Her : Un film robot-mantique


HerPoster

Spike Jonze, le réalisateur d’Her a reçu l’Oscar du Meilleur scénario original pour Her, son dernier film, et c’est amplement mérité. A Los Angeles (ou presque), dans un futur proche, Theodore – brillant Joaquin Phoenix – séparé depuis un an et en manque de relations sociales, installe sur son ordinateur un système d’exploitation, un OS, doté d’une intelligence artificielle. Ce personnage n’est pas un simple logiciel mais un vrai système intelligent doté de bon sens, de curiosité, d’humour … et de sentiments.

Pas besoin d’en savoir plus pour apprécier déjà ce petit bijou. Les décors sont épurés, tout en restant humains. Jonze entrecoupe scènes tournés en Californie et à Shanghai, ça se remarque juste ce qu’il faut pour admirer le coup de génie. On ne trouvera pas de robots faits d’articulations et de roulettes, ni d’androïde à la Blade Runner (comment ne pas faire le lien), seulement une technologie avancée et ludique. Outre cet OS et les nouveaux modes de pensées qui vont avec, on pourrait se croire aujourd’hui. Theodore utilise la technologie comme on ne l’a jamais vu (en vrai) et pourtant on y croit. Pourquoi ? Parce que si l’environnement et le scénarios sont surréalistes, l’esthétique est tellement maîtrisée que c’est elle qui fait rêver, et qui contribue à faire de Her un chef d’oeuvre.

On vous laisse avec cette bande annonce et la suite de l’article, écrite par une camarade de notre site partenaire, l’Etudiant Autonome, sur lequel vous retrouverez l’article complet ! Cliquez ici pour lire la fin de l’article !

Une pensée sur “[CRITIQUE] Her : Un film robot-mantique.

  • 24 octobre 2014 à 22 h 04 min
    Permalink

    Pour moi le film de l’année, Joaquin Phoenix est exceptionnel et Scarlett fait une de ses meilleurs interprétations même si on le la voit jamais à l’écran… Et quelle mise en scène !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :