Chapitre 16 : Viva La Vida

 

Edit : Exserra

 


 

Hifumi attacha en vitesse Guzafan avec une corde et le mit dans le chariot. Puis il demanda aux autres soldats d’amener leur supérieur. Guzafan fut jeté devant Origa et Kasha.

« Origa, voici le criminel ayant volé la propriété d’un noble, quel genre de punition va-t-il recevoir ? »

« ….. Selon les lois d’Orsongrande, un de ses bras sera coupé ……. »

« Même si les dommages causés par l’incident avec le noble sont bien pires. Sa punition doit toujours être dans la limite du légal. »

Tandis que Kasha coupa la parole à Origa, le visage de Guzafan pâlit, il regarda en direction d’Hifumi afin d’obtenir sa grâce.

« Pi-Pitié, pardonnez-moi ! On m’a ordonné de ….. »

« Vraiment, dans ce cas, quelles étaient les instructions et qui les a données. »

« C’est…. C’est …. »

Guzafan ne pouvait pas répondre. Même s’il n’est pas tué par Hifumi, s’il donne le nom de son employeur ce ne sera qu’une question de temps avant qu’il ne soit tué par son complice.

« Tu ne peux pas le dire ? Dans ce cas … »

« Attendez ! Je vais le dire ! Je vais parler ! »

Parler maintenant pouvait retarder sa disparition, mais ne pas parlé résulterait en sa mort immédiate. Il n’avait donc pas vraiment le choix, et Guzafan supplia qu’on l’épargne, le visage mouillé par les larmes et les cheveux ébouriffés. Voyant cette figure pathétique, Origa et Kasha étaient dégoutées.

« Nous faire tromper par une personne aussi misérable ……. »

« Vraiment. Même le désir de le tuer a disparu…. »

En disant ça, le soldat partit tout à l’heure revint. Juste derrière lui se trouvait un groupe d’environ 15 personnes. Puisqu’ils portaient des armures similaires à celle de Guzafan, il s’agissait probablement de gardes de la ville.

Les voyant courir dans sa direction, Hifumi se rendit tout à coup compte de quelque chose et se mit à courir vers le groupe.

« Derrière toi ! »

Entendant le cri d’Hifumi, le soldat se retourna, et avant qu’il ne puisse s’en rendre compte, les forces de réserve avaient déjà sortis leurs armes.

« Eh, quoi ….. »

S’arrêtant par inadvertance, le soldat murmura en voyant ses collègues confronter quelqu’un, pas Guzafan, mais lui.

Non, ce n’était pas son imagination. Les yeux du soldat de tête étaient clairement sur lui. Le soldat de tête leva son épée, le visant clairement.

« Uwaaaa ! «

« Esquive imbécile ! »

Hifumi poussa sur le côté au dernier moment le soldat qui était sur le point de se faire couper. Frappant le soldat de tête d’un coup de pied tout en évitant la lame descendante.

Toutefois, le soldat de tête ne fit que tituber, et ne tomba pas.

« Nuu, arrêtez toute résistance ! Sales voleurs ! »

Le soldat de tête tenta de l’intimider et le reste des soldats encerclèrent Hifumui, leurs épées sorties.

Plusieurs personnes se dirigeaient vers Kasha et Origa.

« Le voleur vient de chez vous. T’es con ou quoi ? »

Hifumi sortit son fin katana, et les sourcils froncés, cracha ces mots.

« Alors tu es leur boss. Je savais que tu ne pouvais pas les discipliner, mais bon, je suppose qu’on y peut rien si leur chef est une ordure, n’est-ce pas ? Hm ? »

Qu’ils aient entendu la provocation d’Hifumi ou pas, le soldat de tête prépara son épée à nouveau et dit à ses subordonnés.

« Cette homme est un noble réalisant des arnaques, ce serait de la folie pour lui d’essayer de nous accuser et de nous tuer ! Arrêtez-le ici même ! »

Faisant exprès de l’ignorer, il cria fort afin que la population autour puisse bien l’entendre. Hifumi pensa qu’il s’agissait d’une explication possible. Utilisant ‘’C’est comme ça et puis c’est tout’’ afin de se débarrasser des gênes. Apparemment ce n’était pas sa première offense, et il y était maintenant habitué.

Dans une telle situation, il ne lui restait qu’une seule solution.

« Compris. Apparemment discuter avec toi est une perte de temps. Venez, je vais tous vous tuer. »

« Ne me sous-estimes pas gamin ! Crève ! »

A nouveau le soldat de tête leva son épée et frappa en diagonale à hauteur d’épaule, mais pendant que la lame descendait, une épée se planta dans son œil gauche. La lame transperça son cerveau, et la longue vie du soldat se termina rapidement.

« Origa, Kasha ! Tuez-les comme je vous l’ai appris, allez-y de toutes vos forces ! »

Hifumi ne vit pas si les deux filles avaient réagies à sa voix.

Jugeant qu’Hifumi était plus dangereux que les deux femmes, les autres 10 soldats l’encerclèrent.

Voyant que le soldat de tête était mort, une inquiétude parcourait les soldats, mais comprenant que ne pas se débarrasser d’Hifumi risquerait d’être dangereux, ils reprirent immédiatement leurs esprits et chargèrent.

Kasha et Origa n’ont pas encore reçues d’entrainement au combat contre de multiples ennemis. Il y en a trop pour pouvoir leur enseigner maintenant …

Même s’il pensait ça sereinement, les mouvements d’Hifumi étaient rapides.

Avant que l’attaque des soldats ne l’atteigne, il se retourna et changea de place avec un ennemi se trouvant derrière lui.

« Gua .. ! »

A l’endroit où se trouvait précédemment Hifumi, de nombreuses lames s’arquèrent, des cris de douleur se firent entendre, et l’homme mourut.

Pendant ce temps, un peu plus loin, la tête d’un des soldats se sépara du reste de son corps, et Hifumi rangea son Katana.

Il sortit ensuite un kusarigama.

La chaîne attacha deux personnes ensemble au niveau du cou, les tira et les projeta au sol.

Le son des cous se brisant se fit entendre. Les deux étaient morts ensemble, la chaîne fut détachée sans même confirmer leur mort, et la lame de la faux s’enfonça dans le cou d’une autre personne à côté.

Le geyser de sang fut évité en se retournant vers un autre ennemi, une épée plongea vers lui mais la chaîne s’enroula autour et une simple traction la fit tomber des mains de son détenteur. La faux fut enfoncée à travers une ouverture sur le côté de l’armure, ouvrant avec force l’estomac.

Le soldat resta figé tout en voyant ses propres intestins tomber sur le sol, et mourut avant de s’en rendre compte.

« Il n’en reste plus que la moitié. Aucune résistance. Vous ne valez même pas la peine d’être tués si vous ne vous défendez pas un peu plus. »

Hifumi se vanta, s’affirmant déçu, le tout en coupant en direction d’une autre personne. Un coup à la jambe et il tomba facilement, suivi d’une légère coupure à la carotide avec la faux.

Les soldats restants furent tués facilement. Hifumi, entouré de cadavres, tourna son attention vers Origa et Kasha.

Les deux avaient chacune un ennemi, mais s’en étaient déjà occupées.

Origa les avait empêchés de s’approcher en les blessant avec des shurikens, et quand leurs mouvements ralentissaient, elle chantait une magie de vents pour les décapiter. La précision de ses attaques augmentait, et leur tranchant avait lui aussi l’air de s’être amélioré.

En parallèle, Kasha se battait tout près avec ses deux épées, attaquant à répétition le haut du corps de son épée droite et quand l’ennemi bloquait, plantait l’épée gauche dans la cuisse, l’arrêtant ainsi sur place, enfin, elle donnait le coup final en lui coupant la gorge.

« Bien, vous vous êtes bien débrouillées. »

Hifumi regardait autour de lui en les félicitant rapidement. Les riverains qui étaient là depuis le début avaient peur d’
être pris dans les combats, mais aucun n’avait osé s’enfuir.

Seul Hifumi et le gang avaient survécu, avec Guzafan toujours attaché et l’homme qui avait appelé le groupe de soldats.

Le combat étant bien terminé, le soldat, se levant en titubant, demanda à Hifumi son nom, s’introduisant comme Tamuzu.

« Qu’est-ce qui s’est passé ici ….. »

En face de Tamuzu se tenant là abasourdi, des objets apparaissant comme étant des restes de corps humains étaient disséminés un peu partout et l’odeur du sang imprégnait l’air à l’entrée de la ville.

« Tu ne sais même pas alors que tu étais aux premières loges ? Guzafan est un idiot qui fouille les bagages des voyageurs, les personnes un peu partout sur le sol sont tes collègues, ton boss compris. »

Parce qu’il ne pouvait l’admettre ou tout simplement parce qu’il était en état de choc, Tamuzu ne pouvait que rester silencieux.

Hifumi décida de le laisser, son état lui important peu. Il se tenait devant Guzafan, terrifié en voyant ses complices entièrement annihilés.

« Toi, ne sais-tu pas ce qui va se passer à cause de tes actions ……. »

« Que va-t-il se passer ? Est-ce que leur nombre va doubler ? Est-ce qu’une personne plus forte va apparaitre ? Ou peut-être quelqu’un de célèbre ? »

Sans attendre une réponse de Guzafan, Hifumi continua.

« Il y a bien trop de personnes comme toi, se croyant supérieurs et mieux que les autres. Regarde ces cadavres. Peux-tu dire qui là-dedans est ton collègue, ton boss ? Quel morceau de viande appartient à ton ami ? Quel organe appartient à ton boss ? Si un être humain est coupé, ses entrailles jaillissent et il meurt. Roi, Chevalier, et voyou, tout est pareil. »

Il n’y avait pas que Guzafan qui écoutait les paroles d’Hifumi, Origa et Kasha elles aussi écoutaient attentivement.

« C’est la même chose pour toi et pour moi, la fondation de chaque humain est la même. La seule différence est leur apparence, pour les distinguer, ce qu’ils pensent, et ce qu’ils font. Vous ne pensiez qu’à tromper les gens et vous m’étiez hostile. C’est tout. »

Ignorant Gazufan bouche bée, Hifumi se tourna vers Origa.

« Comprenez que ces personnes sont organisés quand elles commettent un crime. Que ce trou du cul de tout à l’heure soit le cerveau ou juste un laquais, nous le saurons une fois que nous l’aurons entendu. C’est pourquoi ….. »

Hifumi projeta d’un coup de pied Guzafan vers les deux esclaves.

« Si j’étais à votre place, je le tuerais. Rien ne se passera si vous le tuez, même le cerveau de l’opération n’en a que faire de lui, et n’hésiterait pas à l’exécuter. C’est pourquoi, tuez-le. »

C’est une vengeance après tout, comme l’avait dit Hifumi.

Puis, regardant intensément Origa et Kasha une par une, il leur demanda de faire leur propre choix.

Kasha hésitait.

Sa façon de parler était grossière et vulgaire, complètement opposé à sa gracieuse apparence, et contrairement à son maitre Hifumi, elle était une fille qui ne pouvait pas rester calme après avoir blessé une bonne personne.

Si attaqué par un ennemi armé, n’importe qui tuerait, étant donné que sans ça il est impossible de survivre.

Et pourtant juste pour avoir été un ennemi, de plus ne pouvant pas résister. Juste pour le bien d’une vengeance, en tant qu’humain, était-ce bien de tuer ?

Tandis que de nombreuses questions apparaissaient dans l’esprit de Kasha, Origa se tenait là calmement.

« ……..Tuons-le. »

Dit clairement Origa.

« Kasha, je sens que si nous reculons maintenant, nous le regretterons. Ce fut un temps douloureux par le passé. Tuons-le, sinon, quelqu’un d’autre le fera. Après tout, si Goshujin ne nous avait pas recueillis, comment aurions-nous pu obtenir de nos propres mains cette vengeance ? »

Même si cette fois, c’était Goshujin qui avait tout préparé,  pensa Origa en souriant maladroitement.

L’esprit de Kasha s’éclaircit.

« Nous abattrons nos ennemis. »

Sortant une seule épée, Kasha souri en direction d’Origa.

« Goshujin, puis-je vous emprunter votre ‘’Katana’’ ? »

Aucune magie, réalisant qu’Origa voulait le tuer de ses propres mains, Hifumi desserra son épée de son fourreau et la pointa vers Origa, poignée en avant.

Doucement, la lame fut sortie, la lumière se reflétant sur sa magnifique courbe. L’atmosphère changea. Le fait qu’il s’agissait d’un outil de mort avait été totalement oublié.

Recevant l’épée avec une révérence, Origa se tenait maladroitement auprès de Kasha en tenant le katana, baissant les yeux vers Guzafan roulant à ses pieds.

 

Chapitre 16

 

« P-Pitié, arrêtez ….. Je savais que j’étais dans l’erreur. Mais après tout, c’était un ordre…. »

« Ferme-la. »

Dit Origa d’un ton froid. La bouche de Kasha était intensément fermée.

« Pense la mort comme une libération. La vie de désespoir que nous avons vécu, savourant chaque jour la peur de l’agonie qui venait. Quel genre d’humiliation nous allions recevoir, l’animosité de comment nous allions mourir. C’est bien mieux que de vivre avec notre esprit tourmenté par les images affreuses de notre futur, même si nous ne voulons pas y penser. Parce que s’il nous était possible de mourir, dans ce cas ce serait la fin de ces tourments. »

Origa regarda son amie à ses côtés qui venait de finir de parler.

Kasha ne fit qu’hocher la tête, et au même moment, Origa enfonça la lame.

« Gii~ii……. ! »

Guzafan ne fit que serrer les dents, sans même laisser échapper un seul son de douleur, il ne mourut pas immédiatement.

Leurs épées endommagèrent l’artère fémorale de Guzafan, de laquelle une énorme quantité de sang coula, un léger repos lui fut offert avant sa mort.

« Je vais te regarder mourir. Contemple bien nos visages tout en mourant plein de regrets. »

« Nous avons énormément regretté à ce moment. De nous être fait piéger par toi. C’est pourquoi,  c’est ton tour de regretter cet instant. »

Les deux regardaient sans émotion le corps de Guzafan.

Hifumi regardait silencieusement, les contemplant affectueusement du regard. C’était comme regarder une belle, généreuse, et profonde mère, mais la comparaison était ridicule.

Guzafan mourut en marmonnant qu’il ne voulait pas mourir.

Pour Origa et Kasha, c’était la première fois qu’elles savouraient le goût de la vengeance.

 

Origa et Kasha ne dirent rien tandis qu’Hifumi les mena dans la salle à manger.

L’heure de manger approchait, mais ils ne partirent pas, étant donné qu’Origa et Kasha n’avaient pas l’air d’avoir envie de partir.

Elles avaient peur d’entrer, étant donné qu’elles pouvaient se voir refuser l’entrée, mais après avoir prouvé qu’elles travaillaient pour le royaume, elles furent acceptées à contrecœur. Après que la médaille de noblesse ait été montrée bien sûr.

« C‘est mauvais. »

Tout en disant ça, il donna à l’employé une grosse somme d’argent, et lui demanda d’apporter un repas convenable.

« Combien de temps comptes-tu rester dans la lune. Réveille-toi. »

« Je, je suis désolé. »

« ……. Tu peux te laisser emporter dans la sentimentalité, mais … »

Origa se souvint qu’elles étaient des esclaves, et rougit, tandis que Kasha gonfla les joues, mécontente. Hifumi savait qu’elles étaient des femmes fortes. Ayant exp
érimenté un léger choc, il n’y avait pas l’air d’y avoir de problème.

« Ne sois pas satisfaite juste après avoir battu cette personne qui était à peine un sous-fifre. Après ça, n’y a-t-il pas plus de personnes à tuer et plus d’endroits où aller ? »

« …… Avoir une raison de tuer huh. »

« Il devrait y avoir un enfoiré haut placé derrière tout ça, ce n’était pas de chance que vous ayez fait une erreur douloureuse, mais vous avez dû revivre à nouveau la situation. »

C’est pourquoi, effacer la personne hostile au sommet devrait être effectué sans regrets. Après ça, vous vous sentirez mieux, déclara Hifumi.

 

Devant les trois, une succession de plats furent présentés uns par uns.

Même si les portions étaient plus larges et étrangement luxurieuse, c’était parce que le gérant savait qu’Hifumi était un noble et avait donc travaillé dur à préparer les plats.

A la différence d’Origa et Kasha, qui n’avaient pas d’appétit et mangeaient avec réserve le steak style porc sauté et la fraiche et croquante salade, Hifumi avalait simplement son assiette et annonça ses plans.

« Après avoir mangé, je vais aller rendre une petite visite chez le Vicomte Hagenti et lui passer le bonjour. »

En entendant ses plans, seules les oreilles de Kasha n’avaient pas détectées l’annonce d’un nouveau massacre.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                      Chapitre Suivant

Accueil

3 pensées sur “Le Héros est un Démon – Chapitre 16

  • 30 juillet 2016 à 19 h 11 min
    Permalink

    Massacre massacre !!!!

    Répondre
  • 27 juin 2018 à 23 h 48 min
    Permalink

    Une faute de frappe dans la phrase suivante:

    Hifumi se  »venta », s’affirmant déçu, le tout en coupant en direction d’une autre personne.

    Répondre
  • 28 juin 2018 à 0 h 00 min
    Permalink

    Au fait, qui va nettoyer l’entrée de la ville ? 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :