Volume 0 : Introduction

 

Volume 1

 

Chapitre 1 : Celui qu’il ne faut défier

 

Edit : Exserra

 

(Des phrases en italiques signifient un monologue intérieur)

Tono Hifumi pointa la lame de son katana sous la gorge de la jeune fille. Son cou délicat tremblant de peur, la fille observait de ses yeux larmoyant le katana pointé sous sa gorge, n’émettant aucun son.

Chapter 1

L’épée Japonaise était une arme magnifique. L’arrête de la lame, donnant un caractère résolu à l’arme, n’était pas simplement une surface courbe. Sa finesse sublimait la véritable nature tranchante de la lame.

 

C’est une belle fille.

 

Pensa Hifumi en lui donnant un coup d’œil.

Elle avait de beaux cheveux gris argentés, maintenant légèrement teintés de bleu à cause des larmes coulant de ses yeux bleu-vert clairs dénués de toute malice. Leurs yeux se croisèrent. Ses yeux emplis de terreurs. Tremblante, des larmes coulaient le long de ses joues pales.

Elle n’a pas l’air hostile. Hifumi douta.

Sans détourner le regard, Hifumi élargit son champ de vision afin d’observer ses environs. Une tâche extrêmement difficile pour une personne normale, mais un jeu d’enfant pour Hifumi. Se rendre fréquemment à la frontière entre la vie et la mort durant son entrainement insensé l’avait amené à ce résultat.

Il était dans une ancienne mais luxurieuse pièce d’environ 20 tatamis (note: unité de mesure japonaise pour les surfaces). Les murs étaient faits de pierre, sans aucunes fenêtres, la seule lumière étant celle des torches crépitantes accrochées aux murs. Du côté opposé à la fille, une grande double porte était visible.

Et à un pas de l’endroit où Hifumi et la fille se tenaient, totalement couvert en armure, un Chevalier armé d’une lance courte (car propice aux combats en intérieur) pointa son arme vers Hifumi, fou de rage et cria

« Eloigne-toi de la Princesse ! »

Hifumi ne réagit pas à la voix du Chevalier.

Analysant calmement ses environs, Hifumi confirma 6 personnes armées du même équipement.

Il ne pouvait pas voir derrière lui, mais le son lui donnait le nombre exact de personnes.

A première vue, il vit que l’armure était faite d’un métal très résistant. Les casques serrés contre leurs joues, ne laissant ainsi aucun point vulnérable. Il fit une rapide estimation et enfonça la pointe de son katana à un certain endroit.

D’après leur comportement et voyant qu’il n’y avait aucun ennemi à son niveau, il réfléchit aux circonstances l’ayant mené à cette situation…

 

Ce jour-là, Hifumi venait de finir son entrainement quotidien, assis, il méditait devant le dojo. Aspirant lentement l’air glacé du matin, sentant quelque chose en lui réagir. Un  léger frisson le traversa tandis qu’il essayait de supprimer cette sensation. Pour Hifumi, cet entrainement anormal et sévère du corps et de l’esprit était aussi une occasion pour lui de se relaxer plus qu’autre chose. Quand il avait atteint 18 ans, il avait l’air de s’être calmé, ou plutôt, il avait commencé à agir plus comme quelqu’un de son âge, profitant des animes, mangas et novels tranquillement.

Autre que ses talents en arts martiaux, un jeune homme très ordinaire.

A côté de lui gisait son katana favori. Sans aucune décoration, une épée noire très simple. Même si elle n’avait aucune valeur, il l’avait hérité de son maitre et la traitait avec le plus grand respect, une épée sans égal.

Tout à coup, il sentit plusieurs présences derrière lui.

Cependant, aucune malveillance ne pouvait être perçue venant d’eux.

« Qui est là ?»

« Ho ~, d’être capable de sentir notre présence. »

La voix rauque d’un homme répondit à la question d’Hifumi.

Se retournant, Hifumi vit un vieil homme, ressemblant au légendaire dieu de la mythologie Grecque : Zeus, et un guerrier d’une ère ancienne portant un naginata en os dans le dos.

Hifumi grimaça involontairement.

Un duo très mal assorti. Et …

« Ils ne sont pas … humains ? »

Les humains ont un ‘’sentiment de vie’’, mais cette impression de ‘’vie’’ était absente chez eux.

« Moi, je suis vraiment humain. »

Cette fois-ci, le guerrier répondit.

Son comportement était celui d’un expert.

Hifumi était déjà dans une position lui permettant de sortir son katana instantanément.

« Pas besoin d’être aussi nerveux. Même si nous avons des mauvaises nouvelles, nous ne te voulons aucun mal. »

« Des mauvaises nouvelles ? »

« Attends un instant, avant d’expliquer, je vais me présenter. »

Le vieil homme s’exclama en caressant sa barbe.

« Et bien, je suis un représentant de Dieu. Et d’après des accords passés, ce monde est sous ma juridiction, lui est le dieu des arts martiaux, et aussi l’un des représentants du Dieu tout-puissant »

L’homme s’introduisant comme le dieu des arts martiaux croisa les bras tout en riant.

« J’ai vu quelque chose en toi. Les véritables guerriers se font de plus en plus rares de nos jours, et très peu pratiquent avec autant d’assiduité que toi. Avec ton talent inné, couplé à tes efforts, tu as réussi à dépasser les limites humaines et grandement satisfaire le dieu des arts martiaux. »

« Et bien, je ne sais pas pourquoi. Même si je regarde mon passé. J’ai été élevé dans une famille tout à fait normale, avec une politique de non-interférence. Je n’ai jamais vraiment connu d’épisode me poussant à devenir pratiquant d’arts martiaux »

Comme le dieu des arts martiaux l’a affirmé, le niveau de puissance d’Hifumi avait atteint un niveau inimaginable. Il avait acquis toutes les techniques laissées derrière par le fondateur de l’école, et ce, purement par expérience, ainsi, il lui était possible de gagner facilement contre tous les élèves du dojo simultanément dans une confrontation directe, ce n’était même plus amusant.

Ainsi, ayant obtenu un pouvoir immense, il ne pouvait trouver d’ennemis à sa hauteur et possédait un insatiable désir de défi. Les deux présences se disant ‘’Dieu’’ étaient incapable de s’en apercevoir.

« Même si je suis un dieu, je ne peux pas lire les pensées d’une personne. »

« Nous ne sommes pas tout puissants, et avons certaines limitations. Normalement, il est difficile pour nous de nous manifester sous cette forme. Notre travail : ce monde que nous pouvons appeler une scène, nous ne pouvons pas agir dessus. Il nous est interdit de faire ceci. »

Secouant sa tête, le soi-disant représentant de dieu soupira.

« Ah, bon …. » dit le dieu des arts martiaux.

« Il nous reste peu de temps, nous devrions lui annoncer les conditions nécessaires rapidement, n’est-ce pas ? »

« Très bien, cette ‘’mauvaise nouvelle’’ est que, bientôt, tu seras envoyé dans un monde différent. Donc, comme dans les livres fantastiques dans ta chambre, des personnes d’un autre monde t’ont invoqué. »

Quand Hifumi fronça les sourcils, le dieu des arts martiaux le corrigea.

« Aa, ce n’est pas le cas. S’il te plait ne te trompe pas. »

« Alors dans ce cas, pourquoi ? »

Il ne pensait pas que cette personne était vraiment un dieu, pourtant Hifumi sentit qu’il ne s’agissait pas d’un mensonge.

« Quelqu’un de ce monde l’a souhaité, connectant de force les deux mondes par 『 Distorsion 』. De plus la marque d’invocation te va bien. Sauf si tu traverses, la distorsion ne disparaitra pas, causant ainsi divers effets sur ce monde. »

Je vois … pensa Hifumi.

Etant un grand lecteur lisant toutes sortes de livres, une telle situation paraissait vraiment intéressante pour Hifumi.  Pour faire simple, ces deux autoproclamés dieux sont venus pour lui expliquer la  situation, afin d’apaiser toute confusion dans l’esprit d’Hifumi.

En toute équité, devraient-ils vraiment être appelés des dieux ?

« Et pour ça, tu peux me poser toute les questions que tu veux sur la distorsion, puisque tu es un habitant de mon monde, je souhaite faire un petit quelque chose pour toi »

« Cet endroit où tu vas est un soi-disant ‘’monde fantastique d’épées et de magie’’. C’est un monde dangereux, tu pourras y consolider tes arts martiaux selon tes envies, sans aucune réserve. »

« Je vois …. »

Hifumi ferma ses yeux et se plongea dans l’idée pendant un moment. Les précédents sentiments enfouis en Hifumi commencèrent à être stimulés.

« Bien, j’ai tout à fait compris. », Hifumi, pour le moment, décida de croire en leur histoire.

« D’ailleurs, que suis-je censé faire dans ce monde ? »

« Quoi, juste vaincre le Roi des Démons de l’autre côté, être appelé un héros, quoi d’autre ? »

Le vieil  homme répondit en souriant.

« Ou plutôt, on se fiche de comment tu décides de passer ton temps dans ce monde. Ce monde te kidnappe de force, pour ainsi dire. Tu n’as  pas besoin d’écouter, même s’ils te demandent quelque chose. »

S’exclama le dieu des arts martiaux, en colère, la bouche prenant la forme du caractère kana ‘へ’.

« De plus, ce monde est bien différent de celui-ci, il y a des démons féroces et de dangereuses magies, diverses espèces tels que les elfes et les nains existent. Etre soudainement jeté dans un tel monde pourrait s’avérer terriblement dangereux. »

« Nous t’expliquons d’abord cela afin que tu ne sois pas pris par surprise, tu possèdes le pouvoir de combattre dans ce monde. »

« Par exemple, tu peux utiliser la magie … »

Même si Hifumi parvint à visualiser une image, rien ne se passa.

« Non, non, non, la magie n’existe que dans ce monde, alors laisse-moi un instant …. »

Le vieil homme nonchalamment leva sa main, et le katana que portait Hifumi se mit à chauffer.

« A part le pouvoir d’un dieu,  rien ne pourra casser ce katana. Le tranchant a été amélioré, la lame ne se tordra pas ni ne se cassera, et toutes traces de rouilles seront enlevées. Ceci est le seul présent que ce dieu impuissant peut t’offrir. »

« Et pour ma part, la protection divine du dieu des arts martiaux. Même si tu te tiens au sommet dans ton dojo, et un jour en héritera, ah, et bien… Avec ça, tes arts martiaux pourront s’améliorer plus efficacement. Cela devrait t’être utile dans l’autre monde, ou cela est considéré comme extrêmement important. »

« Je vois … »

 Ayant reçu l’explication, Hifumi, ayant obtenu la protection divine se leva soudainement et marcha jusqu’au pilonne couvert de paille utilisé pour les coups Iai.

Un simple flash.

Tiré depuis la taille, le katana coupa à travers le pilonne, et ne s’arrêtant pas, endommagea le mur du dojo.

Le mur était fendu, une coupure visible sur la charpente en acier.

« … Mince »

Je voulais simplement couper le pilonne, mais même la partie que la lame n’a pas touché a été détruite.

« Bon, tu t’y habitueras avec le temps. »

« Les effets de l’invocation vont bientôt commencer… »

Au même moment où le dieu des arts martiaux marmonna ceci, une formation géométrique apparut sous les pieds d’Hifumi.

« C’est… »

« Haa… Ca y est… Hifumi, dans le futur, cela pourra s’avérer difficile, mais s’il te plait persévère. Si tu souhaites vivre, tu dois grandir. »

« En tant que dieu des arts martiaux, je te souhaites que tes arts martiaux s’améliorent dans ce monde, mais ne te force pas trop. »

« Une scène émouvante, n’est-ce-pas ? »

Soudain, une légère voix  supprimant un rire se fit entendre.

« … Un dieu de la Mort ? Je ne me souviens pas t’avoir appelé. »

Le dieu des arts martiaux s’exclama avec une expression de dégout.

« Ce n’est pas parce que l’on m’a appelé », dit l’homme mince portant une veste a queue-de-pie, apparaissant devant Hifumi.

Portant un léger sourire, la chose, aussi pâle qu’un cadavre, continua.

« Cela fait longtemps que je l’observe. Cette odeur de mort s’émanant de lui n’est pas humaine » le dieu de la Mort parla et se mit à rire.

« De nombreuses personnes désirent tuer, mais cette personne est la première que je vois dont l’âme est voilée de ténèbres. »

Hifumi regarda silencieusement le dieu de la Mort, inexpressif. Ecoutant ses mots, sans les affirmer ni les dénier.

« Désires-tu un bon bain de sang ? Maintenant que j’y pense, quelle est la source de ton zèle pour les  arts martiaux ? »

Hifumi ne répondit pas à la question du dieu de la Mort.

« Même les dieux de ce monde n’ont pas quelque chose d’aussi amusant ! Dans ce monde de magie et d’épées, tu peux déchainer ta puissance telle que tu le souhaites ! Si quelque chose se tient sur ta route, tu peux le découper avec ton épée ! »

Excité, le dieu de la Mort apparut devant Hifumi.

« Malgré la faible capacité, accepte ce cadeau de ma part ! »

Le dieu de la Mort fit un geste vers Hifumi, une brume noire imprégna le corps d’Hifumi.

« Je te donne l’attribut 『 Ténèbres 』dans lequel j’excelle, et tu pourras utiliser la magie noire en fonction de l’image visualisée, et ce à un niveau excédant les connaissances humaines. »

« J’en ferais bon usage »

« Tu as l’air de l’avoir accepté de ton plein gré. Naturellement, cela ne marchera pas ici, mais tu devrais essayer dans ce monde. »

Aux mots d’Hifumi, le dieu de la Mort répondit en souriant, moquant les deux autres dieux.

« Je te remercie. »

« Eh ? »

Avant que le dieu de la mort ne puisse réaliser, l’épée d’Hifumi le trancha en deux.

La partie supérieure du corps tomba au sol, avec un bruit lourd.

Le dieu de la Mort, ses yeux emplis de surprise, ouvrit sa bouche sans bruit avant de s’écrouler et de se transformer en sable.

« Huh, il s’est fait couper si facilement ? Je ne sais pas si cette personne est un dieu ou non. Mais je n’aime pas qu’on m’utilise. »

Hifumi regarda sans expression son épée qui ne reflétait rien, la lame n’étant même pas endommagée.

« Merci pour cette épée. Je vais pouvoir l’utiliser pour tuer sans réserve. »

Comme si un bouton avait été enclenché, Hifumi murmura avec un sourire féroce.

 

                                                                                                                                      Chapitre Suivant

Accueil

Une pensée sur “Le Héros est un Démon – Chapitre 1

  • 30 juillet 2016 à 15 h 22 min
    Permalink

    On dirait l’histoire de blanche neige avec les gentil marraine et la méchante qui tape s’incruste XD

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :