Hellfest 2022 – Samedi 25

Acte 1 – L’inondation !

Ce matin la tente commence à prendre l’eau. Le camping a lui aussi souffert de la nuit et n’est plus qu’un grand champ de boue. Résignés, nous sortons du Hellfest en quête de chaussures et vestes sèches, quitte à rater les premiers concerts de la journée. Nous n’étions pas assez (voir par du tout) préparés à la pluie !
Evidemment, les magasins aux alentours ont été dévalisés, plus aucun k-way en rayon. On se rabat sur les sac poubelles de Lidl, on fait avec les moyens du bord !

Acte 2 – Le séchage metallique

Betraying the Martyrs

Ce n’est pas mon style de musique et je ne connais pas le groupe, mais le Hellfest, c’est aussi l’occasion de faire des découvertes et de se plonger dans des univers différents !

Et je dois bien l’admettre, le groupe se donne à fond, avec le sourire. L’ambiance est au rendez-vous, c’est un plaisir !

Gary Clark, Jr.

On change radicalement de style, et cette fois ça y est, c’est ma came ! J’ai des frissons dès la première chanson.

Je ne serai pas objectif, car j’adore le genre. Entendre du blues rock en plein air donne tout à coup un sentiment assez particulier, comme si le temps se relâchait et prenait une allure mystique.

Clairement, ce concert fut un des mes coups de cœur du Hellfest !

Acte 3 – Ambiance celtique

Eluveitie

On continue les plaisirs auditifs, en enchaînant avec les merveilleux membres d’Eluveitie. Le groupe déferle sur le Hellfest avec son univers bien particulier. On retrouve, comme ce qu’on a vécu jeudi avec Warduna, un son très atypique. Des rythmes bien metal et des instruments peu communs, comme une vielle à roue, une harpe, une flûte et j’en passe… Du bon metal celtique !

Eluveitie commence le set avec le morceau Rebirth, une plongée très brutale pour les non initiés !

Le chanteur Chrigel se donne à fond, comme lors de son passage à Paris en 2019, à l’Elysée Montmartre. Et ce solo de flûte ? Un orgasme auditif !

Fabienne parle au public en français pour l’Appel des montagnes.

Le concert est aussi dans mon top 3 du Hellfest ! Ma seule frustration est qu’ils n’aient pas joué Epona…

The Rumjack

On enchaine avec The Rumjack sur la Warzone, pour rester dans le thème celte. Il y a tellement de slammeurs que le pit photo n’est qu’un flux ininterrompu de fans. Une belle initiation à l’ambiance du punk celtique.

Epica

J’ai bien du mal à quitter la Warzone embouteillée pour rejoindre la Mainstage, elle aussi déjà pleine. Avec une telle foule, on pourrait presque croire à une tête d’affiche du soir !

Epica et leur énergie sont là pour me requinquer ! Nous avions croisé le chemin du groupe en 2019, à l’Elysée Montmartre.

Acte 4 – L’échec

J’attends Igorrr mais le groupe est en retard. Après 15 minutes, lassé, je décide de passer mon chemin à regret, car j’adore le groupe. Je me dit que dans mon malheur, je vais aller voir la merveilleuse performance d’Airbourne. Raté, je ne peux pas m’approcher de la Mainstage tellement la foule est compacte ! Et finalement, Igorrr jouera après 20 minutes de retard. Mais fatigué de la foule, je préfère me poser et attendre Draconian.

Acte 5 – On reprend la course entre les scènes

Draconian

La musique du groupe est très douce et mélancolique, c’est une bonne initiation au genre du doom et du metal gothique. Nous avions déjà été conquis par le groupe en 2019 au Petit Bain.

Pour une fois, il n’y trop peu de public à mon goût, le groupe gagnant à être connu ! Car c’est une bonne découverte musicale à faire.

Airbourne

Joel O’Keeffe a bien trop d’énergie à revendre. Il court partout, saute, chante, fait le fou… que prend-il ?

La foule prend une ampleur de dingue, elle s’étend bien au de-là de la Mainstage ! Le public est déchainé, on imagine presque avec inquiétude la pression subie par les premiers rangs. Une bonne grosse ambiance hard rock !

Merci à Kikevist Thierry de m’avoir prêté ses formidables photos !

Nightwish

La beauté de Floor Jansen, la chanteuse du groupe, est là pour embraser au propre comme au figuré la Mainstage II.
Sa voix nous transporte dans un autre monde, le public est très participatif.

Malgré une scène très sobre, on ressent toute l’ambiance épique de la mélodie. Vous visualisez cette scène, juste avant la charge d’une armée, aux lueurs du 5e jour ?

Il est maintenant temps pour moi d’attendre sagement les Guns N’ Roses. Ma journée de photographe s’achève ici. À demain en enfer… quoi que….

Blind Guardian

L’appareil photo me démange, je ne peux pas résister à quelques clichés de Blind Guardian, sur la Mainstage II, à la fin du concert des Guns… J’étais juste à côté !

In Extremo

Oh et puis sur le chemin du retour je tombe sur In Extremo. Avec un tel nom, je suis curieux !

Des cornemuse et du metal, dans un rythme indus-allemand. Que demander de plus pour bien finir la soirée ?

Acte 6 – Un metalleux … deux metalleux … trois metal…..

Avant de rentrer au camping, je profite un peu du feu pour me réchauffer devant le spectacle donné ce soir-là par une troupe de danseurs. Je m’endors, des flammes plein la tête !

Et si vous l’aviez ratée, n’oubliez pas de jeter un coup d’œil au vendredi de ce second week-end du Hellfest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Quitter la version mobile