Chapitre 12 : Me Fait Réfléchir

 

Edit : Exserra

 


 

 

Cela faisait trois jours qu’Hifumi s’était enregistré à la guilde et que l’entrainement d’Origa et Kasha avait commencé. Le tout nouveau dougi, créé à partir de peau de démon, était plutôt confortable, et ne possédait pas la rigidité propre aux uniformes neufs, au contraire, il était facile de bouger dedans. Enfin, il était aussi assez cher, pensa Hifumi.

L’entrainement ne venait que de commencer, et, sans compter Origa, Kasha elle aussi faisait de larges efforts.

Atteignant finalement la guilde, les deux femmes s’écroulèrent sans un bruit sur la table, complètement exténuées. Les autres personnes présentes dans la guilde étaient maintenant habituées à ce spectacle.

Contrairement aux deux, Hifumi marcha tranquillement jusqu’au comptoir, et posa dessus le sac contenant les trophées, d’un geste maintenant habituel.

« Nous vous remercions pour votre travail. Je confirme que la requête de subjugation de boa de pierre a bien été complétée. » (Hera)

« Ah, nous avons juste retiré la glande contenant le poison pétrifiant. Il y en a environ 50. »

« Dans ce cas, je vais vérifier. »

Hera décida d’ignorer la quantité absurde qu’Hifumi venait de chasser.

En parlant du boa de pierre, il s’agissait d’un démon, pas plus long que 3 mètres et avec un corps en pierre, rendant ainsi inefficace les lames. Possédant aussi une morsure pétrifiante, une queue extrêmement dangereuse, et une force incomparable, en tuer était très compliqué. Après avoir été tué, le corps en pierre empêche quiconque de retirer la glande de poison. Les aventuriers parvenant à s’en procurer en tiraient de larges profits.

Même si en ramener 50 en une journée devrait normalement inviter à la suspicion, Hera avait déjà abandonné la pensée selon laquelle Hifumi était normal.

« Il y a 52 glandes de poison, toutes parfaitement retirées. La récompense s’élève à 5 pièces d’or et 20 pièces d’argent. »

Prenant les pièces du sac, Hifumi prétendit les ranger dans sa poche, les stockant en réalité dans son Trou Noir. Le sac fut rendu à Hera.

Le recevant, Hera aperçu un léger sourire sur le visage d’Hifumi.

« Est-ce que quelque chose de bien vous est arrivé ? »

« C’est visible sur mon visage ? Je suis encore trop inexpérimenté. En fait, je suis sur le point de récupérer de nouvelles armes. »

Hera souri amèrement, comme on pouvait s’y attendre, il s’agissait d’un sujet dangereux.

Plutôt que de se reposer à la guilde, après avoir attendu qu’Origa soit en état de marcher, ils allèrent à la boutique de Thorn pour récupérer les armes.

« Vous êtes venus ? C’est prêt. »

S’asseyant à sa place habituelle, Thorn fit craquer son cou, et appela Hifumi, Origa et Kasha.

Alignant les armes et équipements sur le comptoir, Thorn lui-même ne comprenait pas très bien leur utilité.

« Tout d’abord, vérifiez si les équipements sont bien comme vous les vouliez. Ensuite, allez les essayer sur le terrain d’entraînement au fond. J’aimerais bien voir comment ils s’utilisent. »

« Hmm… »

Il y avait un gantelet pour Hifumi, un shuriken en forme de croix, et un suntetsu.

Dans le futur, les combats contre les démons vont se multiplier, et il voulait éviter d’entrer directement en contact avec l’opposant. Toutefois, les gantelets dans ce monde étaient grossiers, lourds, et excessivement solides. Hifumi, qui n’appréciait pas la restriction par rapport aux mouvements du poignet, décida d’en créer un sur mesure.

Hifumi enfila le gantelet, et bougea le poignet pour constater la flexibilité.

« Je suis bien dedans. Les mouvements ne sont pas restreints, et je n’ai rien à redire sur la solidité. »

« Même si j’ai suivi tes indications pour le gantelet, du cuir et une plaque en acier si fine ne protégeront rien. »

Expirant par le nez vers Thorn, Hifumi prit les autres équipements et vérifia le poids et la balance (équilibrage).

« … Le shuriken et le suntetsu sont bons. Si tu te demandes comment utiliser ce gantelet, il vaut mieux que je te le montre en action. »

Guidé par Thorn au fond du bâtiment, ils furent menés dans un espace vide. Au centre se trouvaient de nombreux piliers, larges d’environ 0.5 mètre de diamètre, des traces de coups d’épées sur leur surface.

« Kasha, sors ton épée et attaque-moi. Ne te retiens pas. »

Kasha sortit avec aise son épée de son fourreau. En dégainant son arme avant le combat comme à son habitude, elle perd toute chance d’attaque surprise. La voyant, Hifumi se dit qu’il lui restait un long chemin à parcourir.

« Ne m’en voulez pas si je vous coupe, Goshujin. »

« Sors ce genre de chose quand tu m’auras vraiment touché. »

Imperceptiblement, l’atmosphère autour d’Hifumi devint glaciale.

Kasha se prépara à utiliser sérieusement son épée. Si on mettait de côté le fait qu’un esclave pointait son arme vers son maître, le premier entrainement au menu d’aujourd’hui avait été d’attaquer Hifumi. Mais bien sûr, aucun coup n’avait atteint sa cible.

Mettant de la force dans ses jambes, Kasha fonça en avant, faisant descendre son épée en une ligne droite, sans aucune hésitation dû à sa large expérience.

Tellement facile à lire, pensa Hifumi.

Hifumi leva son bras gauche et détourna avec succès le puissant coup d’épée visant son cou. Le coup d’épée frappa le sol, et Hifumi frappa légèrement Kasha d’un coup de tête sur le front.

Un son grave se fit entendre.

« !… Ca fait mallll~~~…. »

« Je te l’ai déjà dit à de multiples reprises. Attaquer de toute ta force détruit la balance de ton corps. Tu ne tiens pas un bâton, mais une arme acérée, je te l’ai déjà dit. »

Hifumi dit platement à Kasha, qui frottait son front, les yeux larmoyants.

« … Je vois. Ne pas prendre l’attaque de plein fouet, mais utiliser le gantelet pour dévier le côté de la lame. Une habile performance. » (Thorn)

« C’est une technique normale dans ma ville natale, ne pas directement confronter la force de l’adversaire, mais l’utiliser contre lui. »

« Bien, montre-moi comment s’utilisent les autres armes. »

Montrant un fort intérêt, Thorn le pressa, excité.

« Ça, c’est un shuriken en croix, du type des armes de lancer. »

Comme sur les plans d’Hifumi, les shurikens étaient en forme de croix, avec une lame dans chaque direction.

« Type de lancer ? Une arme de jet hein. Un arc serait plus utile. »

« C’est ce que tu crois. »

Hifumi projeta le shuriken vers l’un des piliers pour réfuter les doutes de Thorn.

Le shuriken s’enfonça profondément dans le pilier.

« Sur des distances plus courtes, plutôt qu’un arc qui nécessite de viser, bander l’arc, puis tirer, le shuriken est bien plus rapide. »

« Certainement, goshujin peut les projeter avec son avant-bras en un instant. Avec cette vitesse, n’importe quel magicien compétent n’aurait même pas le temps de réagir. »

Examinant le shuriken enfoncé sous différents angles, Thorn laissa échapper un léger grognement.

« Même si on dirait qu’il a été lancé sans vraiment beaucoup de force, il s’est enfoncé profondément. Même s’il est peu probable qu’on puisse infliger une blessure mortelle avec, sans un excellent contrôle, il est possible de grandement affaiblir l’ennemi si l’arme atteint ses bras ou ses jambes. »

« Tout à fait. Les lancer et toucher quelqu’un
est facile. Cependant, des blessures légères ne feront que tressaillir l’adversaire. Ce sont des armes pour créer des opportunités de fuite. Origa. »

Appelée, Origa reçut un shuriken.

« Utilise ça. »

« Je peux ? »

« A la base, je voulais l’utiliser moi-même, mais prends-le. Nous avons parlé plus tôt des combats sans magie, entraine-toi avec afin de combler tes lacunes. Commence par viser une cible à cinq pas d’ici. Je t’enseignerais les méthodes de lancer. »

« D’accord. Merci beaucoup. »

« Et moi ? »

« Kasha, commence déjà par améliorer ton maniement de l’épée. »

Tss, murmura Kasha, toujours en train de frotter son front.

« Et ça, comment ça s’utilise ? »

Demanda Thorn, tenant en main le suntetsu.

Il était constitué d’une barre cylindrique de métal, avec un anneau attaché permettant d’y insérer un doigt. Différent des Kenpos Chinois, les deux extrémités avaient été aiguisées, tel que demandé par Hifumi.

A part pour planter, il pouvait aussi être utilisé pour tirer sur les vêtements et ainsi détruire la balance de l’ennemi, ou bien se planter dans un mur afin de l’escalader.

Tout en expliquant les usages, Hifumi attrapa le suntetsu et enfonça le bout sortant de son poing dans le pilier.

Un morceau du pilier tomba au sol, le laissant dans un mauvais état.

« Puisque toute la force peut être concentrée en un point, avec assez de vitesse, même si l’on manque de force, il est possible de pulvériser des os. Contrairement aux doigts, pas besoin de s’inquiéter pour les ongles déchirés lorsqu’on veut escalader quelque part. »

« Facile à fabriquer, et pourtant une arme étonnamment efficace. »

Essayant le suntetsu, Hifumi hocha la tête et donna l’argent à Thorn.

« … C’est beaucoup trop. »

« Un autre suntetsu. Et 5 autres shurikens. »

« Très bien. Revenez dans deux jours. »

« C’est rapide. »

« Je les ai déjà fait une fois, ce sera plus facile à refaire. »

 

Les jours suivants, Hifumi entraina continuellement Origa et Kasha. Chassant des démons comme cibles d’entrainement, chaque jour était un cauchemar.

« Haa….Haa… »

Aujourd’hui, Origa essayait de toucher un ‘’lapin coureur’’ avec le shuriken. Hifumi lui avait donné des défis comme ‘’Tues-en un d’un coup à la nuque’’, ‘’Sans rater frappe-le en pleine marche ou course’’, ‘’A partir du matin, tues-en 10’’.

Cela faisait 2 heures qu’elle marchait, mais ils s’échappaient chaque fois qu’ils entendaient ses pas et sa respiration.

A peine effleurés, loin d’une blessure fatale, même une blessure normale ne fut pas accomplie. Il ne lui restait plus qu’une heure.

Réussir le défi lui semblait maintenant impossible.

N’ayant même pas touché une seule cible mouvante, Origa se maudit et voulait se frapper pour avoir accepté le challenge d’Hifumi en bombant fièrement le torse.

Je ne pensais pas qu’une cible mouvante serait si difficile à toucher.

Les mouvements précipités étaient trop incertains, et trop de bruit les faisait fuir.

Origa était misérable, avec un visage prêt à fondre en larmes à tout moment.

Si c’est ça, je ne peux pas regarder goshujin dans les yeux …. !

« Calme-toi. »

Respirant bruyamment tout en cherchant une proie, tout à coup, quelqu’un frappa sa tête. Elle n’avait repéré personne s’approcher.

« G-Goshujin … ? »

En face de quelqu’un qu’elle ne souhaitait surtout pas voir à ce moment-là, Origa ne savait même pas quelle tête elle faisait.

Hifumi souri amèrement.

« Quel visage horrible. Si tu rôdes avec une tête comme ça, les garçons timides vont s’enfuir en te voyant. »

En l’entendant dire qu’elle avait un visage horrible, Origa faillit pleurer pour une toute autre raison. Tout à coup, Hifumi tapota sa joue, ce qui fit presque stopper son cœur.

« En lançant le shuriken contre l’arbre, détends-toi, mets-toi à l’aise. Ne fais pas que le lancer, vise à l’avance un endroit, puis lance-le comme je te l’ai appris. »

« Ou-oui …. »

« Il te reste du temps. Concentre-toi sur l’arbre, et frappe-le. »

Origa réalisa qu’elle s’était légèrement calmée. Respirant profondément, elle empoigna le shuriken, puis s’avança.

Même si son visage était rouge, ses émotions étaient stables.

 

Kasha, elle, se trouvait près d’un grand arbre, s’entrainant à sortir son épée, porter une attaque frontale, et à la ranger dans sou fourreau. Plus aucune force ne se trouvait dans ses bras à cause des mouvements répétés. Et pourtant, elle continuait à sortir son épée tout en faisant un demi-pas vers l’avant, et deux pas en arrière tout en rasant l’écorce de l’arbre de haut en bas, puis retournant l’épée à son fourreau.

Les fourreaux destinés à ranger les deux épées étaient accrochés à sa ceinture par des attaches en métal, lui laissant une liberté de mouvement.

Finie la précédente lenteur, elle pouvait maintenant sortir son arme d’un mouvement rapide et fluide.

« C’est assez. »

Hifumi l’interpella, et Kasha s’écroula sur le sol, couverte de sueur, les bras et jambes écartés sur le sol.

« Fatiguéééééé~. »

« N’oublie pas de boire de l’eau. Sans une bonne hydratation, les mouvements deviennent moins fluides. Mais ne bois pas trop non plus. »

Prenant la gourde en bois, Kasha but, et s’aspergea d’eau, avec une expression de soulagement sur son visage, elle regarda Hifumi.

« Comment c’est goshujin ? Je pense que je m’en sors plutôt bien maintenant. »

Kasha avait totalement absorbée le jeu de jambes enseigné par Hifumi, résultant en ses mouvements actuels, accordant une importance majeure aux mouvements de hanches.

« Tu t’es bien améliorée en si peu de temps. Maintenant que tu parviens à bien bouger tes hanches, te conférant une bonne stabilité, tu n’as plus besoin de brandir ton épée comme tu le faisais avant. »

« Bouger mes hanches ….. dit comme ça c’est …. sale (sens sexuel). »

« Qu’est-ce que tu racontes ? Bien, ça de côté, ensuite c’est un combat contre moi….. Ne me regarde pas comme ça, nous utiliserons des épées en bois. »

Entendant le mot combat, Kasha prit d’un air maussade les deux épées en bois. Les épées étaient les mêmes que les originales, avec une lame d’environ 70 centimètres de long. Hifumi, lui, prit 2 épées ayant entre elles une différence d’environ 30 centimètres de longueurs, et se tint face à elle.

« Goshujin, les tailles sont différentes … »

« Fais attention. Je vais te montrer le véritable usage des doubles épées. »

« Mes deux bras vont mieux maintenant. Même si goshujin est l’ennemi …. J’arrive ! »

Esquivant l’épée de Kasha, l’épée la plus longue d’Hifumi changea de direction pour parer … et au même moment l’épée plus courte s’enfonça dans le flanc de Kasha. Bien sûr, il n’y avait aucun dommages internes, mais cela n’en restait pas moins douloureux.

« Gu …. Stop ! »

Les deux épées s’élancèrent simultanément en avant, la plus longue stoppant les deux épées de Kasha, et la plus courte la frappant dans l’estomac.

Incapable de respirer, Kasha fit tomber ses épées et tomba au sol.

« Pense aux avantages procurés par deux épées. Il te manque les compétences pour tenir deux épées en situation de stress pendant le combat. »

« Uu …… les mouvements aujourd’hui … »

« C’est la base de la base. Répète-les encore et encore pour que ton corps s’en souvienne. »

« C’est un façon de parler plutôt
sale (Note Edit : sens sexuel). »

« Arrête de faire l’idiote et dépêche-toi de te relever. »

 

Les deux furent ainsi entrainées encore et encore. Et sans qu’elles le sachent, Hifumi avait obtenu une nouvelle quête de chasse au démon.

Ainsi, une fois le soleil couché, les deux esclaves s’écroulèrent de fatigue la journée terminée.

« Je me souviens, éventuellement, j’aimerais bien quitter la capitale. »

Assis pour le diner, Hifumi s’exclama contre toute attente.

« Y-a-t-il un endroit où goshujin aimerait aller ? »

Origa demanda, arrêtant sa cuillère.

« Avant d’aller quelque part, je ne connais même pas la géographie de ce monde. Est-ce qu’il existe des cartes ? »

« Nous pouvons recevoir de simples cartes à la guilde, je crois. »

« Ah bon … »

Menant la viande fumante couverte d’une sauce légèrement salée à sa bouche, Hifumi se mit à réfléchir.

« Bien, graduellement, nous irons dans une autre ville et un autre pays … »

En entendant la décision d’Hifumi, Origa et Kasha échangèrent un regard. Les deux avaient une intention commune à aller dans un autre pays.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                      Chapitre Suivant

Accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :