un moyen facile pour maintenir la stabilité et coopération. Avec une certaine solidarité, les économies peuvent se développer dans le bons sens. Toutefois, chaque ville-état se protège elle-même, et le sentiment patriotique de chacun de ces ‘’pays’’ pour le Centre est assez faible. »

Expliqua Hifumi, en mâchant joyeusement un steak au petit matin.

Le document de protestation était bien sûr son oeuvre.

Assises à ses côtés se tenaient la Princesse Imeraria et Alyssa. Origa et Kasha avait été délivrées de leur situation d’esclaves.

Même si elles avaient été délivrées, elles n’avaient pas quitté Hifumi. Leur vengeance encore inachevée, elles étaient maintenant employées exclusivement par Hifumi en tant qu’aventurières pour voyager avec lui. Elle souhaitait fortement l’accompagner, alors Hifumi leur avait répondu ‘’Bien, dans ce cas je vous embauche. Jusqu’à ce que Beirevura soit capturé et tué.’’.

Alyssa était, elle, employée en tant qu’intendante d’Hifumi, qui était traité comme un Vicomte. Elle était heureuse et soulagée d’avoir obtenu une position sociale dans ce pays qui n’était pas le sien. Une fois la cérémonie terminée, ils avaient prévu de visiter leur territoire.

« Mais, est-ce que l’explication que nous avons envoyé sera assez, je me demande bien … »

Contrastant avec Hifumi, Imeraria était clairement inquiète, ce qui se reflétait sur son appétit.

Le jour du retour d’Hifumi au château, Imeraria avait écrit les documents à envoyer à Vichy, comme le lui avait proposé Hifumi. Ils avaient été délivrés au comité central de Vichy via l’ambassadeur de Vichy, les ayant reçus par pigeon voyageur et par cheval coursier. Ils devaient arriver le jour-même ou le suivant. Il s’agissait des moyens de communications les plus rapides de ce monde.

A ce moment-là, Hifumi leur avait dit d’envoyer les documents à chaque Villes-Etats de Vichy avant que le comité central ne commence à agir.

« En tout cas, il est impossible de garder sous surveillance les mouvements de chaque ville. Sans le savoir, il se peut que la ville voisine soit un ennemi, amusant, n’est-ce pas ? Sinon, après avoir examiné certains documents, j’ai découvert que le Centre possède une large quantité de troupes. A cause de ça, chaque ville va envoyer des agents partout où se trouve une forte influence politique et financière pour se tenir au courant de la situation. Le comité central va lutter désespérément pour garder la situation sous contrôle. »

Imeraria était incapable de contredire Hifumi. Après une brève consultation avec le Premier Ministre, tout cela avait été arrangé en vitesse. Enfin maintenant, les doutes commençaient à affluer. A ce moment-là, c’était une décision pressée, mais maintenant, pourrait-ce être considéré comme une déclaration de guerre ?

« Au moins la force de leur système politique est quasiment non-existant. A cause de leur système de conseil, ils vont se quereller entre eux, et ils ne devraient pas se mettre d’accord pendant au moins deux semaines. »

En disant cela, Hifumi se leva. Origa, Kasha, et Alyssa étaient sur le point de le suivre, mais il leur signala de ne pas le faire.

« Où ? »

« Faire quelques
achats près du château. »

Plaçant sa capuche pour cacher son visage, Hifumi quitta tranquillement la salle.

« Um … »

Après qu’il soit parti, Alyssa ouvrit la bouche. Tous les yeux se concentrèrent sur elle.

« A propos d’Hifumi-san, il a dit quelque chose d’extrême comme quoi il allait écraser Vichy, mais a envoyé des documents à la place, ça m’a plutôt l’air gentil, vous ne croyez pas ? »

« Alyssa-san, en tant qu’intendante d’un noble, ta façon de parler demande quelques corrections. »

« Auu …. »

Alyssa se recroquevilla instantanément à la remarque d’Imeraria.

« Les actions de Mr Hifumi ne sont pas du tout ‘’gentilles’’. »

« Que voulez-vous dire ? »

« Il prévoit probablement d’utiliser la méthode de « diviser pour régner » afin de capturer les cités-états. Au final, quand Vichy essayera d’agir, les troupes des alliés d’Horant seront fortifiées, comme suggéré par Mr. Hifumi. »

Apparemment, il y avait eu une discussion entre Hifumi et Imeraria.

« Mais vous avez accepté la confrontation avec Vichy non ? »

« … Si Vichy n’est pas détruit, ce pays le sera. Est-ce que Mr. Hifumi se déchainera ici et nous détruira de l’intérieur ? Ou bien est-ce que la circulation de marchandises de Vichy s’arrêtera et causera la même chose ? »

Imeraria soupira, comme si elle n’avait plus aucune option disponible.

 

 

« Oh, le retour du grand Vicomte-sama. »

Hifumi venait d’arriver à la boutique du nain Thorn.

« Comment l’as-tu su ? »

« C’est écrit sur tout un tas de prospectus, un client m’en a montré un. »

Le document que Thorn passa à Hifumi détaillait ‘’les actions du héros Hifumi, ayant sauvé une femme de Vichy et reçu le titre de Vicomte, nouveau seigneur défendant la frontière entre Orsongrande et Vichy’’.

« Hmm, en plus le parchemin est d’assez bonne qualité. »

« Sinon, tu veux acheter quelque chose … ou bien fabriquer un autre truc bizarre ? »

« Vous êtes rude. Ce sont de splendides outils de combat. »

En disant ça, Hifumi sortit plusieurs morceaux de papier de haute qualité de son Trou Noir.

« Hmph. »

Malgré sa mauvaise attitude, les yeux de Thorn brillaient de curiosité en regardant les papiers.

« Qu’est-ce que c’est que ça !? »

« Les dimensions sont écrites ici, de même pour le nombre à fabriquer. »

Des plans pour fabriquer des sortes d’outils et armes étaient inscrits sur le papier.

« Pourquoi en veux-tu autant ? »

« Si tu veux savoir, viens avec moi à Fukaroru. Je te montrerais la façon de combattre de mon monde. »

« Hmm, laisse-moi y réfléchir. Il y a de nombreuses commandes, et la structure est assez complexe. Ca va me prendre environ 2 semaines. »

« Je te donne 10 jours. »

« …. Je vais devoir appeler une connaissance. »

 

 

Après ça, Hifumi revint chez le marchand d’esclaves.

Le même garde se tenait devant l’entrée. Il jeta un coup d’œil à Hifumi avant de se presser instantanément à l’intérieur de la boutique.

Immédiatement, le propriétaire, Uraru, sortit.

« Bonjour bonjour, Hifumi-sama. Merci infiniment de vous être rappelé de notre humble boutique, si vous le voulez bien, entrez. »

Guidé par Uraru, Hifumi s’assit et mentionna les mêmes conditions que la dernière fois, force, n’importe quel âge ou sexe, mais cette fois-ci, avec une condition supplémentaire.

« Ça risque d’être un peu difficile, mais un individu vif et intelligent serait préférable. »

« Ha haha ! Certainement, il n’y a pas beaucoup d’esclaves intelligents … Oups, veuillez ne pas répéter ce que je viens de dire à Origa et Kasha. Bien, je vais préparer tout ça. »

Après un instant, Uraru revint et mena Hifumi à une pièce contenant 5 personnes, des deux sexes.

Chacun d’entre eux portait une simple tunique sale.

« Ceux-là peuvent lire et écrire, et aussi à peu près compter. »

Un bureaucrate ayant détourné des fonds, un comptable d’un hôtel ayant fait faillite, d’autres personnes diverses et variés étaient réduites au rang d’esclave.

Leur parlant, Hifumi découvrit qu’il était possible pour eux de faire des additions et soustractions, mais très peu pouvaient faire des multiplications et divisions, il s’agissait apparemment des standards généraux de ce monde.

« Je les achète tous. Lavez-les et mettez-leur de nouveaux vêtements. Amenez-lez demain au Château. »

« Certainement. Mais, si je puis me permettre, pourquoi souhaitez-vous des esclaves éduqués ? »

Ils appellent ça éduqués ?

« Les préparations sont très importantes si l’on veut se battre de tout son soûl. D’ailleurs, y-a-il des esclaves aussi doués manuellement qu’un nain ? »

Uraru inclina respectueusement la tête suite à la demande d’Hifumi.

« Oui, il y en a. »

 

 

Retournant triomphant au Château, Hifumi rassembla Kasha, Origa et Alyssa, et leur expliqua leur prochain mouvement.

« Dans 10 jours, nous partirons et irons à Fukaroru. Il ne s’agira que d’une visite de routine aux villages de mon territoire. En guerre, il ne faut rien omettre. »

En entendant le mot ‘’guerre’’, Alyssa trembla.

« En attendant, nous nous préparerons, mais tout d’abord, il faut nous occuper des formations des unités. 100 hommes seront divisés en 4 corps, avec une composition de 30-30-30-10. Le dernier, de 10 hommes, sera le corps d’approvisionnement. »

« Corps d’approvisionnement .. ? »

« Huh ? ….. » (Kasha)

Apparemment, dans ce monde les provisions étaient transportées individuellement, l’idée une unité s’occupant de la cuisine et du matériel n’existait pas encore.

« Bon, je suppose que je vais devoir vous expliquer. Cette unité portera le matériel et les provisions, et s’occupera de la cuisine. Pour les 3 corps restants, Origa, Kasha, et Alyssa, vous serez les commandants de la première, deuxième, et troisième unité respectivement. »

« C-Commandant ?! C’est impossible pour moi ! »

Hifumi donna une petite tape sur la tête d’Alyssa, qui s’était levée, en panique.

« Les méthodes conventionnelles ne seront pas utilisées de toute façon, alors qui sera le commandant importe peu. »

« N’importe laquelle d’entre nous ira huh … » (Origa)

« Pas besoin de s’inquiéter. Vous n’aurez pas à confronter l’ennemi directement au début. »

« Que veux-tu dire ? »

En répondant à la question de Kasha, Hifumi sortit un morceau de papier et commença à écrire dessus.

« Si mes estimations sont correctes, ce sera un siège impliquant aussi les civils. »

« Les civils … »

Origa fut incapable de continuer sa phrase, le silence remplit la salle, rythmé par la plume d’Hifumi dansant sur le papier.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                    Chapitre Suivant

Accueil

Une réflexion sur “Le Héros est un Démon – Chapitre 25

  • Avatar
    28 juin 2018 à 3 h 25 min
    Permalien

    Étrange, le  »train » et la logistique sont des fondamentaux des armées professionnelles depuis des millénaires. Ce monde devait être bien en relative paix avant l’arrivée de ce fou de guerre.

    Je signale des lettres oubliées :

    L’assemblé… des cités-états alliés est dispersée un peu partout,

    « Il prévoit probablement d’utiliser la méthode de « diviser pour régner » afin de capturer les cité…-états.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :