Le pollen dans l’air vous poignarde les yeux et l’Eurovision vient de s’achever par une écrasante défaite de la France ? Aucun doute possible, l’été se rapproche à grands pas et avec lui, la saison des festivals musicaux en tout genre qui s’étale de mai à septembre. Que vous soyez vétéran de ces événements ou au contraire, un(e) petit(e) débutant(e), je vous ai concocté un petit guide/rappel/liste, basé sur mon expérience réussie de plusieurs festivals ces dernières années. Sans plus attendre, voilà donc mon petit « tuto camping en festoche » généraliste et pas piqué des hannetons ! N’hésitez pas à le partager et à me faire part de vos conseils/anecdotes afin que je l’enrichisse si jamais j’ai oublié des choses 😀

Petite matinée tranquille au Hellfest 2016

 

La première partie est dédiée à la préparation d’une bonne expérience au camping et en fonction des retours, il est possible que je fasse d’autres articles cette fois dédiés à des festivals en particulier auxquels j’ai pu me rendre comme le Download Paris, le Hellfest, le Main Square Festival ou encore le Slam Dunk au Royaume-Uni ! Bonne lecture et n’oubliez pas de vous munir de la magnifique liste à cocher que j’ai préparé pour vous en fin d’article 😉

I – Avant le festival : tentative de préparation minutieuse et nombreux aller-retour chez Déca*****

Que vous soyez débutant(e) ou confirmé(e), il est de bon ton de préparer un peu en amont son séjour en festival en s’assurant d’avoir quelques objets de base qui vous seront bien utiles une fois arrivé(e) sur place. Commençons par les bases :

  • La tente : Havre de paix (enfin, ça dépend des voisins), elle vous servira non seulement de refuge pour décuver des litres de Kro chaude mais aussi d’abri en cas de pluie et si vous prenait la folle envie de « « « DORMIR » » ».

               Pour les nouveaux : Entre la tente « instantanée » dont vous avez forcément déjà entendu parler et les tentes à monter avec des petites tiges à glisser dans un revêtement plastique, vous avez le choix et les prix vont d’environ 30-40€ à plusieurs centaines d’euros si vous prenez des tentes-hôtels où vous pouvez dormir à plusieurs et même vous tenir debout ! Avant de partir, assurez-vous de savoir la monter et la démonter (et donc qu’il ne manque pas de pièce), de pouvoir la transporter aisément et qu’elle soit en bon état et encore étanche si vous achetez d’occasion.

Pensez aussi prendre « une taille au-dessus » afin de pouvoir VOUS stocker en même temps que vos affaires. Ex : seule, je campe avec une deux places afin d’être posay oklm, à deux dans une tente, prenez une trois places etc …

Gardez à l’esprit qu’une tente « normale » devient un véritable sauna et ne protège pas des rayons dès que le soleil commence à monter dans le ciel (environ 8h du matin en juin). Si vous êtes photosensible et/ou porté(e) sur la grasse mat’, pensez aux tentes opaques qui protègent de la lumière et de la chaleur mais sont également plus chères.

               Pour les vétérans : prenez le temps de vérifier l’état de votre tente avant de partir : sardines, cordes, étanchéité, propreté … pour ne pas avoir de mauvaise surprise en arrivant sur le site.

Le petit plus : l’achat d’un maillet pour planter les sardines et ensuite les retirer du sol au moment de partir vous permettra non seulement de gagner du temps, d’éviter que votre tente se barre au premier coup de vent mais aussi de récolter des bières gratuites en le prêtant/monnayant à vos voisins de camping. Un vrai outil de lien social !

  • Le sac : solide, il vous permettra de transporter toutes vos affaires de chez vous au site sans s’éventrer sur le sol au bout de vingt minutes et en cas de pluie, il est censé pouvoir aussi maintenir vos affaires bien au sec. Le sac de randonnée c’est le must mais le Eastpak peut aussi faire l’affaire si vous partez léger et êtes doués en pliage de vêtements.

« Ouais et une valise ? » : Je déconseille plutôt l’usage de la valise parce que le sol peut être difficilement praticable avec une valise de ville mais si vous avez de bons bras et de la place dans la tente pour la ranger, ça peut être envisagé …

« Okay c’est cool mais j’emmène quoi ? » : Tout ce qu’il faut mais pas trop non plus, je vais y revenir un peu plus tard !

  • Le couchage (sac de couchage, matelas, les deux ou aucun ?) : là, les besoins vont vraiment différer d’une personne à l’autre. Tout dépend du degré d’inconfort que vous êtes capables de supporter. Etant frileuse et team #troisoreillers, j’ai opté pour un sac de couchage bon jusqu’à 5 degrés (après avoir eu froid dans un 15 l’année précédente), un matelas gonflable d’entrée de gamme et quelques oreillers gonflables que je complète avec des vêtements pliés en boule sous ma tête. Une de mes amies dort par terre en tenue d’Eve avec juste un petit drap et on est toutes les deux bien reposées et prêtes à pogoter le lendemain matin. Estimez donc vos besoins et investissez en conséquence en gardant à l’esprit qu’un matelas gonflable est un peu lourd et qu’un sac de couchage est assez onéreux (environ 30-70 euros, voire plus en fonction de la taille et du degré de résistance climatique).

NB : Si vous vous munissez d’un matelas gonflable, pensez au gonfleur qui peut être manuel ou électrique. Le manuel a pour avantage de n’être jamais en rade de batterie, moins cher mais volumineux. Bien plié, il rentre cependant sans difficulté dans un sac de tente. L’électrique gonfle plus rapidement et sans effort mais comme il est bien pratique, tout le monde va vouloir vous l’emprunter et au bout de deux jours, il va être en rade de batterie et vous serez impuissant face au dégonflage inexorable de votre matelas …

  • Le siège : l’apéro faisant partie de l’ADN des bons campings, se munir d’un siège peut être une bonne idée. Pour ma part, j’ai un peu évolué comme un Pokémon en passant du sac plastique installé par terre au tabouret et puis finalement à la chaise avec dossier et pose-gobelet (le MUST).

Le tabouret est un bon compromis permettant de ne pas être assis par terre et pas trop compliqué à transporter de par sa taille et poids réduit. Un siège que l’on veut conserver se range dans la tente quand on part ou se prête à des amis pas trop alcoolisés.

Et si vous partez avec une bonne bande de potes bien organisés, vous pouvez accéder au Graal du camping via :

  • La table : pour poser victuailles et boisson, jeux de cartes et pour servir d’oreiller aux plus désorientés, elle est un must du camping en groupe. Pas trop onéreuse, le plus embêtant reste encore de la porter ce qui requiert un peu de coordination. A bien sûr associer à des sièges sinon c’est quand même dommage de ne pouvoir en profiter que debout …
  • La tonnelle : les mots m’échappent pour parler de la plus formidable alliée du festivalier. Parée d’un drapeau ou de dessins de plus ou moins bon goût, c’est un excellent point de repère et l’ombre qu’elle procure au cœur de l’été est souvent salvatrice. C’est sous son égide bienveillante que se poursuivent les nuits trop courtes quand la chaleur sous la tente se fait insupportable. Installez-y une table, des sièges et vous devenez les rois et reines du monde.

Néanmoins, il est bon de préciser qu’elles ne sont pas autorisées dans tous les festivals, referez-vous au règlement pour éviter toute mauvaise surprise, qu’il faut arriver tôt pour avoir assez de place pour la planter et organiser les tentes autour, qu’elles représentent un investissement assez conséquent et nécessitent un peu d’huile de coude et de concentration pour être montées.

Le seul problème de la tonnelle est qu’elle est tellement géniale qu’il est souvent dur de la quitter pour aller en concert.

  • La glacière : comble du confort, elle permet de maintenir boissons et accessoirement nourriture (qui mange en festival ????) au frais. C’est un peu la cerise au sommet du gâteau car elle nécessite une bonne maintenance et peut souvent peser très lourd mais absolument rien d’insurmontable avec une bonne réparation des charges et des missions avec une bande de potes. Pas un must have mais une bonne commodité pour ceux qui peuvent se le permettre.

 

Bon quand vous avez la base, ça doit ressembler à ça !

Bon, la chaise est assez encombrante mais le confort avant tout les enfants !!!

II – SAC A DOS SAC A DOS : comment emmener l’essentiel sans ramener sa maison sur son dos.

Bon maintenant que vous avez toutes les clés en main pour être bien installé(e)s au camping, passons au détail du contenu du sac, autre étape clé d’un séjour réussi en festival. En fonction de votre résistance climatique et degré d’hygiène corporelle, des ajustements par rapport à la liste suivante sont évidemment possibles. Pour les femmes/filles/ladies/meufs/comme vous voulez, j’adjoins des conseils spécifiques. Je reviendrai plus tard sur tout ce qui concerne la nourriture et la boisson.

Pour les nouveaux : si c’est la première fois que vous utilisez votre sac de randonnée flambant neuf ou votre vieux Eastpak du collègue pour partir en vadrouille, je vous conseille chaleureusement de tester sa contenance et votre seuil de tolérance au poids en amont pour ne pas avoir de mauvaise surprise.

Il vous faudra donc :

Des vêtements : une vérification de la météo avant de partir sur le site du festival va bien évidemment orienter votre préparation vers des vêtements plus ou moins chauds ou au contraire légers mais grosso modo :

  • Un t-shirt, sous-vêtement, paire de chaussette par jour. #Simple #Basique.
  • Un bas (pantalon, short, jupe, legging …) tous les deux jours.
  • Des chaussures adaptées à votre vision du festival : si vous y aller pour pogoter dix heures par jour, visez le confort et la solidité. Si vous êtes plutôt là pour le swag, eh bien allez-y à fond. L’essentiel étant de ne pas « inaugurer » des chaussures en festival et d’éviter le blanc si vous voulez qu’il le reste.
  • Une paire de tongs pour la douche est également fortement recommandée et une petite paire de charentaises pour trainer le matin au camping en alliant swag et confort est aussi une très bonne idée.
  • Un vêtement de pluie : sac poubelle reconverti, cape de pluie, kway … A chacun selon ses besoins et ses moyens !
  • Un polaire : toujours sympa pour les soirées fraiches malgré le manque d’élégance et au pire, ça peut servir d’oreiller.
  • Un couvre-chef  (voire deux si vous avez tendance à perdre vos affaires) : pour réduire les risques d’insolation
  • Des lunettes de soleil
  • Optionnel : un pyjama si dormir dans vos vêtements de la journée ne vous enchante pas.

Des produits de toilette : Selon votre vision de l’hygiène en festival, cette liste peut être très courte ou un peu plus longue. Histoire de gagner un peu de place, optez pour des sacs plastiques de congélation pour compartimenter vos produits au lieu de la trousse de voyage classique. Pour ceux et celles dont l’hygiène n’est pas la priorité, vous pouvez vous contenter de :

  • Brosse à dents et dentifrice : NON NEGOCIABLE
  • Un bon paquet de lingettes pour bébé : pour la salutaire toilette low cost du matin dans la tente avant de partir faire n’importe quoi devant les scènes.
  • Déodorant

Pour un peu plus de confort :

  • Une serviette micro-fibre/de camping : elle va vous faire gagner énormément de place dans votre sac comparée à une serviette normale et vous permettre de vous livrer à des activités aquatiques
  • Du gel douche/shampoing/après-shampoings si possible reconditionné par vos soins dans des bouteilles de taille voyage : ça permet de gagner de la place et du poids par rapport à la grosse bouteille qu’on peut avoir dans sa salle de bains. Pour certains types de cheveux (pas les miens en tout cas), le shampoing sec peut également être une alternative satisfaisante
  • Brosse et/ou peigne.
  • Crème hydratante
  • Si vous prenez du maquillage, n’oubliez pas de vous munir de quoi l’enlever.

Des produits de santé :

  • L’INDISPENSABLE CREME SOLAIRE : ABSOLUMENT NON NEGOCIABLE. On ne le redira jamais assez mais la crème solaire n’est pas une option en festival, même si le temps est faussement couvert. J’ai vu des dos couverts de cloques au bout de deux jours de festival et je suppose que c’est encore plus désagréable quand on est le détenteur dudit dos. Il faut en remettre régulièrement et en mettre généreusement sur toutes les parties du corps exposées, en insistant bien sur le visage. N’hésitez pas à demander de l’aide pour tartiner dos et épaules !
  • De la Biafine/après-soleil/crème apaisante : un petit accident est bien vite arrivé et ça permet de ne pas encombrer les postes d’urgence.
  • Vos prescriptions médicales : ça serait dommage d’oublier son traitement donc pensez à l’amener avec vous en quantité suffisante.
  • Quelques médicaments de base : Doliprane/Nurofen pour les douleurs diverses, Smecta/Immodium pour les diarrhées, Strepsils pour les gorges douloureuses à force de hurler les paroles de ses groupes préférés. Préférez les versions qui se prennent sans eau pour plus de praticité.
  • Du gel hydro-alcoolique : pour éviter que l’Immodium serve car souvent, il n’y a plus de savon dans les toilettes au bout de 5h de festival.
  • Optionnel : des préservatifs pour ceux et celles qui voient aussi les festivals comme un lieu de rencontre rapproché, #sortezcouverts !!!

 

Pour celleux qui en ont déjà marre de lire, résumé de la trousse à pharmacie en vidéo héhéhé !

 

III – Objets divers fortement conseillés : FRANCHEMENT CA MANGE PAS DE PAIN PRENEZ EN !!!!

  • Une gourde : pour toujours avoir un peu d’eau avec soi en festival.
  • Des sacs de courses : histoire d’avoir de quoi transporter d’éventuelles courses et de ne pas agrandir la collection qu’on a tous à la maison.
  • Des bouchons d’oreille : oh vous n’avez VRAIMENT pas envie de vous retrouver avec des acouphènes toute votre vie donc protégez vos oreilles bon sang de bonsoir ! Il en existe à tous les budgets et pour toutes les morphologies donc vous n’avez aucune excuse !
  • Un couteau suisse : couper le saucisson, décapsuler les bières, ouvrir le pinard, frimer … franchement, il est très utile et sympathique mais il ne faut pas le quitter des yeux car il a tendance à disparaitre vite.
  • Des sacs poubelles : ils ont un nombre assez impressionnants d’usage : du repose-fesse sur herbe humide au kway de secours en passant par le sac à vomi, en avoir 3-4 pliés dans une poche de son sac est salutaire
  • Du papier toilette et des mouchoirs : #teamtripleépaisseur. Prenez votre rouleau pour partir aux toilettes au camping et ayez toujours un petit paquet de mouchoirs sur vous sur le site des concerts. Non seulement ils peuvent vous sauvez la vie quand vous avez déjà posé votre pêche et que vous vous rendez compte qu’il n’y a plus de papier + ils offrent l’accès VIP aux toilettes qui n’ont plus de papier et sont délaissées par les autres festivaliers.
  • Une ou deux batteries externes : le festival c’est l’occasion de se déconnecter un peu mais quand on voit les nombreux usages du téléphone (appareil photo, lampe torche, aide à la retrouvaille de copains perdus …), il serait dommage de s’en priver. Prévoyez en fonction de votre usage.
  • Un petit sac ou une banane : pour emmener ses possessions sur le site du festival quand on n’a pas de poches très grandes. Très utile pour transporter sa crème solaire toute la journée par exemple.
  • Un vieux téléphone : si vous avez peur de perdre votre smartphone à 600 euros, il peut être sage de retrouver un vieux téléphone qui traine dans vos placards et qui en plus, tient sans recharge pendant 4 jours.
  • Une lampe torche : quand on a plus beaucoup de batterie sur son téléphone et besoin de slalommer entre des tentes sur 100m pour rentrer au bercail, elle est indispensable. Un modèle à dynamo suffit amplement mais le must demeure la lampe frontale qui sert aussi à retrouver des choses dans sa tente à trois heures du matin.
  • Vos places/tickets de train/running orders imprimés : comme un téléphone ça se perd ou ça se décharge, il serait dommage d’être en galère de votre sésame pour rentrer sur le site ou rentrer chez vous, tout simplement …

Le plus important étant évidemment le carnet de mots croisés pour pouvoir meubler les moments d’ennui entre deux groupes !

Spécifiquement pour les filles, voici quelques conseils supplémentaires :

  • Pour les soutiens-gorge, évitez vos plus belles pièces à armature rigide ou sinon faites très attention à leur placement dans le sac afin de ne pas les abimer. Après sinon, vous faites comme vous voulez pour la quantité, on a toutes des manières assez différentes de fonctionner sur ce niveau-là.
  • Si vous avez un peu de choix au niveau de vos bas, essayez de choisir des vêtements avec de grandes poches pour éviter de vous encombrer d’un trop gros sac pendant les concerts.
  • N’oubliez pas d’emporter et de prendre votre pilule 😉
  • Prenez des serviettes et/ou des tampons, ça peut toujours dépanner une copine dans le besoin !
  • GLOIRE ÉTERNELLE AU PISSE DEBOUT

 

IV – Gestion des ressources alimentaires et de la bière

Dans cette dernière partie, nous allons rapidement aborder la question des courses. En fonction des festivals auxquels vous vous rendez cet été, il se peut que vous ayez plus ou moins de possibilité pour faire vos courses à côté. Dans le cas du Hellfest, vous avez accès à un Leclerc à quelques minutes à pied du festival, il n’est donc pas forcément nécessaire de partir de chez vous avec toute votre nourriture/boisson pour 3 jours. Dans d’autres festivals, il est intéressant de partir avec quelques courses car les supermarchés sont plus éloignés et difficiles d’accès comme au Download Paris où il est fortement conseillé d’avoir des amis en voiture si vous avez besoin d’aller chercher un truc.

Dans tous les cas, gardez à l’esprit qu’il ne faut pas trop acheter de choses afin d’éviter le gaspillage, le fameux syndrome « il me reste un carton de 40 Kro mais je n’ai pas la force physique de les emmener avec moi donc je vais les laisser à la poubelle ».

En règle générale, voici les règles que vous devez appliquer avant de faire vos courses :

 

  • Référez-vous au règlement du festival. Certains comme le Download Paris n’autorisent pas les bouteilles en verre et la plupart (sauf les festivals allemands) interdisent également les réchauds qui permettent de se faire des pâtes de la dalle intersidérale à 4h du matin. Bon, il est toujours possible de #breakingthelaw mais c’est à vos risques et périls si votre matos est saisi !
  • Pensez aux céréales ! Ca permet d’avoir toujours quelque chose à grignoter à toute heure de la journée.
  • Evitez le chocolat et autres barres chocolatées : ça fond dans la tente pendant la journée et c’est pas forcément méga cool comme résultat.
  • Pensez à prendre au moins une bouteille d’eau pour le brossage des dents/nettoyage d’éventuels dégâts/pastis.
  • SAUCISSON !
  • Evitez également les boissons gazeuses … C’est pas très bon chaud.
  • CHIPS !
  • CAHUETES !
  • ENCORE PLUS DE SAUCISSON !!!
  • Bref, des trucs qui se conservent bien à la chaleur, qui sont assez digestes et nourrissants et surtout qui vous plaisent !

 

 

 

Bon normalement, si vous pensez à tout ça avant de partir de chez vous, vous allez être bien installés sur le camping et éviter pas mal de galères. Et maintenant, profitez de cette vue de la mer de tentes à perte de vue. Whaou !

 

Pour récapituler rapidement, voilà une petite liste bien pratique dont vous pouvez vous munir lors de votre préparation pour vérifier que vous n’avez rien oublié. J’ai nommé la sublime et téléchargeable en cliquant sur le lien qui suit : La masterlist OF PUPPETS

En vous souhaitant d’excellents festivals et un beau temps pas trop chaud <3

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :